Reconnaître à temps une maladie psychique chez un collaborateur

916355086 916355086

Les maladies psychiques des collaborateurs affectent non seulement les relations privées, mais aussi la vie professionnelle. Il est donc primordial de les détecter et de les traiter à temps.

Reconnaître à temps les problèmes psychiques

Les maladies psychiques sont très répandues. Elles comptent parmi les maladies les plus fréquentes et limitent considérablement les personnes qui en souffrent ainsi que leur entourage.

Elles affectent tous les domaines de la vie et nuisent à la qualité de vie, à la vie quotidienne et à l’aptitude au travail.

Différentes études scientifiques montrent qu’une détection précoce et un traitement adéquat peuvent protéger les personnes concernées d’une maladie psychique chronique. Cependant, dans le contexte professionnel notamment, il est souvent difficile d’aborder des questions personnelles. Il est encore plus difficile pour les supérieurs hiérarchiques de parler ouvertement de ces problèmes avec leurs collaborateurs.

Une discussion ouverte pour soulager

Une discussion ouverte peut soulager les collaborateurs souffrant de problèmes psychiques. Elle permet de parler des tâches qui sont devenues difficiles et de l’aide à apporter.

Un collaborateur souffre par exemple d’une dépression légère. Il fait un blocage quand il doit téléphoner aux clients, mais il répond toujours sans problème aux e-mails. En adaptant le cahier des charges du collaborateur concerné, le supérieur hiérarchique l’aide de façon ciblée. Toutefois, il arrive souvent que cette discussion n’ait jamais lieu, car les cadres dirigeants n’osent pas parler de la souffrance de leurs collaborateurs ou se sentent démunis face à celle-ci.

Il peut s’avérer très difficile pour les cadres de gérer la situation adéquatement. Un guide existe pour les soutenir de façon ciblée.

Aborder la souffrance psychique de le collaborateur

Le guide présenté ci-après – disponible en allemand uniquement et créé par SVA Zürich, partenaire pour la prévention et l’insertion professionnelle – a pour but d’aider les cadres dirigeants à gérer les collaborateurs souffrant de troubles psychiques ainsi qu’à reconnaître à temps ces troubles. Il fournit les armes nécessaires aux cadres pour être capable de reconnaître des problèmes psychiques dans le contexte du travail et avoir le courage de les aborder. Ce guide est un outil d’orientation pour les cadres et doit servir d’aide pratique dans le quotidien professionnel de ces derniers.

Guide pour cadres dirigeants

  1. Ecouter attentivement
    Surveiller les premiers signes. Les cadres dirigeants devraient être attentifs aux comportements inhabituels et irritants. Les collaborateurs souffrant de problèmes psychiques réagissent différemment. Le supérieur devrait surveiller la performance au travail. La productivité diminue-t-elle? Et comment la personne se comporte-t-elle au sein de l’équipe?
  2. Clarifier
    Noter les observations et en faire quelque chose de concret. Où est-ce que la performance et le comportement s’écartent des attentes? Il faut formuler son propre objectif en matière de direction: qu’est-ce que je souhaite atteindre avec le collaborateur? Est-ce qu’un entretien de feed-back constructif et critique est indiqué à cet effet?
  3. Aborder le sujet
    Clarifier la situation en ouvrant le dialogue. Décrire ses observations. Le cadre dirigeant doit montrer ce qu’il souhaite atteindre avec cette discussion. Il doit en outre convenir de premières étapes concrètes avec le collaborateur. Qu’est-ce qui doit s’améliorer avant le prochain entretien?
  4. Formuler des règles
    Passer à l’action. Planifier le prochain rendez-vous rapidement après la première discussion. Si la personne souffre de problèmes psychiques graves, il est possible qu’elle ne soit pas en mesure de tenir ses engagements. Il est donc important de faire passer un sentiment de sécurité et de formuler des règles concrètes à la personne concernée.
  5. Rester actif
    Donner régulièrement un feed-back. Les changements ne se font pas sentir d’un jour à l’autre. Les collaborateurs souffrant de problèmes psychiques manquent souvent d’assurance. Ils ont besoin d’un accompagnement étroit par le supérieur hiérarchique. Il vaut la peine d’organiser régulièrement des entretiens pour faire le point sur la situation. Par ailleurs, le supérieur hiérarchique devrait signaler que sa porte est toujours grande ouverte.

Premières étapes concrètes – La flexibilité peut préserver des emplois

  • Réduire le taux d’activité
  • Simplifier les tâches et les structurer avec clarté
  • Réduire les tâches de planification
  • Instaurer des pauses courtes plus fréquentes
  • Offrir un environnement de travail calme
  • Permettre le travail individuel
  • Donner un feed-back hebdomadaire

Source: