Promouvoir la responsabilité individuelle

La CSS s’engage pour que les coûts de la santé ne croissent pas davantage. En assumant plus de responsabilité individuelle, les patients contribuent fortement à ce que l’augmentation des coûts de la santé soit moins forte. Dans le système de santé suisse, il existe deux piliers principaux par le biais desquels les patients peuvent assumer leur responsabilité individuelle. Il y a d’une part les modèles alternatifs d’assurance, dans lesquels on s’engage à agir selon les recommandations du médecin de famille / du réseau de médecins. D’autre part, la responsabilité individuelle est renforcée par le système judicieux de la participation aux coûts. Les différents échelons de franchise, notamment, constituent une incitation à économiser. En tant que partenaire santé, la CSS aide ses assurés à se comporter de manière responsable en cas de maladie («Guérir» et «Vivre avec une maladie»). Avec myGuide, un service numérique développé par des médecins spécialistes et des informaticiens spécialisés en médecin est par exemple à la disposition des assurés. myGuide analyse les symptômes et indique à l’assuré s’il est nécessaire d’aller chez le médecin, à la pharmacie ou à l’hôpital. Si cela ne s’impose pas, il donne des conseils permettant de soigner les maux ressentis.

Selon la CSS, les offres et produits permettant de reconnaître le comportement sain des assurés (p. ex. à l’aide d’applications) est un moyen possible de promouvoir la responsabilité individuelle. Cela concerne notamment l’assurance complémentaire. Dans l’assurance de base, la CSS estime qu’il faut respecter les critères suivants afin de ne pas enterrer le principe de la solidarité et la compensation des risques : l’offre doit être facultative et avoir un lien avec la conclusion facultative d’un modèle alternatif d’assurance. Dans ce contexte, elle doit être ouverte à l’ensemble des assurés, indépendamment de leur état de santé et de leur âge, et être applicable de manière profitable pour tous. Les clients attentifs à leur santé ne doivent pas être récompensés par des rabais de primes supplémentaires ou d’autres avantages pécuniaires. Une récompense via une réduction de la participation aux coûts en cas de sollicitation éventuelle de prestations tient lieu d’exception.