Charge mentale: des pensées stressantes et permanentes

486901382 486901382

Garder en permanence en tête l’ensemble des tâches à effectuer: voilà ce qu’est la charge mentale. Un travail de réflexion à la fois pénible et fatigant.

Toujours devoir penser à tout

La charge mentale est une notion relativement récente qui est en train de s’imposer. On entend actuellement par «charge mentale» la charge supplémentaire résultant de la responsabilité quotidienne liée à l’organisation du foyer, de la famille, de la vie professionnelle et de l’entretien des relations.

. Ce «travail invisible» comprend des occupations telles que les pensées, la planification et l’organisation.

Il s’agit non pas des tâches en elles-mêmes, mais de l’effort cognitif pour penser à effectuer ces tâches. Le cadeau d’anniversaire a-t-il été acheté? Quand a-t-on changé les draps du lit pour la dernière fois? Restera-t-il suffisamment de temps après le travail pour appeler l’assurance?

Les femmes, touchées par ces contraintes

Ce travail de réflexion constant pèse plus souvent sur les épaules des femmes. La charge consistant à garder la vue d’ensemble sur les interminables listes de tâches à accomplir n’est pas répartie de manière égale au sein de nombreux couples: les femmes assurent la coordination de tout ce qui doit être effectué et confient des tâches plus spécifiques à leurs partenaires. Une fois exécutée, la tâche disparaît, mais pas la pensée qui y est associée.

Il peut en résulter un sentiment:

  • de mécontentement dans le couple
  • de l’épuisement
  • l’impression de ne jamais pouvoir totalement déconnecter

La situation se complique lorsqu’il faut concilier vie de famille et vie professionnelle, ce qui n’est pas une mince affaire en Suisse. Des horaires de travail à rallonge ou des horaires de travail imprévus, de longs trajets ou des activités qui se poursuivent après le temps de travail officiel constituent autant d’obstacles.

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique montrent qu’environ 33% des mères changent d’emploi, pour mieux concilier vie professionnelle et vie familiale.

Toutefois, même après un changement ou une réduction du temps de travail, la charge mentale ne diminue que légèrement, car les changements opérés n’effacent ni la planification et les pensées permanentes, ni l’organisation du quotidien dans son ensemble.

Rechercher le dialogue

Tandis que les femmes interprètent le comportement des hommes comme peu fiable, les hommes perçoivent la planification permanente comme source de stress. Il n’existe pas de bonne ou de mauvaise façon de voir les choses. Il est essentiel que les couples développent des stratégies pour faire front ensemble face au problème de la charge mentale. Ces quelques conseils peuvent vous aider:

Répartir les tâches

Les tâches récurrentes devraient être réparties au sein du couple: une personne se charge des lessives une fois dans la semaine, tandis que l’autre se charge du ménage. Le soulagement est immédiat, non seulement au niveau de la tâche en elle-même, mais aussi au niveau du mental.

Déléguer

Si la charge mentale est trop lourde, il est important de savoir déléguer. Attention, toutefois: déléguer est une chose, ne plus y penser en est une autre. Lorsqu’on délègue une tâche, on délègue également la responsabilité qui l’accompagne. Cela implique aussi d’accepter qu’un travail puisse être effectué d’une manière différente.

Communiquer

La communication est également un atout dans le domaine de la charge mentale. Il est tout aussi important de réfléchir au préalable à ce que l’on souhaite que de communiquer ses besoins personnels.

  • Quelle tâche que j’estime importante puis-je déléguer?
  • Quelles sont les tâches que je suis capable d’accomplir facilement?
  • L’activité X doit-elle être exécutée de cette manière ou pourrait-elle être effectuée avec moins d’effort?
  • Pourquoi est-ce important à mes yeux que l’activité X soit exécutée de cette façon?

Dans un deuxième temps, sur la base de la réflexion précédente, il convient de trouver une solution commune visant à répartir les tâches en suspens et la coordination qui y est associée. Pour que cela fonctionne, les deux partenaires doivent faire preuve de volonté et d’acceptation.


Sources: