0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance

Questions & réponses

Souhaitez-vous obtenir de plus amples informations concernant nos publications ou comprendre comment interpréter nos indices (ou critères de pondérations)?
Les réponses les plus fréquentes se trouve ici.

Données

Que sont les nombres de cas ?

Les chiffres concernant les nombres de cas indiquent combien d’interventions et de traitements stationnaires ont été réalisés en une année dans un hôpital. Fondamentalement, on peut partir du principe qu’un nombre élevé de cas est synonyme de plus d’expérience, voire d’une plus grande expertise et donc d’une plus grande qualité du traitement. Cependant, lorsque l’on compare les hôpitaux, il faut impérativement avoir à l’esprit que la taille d’un hôpital a inévitablement une influence sur le nombre de cas (ex. comparaison entre un hôpital universitaire et un hôpital régional). De plus, dans un grand hôpital, les médecins traitants peuvent changer, tandis que dans un hôpital plus petit, le même médecin pratique régulièrement le même traitement ou la même opération.

Les chiffres concernant les cas sont calculés sur la base des SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups). Les SwissDRG sont des groupes de cas relatifs aux diagnostics. Ils constituent la base du système suisse de forfait par cas des hôpitaux et sont liés aux diagnostics.

Pour établir un aperçu utilisable par un large public en ce qui concerne l’étendue et le détail des données, QualiCheck a regroupé des interventions et traitements semblables ou similaires lorsque c’était judicieux.

Comment interpréter les nombres de cas pour les sites individuels et les groupes d’hôpitaux ?

Tous les hôpitaux qui font partie d’un groupe et décomptent avec un seul numéro de registre de code-créancier (n° RCC) figurent sur la liste détaillée de l’hôpital (principal) avec le nom de tous les hôpitaux / sites (ex. hôpital cantonal de Lucerne avec les sites de Lucerne, Wolhusen et Sursee). Les nombres de cas concernent toujours l’ensemble du groupe d’hôpitaux et doivent être interprétés en conséquence. Un nombre élevé de cas pour un groupe d’hôpitaux ne peut pas être rapporté à un hôpital individuel.

Exceptions :

  • Hôpital de l’Ile (Berne): les anciens sites autrefois gérés au sein du réseau hospitalier de Berne (Spitalnetz Bern) figurent sous le groupe de l’Ile, mais l’Hôpital de l’Ile y figure séparément. Les chiffres doivent être interprétés en conséquence.
  • Hôpital Riviera-Chablais Vaud-Valais : ce groupe possède plusieurs numéros de codes-créanciers ; toutefois les mêmes nombres de cas sont présentés pour tous les sites.

Les hôpitaux qui font partie d’un groupe, mais disposent de leur propre numéro de code- créancier, sont présentés séparément (ex. le groupe Asana avec l’hôpital de Menziken et l’hôpital de Leuggern).

Quels indicateurs de qualité sont publiés et lesquels ne le sont pas ?

Il faut distinguer, au niveau de leur descriptif et de leur interprétation, les indicateurs de la CSS et ceux de l’ANQ publiés concernant la satisfaction des patients, l’évaluation de la CSS, les nombres de cas, les taux d’infection des plaies, les réhospitalisations et les escarres. Les chiffres de la CSS et de l’ANQ concernant la satisfaction des patients représentent une qualité de traitement ou de résultat subjective. Les nombres de cas, les taux d’infection, les réhospitalisations et les escarres représentent une qualité de traitement ou de résultat objective. N’est en principe pas représentée la qualité des processus ou de la structure, comme l’infrastructure de l’hôpital, le niveau de formation / formation continue du personnel, la documentation des cas médicaux, divers concepts comme le service d’urgence, les soins palliatifs, etc., ou les procédures et les cas disciplinaires et interdisciplinaires. Ces aspects sont abordés dans l’évaluation de la qualité menée directement à l’hôpital par les spécialistes expérimentés de la CSS Assurance et sont représentés dans les catégories de l’hygiène, des soins et de la gestion de la qualité et du risque.

Quand les données sont-elles actualisées ?

Toutes les données sont mises à jour dès que possible, lorsque la CSS est en possession de résultats internes ou que des données de l’ANQ sont disponibles. Dans le cas contraire, nous conservons les données de la dernière année de mesure.

Nombre de cas par DRG – 2016
Evaluations de patients CSS – 2015, 2016, 2017, 2018
Satisfaction des patients ANQ – 2016
Escarre – 2016
Taux d’infection de la plaie – 2016
Réhospitalisations – 2016
Plus amples informations (qualité) – 2016, 2017, 2018

Merci de prendre note du fait que les enquêtes CSS relatives à la satisfaction des patients ont toujours lieu à des périodes différentes. Cela signifie que les enquêtes dans les hôpitaux ont lieu de manière décalée dans le temps, en fonction du niveau de soins. Les résultats peuvent donc provenir d’années différentes.

D’où proviennent les données ?

Les données de qualité publiées concernant les hôpitaux suisses de cas aigus proviennent des sources publiques (p. ex. ANQ) ainsi que d’enquêtes réalisées par la CSS. Pour une meilleure compréhension, les données ont été adaptées ou traitées (ex. les chiffres ont été arrondis à deux décimales, la valeur moyenne de toutes les questions d’une catégorie a été calculée, etc.).

Font partie des données publiques

  • Les données de l’ANQ : infections, escarres (décubitus) de catégorie 1 à 4, enquête concernant la satisfaction des clients et réhospitalisations
  • Les données de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP): nombre de cas


Font partie des enquêtes réalisées par la CSS

Qu’est-ce qu’un hôpital de soins aigus ?

Un hôpital de soins aigus est un hôpital général au sens classique du terme qui sert à l’examen, au traitement et aux soins des patients. Chaque hôpital de soins aigus dispose d’un mandat de prestations cantonal. L’hôpital est ainsi autorisé à réaliser les opérations et les traitements qui entrent dans le cadre de ce mandat.

Qu’est-ce que l’ANQ ?

L'ANQ (« Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques ») est une association nationale de développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques.

Qu’est- ce qu’un rapport sur la qualité (aussi appelé rapport hospitalier) ?

C’est un rapport établi chaque année par l’hôpital selon le modèle de H+ qui fournit une vue d’ensemble des activités relatives à la qualité d’un hôpital. Il est publié sur spitalinformation.ch.

Qu’est-ce que l’OFSP ?

L’OFSP (Office fédéral de la santé publique) fait partie du Département de l’intérieur et, avec les cantons, il est responsable de la santé de la population suisse et du développement de la politique nationale en matière de santé.

Qu’est-ce que H+ ?

« H+ Les Hôpitaux de Suisse » est une association des hôpitaux publics et privés, cliniques et institutions de soins.

Qu’est-ce que Value Quest ?

ValueQuest est une entreprise d’étude du marché, disposant de solides bases scientifiques, qui réalise avec succès depuis de nombreuses années, pour la CSS, des enquêtes au sujet de la satisfaction des patients.

Résultats de la recherche / classement

Comment les résultats de la recherche sont-ils triés / affichés ?

Le classement des hôpitaux affichés se fait en fonction du nombre de cas. Si vous cherchez un tableau clinique sans indiquer un lieu, un canton ou un hôpital dans le champ de texte, les six hôpitaux (par ordre décroissant) qui présentent le plus grand nombre de cas s’affichent. Si un tableau clinique est saisi dans le champ de texte, les nombres de cas affichés dans le résultat de la recherche se réfèrent toujours à l’ensemble de l’hôpital. Si le nombre de cas est identique pour les hôpitaux affichés, le classement est fait par ordre alphabétique. Dans l’affichage comparatif des hôpitaux, il est aussi possible de trier les valeurs des indicateurs de qualité par ordre croissant ou décroissant.

Pourquoi, pour l’hôpital que j’ai sélectionné, aucune donnée relative à la qualité ne s’affiche ? (texte affiché « aucune donnée »)

Raisons possibles :

  • L’hôpital n’a pas procédé au relevé des données,
  • Les données sont encore en cours de traitement et n’ont pas encore été publiées,
  • Une dispense a été déposée auprès de l’ANQ et l’hôpital n’est pas tenu de procéder à des mesures régulières,
  • La qualité des données est si faible que celles-ci ne sont pas présentées,
  • Le taux de réponse est si faible qu’il n’est pas possible de présenter les données,
  • L’hôpital a expressément demandé à ne pas publier les données ou renonce à la publication,
  • La CSS n’a pas encore procédé, pour cet hôpital, à une enquête auprès des patients sur la satisfaction,
  • Il n’y a pas encore de rapport sur la qualité (cf. « Quand les données sont-elles actualisées ? »).

Pourquoi est-ce que l’hôpital que je recherche a un autre nom ?

Le nom utilisé est le nom habituellement donné à l’hôpital. Il est aussi possible que l’hôpital ait rejoint un groupe d’hôpitaux et qu’il y ait alors eu un changement de nom. En cas de doute, nous vous recommandons de procéder à la recherche en fonction du lieu.

Pourquoi est-ce qu’un hôpital que je recherche n’apparaît tout simplement pas ?

Soit l’hôpital n’est pas un hôpital de soins aigus (mais par exemple une clinique de réadaptation), soit il a été fermé. Seules sont publiées des données concernant des hôpitaux qui sont exploités.

Pourquoi ce sont ces hôpitaux qui sont présentés dans la région et non pas d’autres ?

Vous débutez votre recherche par la saisie de votre tableau clinique et du lieu. Si la région ne dispose pas d’un hôpital (à proximité), la recherche est élargie jusqu’à ce qu’au moins un hôpital pour lequel des données concernant les cas disponibles pour le tableau clinique indiqué s’affiche.

Pourquoi le taux le plus élevé d’escarres est-il indiqué en rouge, c’est-à-dire comme mauvais résultat ?

Les valeurs inférieures à zéro indiquent que la survenance d’escarres est plus rare que dans la moyenne des hôpitaux. Pour les valeurs supérieures à zéro, des escarres surviennent plus souvent que la moyenne. «- 2 » est donc meilleur que « -1 », «- 1 » est donc meilleur que « 1 » et « 0 » représente la moyenne.

Comment fonctionne le QualiCheck mobile ?

Dans la version mobile, vous avez à votre disposition, outre la carte et les mannequins, les mêmes fonctions que sur la version pour ordinateur.

Chiffres de référence relatifs à la qualité

Enquêtes sur la satisfaction des patients

Quel est le contexte des enquêtes menées par la CSS et quels sont les chiffres de référence et informations publiés dans le cadre des enquêtes sur la satisfaction des patients?

Depuis août 2014, la CSS interroge ses assurés après qu’ils ont séjourné dans un hôpital de soins aigus pour savoir dans quelle mesure ils sont satisfaits du traitement et de leur séjour en général. Sont interrogés, avec un décalage dans le temps, des assurés majeurs ayant séjourné dans tout hôpital de soins aigus et dont l’hospitalisation ne remonte pas à plus de trois mois au moment de l’enquête. Au cours d’une année, un assuré est interrogé au maximum une fois.
Veuillez noter que, dans le cadre de l'interprétation des résultats, les hôpitaux actifs au sein d'un groupe (p. ex. l'Hôpital cantonal de Lucerne, regroupant Lucerne, Sursee et Wolhusen) sont interrogés en tant que tels. En d'autres termes, les différents sites individuels (à l'instar des nombres de cas) sont le reflet des résultats globaux du groupe. Nous soulignons par ailleurs le fait que les valeurs ne sont pas ajustées au risque.
Une faible satisfaction des patients n’est pas forcément synonyme de mauvaise qualité. Un ajustement au risque des indicateurs de qualité signifie que des facteurs concernant le patient, comme l’âge, la durée du séjour ou les maladies précédentes ainsi que la répartition variable des risques (mix des patients) entre les hôpitaux sont également pris en compte dans le calcul.

Le questionnaire CSS complet comprend 26 catégories. Une catégorie peut comporter plusieurs questions. Les valeurs affichées concernant les « médecins » (sept questions), le « personnel soignant » (cinq questions), l’hôtellerie (quatre questions) et les soins (quatre questions) sont les valeurs moyennes résultant des réponses. Vous pouvez trouver les détails des différentes catégories et questions dans le questionnaire au sujet de la satisfaction des patients. Comme des questionnaires incomplets (ex. : quatre réponses sur cinq dans une catégorie) ont également été évalués, il peut arriver que le nombre de réponses varie. Dans l’échelle de notation de 1 à 6 utilisée (système de notation scolaire suisse), 1 correspond à la note la moins bonne (« pas du tout ») et 6 à la meilleure (« tout à fait »). Les questions obtenant la réponse « Ne sais pas » ne sont pas intégrées dans le calcul.

Globalement, nous obtenons un taux élevé de réponses à nos enquêtes. Cependant, il n’y a pas un grand nombre d’évaluations pour tous les hôpitaux. Cela vient du fait que le nombre d’assurés CSS suivant un traitement n’est pas le même partout.

Quel est le contexte des enquêtes ANQ et qu’est-ce qui en est publié?

Chaque année, en septembre, l’ANQ mesure la satisfaction des patients. Les personnes ciblées sont les patients adultes de plus de 18 ans et qui sortent d’un séjour à l’hôpital en septembre (séjour de plus de 24 heures). L’évaluation de la satisfaction a lieu deux à sept semaines après la sortie des patients.
L’enquête comprend six questions avec différentes possibilités de réponses. Pour les cinq premières questions, l’évaluation va de 1 (réponse la plus négative) à 5 (réponse la plus positive). Pour la sixième question, les réponses vont de 1 (trop court) à 3 (trop long). En raison des diverses possibilités de réponses, seule la moyenne des cinq premières questions est affichée comme résultat sur QualiCheck. La moyenne est établie d’après les réponses aux questions se référant à l’établissement concerné. Toutes les questions sont pondérées de la même manière.

Voici les questions actuelles de l’enquête ANQ sur la satisfaction des patients dans les hôpitaux pour cas aigus:

  1. Comment jugez-vous la qualité du traitement (par les médecins et le personnel soignant)?
  2. Avez-vous pu poser des questions?
  3. Avez-vous reçu des réponses claires à vos questions?
  4. Vous a-t-on clairement expliqué à quoi servaient les médicaments que vous deviez prendre à la maison?
  5. Qu’avez-vous pensé de l’organisation de votre sortie de l’hôpital?
  6. Qu’avez-vous pensé de la durée de votre séjour à l’hôpital?

L'objectif général de l’ANQ est d’obtenir des résultats de mesure de la satisfaction des patients dans tout le pays et de les comparer entre eux. Pour y parvenir, tous les résultats sont adaptés en fonction des risques. Dans le domaine des soins somatiques aigus, l’adaptation en fonction des risques se fait notamment sur la base de l’âge, du sexe et du lieu de résidence après la sortie de l’hôpital.

Par ailleurs, il faut noter que les hôpitaux pour lesquels il existe moins de 50 formulaires exploitables ne sont pas pris en compte dans les mesures.

Autres informations sur l’évaluation de la satisfaction des patients ANQ

Evaluation de la CSS

En quoi consistent les évaluations de la CSS et quelle est leur utilité pour les fournisseurs de prestations et les patients?

En tant que leader de l’assurance-maladie, la CSS Assurance veut proposer à ses clients / patients des données claires à propos de la qualité et garantir plus de transparence dans l’assurance qualité au sein des hôpitaux, des cliniques de réadaptation et des centres psychiatriques.

Les spécialistes de la CSS ont évalué différents critères de qualité du point de vue des clients et les ont réunis dans un catalogue. Ces critères sont examinés à l’hôpital dans le cadre d’évaluations. La plus-value des évaluations pour les clients et les hôpitaux réside d’une part dans le fait que les clients / patients obtiennent une vue complète des mesures qualitatives mises en œuvre au sein de la clinique et de leur évolution. D’autre part, cela permet aux hôpitaux, aux cliniques de réadaptation et aux cliniques psychiatriques de montrer comment elles s’engagent pour leurs patients au quotidien.

Autres indicateurs publics

Qu’est-ce qu’un indicateur d’escarres ?

Une escarre est une lésion de la peau et des tissus sous-cutanés. Des soins insuffisants ou inappropriés peuvent en être la cause (p. ex. mauvaise position du patient), raison pour laquelle la fréquence et l’importance des escarres peut constituer un indicateur de la qualité des soins. Les valeurs indiquées ici des catégories 1 à 4 (tous types d’escarres, tant légères que graves) concernent l’ensemble de l’hôpital et non pas un certain tableau clinique. Cet indicateur est important, notamment pour les patients qui vont au devant d’une longue hospitalisation ou présentent un grand risque de développer des escarres.

Comment est calculé l’indicateur d’escarres et comment faut-il l’interpréter ?

La mesure a toujours lieu un certain jour de l’année (mesure de la prévalence) et les résultats sont présentés, ajustés au risque, comme valeur résiduelle (valeur calculée pour l’hôpital). Cela signifie que des facteurs concernant les patients tels que l’âge, la durée du séjour ou des maladies antécédentes sont également prises en compte dans le calcul. Des valeurs inférieures à zéro indiquent que la survenance d’escarres est plus rare que la moyenne des hôpitaux ; des valeurs supérieures à zéro indiquent que la survenance d’escarres est plus fréquente que la moyenne. «- 2 » est donc meilleur que « -1 », «- 1 » est donc meilleur que « 1 » et « 0 » représente la moyenne. Sur la page de comparaison des hôpitaux, la meilleure valeur est indiquée en vert et la plus mauvaise en rouge.

Merci de noter que, pour l’interprétation, il peut y avoir une distorsion du fait du jour de référence : il n’est pas possible de tenir compte de tous les groupes de patients en un seul jour.

Qu’est-ce qu’une réhospitalisation?

Une réhospitalisation n’est pas souhaitable. Elle signifie que le patient doit retourner à l’hôpital après en être sorti, en raison d’un problème déjà connu lors de la précédente hospitalisation. C’est pourquoi il s’agit d’un événement non souhaitable dont les causes peuvent être multiples. Cela ne signifie toutefois pas que toutes les réhospitalisations sont imputables à l’hôpital ou que ce dernier aurait pu les éviter. Pour cette raison, l’indicateur (ratio = quotient) ne vaut jamais 0 (norme pour le ratio = 1,0). Si des réhospitalisations ont lieu fréquemment, l’hôpital doit en identifier les causes, faute de quoi il risque de se voir attribuer des notes médiocres concernant la qualité des préparatifs de sortie.

Une réhospitalisation peut potentiellement être évitée si:

  • elle n’était pas prévisible lors de la dernière sortie d’hôpital
  • elle a lieu dans les 30 jours après une sortie
  • elle est causée par au moins une maladie connue lors de la sortie


Tous les patients stationnaires, y compris les enfants, sont pris en considération pour le calcul. Ne sont pas pris en considération pour le calcul:

  • les patients décédés ou transférés dans un autre hôpital
  • les nouveau-nés en bonne santé
  • les patients de chirurgie ambulatoire
  • les patients domiciliés à l’étranger


L’indicateur (ratio) vise en premier lieu à contrôler les points suivants:

  • La sortie était-elle bien préparée?
  • Les diagnostics étaient-ils clairs?
  • Un traitement de sortie approprié a-t-il eu lieu?
  • Des soins ambulatoires après la sortie ont-ils été planifiés?
  • Le médecin traitant a-t-il informé les proches ou, au besoin, le service de soins infirmiers?

Qu’est-ce que le taux d’infection des plaies ?

Une infection postopératoire de la plaie est une infection de la partie du corps ou de l’organe traitée survenant dans le mois, ou les douze mois qui suit(vent) certaines opérations. Le taux d’infection des plaies ajusté au risque se réfère à l’ensemble de l’hôpital et comprend tous les types d’infection, c’est-à-dire aussi bien les infections superficielles que les infections profondes d’organes ou de cavités. Un ajustement au risque des indicateurs de qualité signifie que des facteurs concernant le patient, comme l’âge, la durée du séjour ou les maladies précédentes ainsi que la répartition variable des risques (mix de patients) entre les hôpitaux sont également pris en compte dans le calcul.

Tous les hôpitaux qui ont adhéré à l’ANQ sont tenus de participer aux mesures. Sur dix opérations indexées, deux sont facultatives ; sur les huit restantes, trois doivent être sélectionnées et saisies pour les mesures. Tous les hôpitaux dont l’offre de prestations comporte la chirurgie du gros intestin doivent impérativement procéder à la mesure de l’infection des plaies pour cette opération.

Vous trouverez dans QualiCheck les taux d’infection des plaies sur l’aperçu détaillé de l’hôpital. Afin de faciliter la comparaison entre hôpitaux en ce qui concerne un certain tableau clinique (p. ex. appareil digestif), on a présenté ici les taux d’infection des plaies qui, à notre avis, sont le plus souvent mesurés ou surviennent le plus fréquemment (dans ce contexte le gros intestin). De plus, vous voyez dans l’encadré bleu les taux d’infection des plaies disponibles lorsque vous avez sélectionné un tableau clinique. Vous trouverez un aperçu de tous les taux d’infection de plaies mesurés et calculés dans l’aperçu de chaque hôpital.

Qu’est-ce qu’une réadaptation?

Une réadaptation a pour but d’améliorer l’état de santé d’un patient après une opération, une maladie grave ou un accident. Pour y parvenir, des médecins, du personnel soignant et des thérapeutes (p. ex. physiothérapeutes, ergothérapeutes et logopédistes) collaborent étroitement. Pendant une réadaptation, les patients sont traités de manière ciblée pour qu’ils puissent retrouver une vie autonome le plus rapidement possible. Outre l’assistance médicale, les patients, et parfois les proches, bénéficient d’un accompagnement d’ordre social. L’objectif est que les personnes concernées puissent gérer en grande partie elles-mêmes leur quotidien.

Une réadaptation peut s’effectuer de manière ambulatoire, partiellement stationnaire (dans des hôpitaux de jour) ou stationnaire (dans une clinique de réadaptation).