0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Perte de connaissance

Formes: Évanouissement, Collapsus cardiovasculaire, Syncope

Le cerveau humain peut réagir à différents événements par une des troubles de la conscience. Selon la forme, l'intensité et la durée du dommage en cours, la perte de connaissance présente un large éventail de caractéristiques qu'on peut décrire par les critères suivants:

Manifestations plus ou moins rapides

La perte de connaissane peut se manifester de manière aiguë par un arrêt du coeur, un dysfonctionnement dans l'irrigation locale du cerveau (apoplexie), un choc à la tête (commotion cérébrale) ou par une cause psychique (odeur désagréable, excitation). La perte de connaissance se fait de façon plutôt progressive par des empoisonnements, des troubles du métabolisme (défaillance du foie, des reins, diabète sucré non maîtrisé) ou par une augmentation de la pression dans la boîte crânienne (tumeur, traumatisme crânien)

Différents degrés de gravité

Dans le cas le plus bénin la personne concernée est engourdie et somnolente, mais réagit encore d'une manière ou d'une autre quand on l'interpelle ou si on la secoue. Cependant plus l'inconscience est profonde, plus la capacité de réaction décroit. Le coma est le degré le plus grave, il ne se produit plus aucune réaction aux événements extérieurs que ce soit à la suite d'un appel vocal ou d'une excitation ciblée par la douleur (par exemple un pincement).

Durée

Elle va de quelques secondes à une durée de plusieurs heures ou dans le pire des cas à une durée sans fin. Une courte perte de connaissance – de quelques secondes (syncope) à quelques minutes – ne présente normalement pas de fort degré de gravité et reste en règle générale sans séquelles. Plus l'inconscience est profonde et plus elle dure, plus une lésion organique de la substance du cerveau est vraisemblable.

Perte de mémoire, amnésie

Après la sortie d'une assez longue inconscience, il y a une perte de mémoire (amnésie) concernant le déroulement de l'accident et les événements qui l'ont suivi, et plus rarement aussi un segment de temps se situant peu auparavant (amnésie rétrograde).

Causes

De nombreuses causes font l’objet d’explications plus complètes sous des rubriques à part (voir les liens)

  • Apoplexie (accident cérébro-vasculaire), parfois appelée attaque cérébrale: L’interruption soudaine de la circulation à l'intérieur du cerveau est causée par l’obstruction ou la rupture d'une artère nourricière, elle conduit à une perte directe de substance cérébrale. Une perte aiguë de conscience est possible, mais pas toujours présente.
  • Trouble du rythme cardiaque (voir troubles du rythme cardiaque) et infarctus du myocarde (voir infarctus du myocarde): En cas de maladie du système d'excitation ou de rétrécissement des artères coronaires, le coeur peut s'arrêter soudain, une perte de connaissance et un arrêt du pouls se produisent. Si l'activité cardiaque ne reprend pas et le réveil ne se produit pas après quelques secondes (syncope cardiaque), il faut procéder à la réanimation et appeler le service de sauvetage (Tél. 144). Le massage cardiaque (si c’est possible accompagné de la ventilation artificielle) est alors question de vie et de mort. Sans eux, le cerveau subira en peu de minutes des lésions irréversibles par manque d'oxygène.
  • Collapsus cardiovasculaire ou syncope vasovagale: Là aussi un manque d'irrigation sanguine est la cause de la perte de connaissance. En cas d’irrigation sanguine instable, le sang descend dans la partie inférieure du corps ce qui entraîne une chute de pression artérielle, le cerveau ne reçoit plus assez d'oxygène, il se produit une syncope. Cet état ne dure que peu de temps. Les moments déclencheurs sont une longue station debout, particulièrement en lien avec une accumulation de chaleur, mais aussi un lever brusque au sortir d'une position allongée, des odeurs écoeurantes, des impressions psychiques désagréables mais aussi agréables (par exemple un concert de rock), des réactions de crainte, une prise de sang, des douleurs par exemple chez le dentiste. Vertiges, malaises, sueurs froides ou un voile noir devant les yeux annoncent parfois la syncope. Inutile de vouloir «se ressaisir». En cas de chute, il y a risque de blessure. L’événement est par ailleurs bénin, mais il peut se répéter en cas de prédisposition.
  • Epilepsie (voir epilepsie).
  • Tumeurs au cerveau (voir tumeur cérébrale).
  • Commotion cérébrale: perte instantanée de connaissance, est en général de courte durée (quelques minutes).
  • Lésion cérébrale (voir traumatismes crâniens): La perte de conscience peut se manifester au moment de l'accident (traumatisme primaire) ou avec un décalage de quelques heures, jours, voire semaines (traumatisme secondaire suite à une hémorragie à l'intérieur de l'os crânien).
  • Empoisonnement (voir intoxication) par des médicaments (en particulier en cas d'abus), par d’autres substances chimiques, par des drogues ainsi que par l'alcool.
  • Troubles du métabolisme: Des produits nocifs du métabolisme peuvent mener à des pertes de connaissance en cas de maladies internes chroniques comme les dysfonctionnements du foie ou des reins. Particulièrement concerné: le diabète. Aussi bien un diabète «déréglé» avec un taux de glycémie trop élevé (hyperglycémie) qu'un manque de sucre (hypoglycémie) influent sur l'état de conscience qui peut aller jusqu'au coma.
  • Maladies infectieuses: méningite, typhus abdominal.

Ce qu'on peut faire?

Les personnes qui ont perdu conscience sont complètement dépendantes de l'aide d'autrui. Indépendamment de la cause (peut-être inconnue) de l'accident, il existe des mesures générales de premier secours.

  • Positionner le corps à l'horizontale. Dans de nombreux cas, le sol sera un endroit pratique et sûr. Ne pas essayer d'asseoir le patient.
  • Collapsus cardiovasculaire: soulever les jambes améliore l'arrivée du sang au cerveau, éventuellement faire respirer un flacon avec du parfum ou du vinaigre.
  • Ouvrir les vêtements oppressant le corps.
  • Si on ne constate ni respiration spontanée, ni pulsation, le patient restera en position sur le dos pour les mesures de réanimation (massage cardiaque). Appeler immédiatement le service de sauvetage (Tél. 144).
  • Si on obtient une respiration et qu’on sent des pulsations, mettre le patient en position latérale de sécurité stable (voir illustration), pour qu'en cas de vomissement le contenu de l'estomac s'écoule par la bouche et ne passe pas dans les voies respiratoires.
Seitenlagerung

Position latérale de sécurité stable en cas de perte de connaissance. Les matières vomies ou le sang ne passent pas dans la trachée, mais s'écoulent par la bouche. On prévient ainsi tout risque d'étouffement.

Quand faut-il consulter?

  • Dans tous les cas de réanimation il faut appeler immédiatement l’ambulance (Tél. 144). S’il s’agit ou non d’une crise cardiaque, le médecin pourra le constater avec l’ECG.
  • Après la perte répétée ou prolongée de la connaissance.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.