0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Maladie coronarienne, Coronaropathie, Cardiopathie ischémique

Dans la maladie coronarienne (MC) l’irrigation du muscle cardiaque est insuffisante suite à le rétrécissement des artères coronaires. La cause en est presque toujours une artériosclérose d’où l’utilisation du synonyme: cardiopathie ischémique (voir terminologie).

La maladie coronarienne est la plus fréquente de toutes les causes de mortalité dans les pays industrialisés et peut se manifester par exemple par un infarctus du myocarde, une angine de poitrine, une insuffisance cardiaque ou des troubles du rythme cardiaque.

Terminologie

Artériosclérose, athérosclérose:

dépôt de substances graisseuses, cellules du sang et fibre, plus tard aussi du calcaire, sur les parois des artères. Cela entraîne un rétrécissement du diamètre intérieur des vaisseaux sanguins concernés et une diminution de leur élasticité (voir aussi artériosclérose). Adjectif: artériosclérotique.

Artères coronaires:

Elles se situent dans la partie supérieure de la surface extérieure du muscle cardiaque et en assurent l’apport en sang, en nutriments et en oxygène.

Coronarographie:

Représentation des artères coronaires à l’aide de produits de contraste et de radiographie.

Ischémie:

L’alimentation en sang et du même coup en oxygène et en nutriments des tissus est diminuée ou complètement interrompue. Le terme médical est d’origine grecque: ίσχειν (ischein) et signifie retenue, αίμα (haima ou hema) signifie sang. Donc: rétention de sang qui entraîne un manque d’irrigation. Adjectif: ischémique.

Insuffisance:

faiblesse, performance réduite.

Electrocardiographie (ECG):

représentation graphique des variations de tension électriques pendant l’action cardiaque. Les différentes courbes et déflexions correspondent à différentes phases de l’activité cardiaque.

Prédisposition génétique:

Probabilité accrue chez un individu de développer une certaine maladie pour des raisons héréditaires.

Causes et facteurs de risque

Les causes sont la plupart du temps celles de l'artériosclérose.

Les facteurs de risque de la sclérose coronarienne et donc de la maladie coronarienne (angine de poitrine, infarctus du myocarde, etc.) sont les suivants:

Principaux facteurs de risque:

  • hautes valeurs de lipides sanguins (LDL-cholestérol, triglycérides), mais faible quantité de HDL-cholestérol
  • Hypertension, hypertonie
  • diabète
  • statut de fumeur
  • infarctus du myocarde/MC chez un membre de la famille au 1er degré avant l’âge de 55 ans (chez un homme) ou de 65 ans (chez une femme)
  • âge: plus de 45 ans (homme) / plus de 55 ans (femme)

Autres facteurs de risque:

  • sexe: les hommes sont plus fréquemment touchés que les femmes.
  • surpoids
  • trouble de la tolérance au glucose, syndrome métabolique
  • régime athérogène (le régime méditerranéen a un effet protecteur)
  • activité physique insuffisante
  • tendance accrue aux thromboses
  • prédisposition génétique: env. 20 régions génétiques sont identifiées que l’on associe à un risque accru d’infarctus du myocarde.
  •  
  • Hypertension, hypertonie.
  • Surcharge pondérale
  • Un taux trop élevé de cholestérol LDL et de triglycérides, mais une quantité insuffisante en HDL. 
  • Manque d’exercices physiques.
  • Fumer.
  • Age avancé. 
  • Disposition héréditaire.
  • Diabète sucré.
  • Sexe: Les hommes en sont davantage affectés que les femmes.
  • Stress continu.

Importance des facteurs de risque

Un seul facteur de risque est rarement à tel point dominant qu’il est à lui seul responsable d’une maladie coronarienne. La plupart du temps, il existe plusieurs facteurs de risque en même temps; ils peuvent constituer, grâce à leurs effets conjugués, un grand danger, même s’ils ne sont que peu prononcés.

Différentes manifestations de la maladie coronarienne

L’étendue et les symptômes cliniques sont variés, on trouve une description chez les liens suivants.

  • Angine de poitrine: l'angine de poitrine est le symptôme principal d’une ischémie aiguë du muscle cardiaque. La disproportion entre le besoin actuel en sang du muscle cardiaque et la capacité des artères coronaires provoque des attaques douloureuses très typiques.
  • Faiblesse du muscle cardiaque (insuffisance cardiaque).
  • Les troubles du rythme cardiaque sont souvent la conséquence d’un manque d’irrigation coronaire de la musculature cardiaque.
  • Infarctus du myocarde: Une occlusion complète d’une artère coronaire provoque un infarctus du myocarde.

La prévalence à vie (= probabilité de développer une maladie coronarienne dans sa vie) est de 30% chez les hommes et 15% chez les femmes. La maladie coronarienne est l’une des causes de mortalité les plus fréquentes; elle se situe clairement en tête chez les personnes âgées.

Quand faut-il consulter?

Dès que l’on soupçonne une maladie coronarienne (MC), il faut consulter un médecin. L’examen sera différent selon les formes d’apparition de la MC.

Pour le diagnostic, on utilise entre autres: l’ECG d’effort et de longue durée ainsi que l’échocardiographie (examen du coeur aux ultrasons). Les autres procédés d’imagerie médicale sont la tomographie à résonance magnétique (TRM), la tomographie computérisée (TC), l’angiographie des coronaires, qui entrent en ligne de compte dans des cas spéciaux.

Traitement

Le traitement passe par un changement du mode de vie, qui comprend des mesures de normalisation du poids, l’arrêt du tabac et une alimentation peu grasse et riche en fibres (régime méditerranéen composé de beaucoup de fruits, de salade, de légumes, de poisson et d’huile d’olive; la consommation modérée de vin est autorisée). Le patient devrait suivre un entraînement physique contrôlé, par exemple dans un groupe de sport pour coronariens, et apprendre des stratégies pour maîtriser le stress et des techniques de relaxation.
Le traitement consiste également à prendre des médicaments avec des points d’attaque différents selon les facteurs de risque ou les causes. En font partie:

  • Les remèdes qui diminuent la capacité de coagulation du sang pour empêcher les thromboses dans les artères coronaires.
  • D’autres médicaments sont également utilisés au cas par cas.
    • Pour la thérapie de l’insuffisance cardiaque. 
    • Pour la régulation des troubles du rythme cardiaque.
    • Pour baisser la pression artérielle.
    • Pour rééquilibrer les cholestérols au point de vue quantitatif et dans leur rapport réciproque (HDL, LDL).

Les médicaments permettent d’améliorer les symptômes et de ralentir la progression de l’artériosclérose. Les rétrécissements existants ne disparaissent pas, leur éloignement demande des interventions invasives.

Opérations

Elles s’imposent quand les symptômes sont prononcés et que les rétrécissements sont graves.

  • Angioplastie: On fait glisser un cathéter muni à sa pointe d’un petit ballon à travers l’endroit rétréci. Le gonflement du ballon élargit l’endroit rétréci. Pour que le vaisseau reste ouvert, on y introduit souvent ce qu’on appel un stent.
  • Stent coronaire: Il s’agit d’une sorte de rail pour le vaisseau sanguin, un tube flexible composé d’un treillis métallique très fin. On l’introduit d’abord dans l’artère élargit afin de la maintenir ouverte. Les stents peuvent être imprégnés de médicaments pour empêcher l’artère de se rétrécir à nouveau.
  • Le pontage: A l’aide de vaisseaux prélevés sur l’organisme ou de prothèses vasculaires, il est possible de nos jours de contourner ou de ponter les artères coronaires rétrécies ou bouchées.

Prévenir

La prophylaxie d’une maladie coronarienne consiste en premier lieu à suivre un mode de vie adapté au risque, ce qui signifie qu’il faut réduire les facteurs de risque de la maladie coronarienne et prévenir une artériosclérose. Cela signifie:  

  • Veiller à conserver un poids normal, à une alimentation pauvre en graisses, mais riche en fruits et en légumes (voir alimentation saine et équilibrée).
  • Une activité physique bien adaptée à l’âge et la condition physique, en présence de maladies précédentes (par ex. hypertension, hypertonie) consulter au préalable un médecin.
  • Ne pas fumer.
  • Suffisamment de pause de détente.
  • Contrôles réguliers de la glycémie, de la pression artérielle et du cholestérol; si nécessaire procéder à la régulation.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr. méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.