0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie virale des tropiques, qui se transmet par les piqûres de moustiques. Son nom lui vient du fait qu’elle provoque parfois une jaunisse. Cette maladie est endémique dans les régions tropicales d’Afrique et d’Amérique du sud, certains cas isolés de fièvre jaune ont été observés dans les zones de climat tempéré suite à l’importation de moustiques par les moyens de transport (infection dans les régions tropicales, la maladie se déclare au retour d’un voyage dans ces régions). Grâce à une vaccination de masse dans les régions endémiques, la maladie avait presque été éradiquée vers le milieu du siècle dernier, mais depuis 1990 elle a de nouveau fortement augmenté en se répandant dans de nouvelles régions. Les touristes tombent rarement malades grâce à la vaccination.

La mortalité globale due à la fièvre jaune se situe entre 10 à 15%; en cas d’évolution grave, elle peut atteindre 50% selon les possibilités de traitement.

Terminologie

Endémie:

Manifestation durable ou répétée d’une maladie dans une région géographique délimitée (région endémique). L’agent pathogène est présent en permanence dans cette région.

Épidémie:

Propagation d'une maladie touchant un grand nombre des personnes d’une maladie dans une région délimitée durant une période limitée (limitée au point de vue géographique et temporel).

Exposition:

L’organisme est exposé aux influences de l’environnement, par exemple aux agents pathogènes, aux substances nocives en tout genre ou aux rayonnements.

Hémorragie:

Saignement spontané dans un organe et dans les orifices du corps, suite à un trouble de la coagulation du sang et des atteintes aux vaisseaux sanguins. Adjectif: hémorragique.

Fièvre hémorragique:

Le terme générique de fièvre hémorragique comprend tout un groupe de maladies infectieuses, surtout tropicales, provoquant de la fièvre accompagnée d’une hémorragie. Elles sont provoquées par des virus de différents genres.

Déficiences multi-organiques:

Importantes diminutions ou déficiences fonctionnelles de plusieurs organes vitaux qui peuvent avoir une issue fatale.

Les causes

Le virus de la fièvre jaune se propage de préférence sous les climats tropicaux d’Afrique et d’Amérique du sud. Il fait partie du groupe des flavivirus; il est donc en parenté avec les agents pathogènes de l’encéphalite à tiques ou FSME et de la Dengue. Les réservoirs des virus de la fièvre jaune sont principalement les singes et les moustiques. La piqûre du moustique permet aux virus de pénétrer dans la circulation sanguine et de là dans les différents organes. Il n’existe pas de contamination directe d’homme à homme.

Le tableau clinique

La plupart du temps son évolution ressemble à celle d’une grippe. Trois à huit jours après l’infection, le patient souffre subitement de frisson et fait une forte fièvre qui dure quelques jours. Les signes habituels de maladie sont des maux de tête, des articulations douloureuses, du malaise, des maux de ventre et des vomissements. Malgré la fièvre, le pouls est typiquement ralenti. Chez 80 à 85% des malades, ce stade est suivi de la guérison. La maladie confère une immunité de longue durée.

En cas d’évolution grave, après une brève amélioration, survient la deuxième phase de la maladie avec un nouvel accès de fièvre et des dommages sur des organes:

  • Inflammation du foie et jaunisse, d’où son nom de fièvre jaune, défaillance hépatique.
  • Affections rénales, insuffisance rénale.
  • Inflammation du muscle cardiaque, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, collapsus cardiovasculaire.
  • Tremblements (trémor), crampes, troubles du langage et de la conscience, coma.
  • Troubles de la coagulation et lésions des capillaires avec les signes typiques de ce qu’on appelle une fièvre hémorragique, avec des hémorragies internes dont les signes sont:
    • Toux avec expectoration de sang.
    • Vomissements de sang (flocons d’un brun foncé, comme ceux du marc de café) et des selles sanguinoles, hémorragie sur la peau et dans d’autres organes.
  • Défaillance de nombreux organes avec possibilité d’une issue fatale.

Que peut-on faire? – Prévenir

La prévention à recommander sous les tropiques consiste à éviter les piqûres de moustique à l’aide de moustiquaires, d’un habillement adapté et de sprays contre les insectes. Cela permet d’éviter non seulement la fièvre jaune mais aussi d’autres maladies tropicales. Ces mesures sont également recommandées après la vaccination.

Il existe aussi un vaccin contre la fièvre jaune qui est généralement bien supporté. Il protège plus de 90% des personnes vaccinées contre cette maladie. La protection prend son effet dix jours après l’injection et dure au moins dix ans. Cette vaccination est obligatoire dans de nombreux pays avant tout voyage dans des régions où la fièvre jaune est endémique. Certains pays vous demandent même le certificat lors du retour après un séjour dans une „région de fièvre jaune“. Les virus atténués de la fièvre jaune provoquent la formation des anticorps et procurent ainsi l’immunité. L’OFSP publie une liste des instances qui ont le droit d’administrer cette vaccination.

La vaccination ne doit pas se pratiquer sur les nourrissons de moins de 6 mois, les personnes souffrant de déficience immunitaire ou les femmes enceintes, car il s’agit d’un vaccin à base de germes vivants atténués.

Quand faut-il consulter?

En cas de maladie avec fièvre dans une région tropicale endémique et quelques jours après en être revenu, il faut en principe penser à une maladie tropicale et en informer le médecin en conséquence. L’analyse du sang peut indiquer qu’il s’agit réellement de la fièvre jaune.

Comme pour toutes les autres infections virales, on cherche tout d’abord à diminuer et à calmer les symptômes; le traitement s’attaque donc à la fièvre, aux douleurs, aux troubles intestinaux et aux symptômes du système circulatoire. En cas d’évolution grave, il est nécessaire de surveiller attentivement les fonctions organiques, ce qui demande une hospitalisation.

Autres informations, adresses

L’OFSP publie une liste des instances qui ont le droit d’administrer cette vaccination.

  • Office fédéral de la santé publique (OFSP/BAG)
    3003 Berne
    Tél. 031 322 21 11
    www.bag.admin.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.