0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Mal de ventre et coliques

Les maux de ventre peuvent être très divers et font partie des troubles de la santé les plus fréquents. Vouloir les ranger avec précision dans une catégorie revient à composer un puzzle comprenant de nombreux paramètres: l’historique de la maladie et le vécu subjectif de la personne concernée, le lieu et la manière par laquelle se manifestent les douleurs, d’autres symptômes et finalement les résultats des examens pour lesquels il est parfois nécessaire de faire appelle à des appareils ou d’autres moyens techniques.

Le mal de ventre n’a pas toujours son origine dans l’abdomen comme tel. Les douleurs sont parfois par perçues ou pas perçues à leur lieu d’origine, mais irradient dans la cavité abdominale. On peut ainsi faire la distinction entre:

  • Les douleurs qui ont pour origine un organe malade de la cavité abdominale.
  • Les effets d’une autre maladie dont les douleurs irradient dans la cavité abdominale.

Les causes

Processus pathologiques

Voici une liste des processus pathologiques pouvant être à l’origine de troubles douloureux dans la cavité abdominale.

  • Inflammations et infections d’organes de la cavité abdominale ou dans le proche voisinage.
  • Passages obstrués par des tumeurs, des calculs, des corps étrangers avalés ou des adhérences.
  • Médicaments: Antibiotiques, produits servant à inhiber la formation d’acides dans l’estomac, médicaments pour la chimiothérapie (cancer), médicaments pour combattre les rhumatismes et bien d’autres encore.
  • Intoxications avec des produits organiques ou non organiques, par ex. des métaux lourds comme le plomb ou le thallium (dans la mort aux rats et certains produits pour l’épilation). Certains produits pour détruire les plantes peuvent provoquer de graves coliques; mais il existe encore d’autres symptômes d’intoxication.
  • Perforation d’un organe: Suite à des processus inflammatoires ou des tumeurs, un trou peut se former dans la paroi d’organes creux comme l’estomac, le colon ou la vésicule biliaire. Des coups, des blessures par balle ou par un objet contondant peuvent provoquer des déchirures ou des trous dans les organes de la cavité abdominale.
  • Saignements dans la cavité abdominale: le sang irrite le péritoine.
  • Obstruction d’un vaisseau sanguin: Suite à une embolie une partie plus ou moins importante d’un organe ne reçoit plus de sang.
  • Déplacement d’organes dans la cavité abdominale: Torsion d’organes autour de leur propre axe entraînant une diminution de l’irrigation sanguine (exemple: torsion des testicules).
  • Divers: Le cycle menstruel ou une grossesse; l’aérophagie et les ballonnements ou des processus de fermentation dans le colon; coliques ombilicales chez les enfants.
  • Douleurs irradiantes ne provenant pas d’organes situés dans la cavité abdominale: voir plus loin la liste séparée.

 

Manifestations maladives typiques

Les douleurs correspondent aux différents organes

 

Douleurs qui irradient dans la région abdominale

Les maux de ventre n’ont pas toujours leur origine là où ils sont ressentis. D’autres organes malades ou une maladie généralisée peuvent être à l’origine de douleurs qui irradient dans la cavité abdominale ou qui y sont projetés.

  • Circulation cardio-vasculaire: infarctus du myocarde, angine de poitrine, d’autres maladies cardio-vasculaires.
  • Poumons: pneumonie, embolie pulmonaire, inflammation de la plèvre (pleurésie).
  • Colonne vertébrale: par ex. la sténose spinale.
  • Maladies générales: la grippe, de nombreuses maladies infantiles, zona etc.
  • Maux de ventre d’origine psychosomatique, provoqués par le stress, l’angoisse, les difficultés scolaires.
  • Les états de manque lors de l’arrêt de prise de drogues ou de certains médicaments par ex. des antidépresseurs.

Symptômes

Les maux de ventre peuvent prendre des formes très diverses. Ils ont besoin d’être précisés selon leur caractère, leur localisation et leur évolution dans le temps. Il faut également tenir compte des symptômes qui les accompagnent.

Caractéristiques de la douleur

  • Une douleur qui s’accentue et diminue avec des lancées (coliques), souvent accompagnée de ballonnement, indique un dérangement dans le passage d’un organe creux, par exemple un rétrécissement ou une occlusion intestinale du côlon, des voies biliaires, de l’uretère. Par exemple: les coliques néphrétiques, l’occlusion intestinale.
  • Une douleur persistante et sourde qui s’aggrave lorsque l’on bouge ou que l’on touche le ventre indique un processus inflammatoire. Exemples: une appendicite, une inflammation de la vésicule biliaire, une inflammation du péritoine (péritonite).

Localisation

  • Une douleur localisée se produit suite à l’inflammation d’un certain organe déterminé: appendicite, inflammation de la vésicule biliaire, inflammation des bassinets. En cas de perforation du côlon, par ex. suite à des inflammations ou en présence d’un corps étranger, par exemple en cas de perforation due à un cure-dent avalé, la douleur est perçue au début à un certain point précis.
  • Une douleur diffuse pas très bien localisée est signe d’une péritonite et de troubles de vascularisation des intestins qui peuvent se produire lorsqu’on tarde à traiter un processus d’abord bien localisé.

Symptômes accompagnant le mal au ventre

  • Mal de dos, surtout lors de l’évacuation de calculs rénaux et en cas d’inflammation du bassinet.
  • Envie fréquente d’uriner et miction douloureuse en d’infection des voies urinaires.
  • Vomissements, constipation et ballonnement ne sont pas seulement des symptômes concernant le côlon, ils peuvent aussi se présenter dans le cadre de maladies douloureuses d’autres organes comme la vésicule biliaire, le pancréas. Le stress psychique ou l’allergie à certains aliments peut se manifester de cette manière.
  • Les diarrhées et les malaises sont très fréquents dans les maladies du côlon.
  • Fièvre et frissons peuvent apparaître lors d’une infection.
  • Du sang dans les selles: diverticules (saillies dans la paroi du côlon, diverticulite), cancer du côlon, infections du côlon.
  • Rétention des fèces en cas d’occlusion intestinale.
  • Saignements vaginaux, en cas de grossesse tubaire ou extra-utérine ou lors d’une fausse-couche.

Que peut-on faire?

Des compresses tièdes et humides peuvent parfois soulager les crampes et les troubles de la menstruation. Les compresses chaudes (également des coussins remplis de noyaux de cerise) ou les massages (par exemple avec de l’huile de cumin ou d’herbe de la St Jean) peuvent calmer les ballonnements, également chez les nourrissons.
Il n’est pas faux de faire une „pause thé“ et de ne plus prendre d’aliments solides jusqu’à ce que la douleur s’estompe à moins que le médecin ne donne d’autres indications.
Au début d’une infection des voies urinaires, on peut parfois obtenir un certain soulagement en buvant beaucoup et en vidant souvent la vessie. Si au bout de deux ou trois jours, il n’y a pas d’amélioration, il faut consulter le médecin.
Vous trouverez d’autres mesures sous les rubriques des différentes maladies ainsi que dans le livre „Du bon usage des remèdes de famille “ (ISBN 978-3-033-01335-3), que l’on peut se procurer ici ou à la page d’accueil de la CSS.

Quand faut-il appeler le médecin?

De fortes douleurs abdominales subites ou des douleurs qui s’installent progressivement devraient faire l’objet d’un examen médical, surtout si elles sont accompagnées de fièvre, de vomissements et de sang dans les selles. S’il s’y ajoute une rétention des selles et des vents ou des troubles de la conscience, il s’agit d’un cas d’urgence. Le médecin peut seulement faire un diagnostic correct s’il obtient des réponses précises aux questions: quand, comment et où.

  • Depuis quand s’est manifesté le trouble actuel et de telles manifestations ont-elles déjà eu lieu antérieurement? En cas de troubles gynécologiques, donner autant que possible des indications précises sur le cycle menstruel et les dernières règles.
  • De quel genre de douleur s’agit-il: vive ou sourde, continue ou allant en augmentant ou en diminuant?
  • A quel endroit la douleur est-elle la plus aiguë?
  • Quels sont les autres symptômes (voir plus haut)? Par ex. malaise, vomissements, diarrhées, constipation, pertes de sang (en provenance du côlon, du vagin).
  • Maladies antérieures et médicaments pris.

Examen

Le médecin cherche à déterminer le maximum de douleur en palpant le ventre afin de découvrir l’organe malade. Cette palpation à la main est encore déterminante de nos jours. Une péritonite peut se déceler par exemple lorsque la peau du ventre se tend comme pour se défendre, que les douleurs augmentent en pressant sur le ventre et en relâchant subitement (douleur de décharge) ou en tapotant le ventre (douleur battante).

Des examens d’urine et de sang sont effectués en règle générale. Pour confirmer le diagnostic, on peut aussi faire appel aux procédés d’imagerie médicale comme les ultrasons, la radiographie, la résonance magnétique (IRM) et le cas échéant la tomographie computérisée (CT), mais ces procédés ne sont pas nécessaires dans tous les cas. Le cas échéant, une laparoscopie de la cavité abdominale peut servir non seulement à confirmer un diagnostic mais également à éliminer une situation pathologique.

La thérapie se conforme au diagnostic; elle peut se faire à l’aide de médicaments ou exiger une intervention chirurgicale.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.