0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Carie dentaire

La carie ramollit et dissout de plus en plus la substance dure de la dent. L’affection débute à la surface de la dent et évolue à travers l’émail de la dent et l’ivoire pour pénétrer jusqu’à la racine. Elle provoque les fameux „trous“ à l’intérieur de la dent qui sont particulièrement douloureux.

La carie est une affection très fréquente dans les pays industrialisés. Des mesures appropriées pourraient cependant prévenir cette fréquence.

Causes et facteurs de risque

Causes directes

Les acides et les bactéries des caries ont un effet destructeur sur les dents. L’espace vital des bactéries responsables des caries se situe dans la plaque dentaire (tartre) et dans les restes d’aliments, logés dans les interstices, surtout les glucides qui vont y fermenter comme le sucre, mais aussi l’amidon (pommes de terre, pain) le sucre de raisin et de fruits. Les endroits privilégiés pour la formation de plaques: sur les dents de la partie extérieure de la mâchoire supérieure (côté de la joue), les dents frontales de la face intérieure de la mâchoire inférieure.

  • Les bactéries transforment le sucre des aliments en acide lactique et autres acides organiques, dissolvent le calcium, ce qui provoque la déminéralisation de la surface des dents. Plus longtemps ces restes de glucides resteront collés aux dents, plus vite la substance des dents sera attaquée. Le facteur temps y joue un rôle déterminant.
  • Le contact direct avec les acides se fait également sans intervention bactérienne, grâce aux aliments et aux boissons comme les agrumes, les jus de fruits non dilués, les soft drinks et toutes les sortes de colas (également les produits „light“ sans sucre).
  • Des vomissements fréquents en cas de boulimie ou d'anorexie mentale amènent toujours à nouveau du suc gastrique acide dans la cavité buccale. 
  • Les trous de caries dans les dents s’agrandissent jusqu’en profondeur, car des bactéries, difficiles à éloigner continuent à y séjourner et leur présence continue à accélérer la déminéralisation de la substance dentaire. Elles peuvent aussi provoquer une inflammation des gencives.

Facteurs de risque 

  • Le principal facteur de risque est le manque d’hygiène buccale. Voici les mesures que l’on peut prendre soi-même. 
  • Les repas intermédiaires ou les en cas à base de sucreries augmentent la fréquence et la durée des effets destructeurs des facteurs nocifs en augmentant l’acidité et la formation de plaques.
  • Prédisposition héréditaire.
  • Une carence alimentaire au cours d’une grossesse, en cas d’une maladie coeliaque.
  • Sècheresse de la bouche, manque de salive; cette dernière permet de neutraliser les acides.

Le tableau clinique

  • Les caries ne se remarquent qu’à un stade avancé. On constate tout d’abord des taches blanches indiquant une déminéralisation, plus tard il se forme des taches noires et des trous.
  • Si la carie s’attaque à la dentine située en dessous de l’émail, les dents deviennent sensibles et douloureuses au contact du chaud, du froid et des aliments sucrés. Les amalgames qui obturent les dents, sont minés, deviennent instables et peuvent se détacher.
  • Sur le bord de la gencive, les bactéries provoquent des saignements et des inflammations, plus tard une parodontite ou destruction progressive du parodonte. En l’absence de traitement, les dents commencent à se déchausser et les problèmes de mastication et de mauvaise haleine apparaissent.
  • Une autre séquelle possible, les abcès dans l’os maxillaire.

Que peut-on faire? – Prévenir

Il y a toujours des bactéries dans la bouche et les composants acides de l’alimentation ne peuvent guère être évités, mais sur une dent saine, il existe une sorte d’équilibre entre une déminéralisation désastreuse et un nouveau dépôt de minéraux (reminéralisation). Si une petite partie seulement des couches supérieures est endommagée, des mesures appropriées peuvent faire régresser le processus.

  • L’hygiène buccale
    • L’hygiène buccale représente un point déterminant; il faut donc régulièrement se brosser les dents après les repas ou au moins deux fois par jour. Cela permet d’éliminer les plaques dangereuses sur les dents.
    • Les interstices nécessitent également un nettoyage régulier, que ce soit à l’aide du fil dentaire ou de petites brosses spéciales (brosses interdentales disponibles en pharmacie), car la plaque et les restes de nourriture peuvent y séjourner sans qu’on ne les remarque et sans que la brosse à dent ordinaire ne puisse les atteindre.
    • Eviter les boissons ou les aliments acides à peu près une demi-heure avant et après le brossage des dents. Les acides ramollissent la surface des dents et une intervention immédiate de la brosse à dent peut provoquer une usure indésirable.
    • Chez les enfants, il faut veiller à ce qu’ils ne mangent pas trop souvent des sucreries ou boivent des boissons sucrées. Ce n’est pas la quantité de sucre qui est déterminante, mais la fréquence et la durée de la consommation de sucre. Il vaut donc mieux se faire plaisir une bonne fois et ensuite se brosser soigneusement les dents. D’autres amuse-gueule pour l’apéritif comme les chips et autres produits contenant des glucides représentent également un danger pour les dents, en particulier les chips forment une plaque qui adhère longtemps.
  • Le détartrage régulier: Le fait d’enlever la plaque retire aux bactéries leur espace vital. Il faut ajouter qu’une surface propre et bien lisse rendra plus difficile leur envahissement par les bactéries. Le dentiste ou l’hygiéniste se charge de cette intervention. La formation de la plaque dentaire n’est pas aussi intensive chez tout le monde. Le contrôle devrait donc se faire selon les circonstances individuelles tous les 6 à 12 mois. 
  • Protection des surfaces grâce au fluor: Les sels au fluor sont indispensables à la protection de la surface des dents. Ils peuvent favoriser le dépôt de la fluorapatite et du fluorure de calcium, consolider les foyers de carie naissants et contribuer au durcissement des dents. 
    • Le fluor est présent dans la plupart des dentifrices.
    • Du fluor pour les petits enfants: Les premières dents de lait seront nettoyées, dès leur apparition, une fois par jour avec un dentifrice spécial. Le dentifrice pour les enfants contient nettement moins de fluor que celui des adultes. On l’utilise jusqu’à la 6e année. Un excédent de fluor absorbé par l’organisme d’un enfant est nocif et peut entraîner une décoloration des dents. 
    • Le sel fluoré est disponible dans tous les magasins d’alimentation. On le reconnaît à l’étiquette verte de l’emballage.
    • A l’apparition des caries („taches de craie“), le dentiste peut en plus prescrire des pâtes, des laques, des solutions et des gels. Les tablettes au fluor ne sont nécessaires que dans des cas exceptionnels.
    • Le fluor dans l’eau potable: Le traitement de l’eau potable tel qu’il fut pratiqué dans le temps par les cantons BS et BL a été abandonné, car il existe sur le marché une telle quantité de produits que l’effet de l’eau n’est plus guère contrôlable et l’environnement risque d’être contaminé par les fluorures. Il existe cependant de l’eau minérale et de l’eau de table qui sont fluorées. 
  • Alimentation: Il faut renoncer à une alimentation riche en sucre, même à l’eau minérale sucrée. Les produits «light» ou «zéro» sont un peu moins dangereux, car ils contiennent moins d’hydrocarbures, mais ils sont la plupart du temps acides. Le miel est l’exemple type d’un aliment provoquant des caries, pas seulement à cause de sa teneur en sucre, mais surtout à cause de son état visqueux qui colle longtemps aux dents.
    Les repas intermédiaires, en particulier ceux que l’on prend à son poste de travail doivent être autant que possible sans sucre, car ils ne sont la plupart du temps pas suivis d’un brossage des dents.

Quand faut-il consulter?

C’est toujours le dentiste qui doit soigner les caries.

Il est recommandé de se soumettre à un contrôle régulier, au moins une fois par an, même en l’absence de symptômes de caries. Si le dentiste est le premier à détecter les dommages, ils sont encore minimes et la perte de substance est réduite. Si l’on attend jusqu’à l’apparition de la douleur, on sacrifie trop de matériel dentaire encore sain.
L’examen de contrôle est souvent accompagné d’un détartrage pour éliminer la plaque dentaire.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.