0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0 – Lexique de la santé

Toxémie gravidique

Termes: Pré-éclampsie, Éclampsie et syndrome de HELLP

Sous le terme toxémie gravidique on entend les troubles de l’état général et les affections causés par la grossesse elle-même, suite aux changements du métabolisme et des structures de l’organisme de la future mère.

Terminologie

Toxémies gravidiques:

En ce qui concerne le moment de leur apparition, on distingue entre les toxémies gravidiques précoces et les toxémies tardives. L’exemple le plus connu de la gestose précoce est le vomissement matinal, la plupart du temps plutôt bénin, au cours des trois premiers mois de la grossesse. Les gestoses tardives, qui apparaissent vers la fin de la grossesse, sont plus graves.

Eclampsie:

Le terme éclampsie signifie une toxémie gravidique (gestose) tardive grave, avec apparition d’une série de crises ressemblant à celles de l’épilepsie. On estime qu’elle est due aux rétrécissements vasculaires convulsifs à l’intérieur de nombreux organes. La pré-éclampsie par contre est l’étape qui précède la menace d’une éclampsie.

Le syndrome HELLP:

est une forme dangereuse de gestose tardive, accompagnée de troubles de la fonction hépatique et de la coagulation du sang et d’hypertension.

Causes et facteurs de risque

L’expression toxémie gravidique est due à l’ancienne croyance qui supposait qu’elles soient déclenchées par des toxines. Les causes exactes sont de nos jours toujours aussi énigmatiques. Ce qui est sûr, c’est que l’organisme féminin est fortement mis à l’épreuve par une grossesse qui comprend un changement hormonal, une réorientation psychique, une attitude de désir ou de refus de la grossesse, un assouplissement des structures des tissus conjonctifs, une augmentation de la quantité de sang circulant, la prise de poids, l‘adaptation du système cardiovasculaire maternel.

Tous ces phénomènes communs à toutes les femmes enceintes ne constituent pas encore une toxémie gravidique, mais l’apparition de cette dernière est associée à la présence de certains facteurs de risque:

  • Première grossesse, surtout si la femme est très jeune ou déjà plus âgée.
  • Grossesses multiples.
  • Toxémie gravidique (gestose) au cours d’une grossesse antérieure.
  • Disposition familiale à faire de l’hypertension.
  • L’existence d’un diabète sucré préexistante, d’affections rénales ou thyroïdiennes.
  • Alimentation insuffisante ou incorrecte.

Les formes et les symptômes

En début de grossesse

A partir du 2e mois jusqu’à la fin du 4e mois, les nausées et les vomissements sont fréquents le matin. Le symptôme est la plupart du temps bénin et disparaît de manière spontanée. Le passage vers des vomissements excessifs et dangereux est plus rare. Ce dernier peut provoquer une déshydratation de l’organisme, de la fièvre et des troubles fonctionnels des reins et du foie ainsi que des troubles de la conscience.
Les toxémies gravidiques sont plus rares au cours du deuxième tiers de la grossesse.

Au cours du dernier tiers de la grossesse

  • Le principal symptôme est l'hypertension (hypertonie) avec 140/90 mm Hg. Les signes qui la manifestent sont des maux de tête et des troubles de la vision (scintillements, du brouillard devant les yeux).
  • De l’oedème, c’est-à-dire des enflures et des gonflements généralisés, en particulier des jambes, associés à une prise de poids excessive. Les oedèmes peuvent survenir sans autre signe de toxémie gravidique chez des femmes enceintes par ailleurs tout à fait saines.
  • Elimination d’albumine avec l’urine (protéinurie), ce qui indique un trouble de fonctionnement des reins.
  • Si les trois signes susmentionnés sont combinés, on utilise parfois pour les désigner l’abréviation anglaise „EPH-Gestose“. E signifie „Edema“ (oedème), P signifie protéinurie, H signifie hypertonie.
  • Les nausées et les vomissements réapparaissent. Les autres signes de maladie sont les maux de ventre, une certaine hébétude et de l’inquiétude.

Lorsque ces symptômes sont particulièrement évidents, on parle de pré-éclampsie, un état dangereux pour la mère et l’enfant. Non traitée celle-ci peut dégénérer en éclampsie, qui est la forme la plus grave d’une gestose tardive. Sont particulièrement menacées les femmes ayant souffert avant la grossesse de troubles fonctionnels du foie et des reins, de lésions vasculaires ou d’autres maladies.
L’éclampsie qui met la vie en danger se caractérise par les éléments suivants: 

  • Des crises convulsives ressemblant à l’épilepsie avec perte de connaissance, même pendant ou après la naissance de l’enfant. La crise en elle-même dure environ 1 minute et ressemble à une crise d’épilepsie. La perte de connaissance qui s’ensuit peut durer des heures et des jours.
  • Dans le cadre d’une éclampsie, il peut subitement se produire une déficience rénale, une jaunisse, des saignements et des thromboses (syndrome HELLP).
    Le mot „HELLP“ fait référence aux composants de la maladie: Hémolyse est la dissolution des globules rouges; des valeurs trop élevées de l’enzyme du foie (Elevated Liver Enzymes) indiquent une déficience de la fonction hépatique; la diminution du nombre des plaquettes (Low Platelets) entraîne un trouble de la coagulation.
  • Les risques pour l’enfant: Une déficience fonctionnelle partielle ou totale du placenta peut provoquer la mort de l’enfant dans l’utérus, des troubles de croissance et une naissance prématurée.

Que peut-on faire ? – Prévenir

  • Une alimentation équilibrée, un apport suffisant en vitamines et en sels minéraux (en particulier du calcium et du fer). En cas d’hypertonie, une alimentation pauvre en sel, mais pas de restriction pour la quantité de liquide à boire.
  • Suffisamment de repos.
  • Eviter les dommages venant de l’extérieur comme ceux de l’alcool et de la nicotine.
  • Surélever les jambes: rehausser le pied du lit.
  • Contrôle du poids. La prise de poids vers la fin de la grossesse ne devrait pas dépasser 600 grammes par semaine et, durant toute la durée de la grossesse, ne pas dépasser les 9 kilos.

Quand faut-il consulter?

La raison des contrôles réguliers en cours de grossesse réside dans l’urgence pour dépister à temps les toxémies gravidiques afin de les traiter. Dès l’apparition de signes soupçonnés de la maladie, il est nécessaire de procéder immédiatement à un examen médical approfondi, même entre les contrôles réguliers prévus.

Le traitement des toxémies gravidiques tardives se fait de préférence à l’hôpital et comprend des mesures médicamenteuses pour baisser la tension et du repos.
La toxémie gravidique se guérit généralement en pratiquant une césarienne avant terme. Le moment de cette intervention dépend de la maturité de l’enfant et de l’état général de la mère.
En cas d’éclampsie ou de syndrome HELLP, il faut immédiatement pratiquer une césarienne, car la vie de la mère et de l’enfant sont en danger.

Autres informations, adresses

  • Fondation KOSCH
    Coordination et promotion de groupes d’entraide en Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061/333 86 01
    Centrale de renseignement: Tél. 0848 810 814
    www.kosch.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  02.08.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.