0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Cancer de l’utérus

Formes cliniques: Cancer du corps de l’utérus, Cancer du col de l’utérus

Des tumeurs malignes (carcinomes) peuvent survenir sur toutes les parties de l’utérus. Selon l’implantation anatomique, on les nomme cancer du corps de l’utérus (carcinome de l’endomètre) ou du col de l’utérus (carcinome cervical).

Le cancer de l’utérus vient, après le cancer du sein et du côlon, en deuxième position au point de vue fréquence chez la femme; en ce qui concerne la mortalité, les cancers de l’utérus arrivent en troisième position après le cancer du colon.
Le pic de fréquence pour la réapparition d’un cancer du corps de l’utérus se situe au-delà de la 60e année de vie, pour le carcinome cervical, il existe un premier maximum d’affections entre la 35e et la 39e année et un deuxième entre la 60e et la 65e année.
Des études menées en Autriche et en Allemagne ont révélé que les précancéroses du cancer du col de l’utérus ont nettement augmenté chez lez femmes entre 20 à 30 ans. Tous ces chiffres varient selon les circonstances locales et les chercheurs.

Causes et facteurs de risque

Comme pour de nombreuses variétés de cancer, on ne connaît pas le détail des causes.

Cancer du corps de l’utérus

La tumeur débute dans les cellules de la muqueuse utérine. Le risque de faire un cancer du corps de l’utérus est légèrement plus grand pour les femmes souffrant de surcharge pondérale. L’apparition précoce de la puberté et une ménopause en retard, des tumeurs formant des oestrogènes ainsi que la prise d’oestrogènes peut favoriser son apparition. La contraception à base d’hormones combinées n’augmente cependant pas ce risque d’après l’état actuel de la recherche scientifique. Il est vrai que le cancer du corps de l’utérus est relativement plus fréquent chez des femmes qui n’ont pas d’enfants. On discute à propos de l’influence d’autres facteurs comme le diabète et l’hypertension. Il arrive que la fréquence de ce cancer soit plus élevée dans certaines familles.

Le cancer du col de l’uterus

Pour le carcinome cervical, on pense aujourd’hui qu’il s’agit d’une infection due à certains types de papillomavirus (la plupart du temps les virus „à haut risque“ de type HPV 6 et 11 ainsi que 16 et 18) qui peuvent aussi générer des verrues génitales (condylomes).

70-80% des personnes sexuellement actives s’infectent avec le virus au cours de leur vie. Chez 90% des personnes infectées, le virus redisparaît spontanément dans les deux ans parce qu’il a pu être combattu avec succès par les défenses immunitaires. Les personnes de 16 à 25 ans sont particulièrement concernées par l’infection à HPV, le risque d’infection étant le plus grand au début de l’activité sexuelle. L’infection est favorisée par des rapports sexuels fréquents et surtout non protégés avec changement de partenaire. Une femme sur cinq infectée par un type de virus HPV à haut risque finit par développer un stade précancéreux ou un cancer; ce n’est donc pas le cas de toutes les femmes infectées, il faut donc considérer d’autres facteurs contributifs possibles: une déficience immunitaire, le fait de fumer, des infections génitales.

Le tableau clinique

A un stade précoce, le cancer de l’utérus (que ce soit dans l’utérus ou au col de l’utérus) ne présente pas de symptômes ou seulement quelques symptômes non spécifiques. Les troubles alarmants ne commencent qu’à partir d’une certaine taille. La plupart du temps, le cancer de l’utérus se fait remarquer par des saignements vaginaux.

  • Avant le retour d’âge: des pertes de sang en dehors du cycle (troubles du cycle menstruel), parfois accompagnées de douleurs.
  • Lors de la ménopause: réapparition de pertes sanglantes.
  • Des saignements de contact lors de rapports sexuels.
  • Signe typique d’un carcinome, un écoulement à coloration carnée.
  • Parfois des douleurs comme celle de l’enfantement sont le signe d’une affection de l’utérus, en particulier en cas de carcinome de la cavité utérine.

Séquelles: métastases

Le cancer de l’utérus s’infiltre dans les organes anatomiquement voisins, dans les ovaires, la vessie, le rectum, le péritoine en y provoquant des douleurs localisées.
Les cellules cancéreuses pénètrent dans la circulation sanguine par les vaisseaux lymphatiques et les veines en provoquant des métastases éloignées (métastases), dans les os, les poumons ou dans le foie.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Les possibilités de prophylaxie sont limitées pour le cancer du corps de l’utérus (voir aussi sous „causes“).
  • A ce point de vue, la situation est plus favorable pour le cancer du col de l’utérus: Il existe un vaccin contre les types de papillomavirus qui sont le plus fréquemment à l’origine d’un carcinome. La protection optimale est obtenue si la femme n’a pas antérieurement été infectée par ces virus, ce qui signifie qu’elle devrait se faire vacciner avant le premier rapport sexuel. La protection optimale est obtenue si la femme n’a pas antérieurement été infectée par ces virus. C’est pour cette raison que le OFSP recommande la vaccination de toutes les fille de 11 à 14 ans, en tout cas avant tout contact sexuel. Les effets secondaires de la vaccination sont rares et se limitent en règle générale, lorsqu’ils apparaissent, à des réactions locales à l’endroit de l’injection. Pour obtenir le plein effet de la vaccination, il faut administrer deux doses de vaccin en l’espace de 6 mois. La vaccination HPV sera gratuite jusqu’en 2017 dans le cadre des programmes de vaccination cantonaux, ainsi que pour les femmes de 15 à 26 ans selon l’appréciation du médecin. En général et pas seulement en ce qui concerne les cancers, les recommandations sont les suivantes: pas de rapport sexuel non protégé. L’hygiène génitale du partenaire joue un rôle.
  • Dès le premier rapport sexuel, il est recommandé de se soumettre régulièrement à un examen gynécologique («frottis cervicovaginal»).

Quand faut-il consulter le médecin?

  • Contrôle de routine: Il concerne surtout les femmes plus jeunes afin de dépister à temps un cancer du col de l’utérus. Comme il peut se passer plusieurs années depuis l’infection par un virus HPV jusqu’à l’apparition du cancer, les contrôles effectués tous les 3 à 5 ans (selon les résultats et l’âge de la patiente) permettent de déceler et de traiter de manière ciblée les stades précoces et précancéreux ce qui permet d’empêcher la pleine évolution du cancer.
  • Des pertes sanglantes persistantes et répétées avant la ménopause, les saignements de contact lors de rapports sexuels et chaque nouvelle apparition de saignements durant la ménopause (moment des dernières règles) nécessitent une rapide élucidation médicale. De même un écoulement aqueux et sanguinolent ou des douleurs fréquentes et inexpliquées dans le bassin et dans la partie inférieure de l’abdomen doivent être soumises à l’examen médical. Le prélèvement et l’examen d’échantillons de tissu et l’examen aux ultrasons font partie de la routine; la tomographie computérisée (TC) et la tomographie par résonance magnétique (TRM) seront utilisées en cas de soupçon concret.

Thérapie

Le cancer du corps de l’utérus: La thérapie consiste en l’ablation chirurgicale de l’utérus, des trompes et des ovaires, le cas échéant combinée avec une radiothérapie et une chimiothérapie.
Le cancer du col de l’utérus: A un stade très précoce, la guérison est possible grâce à une petite intervention (conisation). Elle consiste à enlever une partie du col de l’utérus. La conisation est un traitement chirurgical au bistouri électrique par voie vaginale, il n’est donc pas nécessaire d’ouvrir le ventre. Il existe désormais d’autres méthodes nouvelles de chirurgie grâce au laser et au froid (cryochirurgie).
A un stade avancé, on a recours à certaines opérations plus radicales, intervention chirurgicale plus large avec ablation totale de l’utérus tout en laissant les ovaires chez les femmes plus jeunes, mais on dispose aussi de la radiothérapie et le cas échéant d’une thérapie à base d’hormones et de la chimiothérapie.

Pronostic

Décelé et traité à temps, le pronostic est bon, même très bon en ce qui concerne les deux carcinomes. Les chances de guérison sont essentiellement plus faibles si le cancer a immigré depuis l’organe d’origine dans d’autres tissus et lorsque des métastases se sont déjà formées ailleurs.

Autres informations, adresses

  • Ligue suisse contre le cancer
    Effingerstrasse 40
    Case postale 8219
    3001 Berne
    Tél.: 031 389 91 00
    www.liguecancer.ch
  • Info-Entraide Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    Tél.: 061 333 86 01
    Service central de renseignements: 0848 810 814
    www.infoentraidesuisse.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.