0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Cancer du pancréas

Terme: Adénocarcinome pancréatique

Il s’agit d’une tumeur très dangereuse située dans le tube digestif, qui touche de préférence les personnes entre 60 et 80 ans. Les hommes en sont deux fois plus affectés que les femmes. Le cancer du pancréas frappe environ 1100 personnes en Suisse chaque année.

Vu sa proximité anatomique avec les voies biliaires, le carcinome du pancréas se manifeste la plupart du temps par des troubles de l’écoulement de la bile. La tumeur se développe longtemps en cachette et, lorsque les symptômes se manifestent, son stade est la plupart du temps déjà très avancé. Le carcinome du pancréas est l’une des tumeurs malignes les plus dangereuses. 5% de tous les cas de décès suite à un cancer sont dus au carcinome du pancréas.

Anatomie et physiologie

Le pancréas se situe en profondeur dans la cavité abdominale supérieure, à l’arrière de l’estomac et du gros intestin. Sa fonction consiste à produire les enzymes de la digestion, l’insuline et d’autres substances actives du métabolisme. Les enzymes de digestion arrivent directement dans les intestins où elles participent à la résorption des aliments et des nutriments. L’insuline, qui est libérée directement dans le sang, est indispensable notamment au métabolisme du glucose.

Terminologie

Le pancréas:

glande digestive à sécrétion interne et externe.

Tumeur:

Prolifération de cellules. La tumeur peut être bénigne ou maligne.

Ponction à aiguille fine:

Ponction pratiquée sur un organe afin d’y prélever des échantillons de tissu.

Endoscopie:

Procédé permettant d’examiner les cavités dans l’organisme ainsi que les organes creux et d’y opérer un traitement le cas échéant. Un exemple connu est l’endoscopie de l’estomac. Adjectif: endoscopique.

Métastases éloignées:

Foyer de cellules cancéreuses à l’intérieur d’organes éloignés de la tumeur initiale. Exemple: Cancer primitif dans le pancréas, métastases dans les poumons.

Les causes

Les causes du cancer ne sont en général pas connues de manière détaillée. Les principaux facteurs de risque sont les suivants:

  • La pancréatite chronique et l’abus d’alcool qui lui est associé.
  • L’adiposité avec un IMC > 30.
  • Le fait de fumer.
  • Il existe aussi un facteur (rare) génétique, familial qui peut être à l’origine de la maladie.

Le tableau clinique

Le carcinome du pancréas ne provoque au début très peu ou pas du tout de symptômes. Lorsque la tumeur se fait remarquer, elle est la plupart du temps malheureusement déjà très avancée.

Jaunisse, douleur, mauvaise digestion, amaigrissement, troubles du transit dans le duodénum, anémie et diabète sucré forme la palette des principaux symptômes. Il est surprenant que les malades souffrent fréquemment de thromboses veineuses. La prédominance de l’un ou l’autre de ces symptômes dépend de la localisation du carcinome à l’intérieur du pancréas.

  • Jaunisse et démangeaisons: Le cancer du pancréas envahit de manière insidieuse et indolore les voies biliaires descendantes ce qui peut arriver à chaque stade de la maladie. Un beau jour, le malade remarque que sa peau et ses yeux sont teintés de jaune. Au cours de cette phase, la vésicule biliaire surchargée se laisse palper, à droite, en dessous de l’arc costal, comme une tuméfaction bien arrondie. Autre élément surprenant, les selles sont claires, mais l’urine est foncée. La jaunisse est souvent précédée pendant longtemps de démangeaisons très gênantes.
  • Douleur: La douleur est ressentie en profondeur comme une brûlure envahissante qui se perçoit également durant la nuit, en irradiant vers la droite ou vers la gauche du dos. Comme la douleur a pour origine la pénétration de cellules cancéreuses dans le système nerveux végétatif, elle est le signe d’un stade avancé de la maladie, même si elle représente un premier symptôme et se manifeste avant l’élément typique qu’est la jaunisse.
  • Mauvaise digestion: Suite au blocage des voies biliaires descendantes, des déficiences fonctionnelles se font remarquer dans le processus de digestion qui ne reçoit plus de bile, ce qui rend la digestion des graisses difficile. Le manque de ferments du pancréas a un effet négatif sur le métabolisme, sur la dégradation des graisses et des glucides. Les selles deviennent claires et nauséabondes.
  • Diabète: La destruction par la tumeur des îlots de cellules endocrines provoque un diabète sucré, la plupart du temps de moindre gravité.
  • Trouble du transit dans le duodénum: Il représente un symptôme tardif, car il est provoqué par l’implantation de la tumeur dans l’intestin. L’estomac ne se vide plus et gonfle. On assiste à une perte d’appétit, à des nausées, des vomissements et par la suite à un amaigrissement extrême.
  • Symptômes généraux de la tumeur: Au stade avancé de la maladie, la perte de l’appétit et du poids corporel persistent. D’autres symptômes généraux de la tumeur se manifestent: le malade n’a plus de force, souffre d'anémie, il est fatigué et souffre parfois de fièvre et de sueurs nocturnes.

Complications

La pancréatite et la thrombophlébite peuvent être des symptômes précoces; autres complications sont le rétrécissement ou l’occlusion de la sortie de l’estomac, les saignements gastro-intestinaux.

Que peut-on faire? – Prévenir

Comme les inflammations du pancréas (pancréatite) représentent un facteur de risque bien connu, il faut éviter la consommation excessive d’alcool. Il faut de même éviter de fumer. Des examens préventifs réguliers sont recommandés chez les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer du pancréas.

Quand faut-il consulter?

Pour élucider les signes susmentionnés de la maladie, il faut l’intervention du médecin.
Il prêtera surtout attention au symptôme d’une jaunisse indolore qui s’aggrave à la longue ainsi que, chez les personnes âgées, à la perte d’appétit inexpliquée et surtout à la perte de poids corporel.

Comme l’organe se situe à un endroit caché, il faut faire appel à de nombreux appareils pour procéder à son examen, par exemple aux ultrasons, en particulier depuis l’intérieur de l’intestin (endosonographie), la tomographie computérisée (TC), la tomographie à résonance magnétique (TRM), cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE), l’endoscopie du duodénum avec prélèvement de tissu, ponction à l’aide d’une aiguille fine.

Thérapie

Seule une intervention chirurgicale à un stade précoce peut amener la guérison, aussi longtemps que la tumeur n’a pas envahi les organes voisins et qu’elle n’a pas formé de métastases, en particulier pas de métastases, dans des organes éloignés. Ce fait n’arrive cependant que chez 15 à 20% des personnes concernées. Il faudra ensuite prévoir un apport en enzymes pancréatiques et en insuline depuis l’extérieur. Le cas échéant, l’ablation de la tumeur sera suivie d’une chimiothérapie.

Aux stades avancés, on s’efforce de maintenir autant que possible la qualité de vie et d’atténuer la souffrance par un traitement palliatif. On recourra en premier lieu à la chimiothérapie, ainsi qu’à la radiothérapie et à des interventions chirurgicales limitées pour atténuer certains symptômes.

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.