0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Emphysème pulmonaire

L’emphysème pulmonaire chronique provient d’un processus irréversible de destruction des alvéoles pulmonaires qui fondent littéralement en formant des cavernes ou des bulles plus ou moins grandes. Avec l’asthme bronchique, la bronchites chronique et broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), il fait partie des affections pulmonaires les plus fréquentes.
L’emphysème pulmonaire aigu est capable de régression, par exemple après une crise d’asthme.

On fait la distinction entre différentes sortes d’emphysèmes:

Emphysème généralisé

Cet emphysème se produit suite à la destruction d’une grande partie des alvéoles qui fondent littéralement en formant des espaces creux comme les trous d’un fromage de l’Emmental. Du même coup, la surface intérieure des poumons nécessaire aux échanges gazeux se rapetisse. L’absorption de l’oxygène indispensable à la vie et l’élimination du gaz carbonique qui résulte du métabolisme sont de plus en plus limitées. Les modifications se répartissent sur tout le poumon. Le tissu pulmonaire perd en plus en élasticité. Un traitement adéquat permet tout au plus de ralentir ou d’arrêter sa progression sans la rendre réversible.

Emphysème localisé

On fait la distinction entre différentes formes. Ce qui leur est commun c’est l’apparition de foyers (localisés) de bulles d’emphysème qui se sont formées par la destruction de la paroi de quelques alvéoles. Une partie de ces bulles d’air est située à proximité de tissus conjonctifs de certaines parties du poumon, l’autre partie, étroitement sous la surface des poumons. Ces bulles peuvent être solitaires ou en quantités plus grandes, peuvent rester petites ou atteindre la grosseur d’une prune ou dans les cas extrêmes se répartir sur tout un lobe pulmonaire. Le reste du tissu pulmonaire reste normalement structuré et fonctionne sans être troublé. Les bulles d’emphysème situées étroitement sous la surface des poumons apparaissent la plupart du temps chez les jeunes adultes et passent inaperçues jusqu’au jour où elles éclatent: la suite en est un pneumothorax spontané.

Terminologie

Alvéole:

bulles qui font partie des vois aériennes dans le tissu du lobe pulmonaire, d’un diamètre d’environ 0,1 à 0,3 mm. Elles sont la „station terminus“ de l’air respiré. C’est à cet endroit que l’oxygène est absorbé par les vaisseaux capillaires et que le gaz carbonique est envoyé dans l’air alvéolaire avant d’être expiré.

Cyanose:

Coloration bleutée de la peau (en particulier des lèvres, des doigts, des oreilles) et des muqueuses, suite à un manque d’oxygène dans le sang.

Emphysème:

Dilatation exagérée des alvéoles pulmonaires. Le verbe grec εμφυσώ (emphyso) signifie gonfler.

Pneumothorax:

le mot vient du grec et signifie air libre dans le thorax en dehors des poumons. Il se produit spontanément quand éclate une bulle d’emphysème située tout près sous la surface des poumons.

Vaisseaux capillaires:

Les vaisseaux sanguins les plus fins.

Les causes

  • Bronchite chronique: Nombre de personnes qui en sont affectées souffrent depuis des années d’une bronchite chronique, provoquée par une exposition prolongée à la poussière et surtout par la fumée. Les hommes souffrent de ce fait plus souvent d’un emphysème que les femmes, même si de nos jours la tendance est croissante chez les femmes.
    La bronchite chronique touche les bronches et les bronchioles alors que l’emphysème atteint jusqu’aux alvéoles pulmonaires.
  • Asthme chronique et expiration forcée contre résistance: asthme bronchial, le fait de jouer d’un instrument à vent, de souffler du verre ou de pratiquer des exercices respiratoires inconsidérés, lors d’une activité sportive peut entraîner un emphysème provoqué de façon mécanique. Pour qu’un emphysème apparaisse, il faut dans ces cas que d’autres éléments contribuent à le déclencher, en particulier les pollutions de l’air.
  • L’âge: La dégénérescence pulmonaire provoque une perte d’élasticité, une diminution du tissu pulmonaire. Une cause supplémentaire est l’inhalation des années durant d’air pollué.
  • Carence en éléments de protection enzymatiques: Les enzymes ou ferments protègent la surface des poumons contre les substances agressives. Un manque génétique de ces principaux éléments de protection (alpha 1-antitrypsine) affaiblit la défense contre les substances nocives inhalées. Dans ce cas, l’emphysème peut prendre déjà chez les jeunes adultes une ampleur invalidante, mais, en règle générale, seulement si les jeunes concernés sont des fumeurs.
  • Prédisposition: Certaines bulles d’emphysème situées étroitement sous la surface des poumons ont une fréquence familiale connue et l’on suppose qu’il existe des facteurs génétiques qui en sont coresponsables.
  • Rétrécissement des ramifications les plus fines des bronches ou formation de cicatrices suite à une inflammation ou une infection qui entrave l’évacuation de l’air depuis les alvéoles.d
  • Malformation congénitale: Elle peut se présenter comme un emphysème unilatéral. C’est surtout le lobe pulmonaire supérieur qui en est affecté, mais la malformation d’autres organes est fréquente.

Le tableau clinique

Les bulles d’emphysème isolées chez les jeunes adultes peuvent exister sans susciter de symptômes. En cas de pneumothorax spontané suite à l’explosion d’une bulle d’emphysème à la surface des poumons, ce dernier provoque une douleur aiguë dans le thorax, accompagné de dyspnée ou de gêne respiratoire.

L’emphysème pulmonaire généralisé se développe souvent à partir d’une bronchite chronique, en règle générale après les 45 ans, parfois même plus tôt chez les fumeurs. Si les deux maladies se manifestent en même temps, on parle de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Au début, les symptômes typiques font défaut ou leur signification n’est pas pleinement reconnue:

  • Dyspnée ou gêne respiratoire, au début seulement en cas d’effort physique, par exemple en montant les escaliers. Avec l’évolution de la maladie, le patient ressent nettement une diminution de la fonction des poumons avec une gêne respiratoire, même au repos.
  • Toux chronique avec ou sans expectorations.
  • Diminution de la performance, fatigue ou maux de tête sont fréquents.
  • Plus forte tendance à faire des infections (bronchite, pneumonie), surtout en automne ou en hiver.
  • Lèvres bleues: Avec l’augmentation d’emphysème, le sang reçoit de moins en moins d’oxygène et les lèvres prennent une coloration bleutée (cyanose).

Complications et séquelles d’un emphysème généralisé

  • Infections aiguës répétées. Elles provoquent une détérioration subite de l’état général.
  • Forme rigide, en forme de tonneau du thorax, dont les côtes, placées à l’horizontale, ne permettent aux mouvements respiratoires qu’une amplitude minimale. L’expiration est difficile et prolongée.
  • Déficience de la musculature respiratoire.
  • Une fonction pulmonaire fortement limitée affecte aussi le coeur. Elle provoque une dilatation du coeur et de l'insuffisance cardiaque. Cet état renforce la dyspnée. C’est en particulier le ventricule droit qui en est affecté, car le coeur doit travailler davantage pour pomper le sang à travers les poumons.
  • Les forces diminuent due à une faiblesse musculaire généralisée.
  • Carcinome bronchique.

Que peut-on faire?

  • Eviter toute exposition supplémentaire aux substances nocives, en particulier aux poussières industrielles et à la fumée de tabac. Il n’est jamais trop tard d’arrêter de fumer. Même si l’emphysème est déjà largement répandu, une amélioration subjective des troubles est possible.
  • Les exercices respiratoires réguliers, les inhalations, les cures climatiques et des efforts bien dosés, le tout sous contrôle médical et avec le soutien d’un personnel bien formé, peuvent contribuer à améliorer ou du moins à conserver le fonctionnement des poumons et à améliorer la performance physique.

Quand faut-il consulter?

En cas de toux et d’expectorations persistant durant plusieurs semaines, de gêne respiratoire et une nette détérioration de la performance physique, il faut toujours consulter un médecin. Si l’emphysème a déjà été décelé, il faut consulter lorsque se manifeste une infection des voies respiratoires.

Diagnostic

Le médecin fera appel en dehors des examens habituels, aux tests de fonctionnement des poumons, aux examens en laboratoire (analyse du sang, détermination des enzymes dans le sang) à la radiographie et à la tomographie computérisée (TC).

Traitement

  • Les infections demandent une thérapie appropriée, basée sur des anti-inflammatoires et la plupart du temps sur des antibiotiques.
  • Une composante asthmatique n’est pas rare et nécessite un traitement spécifique avec des inhalations et des médicaments permettant de diminuer le rétrécissement des voies respiratoires.
  • Les antitussifs seront administrés pour permettre un sommeil reposant et limiter la surcharge du coeur quand la maladie est déjà à un stade avancé.
  • En cas d’emphysème au stade avancé, on peut donner au patient durant la nuit de l’oxygène à l’aide d’un masque appliqué sur le nez ou d’une sonde nasale.
  • Les bulles d’emphysème isolées peuvent s’opérer (bullectomie) et les techniques utilisées sont de moins en moins invasives (chirurgie mini-invasive, thoracoscopie).
  • Si les deux poumons sont déjà largement détruits, il est possible d’enlever des parties de poumon (chirurgie de réduction de volume). Une dernière possibilité est la transplantation d’organe.

Prévenir

La prophylaxie est d’autant plus importante qu’un emphysème, une fois installé, n’est pas réversible, il peut seulement se traiter de manière symptomatique.

  • Éviter d’inhaler des substances toxiques: ne pas fumer, éviter la poussière, porter des masques de protection.
  • Ne pas fumer.
  • Une thérapie régulière et appropriée contre l’asthme bronchial et la bronchite chronique.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.