0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Inflammation des sinus

Terme: Sinusite
Formes cliniques: Iinflammation des sinus frontaux, Inflammation des sinus maxillaires

Les infections du nez peuvent se propager dans les sinus. A l’inverse l’inflammation d’un sinus peut exercer une influence sur le pharynx, le larynx et les bronches. L’affection peut s’étendre à ces structures plus profondes.

Introduction

Les sinus de la face sont des cavités remplies d’air et tapissées d’une muqueuse dans la région des os du visage. Font partie des sinus de la face, les sinus maxillaires, les cellules ethmoïdales, les sinus frontaux et les sinus sphénoïdaux (Illustration). Tous ces sinus communiquent avec les fosses nasales par des orifices.

Vu la proximité anatomique immédiate, les infections du nez peuvent facilement se propager dans les sinus. Il faut ajouter que les voies respiratoires forment un ensemble fonctionnel de telle sorte que l’inflammation d’un sinus peut exercer une influence sur le pharynx, le larynx et les bronches et que l’affection peut s’étendre à ces structures plus profondes.

La muqueuse des sinus produit une sécrétion qui s’écoule normalement dans la cavité du pharynx. S’il se forme un rétrécissement dans le nez (voir plus loin, causes et facteurs défavorables), l’écoulement des sécrétions est entravé et les sinus ne sont pas suffisamment ventilés. Les agents pathogènes peuvent se fixer sur la muqueuse et y provoquer une irritation et une inflammation chronique.

Les tout petits (jusqu’à 2 ans) ne souffrent pas de sinusite, car les cavités dans les os de la face ne se développent qu’après la naissance. A partir de la deuxième année les cellules ethmoïdales peuvent s’enflammer, plus tard les sinus maxillaires et dès la 6e année également les sinus frontaux.

Causes et facteurs défavorables

La plupart du temps la sinusite aiguë est provoquée par des bactéries ou des virus, plus rarement par des champignons. Elle est souvent précédée d’une infection virale (refroidissement, grippe) des voies respiratoires supérieures ou d’une inflammation allergique. L’infection ou la réaction allergique provoque un gonflement de la muqueuse en bloquant l’écoulement normal des sécrétions ce qui constitue un terrain idéal pour les bactéries. Les variations des formes anatomiques de l’intérieur du nez peuvent favoriser cette situation (voir sous inflammations chroniques).

Les inflammations chroniques du sinus maxillaire sont favorisées par certains facteurs qui peuvent constituer un obstacle à la circulation de l’air et à l’écoulement des sécrétions. Il peut par exemple s’agir de polypes ou d’une variation des formes anatomiques de l’intérieur du nez comme la déformation de la cloison médiane du nez (déviation du septum nasal) ou de l’élargissement des cornets. L’irritation inflammatoire chronique peut aussi partir d’une rhinite chronique ou d’une racine de dent malade. Les amalgames servant à obturer les dents font encore toujours l’objet de discussions très controversées.
Les facteurs environnementaux comme la fumée, la poussière, les gaz d’échappement, les vapeurs nocives (industrie) irritent la muqueuse et favorisent l’apparition de la maladie.

Le tableau clinique

Sinusite aiguë

  • Des douleurs spontanées, accompagnées de pulsations au-dessus du sinus concerné: mal de tête frontal, douleurs dans la région de la mâchoire supérieure ou des dents, entre les yeux ou derrière les yeux. Ces douleurs sont partiellement pulsatiles ou piquantes et augmentent de manière typique lorsqu’on baisse la tête.
  • Maux de tête, pression dans la tête.
  • Rhume: rhinorrhée ou écoulement nasal aqueux, glaireux ou purulent lorsque l’infection est d’origine bactérienne.
  • Nez bouché, respiration difficile: Les personnes affectées respirent souvent par la bouche, la fonction olfactive est diminuée.
  • Pression dans l’oreille qui peut être pénible; perte d’audition, vertiges.
  • Maux de dents, mauvaise haleine.
  • Fièvre: elle est élevée si la sinusite est purulente et s’accompagne parfois de frissons.
  • Fatigue, abattement.

Sinusite chronique

Lors d’une évolution chronique, les symptômes sont moins prononcés. On constate d’abord une difficulté à respirer par le nez, des sécrétions nasales, des éternuements, des maux de tête et des douleurs faciales ainsi que des troubles olfactifs. Autres signes d’une inflammation chronique qui s’est propagée dans le larynx et les bronches, mal à la gorge, besoin de se racler la gorge, „avoir un chat dans la gorge“, toux, bronchite.

Chez les enfants la sinusite est plus difficile à déceler que chez les jeunes et les adultes. Les refroidissements à répétition, un rhume chronique ou la toux peuvent en être une indication.

Les complications

Elles sont la plupart du temps la séquelle d’une sinusite aiguë si aucune thérapie appropriée n’intervient. La menace la plus importante est la propagation de l’inflammation sur les os du voisinage, les yeux, les méninges (méningite) ou le cerveau (encéphalite).

Que peut-on faire?

Il faut avant tout veiller à humidifier suffisamment l’air que l’on respire ainsi que les voies respiratoires.

  • Faire des inhalations de vapeurs de camomille ou de sauge ou préparer un bain de vapeur d’eau salée afin de fluidifier les sécrétions pour faciliter leur écoulement.
  • Humidifier le nez avec une solution de sel de cuisine fortement diluée (1 cuiller à thé pour 1 litre d’eau). Il s’agit là d’un remède de famille éprouvé en cas de sinusite et de rhume. Le rinçage avec une solution de sel de cuisine permet de ramollir les croûtes coriaces et de les enlever plus facilement. On utilise à cet effet une pipette disponible en pharmacie.
  • Il existe également dans le commerce des pommades pour humidifier la muqueuse nasale. Il faut éviter l’utilisation prolongée des gouttes nasales décongestionnantes et des sprays pour le nez, car ils provoquent le dessèchement et l’atrophie de la muqueuse.
  • L’humidification de l’air peut aider à éviter le dessèchement des voies respiratoires profondes, surtout lorsqu’on respire par la bouche à cause d’un nez bouché. Ce sont les humidificateurs électriques qui conviennent le mieux. L’eau des humidificateurs à froid par contre contient souvent des bactéries qui sont ainsi propulsés dans l’air ambiant.
  • Le fait de boire beaucoup renforce l’effet des produits décongestionnants et des médicaments. Le rayonnement aux infrarouges peut également accélérer la guérison.
  • Des analgésiques légers ou, si nécessaire, des médicaments fébrifuges.

Quand faut-il consulter?

Les raisons qui demandent une consultation chez le médecin

  • Sinusite aiguë: Il s’agit d’éviter une évolution chronique ou des complications.
  • Sinusite chronique: détermination et traitement de la cause (test d’allergie, contrôle dentaire).

Les symptômes alarmants, signes d’une complication, exigeant une rapide consultation médicale sont:

  • Un gonflement inhabituel de la paupière.
  • Une douleur pulsatile, battante et/ou une douleur due à une pression sur les os du visage (région des yeux, du front, de la joue).
  • Une joue enflée, accompagnée de violentes douleurs au visage.
  • Des frissons.

Diagnostic

L’examen débute par l’inspection du nez et du pharynx. En cas de sinusite prolongée, de sinusite chronique et en particulier en présence de complications, d’autres interventions peuvent être nécessaires, par ex. les ultrasons, la tomographie computérisée (TC) ou la tomographie par résonance magnétique (TRM).

Traitement conservatif

  • Elle consiste à utiliser des pommades hydratantes pour le nez et des médicaments capables de diluer les sécrétions afin de rétablir la ventilation des sinus. On peut ajouter les inhalations susmentionnées (voir «Que peut-on faire»?).
  • Les antibiotiques sont utilisés en cas d’infections bactériennes purulentes; ils sont également nécessaires en grande partie en présence de complications (voir plus haut).

Le pronostic de la sinusite est bon si le traitement est bien adapté, mais les récidives sont fréquentes en cas d’obstacles chroniques à l’écoulement des sécrétions, il faut alors envisager une intervention chirurgicale.

Thérapie chirurgicale

  • En cas de sinusite chronique l’opération sera la moins invasive possible en utilisant des instruments très fins que l’on introduit par le nez tout en contrôlant leur parcours sur un écran. Le but est d’éloigner la muqueuse malade afin d’améliorer l’écoulement des sécrétions des sinus, le cas échéant en corrigeant la cloison nasale (septoplastie), en procédant à des opérations de drainage, à l’ablation des polypes de la muqueuse ou de certaines parties des cornets trop vastes.
  • Les complications en cas d’inflammation des sinus nécessitent presque toujours une opération avec ablation de la muqueuse purulente, des abcès et le cas échéant des parties osseuses attaquées par l’inflammation et l’infection. De même une affection provoquée par des champignons nécessite une intervention chirurgicale.

Prévenir

  • Humidifier l’air, en particulier en hiver, afin d’éviter l’irritation des muqueuses par l’air trop sec, il faut par ex. veiller à une aération répétée, de courte durée, utiliser un vaporisateur (voir «Que peut-on faire»?).
  • Ne pas fumer, ne pas séjourner dans des locaux enfumés.
  • Porter des masques de protection en travaillant avec des substances qui développent des vapeurs susceptibles d’irriter les muqueuses.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.