0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Syndrome des jambes sans repos, Impatiences nocturnes, Restless legs

Le syndrome des jambes sans repos („Restless Legs“) ou impatiences se caractérise par une  envie irrésistible de bouger les jambes de manière saccadée. L’obligation de bouger se manifeste de préférence lorsque la personne concernée est tranquillement assise ou couchée, également durant le sommeil, moins en station debout et pas du tout pendant la marche. Il s’accompagne de différents troubles sensitifs plus ou moins désagréables.

Ce phénomène unique peut déjà se manifester durant l’enfance. On estime qu’environ 10% de la population en souffre, de préférence les femmes. Son évolution est incertaine: Les symptômes peuvent se renforcer au cours des années ou, plus rarement, régresser de manière spontanée.

Les causes

La cause primaire est un trouble d’origine génétique dans la réaction aux neurotransmetteurs (dopamine) des impulsions nerveuses dans le cerveau. Cette affection peut se transmettre et sa fréquence dans certaines familles a été constatée. Tout n’est cependant pas tout à fait tiré au clair à ce sujet.
On parle de „syndrome secondaire des jambes sans repos“, lorsque d’autres facteurs supplémentaires, avec ou sans prédisposition héréditaire, sont suspectés comme étant les déclencheurs des symptômes, par exemple

  • La présence de certaines maladies comme le diabète sucré, une déficience rénale, des affections nerveuses, mais aussi en cas de grossesse.
  • Une carence en sels minéraux bien définis. Du moment que l’administration de magnésium ou de fer (en cas de carence constatée) permet parfois d’éliminer les troubles, on soupçonne qu’il s’agit là également d’un facteur déclencheur.

Symptômes

Les symptômes peuvent se déduire de la description du phénomène:

  • Agitation motrice dans les deux cuisses, les mollets et les pieds, rarement dans les bras. Il est parfois possible de l’interrompre de manière volontaire, mais cela demande beaucoup d’efforts, alors que le soulagement intervient lorsque le patient cède à cette envie irrésistible de bouger et de marcher.
  • Sensations troublées: picotements, fourmillements, brûlures ou diminution de la sensibilité dans les extrémités concernées.
  • La douleur se manifeste surtout chez les personnes âgées, mais aussi chez les enfants ce qui est souvent interprété comme „mal dû à la croissance“ à cause des réveils nocturnes qui les font se lever.
  • Autre élément typique, une fréquence relative à certains moments dans la journée: Le trouble se manifeste de préférence le soir ou durant la nuit. Une agitation permanente des jambes retarde l’endormissement, interrompt le sommeil et peut être à l’origine d’un manque de sommeil (troubles du sommeil). Il s’ensuit parfois une fatigue chronique.

L’agacement des jambes lorsqu’on est à table en bonne société peut être très gênant. De nombreuses personnes arrivent à contrôler leur agitation en se levant, en se promenant, en allant aux toilettes ou en cherchant d’autres prétextes.

Que peut-on faire?

Les possibilités se limitent aux mesures que nous prendre quand nous souffrons de troubles du sommeil. Ces mesures ne cherchent pas éliminer directement les picotements ou le besoin de bouger les jambes.
Comme les symptômes se manifestent quand on est au repos, il suffit de bouger pour faire partir les tressaillements et les sensations désagréables, comme cela se fait pour soulager les crampes musculaires.

Quand faut-il consulter?

La maladie ne fait pas l’objet d’un examen clinique, mais le diagnostic peut se poser d’après les réponses à des questions bien ciblées (également à l’aide de questionnaires). Un examen dispendieux dans un laboratoire du sommeil (polysomnographie ou polygraphie du sommeil) permet d’objectiver les mouvements nocturnes.
Il existe toute une série de médicaments qui peuvent atténuer les troubles du sommeil et le besoin de bouger. La réponse individuelle est cependant très diversifiée. La constatation d’une carence en sels minéraux (fer, magnésium) peut être compensée par un apport de ces éléments sous forme de tablettes. Il faut également rechercher d’autres déclencheurs ou maladies et les traiter le cas échéant.

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.