0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Maladie main-pied-bouche

Terme: Syndrome pied-main-bouche

La maladie main-pied-bouche (ou pied-main-bouche) est provoquée par des virus. Elle se manifeste de préférence chez les nourrissons et les enfants de moins de 10 ans et entre dans le cadre mal défini de ce qu’on appelle la „grippe d’été“. Son évolution est en règle générale bénigne, après une semaine environ les signes de la maladie s’estompent.

Les épidémies sont fréquentes, certaines avec des évolutions graves et des cas de décès chez des enfants ont eu lieu à différents endroits en Asie.

Même si les symptômes de la maladie main-pied-bouche sont similaires, il ne s’agit pas de la fièvre aphteuse, qui affecte les animaux ongulés et rarement les humains et qui est provoquée par une autre espèce de virus.

Cause

Les agents pathogènes sont différents types d’entérovirus. La contamination, comme pour le virus de la grippe, s’effectue par la toux, les éternuements (infection par gouttelettes) ou par contact avec des surfaces chargées de virus comme le contenu de vésicules, mais aussi les poignées de porte, les essuie-mains, etc. (infection de contact).

Le danger de contamination est le plus fort deux à trois jours avant le début de la maladie et aussi longtemps qu’elle persiste. Les selles peuvent rester infectieuses jusqu’à deux semaines après la maladie.

Le tableau clinique

  • Trois à sept jours après l’infection, il se produit une inflammation des voies respiratoires supérieures, de la fièvre, des douleurs dans le pharynx et des maux de gorge, un état général maladif et le cas échéant, de la toux.
  • Sur la langue, sur les gencives et à l’intérieur des joues se forment des vésicules douloureuses qui s’ouvrent en se transformant en petits ulcères superficiels. Leur contenu et leur surface sont porteurs de virus et de ce fait contagieux.
  • Aux mains et sur la plante des pieds, chez les nourrissons dans la région des couches, il se forme une éruption cutanée avec des vésicules qui démangent (exanthème). Chez les enfants un peu plus grands et les adultes, l’infection évolue la plupart du temps sans symptômes particuliers ou seulement avec quelques symptômes bénins, en particulier sans provoquer d’éruption.
  • Après une semaine environ, les symptômes s’estompent.

Complications

En Chine, on a constaté chez des enfants plus petits, des inflammations des méninges, du muscle cardiaque ainsi que des pneumonies avec des issues fatales. Il est vrai que la cause était un type de virus beaucoup plus dangereux (entérovirus de type 71) que celui qui a provoqué jusqu’à présent la maladie en Suisse. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) surveille la situation en continu.

Que peut-on faire? – Prévenir

 

Le traitement consiste à combattre les symptômes.

  • Boire beaucoup pour compenser la perte en liquide suite à la fièvre et au rhume.
  • Remèdes de famille contre la toux et le rhume: Inhaler de la vapeur d’eau et de la camomille. En cas d’inflammation de la gorge, les gargarismes peuvent aider, par ex. 15 gouttes d’extrait de camomille à diluer dans un verre d’eau.
  • Faire baisser la fièvre avec des enveloppements des mollets, par exemple des enveloppements à base de vinaigre ou des compresses froides appliquées sur l’aine, le cas échéant, prendre des tablettes ou des suppositoires pour faire baisser la fièvre.
  • Ne pas fréquenter l’école tant que la maladie n’est pas surmontée.

Quand faut-il consulter?

Les raisons de consulter un médecin sont:

  • Forte fièvre, car elle est souvent le signe de complications possibles.
  • Complications, qui sont dues à une infection secondaire bactérienne (surinfection) comme l'angine, l’inflammation de l’oreille moyenne et la sinusite.
  • Troubles respiratoires et expectorations de glaires purulentes ou sanguinolentes, soupçon de pneumonie.
  • Troubles de la conscience et raideur de la nuque.
  • Quand le refroidissement ne diminue pas au bout d’une semaine.

En règle générale, le traitement aux antibiotiques n’intervient qu’en cas de surinfection bactérienne avérée.

Prévenir

  • Mesures d’hygiène habituelles contre l’infection de contact. Ne pas utiliser les équipements sanitaires à usage commun.
  • Le moins de contact corporel possible avec les malades ou les objets touchés par les malades. Se laver fréquemment les mains.
  • Un vaccin n’est pour le moment pas disponible.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.