0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Trouble de la déglutition

Terme: Dysphagie
Forme clinique: Achalasie

Une dysphagie (trouble de la déglutition) est un défaut qui affecte une structure participant au processus de déglutition. Ce défaut entraîne une limitation fonctionnelle.
Dans le cas de l’achalasie, il s’agit d’un défaut fonctionnel de la musculature lisse du sphincter oesophagien. En raison d’une dégénérescence des cellules nerveuses du plexus myentérique (un faisceau de fibres nerveuses), ce sphincter ne peut pas s’ouvrir (se relaxer) ou ne s’ouvre que difficilement, ce qui entraîne un refoulement du bol alimentaire à l’entrée de l’estomac et des problèmes de déglutition par la suite.

Terminologie

Oesophagite:

l’inflammation de la muqueuse de l’oesophage.

Sphincter oesophagien:

Muscle de fermeture de l’oesophage; normalement, celui-ci s’ouvre au moment de la déglutition et permet ainsi au bol alimentaire de passer dans l’estomac.

Oesophagite:

Inflammation de l’œsophage, à évolution aiguë ou chronique. Les déclencheurs possibles sont: un reflux (inflammation chimique), la présence de virus herpès simplex, de Candida (inflammation infectieuse), une brûlure (inflammation d’origine thermique) ou une allergie (inflammation à éosinophiles).

Dégénération:

Modification de la structure de cellules ou de tissus avec perte fonctionnelle, provoqué par des processus d’usure. Adjectif: dégénératif.

Biopsie:

prélèvement de tissu pour examen détaillé par le pathologue.

Oesophagoscopie:

examen de l’oesophage à l’aide d’une caméra que l’on y introduit

Traitement palliatif:

Traitement des symptômes qui vise à améliorer la qualité de vie du patient quand la maladie est à un stade avancé et lui laisse une espérance de vie limitée. Un traitement palliatif peut atténuer par exemple les symptômes suivants: douleurs, nausées, vomissement, fièvre, dyspnée, stress psychique

Musculature lisse:

Musculature d’un type particulier qui ne se laisse pas contrôler par la volonté. Ce type de musculature se trouve surtout dans les organes creux, par exemple dans les parois des vaisseaux sanguins, l’intestin, les voies urinaires et respiratoires et les organes sexuels. Elle est innervée par le système nerveux végétatif et sert ainsi à réguler la tension artérielle, la digestion, les fonctions de l’appareil urogénital et celles de l’utérus au moment de l’accouchement

Plexus myentérique:

Écheveau de cellules nerveuses qui sont responsables des mouvements de la musculature lisse et commandent les mouvements péristaltiques dans le tractus gastro-intestinal. Le plexus myentérique est fait de fibres du système nerveux végétatif.

Péristaltique:

Terme qui qualifie les mouvements ondulatoires à l’intérieur d’organes creux. Par exemple, le bol alimentaire dans le tractus gastro-intestinal est transporté en avant par les mouvements péristaltiques.

Maladie auto-immune:

Elle se manifeste quand le système immunitaire endommage des tissus de son propre organisme. Il se forme ce qu’on appelle des auto-anticorps.

Pneumonie d’aspiration:

Pneumonie due à des substances contenues dans l’estomac qui provoquent une réaction inflammatoire grave.

Laparoscopie, coelioscopie:

Examen visuel direct de la cavité abdominale. A travers une incision de quelques millimètres près du nombril, on introduit un tube optique muni d’un éclairage dans la cavité abdominale. Quelques autres petites incisions dans la peau permettent d’y introduire des instruments chirurgicaux en forme de tubes très fins.

Botuline (Botox):

La botuline est une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. La toxine induit des relaxations musculaires et des paralysies passagères (réversibles). Autrefois, la toxine pouvait se former dans des conserves mal préparées, ce qui a provoqué des intoxications alimentaires graves qui ont entraîné des paralysies et la mort. Les propriétés de cette toxine sont aujourd’hui utilisé à des fins plutôt thérapeutiques (traitement des rides) et, en médecine, pour le traitement de maladies accompagnées de crampes musculaires (p. ex. fissure anale, tennis-elbow, achalasie, etc.).

Causes et facteurs de risque

Achalasie primaire:
On ignore les causes qui conduisent à la dégénérescence des cellules nerveuses du plexus myentérique responsable des troubles de la déglutition et des problèmes digestifs (troubles péristaltiques) qui s’ensuivent. On soupçonne un phénomène auto-immun ou une infection virale d’être à l’origine de cette dégénérescence.

Achalasie secondaire:
trouble de la déglutition dans lequel l’oesophage est rétréci et comprimé par des processus ou tableaux cliniques préexistants (p. ex. cancer oesophagien ou gastrique), causant ainsi une limitation fonctionnelle.

Tableau clinique

L’achalasie est une maladie très rare. On n'enregistre qu’un nouveau cas sur 100 000 personnes par an. Elle apparaît en majorité chez les personnes âgées de 30 à 60 ans. Il s’agit d’une maladie chronique progressive et incurable, mais pour laquelle il existe cependant de bonnes options de traitement.
Les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • sensation désagréable à la déglutition, besoin de boire beaucoup d’eau pendant et après les repas pour faire descendre les aliments dans l’estomac
  • régurgitation des aliments
  • mauvais haleine
  • crampes douloureuses derrière le sternum, raison pour laquelle on pense souvent d’abord à une maladie coronaire.
  • perte de poids progressive

Complications:

  • Les reflux nocturnes de restes d’aliments qui parviennent dans les voies respiratoires peuvent provoquer à terme une pneumonie d’aspiration.
  • Le patient perd toujours davantage de poids à mesure que la maladie progresse. Le contact prolongé des aliments avec la muqueuse oesophagienne peut entraîner une réaction inflammatoire, l’oesophagite. Si cette inflammation perdure, elle constitue un facteur de risque de développer un cancer de l’oesophage (risque jusqu’à 30 fois supérieur).

Quand faut-il consulter?

Le diagnostic et le traitement de l’achalasie sont du ressort du médecin. Les examens instrumentaux spéciaux comprennent la mesure de la pression à l’intérieur de l’oesophage par manométrie, l’oesophagoscopie qui sert à réaliser des biopsies de l’oesophage ainsi qu’un examen spécial où le patient doit avaler une bouillie mélangée à un produit de contraste (radiographie de contraste).

Traitement

On ne peut guérir de l’achalasie, mais il existe de bonnes options de traitement

  • Traitement médicamenteux par la nifédipine: fait baisser la tonicité musculaire du sphincter oesophagien inférieur, obtient de moins bons résultats à long terme que les méthodes invasives (p. ex. chirurgicales). Ce traitement s’adresse par conséquent plutôt à des patients en traitement palliatif ou à ceux qui rejettent les autres formes de traitement.
  • Dilatation pneumatique par ballonnet: cette méthode de dilatation physique du sphincter oesophagien par cathéter à ballonnet améliore le passage des aliments de l’oesophage vers l’estomac. Ce traitement affiche un taux de succès à long terme de 60% pour une suppression durable des troubles; il se peut que le traitement doive être répété plusieurs fois.
    Complications: Dans 1-5% des cas, le traitement entraîne une perforation de l’oesophage qui nécessite une opération en urgence. 10% des patients traités souffrent d’aigreurs d’estomac après le traitement.
  • Traitement chirurgical: Le sphincter oesophagien inférieur peut être opéré par laparoscopie de manière à ce que le bol alimentaire puisse passer dans l’estomac sans entrave. Le taux de succès de ce traitement invasif est de 90%, ce qui veut dire que 9 patients sur 10 sont asymptomatiques après le traitement. Complications: 10% des patients souffrent d’aigreurs d’estomac après le traitement.
  • Injections de botuline dans le sphincter oesophagien: ce traitement a pour effet de paralyser en partie le muscle, ce qui peut améliorer le passage des aliments dans l’estomac. Le traitement doit être répété tous les 6 mois environ.

Auteurs: Dr méd. H. Ganguillet

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.