0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Maladies inflammatoires des articulations et de la colonne vertébrale

Terme: Arthrite et spondylarthrite
Digression: Polyarthrite chronique, Polyarthrite rhumatoïde, Arthrite réactionnelle

Les affections rhumatismales (rhumatismes) inflammatoires sont généralement associées aux articulations douloureuses et aux douleurs dans le dos. Il existe cependant des formes de rhumatismes qui concernent de préférence les parties molles, comme la peau ou les vaisseaux sanguins. Ce qui leur est commun, toutes les structures organiques concernées, également les muscles, les tendons, les os, les articulations, les valvules cardiaques, sont composées au moins en partie de tissu conjonctif.
Les symptômes rhumatismaux ou ressemblants à des rhumatismes peuvent accompagner en plus d’autres maladies, par ex. des infections ou des troubles du métabolisme. De telles inflammations articulaires (arthrites) figurent cependant la plupart du temps parmi les maladies rhumatismales.

Arthrite signifie inflammation des articulations. Selon la cause et la forme de l’arthrite, une ou plusieurs articulations seront affectées. La maladie peut débuter de manière aiguë ou sournoise, s’estomper ou devenir chronique. Les articulations font mal, enflent et se déforment à la longue. Dans les cas les plus graves, elle peut provoquer une invalidité. Les différentes formes d’arthrite ont des causes variées qui ne sont pas connues dans tous leurs détails. Des facteurs génétiques et immunologiques jouent un rôle important dans ces maladies rhumatismales inflammatoires.

Il faut faire la distinction entre l’arthrite et l’arthrose, qui est davantage due à une usure des articulations. Il existe cependant entre les deux une corrélation, en ce sens qu’une arthrite qui se prolonge va finalement provoquer une arthrose et qu’au contraire l’évolution d’une arthrose peut s’accompagner entre temps d’irritations inflammatoires (arthrose activée).

Terminologie

Arthrite:

Inflammation d’une articulation, parfois provoquée par une réaction auto-immune ou en liaison avec une infection virale ou bactérienne. Le passage vers l’arthrose peut se faire de manière ininterrompue.

Arthrose:

Processus douloureux et destructeur qui consiste dans l’usure d’une articulation, qui fait suite à un accident, une arthrite ou une déformation congénitale.

Collagénose:

Affection généralisée du système tissulaire conjonctif principalement provoqué par des processus auto-immuns ou immunologiques.

 

Cortisone:

cette hormone est naturellement produite par le cortex des glandes surrénales Utilisée comme médicament sous différentes variantes chimiques, elle possède de puissantes propriétés anti-inflammatoires et analgésiques. Les inconvénients d’une utilisation prolongée et/ou à haute dose sont: diminution des défenses anti-infectieuses, ostéoporose, modifications cutanées, prise de poids, visage lunaire, hausse du glucose sanguin et de la tension artérielle.

Dégénératif:

Qui est provoqué par des processus d’usure.

Extrémités:

Les bras et les jambes.

Médicaments antirhumatismaux:

Médicaments servant à soulager les douleurs et à inhiber l’inflammation, particulièrement utilisés en cas d’affections rhumatismales. ARNS signifie antirhumatismaux non stéroïdes, c’est-à-dire sans cortisone.

Maladie auto-immune:

Elle se manifeste quand le système immunitaire endommage des tissus de son propre organisme. Il se forme ce qu’on appelle des auto-anticorps.

Tissu conjonctif:

Il représente „le soutien“ du corps, car il est présent dans tous les organes. Le tissu conjonctif comprend des cellules et une substance de base constituée de protéines, de composés à base d’hydrates de carbone et de différents types de fibres – selon le type de tissu conjonctif.

Polyarthrite:

Maladie affectant de nombreuses articulations. Le préfixe grec πολύ-, poly- signifie „beaucoup“ ou „multiple“.

Rhumatisme:

Provenant du grec ρεύμα (rheuma) qui signifie flux, écoulement.

Rhumatismes des parties molles:

Processus inflammatoires et/ou signes d’usure pouvant pratiquement se manifester sur toutes les structures conjonctives, sur la peau, le cartilage, les nerfs, les vaisseaux sanguins, les valvules cardiaques, les cicatrices, les tendons et les muscles.

Spondylarthrose:

Modifications dégénératives des vertèbres surtout de leurs articulations.

Spondylite:

Inflammation d’une vertèbre du rachis, du mot grec σπόνδυλος (Spondylos) la vertèbre. Le suffixe „-ite“ signifie généralement inflammation.

Syndrome:

Ensemble de symptômes typiques pour une certaine maladie.

Vasculite (angéite):

Processus inflammatoires dans les parois des petits et/ou grands vaisseaux sanguins. Elle s’accompagne souvent de douleurs musculaires, de maux de tête et d’autres troubles. Dérivé du latin vasculum, le vaisseau sanguin. Le suffixe „-ite“ signifie généralement inflammation.

Polyarthrite chronique

La polyarthrite chronique, également dénommée polyarthrite chronique primaire (PcP) ou arthrite rhumatoïde est l’une des maladies rhumatismales inflammatoires les plus fréquentes et d’une grande importance au plan de la médecine sociale. Elle est due à une „fausse réaction“ de la défense immunitaire, souvent provoquée par auto-immunisation qui se manifeste par une inflammation chronique de plusieurs articulations, surtout des doigts et des mains, parfois d’articulations plus grandes comme l’épaule ou le genou. Tout l’appareil locomoteur peut en être affecté. L’état général peut aussi en souffrir et il arrive que des organes internes soient impliqués dans l’évolution de la maladie. La polyarthrite peut débuter dès l’âge de 4 ans; les femmes en souffrent davantage que les hommes.
L’évolution connaît en général une progression chronique avec des crises de douleurs répétées. Autre élément typique, les douleurs persistent même au repos. Ce sont surtout les mains qui subissent très souvent des déformations. Après une période douloureuse prolongée, survient le passage vers l’arthrose.
Pronostic: Dans environ 10% des cas, on observe une guérison spontanée, mais celle-ci est de plus en plus improbable, au fur et à mesure que la polyarthrite se prolonge

Séquelles

  • Ostéoporose à proximité des articulations, défauts osseux sur les surfaces des articulations.
  • Mauvaise position des articulations ou des extrémités, raideur, en particulier dans les doigts.
  • Modifications cutanées, nodules rhumatismaux non douloureux sous la peau, qui peuvent parfois s’enflammer çà et là.

Le peintre français Auguste Renoir (1841 – 1919) souffrait de polyarthrite chronique à un âge avancé, ce qui ne l’a pas empêché de peindre. Lorsqu’il ne pouvait plus tenir le pinceau avec ses doigts, il le ficelait sur sa main.

Le chirurgien du coeur sud-africain Christiaan Barnard (1922 – 2001), qui réussit en 1967 la première transplantation du coeur, a dû arrêter en 1983 à l’âge de 61 ans toute opération à cause d’une polyarthrite chronique. Par la suite, il s’est engagé partout dans le monde en faveur d’enfants souffrant de maladies du coeur; il a dirigé une clinique sur l’île Kos et s’est consacré à la recherche sur l’âge.

Fièvre rhumatismale

Synonymes: Rheumatic fever et rhumatisme à streptocoques. Il s’agit d’une arthrite provoquée par des bactéries qui est heureusement de plus en plus rare dans les pays industrialisés grâce aux antibiotiques. Suite à une angine de poitrine ou une scarlatine il peut se former, la plupart du temps chez les jeunes gens, une sorte d’anticorps anormaux (réaction de défense anormale, maladie auto-immune) contre les bactéries (streptocoques du groupe A). Ceci se manifeste deux à quatre semaines plus tard par une forte sensation de maladie avec fièvre, parfois des frissons et des crises d’arthrite douloureuses qui se déplacent. Des organes internes peuvent subir des dommages inflammatoires en dehors des articulations (surtout les plus grandes comme les genoux, les hanches et les épaules). La fièvre rhumatismale devient dangereuse si les anticorps s’attaquent aux tissus du muscle cardiaque et des valvules cardiaques, ce qui se manifeste par des palpitations et des douleurs cardiaques

Séquelles

„La fièvre rhumatismale lèche les articulations, mais mord le coeur“. Alors que les articulations guérissent sans laisser de séquelles, les troubles fonctionnels des valvules du coeur (cardiopathie valvulaire), insuffisance cardiaque ou troubles du rythme cardiaque persistent souvent.

Arthrite juvénile

Le terme englobe plusieurs formes d’arthrite qui débutent entre la 3e et la 16e année de la vie. Dans certains cas, des organes internes (coeur, poumons, organes de la cavité abdominale), les tendons ou les yeux sont également le siège de réactions inflammatoires. Les symptômes généraux les plus fréquents sont la sensation de malaise, des accès de fièvre journaliers, le gonflement des ganglions lymphatiques, une éruption cutanée d’un rouge pâle. Le groupe de l’arthrite idiopathique dite juvénile représente la maladie auto-immune la plus fréquente de l’enfance.

Spondylarthrite, maladie de Bechterew

La maladie de Bechterew (aussi appelée spondylite ankylosante) fait partie des affections rhumatismales de la colonne vertébrale les plus connues. Spondylite signifie inflammation d’une vertèbre dorsale. Mais ce ne sont pas seulement les corps des vertèbres, mais aussi les articulations des vertèbres, les disques intervertébraux et les ligaments qui sont impliqués dans le processus. Il s’ensuit finalement une déformation progressive et une raideur du dos qui forme une bosse ainsi que d’autres handicaps.
Il en est de même pour d’autres formes de la spondylarthrite, pour lesquelles la déformation et la raideur ne sont pas aussi prononcées qu’en cas de maladie de Bechterew. Dans certaines spondylarthrites, les douleurs dorsales n’apparaissent pas dès le début, il peut se produire par exemple une inflammation du tendon d’Achille pour donner l’alerte comme premier symptôme d’une maladie rhumatismale inflammatoire de ce genre.

Des douleurs dorsales de préférence dans la région des reins, sont un symptôme précoce qui se fait remarquer même au repos et durant la nuit; ces douleurs peuvent irradier jusque dans la région de l’aine et même jusque dans la jambe.

Evolution et séquelles de la maladie de Bechterew: L’évolution s’effectue en crises successives, mais un arrêt spontané est également possible. Avec la progression des douleurs, on assiste souvent à des modifications des articulations proches du tronc et des articulations périphériques (éloignées du tronc) ainsi que sur les embranchements des tendons. La respiration devient plus difficile suite à la raideur du thorax. Il arrive que d’autres organes soient mis à contribution, par exemple les yeux, plus rarement les poumons et le coeur.

Arthrite de causes diverses

Certaines de ces maladies sont accompagnées de réactions inflammatoires aux articulations et à la colonne vertébrale. La plupart ne sont pas considérée comme formes de rhumatisme, mais se manifestent comme des douleurs rhumatismales

L’arthrite associée aux maladies infectieuses

Ceux qu’on appelle les arthrites réactives aux infections ont pour origine des processus immunologiques.
C’est ainsi que de nombreuses maladies virales, sont accompagnées de douleurs dans les articulations et les muscles, par exemple la grippe, l’hépatite, la rubéole, le SIDA, les infections par l’herpesvirus. La même chose est valable pour les maladies bactériennes comme les infections du côlon (entérite), la maladie de Lyme (la borréliose) et d’autres. De même une infestation par des parasites – en particulier de vers – s’accompagne d’arthrites.

Arthrite septique, empyème des articulations

La cause est à chercher dans les agents infectieux, qui parviennent dans les articulations enempruntant le flux sanguin (ou plus rarement en y pénétrant directement depuis l’extérieur). L’affaiblissement des défenses immunitaire favorise ce processus, par exemple en cas de déficience immunitaire, de SIDA, de diabète sucré. La plupart du temps c’est seulement une articulation qui est affectée; elle enfle et devient extrêmement douloureuse. Cet état peut s’accompagner de fièvre.

Exemples:

  • Gonorrhée, tuberculose: Les bactéries pénètrent dans les articulations avec la circulation sanguine; elles y sont décelables au microscope, contrairement à ce qui se passe en cas d’arthrite réactive aux infections (voir plus haut), chez lesquelles aucun agent pathogène n’est décelable à l’intérieur de l’articulation.
  • Empyème des articulations: Une inflammation purulente des articulations et des os, également des vertèbres et des articulations vertébrales (ostéomyélite, spondylite, infection des os) peut se produire dans le cadre d’une septicémie.
  • Lorsqu’une articulation s’ouvre suite à un accident, il se produit immédiatement une infection bactérienne, suivi dans les cas les plus graves d’une arthrite purulente. La même chose se passe quand, à l’occasion d’une ponction articulaire, des agents pathogènes pénètrent dans l’articulation. (Ponction: piqûre servant à prélever du liquide ou à administrer des médicaments).

Arthrite associée à différentes maladies

  • Psoriasis, maladie de Crohn, colite ulcéreuse et d’autres maladies en grand nombre peuvent s’accompagner d’affections ressemblant à des rhumatismes.
  • La goutte (Arthrite urique): Une maladie métabolique qui provoque des crises d’arthrite aiguës avec dépôt de cristaux d’acide urique dans les structures des articulations, surtout dans les doigts et les doigts de pied.
  • En dehors de la goutte, de nombreuses autres maladies du métabolisme peuvent s’accompagner d’arthrites: le diabète sucré, les maladies de la glande thyroïde, les troubles du métabolisme lipidique, etc.
  • L'hémophilie: Le saignement dans une grande articulation est extrêmement douloureux, l’articulation enfle et chauffe; le sang endommage le cartilage de l’articulation et son enveloppe, il s’ensuit plus tard une arthrose (hémarthrose).
  • Tumeurs malignes: On observe parfois que des douleurs dans les articulations et les muscles accompagnent des affections cancéreuses, par exemple en cas de leucémie, de carcinome bronchique, de tumeurs mammaires ou de tumeurs de l’estomac ou du côlon. Il est extrêmement rare qu’une „douleur ressentie comme un rhumatisme“ provienne directement d’une tumeur maligne située dans une articulation.
  • Des douleurs articulaires passagères ont été observées suite à la prise de certains médicaments, après certaines vaccinations actives (contre la coqueluche et le typhus).
  • Certaines maladies de la catégorie des maladies rhumatismales (par ex. la collagénose) vont de pair avec des inflammations articulaires.

Périarthrite de l’articulation de l’épaule

L’expression périarthrite de l’articulation de l’épaule contient aussi le mot arthrite. Dans ce cas, des processus dégénératifs chroniques opèrent dans les parties molles entourant l’articulation où ils provoquent des douleurs aiguës. Raison pour laquelle la maladie est classée parmi les rhumatismes des parties molles. La description de la maladie bénéficie d’un texte séparé (voir le lien correspondant plus haut).

Symptômes

  • Enflure, surchauffe, douleur, mouvements inhibés et rougeur de la peau sont les symptômes habituels. En règle générale, les douleurs augmentent avec les mouvements. Certaines formes d’arthrite sont plus prononcées la nuit et le matin et sont accompagnées d’une raideur des articulations.
  • C’est „l’enveloppe intérieure“ qui est affectée en premier lieu. L’enflure est due à un épaississement inflammatoire des capsules articulaires et très souvent à une accumulation de liquide à l’intérieur de l’articulation.
  • Une sensation de malaise généralisée, de la faiblesse, de l’anémie, de la fatigue, des nausées, des éruptions cutanées passagères peuvent précéder ou même persister. Il n’y a pas obligatoirement augmentation de la température, mais la fièvre est typique pour un certain nombre de formes d’arthrite (par ex. pour la fièvre rhumatismale).
  • Selon la forme de l’arthrite, d’autres organes sont affectés par des processus inflammatoires, en particulier les tendons, les gaines tendineuses, le coeur, les reins, la peau et/ou les yeux.

 

Que peut-on faire? – Prévenir

Brève immobilisation de l’articulation affectée durant la poussée arthritique aiguë. Elle ne doit toutefois s’effectuer que sur une brève durée et sous contrôle médical, car l’immobilisation prolongée d’une articulation comporte un risque de contracture et d’atrophie musculaire. Une contracture limite la mobilité active et passive de l’articulation à des mouvements de faible amplitude. Elle peut même conduire à un raidissement total de l’articulation affectée. On peut réduire la douleur en refroidissant l’articulation avec des compresses froides ou des pommades réfrigérantes. L’application de chaleur est inutile et même contreproductive dans les poussées arthritiques aiguës et devrait être évitée. On peut prendre un médicament anti-inflammatoire, mais une médication prolongée doit faire l’objet d’une consultation et de contrôles, en particulier de tests en laboratoire.

Des méthodes alternatives font souvent l’objet d’essais du moment que les douleurs rhumatismales durent la plupart du temps très longtemps et que certains médicaments ont d’importants effets secondaires. Il est vrai qu’il sera très souvent nécessaire de combiner ces méthodes avec la médecine traditionnelle.

Quand faut-il appeler le médecin?

Le diagnostic exige, en dehors des examens normaux, différents tests de laboratoire et très souvent aussi des radiographies.

Une thérapie précoce contribue à éviter les séquelles ou du moins à les retarder afin de conserver autant que possible une meilleure qualité de vie. Le traitement de la maladie qui est à l’origine de l’arthrite poursuit le même but.

  • Mesures physiques: Bains, enveloppements, etc., cryothérapie (des chambres froides spéciales à -110 degrés permettent de soulager rapidement les douleurs liées aux poussées pendant quelques heures), gymnastique pour malades, ergothérapie.
  • Médicaments: préparations à base de cortisone, mais aussi des remèdes ne contenant pas de cortisone, qui doivent inhiber les réactions inflammatoires et immunologiques. Ces derniers ont souvent d’importants effets secondaires, d’où la nécessité d’un contrôle médical régulier.
  • Interventions chirurgicales dans certains cas bien choisis.
  • La fièvre rhumatismale exige un traitement aux antibiotiques à haute dose et prolongé, en particulier pour protéger le coeur.

Autres informations, adresses

  • Ligue suisse contre le rhumatisme
    Josefstrasse 92
    8005 Zürich
    044 487 40 00
    www.rheumaliga.ch
  • Info-Entraide Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061 333 86 01
    Centrale de renseignement: 0848 810 814
    www.infoentraidesuisse.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.