0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Artériosclérose

L’artériosclérose signifie dépôt de substances lipidiques (cholestérol), et plus tard aussi de calcaire sur la paroi de l’artère. Il s’ensuit un rétrécissement progressif du diamètre intérieur, semblable au dépôt de calcaire d’une conduite d’eau, (illustration). A cela s’ajoute, qu’avec la calcification, l’artère perd de son élasticité et ne peut plus s’élargir suffisamment si le besoin s’en fait sentir.

  • L’irrigation sanguine des extrémités (surtout des jambes), mais aussi des organes internes (calcification des coronaires, des vaisseaux du cerveau et des reins) se détériore de plus en plus. Dans les artères sclérosées il se formera plus facilement des thromboses qui peuvent entièrement boucher le vaisseau déjà rétréci.
  • A l’aorte, l’artériosclérose peut provoquer encore d’autres modifications: la paroi devient rigide, mais parfois le rétrécissement ne se produit pas, au contraire, le vaisseau s’élargit gravement et devient friable provoquant ce qu’on appelle un anévrisme de l’aorte.

Tout le système artériel peut être affecté par l’artériosclérose, les artères des extrémités comme celles des vaisseaux du cerveau ou des coronaires. Les séquelles comme l’infarctus du myocarde ou l’apoplexie sont les principales causes de décès dans les pays industrialisés.

07-arter

Causes et facteurs de risque

Plus les facteurs énumérés ci-dessus seront fréquents, plus grand sera la risque d’une artériosclérose et de ses séquelles:

Principaux facteurs de risque

  • hautes valeurs de lipides sanguins (LDL-cholestérol, triglycérides), mais faible quantité de HDL-cholestérol
  • hypertension
  • diabète
  • statut de fumeur
  • infarctus du myocarde/MC chez un membre de la famille au 1er degré avant l’âge de 55 ans (chez un homme) ou de 65 ans (chez une femme).
  • âge: plus de 45 ans (homme) / plus de 55 ans (femme)

Autres facteurs de risque:

  • sexe: les hommes sont plus fréquemment touchés que les femmes.
  • surpoids
  • trouble de la tolérance au glucose, syndrome métabolique.
  • régime athérogène (le régime méditerranéen a un effet protecteur)
  • activité physique insuffisante
  • tendance accrue aux thromboses
  • prédisposition génétique: env. 20 régions génétiques sont identifiées que l’on associe à un risque accru d’infarctus du myocarde.

Formes et séquelles

L’artériosclérose affecte tous les systèmes vasculaires, mais de manière différente, sans provoquer partout des symptômes ou des dommages. Le processus débute déjà à l’âge adulte du milieu de la vie. Selon l’artère concernée et la partie du corps qui en dépend, on peut observer des troubles caractéristiques dans certains organes.

  • Occlusion artérielle périphérique: Le rétrécissement ou l’occlusion d’une artère des jambes y provoque des troubles de la circulation sanguine accompagnés de douleurs dans le mollet, très typiques lorsqu’on marche (jambe de fumeur, maladie de la vitrine). A un stade avance, la douleur persiste, même au repos. Le pied ou la jambe est plus froide et plus pâle sur le côté sain, le pouls est peine palpable et le patient peut perdre un doigt de pied, un pied ou le mollet. La diminution de la vascularisation artérioscléreuse dans une jambe indique que le même processus peut se dérouler dans d’autres vaisseaux sanguins. Raison pour laquelle les personnes souffrant d’occlusion artérielle périphérique sont fortement susceptibles de faire un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.
  • Le rétrécissement d’une artère coronaire (sclérose des coronaires) provoque des crises d' angine de poitrine (oppression cardiaque); une diminution de la vascularisation chronique peut provoquer des troubles du rythme cardiaque et une insuffisance cardiaque. L’occlusion complète d’une coronaire artérioscléreuse est à l’origine de l’infarctus du myocarde. Comme toutes les manifestations se ramènent à une affection des coronaires, on parle aussi de maladies des coronaires ou cardiopathie ischémique.
  • Rétrécissement des artères cérébrales: Si les artères se rétrécissent, le cerveau devient peu à peu le siège de dégénérescences (troubles de la mémoire, de „sénilité“, par contre l’occlusion brusque et complète provoque une apoplexie (accident vasculaire cérébral).
  • Sténose des artères rénales: Un rétrécissement artérioscléreux des artères rénales peut provoquer une hypertension pouvant endommager les reins.
  • Anévrisme de l’aorte: Il se produit une dilatation (anévrisme) et, dans ce cas, pas de rétrécissement de l’aorte dans le thorax ou dans la région abdominale. Les troubles sont souvent „diffus“ et difficiles à interpréter. Les causes les plus fréquentes en sont la calcification des artères et l’hypertension. La dangerosité de l’anévrisme de l’aorte réside dans la friabilité de la paroi avec le risque d’une fissure entraînant une grave hémorragie interne.

Que peut-on faire? – Prévenir

Il est essentiel de réduire ou d’éviter les facteurs de risque. Il faut donc se donner du mouvement, faire des exercices physiques, contrôler son poids, veiller à une alimentation pauvre en lipides et arrêter de fumer. Tout cela est encore davantage recommandé s’il existe déjà des modifications relevant de l’artériosclérose, car c’est le seul moyen d’empêcher une aggravation.
Il est également important de suivre une bonne thérapie si l’on souffre de maladies comme l’hypertension ou le diabète.

Quand faut-il appeler le médecin?

En cas de symptômes laissant supposer des troubles de la circulation sanguine, il est recommandé de consulter un médecin. (voir: Suites et formes, les liens qui s’y rapportent). La même chose est valable si une maladie déjà connue se met à s’aggraver de manière aiguë.

Diagnostic

Le contrôle de l’état des artères se fait par auscultation (bruits du flux sanguin) et à l’aide d’appareils, ultrasons ou sonographies, examens radiographiques par contraste et tomographie par résonance magnétique. En comparant la force du pouls à droite et à gauche, il est possible de déceler le côté qui est le moins bien irrigué.

Thérapie

Il existe de nombreuses substances chimiques capables de ralentir la progression de l’artériosclérose et de diminuer le risque des séquelles.

  • Médicaments hypolipidémiants: Ils réduisent le taux de cholestérol dans le sang et limitent ainsi les dépôts de graisse sur les parois des vaisseaux. Il existe différents médicaments, mais aujourd’hui on utilise fréquemment ceux qu’on appelle les statines.
  • Antagonistes du calcium et des combinaisons ayant des effets comparables.
  • Anticoagulants et les inhibiteurs de l’agrégation des plaquettes sanguines ou thrombocytes: Ils doivent empêcher le dépôt de sang caillé à l’intérieur des artères et réduire le risque de thrombose en cas de rétrécissement des artères.

Interventions chirurgicales

  • Dilatation à l’aide de ballonnets: Un cathéter est introduit dans l’artère et le passage rétréci est élargi à l’aide d’un ballonnet fixé à la pointe du cathéter. Cette dilatation par ballonnet s’est de plus en plus imposée au cours des dernières années et s’applique à toujours davantage de vaisseaux sanguins.
  • En posant par la suite des endoprothèses (stent) on essaie d’empêcher un nouveau rétrécissement de l’artère. Le stent est un fin treillis métallique et tubulaire, qui une fois glissé dans l’artère s’y dilate et la maintient ouverte. Il existe actuellement en phase de développement et d’expérimentation des stents en magnésium et autres éléments qui se résorbent au bout de quelques mois, ce qui évite le maintien d’un corps étranger dans la paroi des artères. Les résultats à long terme vont permettre d’en évaluer les avantages.
  • Les anévrismes de l’aorte peuvent dans certains cas faire l’objet d’une pose interne de stent afin d’empêcher l’aorte de se fissurer.
    Ce procédé connaît un rapide développement.
  • Il existe cependant des situations où la dilatation par ballonnet n’est pas possible et qu’il faut opérer un pontage de la partie obstruée de l’artère par la pose d’un by-pass ou d’une prothèse.
  • De nos jours on procède plus rarement à l’intervention chirurgicale qui consiste à ouvrir l’artère afin d’y gratter les couches de calcaire sous une vue directe (endartériectomie).

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr. med. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.