0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Infection à Chlamydias

Terme: Chlamydiose

Les infections génitales à la bactérie Chlamydia trachomatis sont très répandues, chez les hommes comme chez les femmes. L’infection à Chlamydias est d’ailleurs la cause fréquente d’une infécondité involontaire. L’infection est transmise par les rapports sexuels. Le décours de la maladie/de l’infection est souvent asymptomatique (chez env. 70% des femmes et 50% des hommes). Parce que beaucoup d’infections sont si discrètes qu’elles passent inaperçues, les porteurs transmettent souvent la maladie sans le savoir, ce qui explique le taux d’infections élevé. C’est ainsi qu’en Suisse, env. 8000 personnes ont contracté l’infection en 2012, avec une tendance à la hausse depuis plusieurs années.

Terminologie

Rupture prématurée de la poche des eaux:

désigne la situation où le sac amniotique, qui protège l’enfant à naître des infections et autres influences extérieures et joue un rôle important dans le développement des organes, s’ouvre trop tôt, c.-à-d. avant le début du travail.

Chlamydia pneumoniae:

bactérie du genre Chlamydia qui peut provoquer des pneumonies atypiques.

Chlamydia psittaci:

Cette espèce de Chlamydia est responsable de la psittacose ou maladie des perroquets, très rare. Cette maladie se transmet par gouttelettes ou par aérosols (particules minimes en suspension dans l’air) à partir des excréments d’oiseaux. Les oiseaux porteurs/hôtes de cette bactérie ne sont eux-mêmes pas malades, mais contagieux. La psittacose est une maladie fréquente chez les éleveurs de volaille ou de pigeons; elle est associée à des états pseudo-grippaux et à des pneumonies.

Trachome:

Cette inflammation oculaire (conjonctivite) bactérienne est la conséquence d’une infection par la bactérie Chlamydia trachomatis. Un trachome non traité conduit à la cécité.
L’infection se fait par contact, p. ex. par des mouches, l’utilisation partagée de gants de toilette et de manière générale, par des mauvaises conditions d’hygiène. Le trachome a déjà fait perdre la vue à 6 millions de personnes; c’est la première cause de cécité dans les pays tropicaux. On peut s’infecter dès l’enfance. Des formations toujours plus prononcées de tissu cicatriciel sur la muqueuse et un retournement interne des cils (trichiase) causent une abrasion continue de la cornée qui finit par entraîner une perte de la vue. A un stade précoce, la maladie peut être traitée par des antibiotiques.

Lymphogranulome vénérien:

maladie sexuellement transmissible, fréquente dans les tropiques, dont l’agent est la bactérie Chlamydia trachomatis. Cette maladie est très rare sous nos latitudes tempérées. Après contamination par contact sexuel avec une personne infectée, il se forme une ulcération indolore qui guérit au bout d’environ 10 jours. Le patient développe ensuite une très forte adénopathie (dilatation des ganglions) au niveau de l’aine, parfois accompagnée de fièvre et de douleurs musculaires. L’infection peut être traitée par des antibiotiques.

Causes et facteurs de risque

Une infection à Chlamydias est due à l’infestation de l’organisme par des Chlamydias après contact avec la bactérie. Les Chlamydias sont de petites bactéries qui vivent et se multiplient à l’intérieur de nos cellules (mode de vie intracellulaire). Hors du corps de leur hôte, elles meurent rapidement. Il existe trois espèces de Chlamydia, chacune responsable d’une maladie différente (voir Terminologie):
dans les régions tropicales et subtropicales, une sous-espèce de Chlamydia trachomatis provoque le lymphogranulome vénérien (Lymphogranuloma venerum). Un autre sous-groupe de Chlamydia trachomatis très répandu dans les régions tropicales et subtropicales est à l’origine du trachome, première cause mondial de cécité.
L’infection génitale à Chlamydia trachomatis est transmise par les rapports sexuels. Elle fait partie des maladies sexuellement transmissibles les plus fréquentes sous nos latitudes.

Les facteurs suivants favorisent une infection à Chlamydias:

  • l’âge; l’infection touche principalement les adolescents et jeunes adultes de 15 à 24 ans
  • les rapports sexuels non protégés
  • la promiscuité (changement fréquent de partenaire sexuel)

Tableaux cliniques

Très fréquente, l’infection à Chlamydia trachomatis est parfois associée à d’autres maladies sexuellement transmissibles (MST) comme par exemple la gonorrhée. Elle se manifeste différemment chez les femmes et chez les hommes. Très souvent même, l’infection est complètement asymptomatique. Les symptômes apparaissent typiquement quelques jours à 3 semaines après des rapports sexuels non protégés avec un partenaire infecté. Chez les femmes, l’infection touche surtout l’urètre et le col utérin, tandis que les hommes présentent le plus souvent une inflammation de l’urètre (urétrite) avec écoulement anormal. L’anus ou l’épididyme peuvent également être touchés par l’infection. Les nouveau-nés peuvent être contaminés à la naissance et développer une conjonctivite ulcéreuse ou plus rarement une pneumonie.

Les femmes peuvent présenter en outre les symptômes suivants:

  • maux de dos
  • douleurs au bas-ventre
  • besoin pressant et constant d’uriner
  • sensation de brûlure au niveau de l’urètre
  • démangeaisons dans les zones intimes
  • pertes vaginales anormales (odeur/couleur inhabituelle)
  • fièvre
  • douleurs pendant les rapports sexuels
  • saignements intermenstruell

Chez les hommes, l’infection peut se manifester par les symptômes suivants:

  • pertes blanchâtres à la sortie de l’urètre (extrémité du pénis), surtout le matin
  • douleurs pendant les rapports sexuels
  • non traitée, une infection peut entraîner une inflammation des testicules et de l’épididyme
  • sensation de brûlure et de démangeaison dans l’urètre à la miction
  • une infection du rectum (après un rapport anal) provoque des diarrhées, des pertes purulentes, des douleurs et des spasmes.

Complications

Une infection à Chlamydias qui passe inaperçue, ce qui est fréquent compte tenu de l’évolution souvent asymptomatique, peut entraîner des complications et des séquelles.

Complications d’une infection chez la femme:

  • annexite (salpingite)
  • pelvic inflammatory disease: inflammation de l’utérus, des trompes et des ovaires; provoquée par une infection s’étendant depuis le vagin.
  • grossesse extra-utérine (GEU) due à des adhérences dans la trompe
  • infécondité involontaire (stérilité)
  • douleurs chroniques au bas-ventre
  • infection à Chlamydias pendant la grossesse: augmente le risque de rupture prématurée de la poche des eaux et de retard de croissance de l’enfant. S’y ajoute le risque que l’enfant soit infecté à la naissance, ce qui peut entraîner une conjonctivite ou, plus rarement, une pneumonie chez le nouveau-né.

Complications d’une infection chez l’homme:

  • rarement, infécondité involontaire (stérilité)
  • inflammation de la prostate, des testicules et de l’épididymee
  • resserrement de l’urètre dû à la formation de tissu cicatriciel consécutive à l’inflammation, ce qui peut entraîner des cystites
  • syndrome de Reiter: cette combinaison de symptômes touche surtout les hommes jeunes. Elle associe conjonctivite, arthrite réactionnelle (en général du genou ou de la cheville) et urétrite, qui surviennent simultanément. Le syndrome de Reiter débute typiquement 2 à 6 semaines après une infection à Chlamydias, une infection gastro-intestinale ou une gonorrhée. Une prédisposition génétique est probable. Ce syndrome peut en général être traité par des antibiotiques.

Que peut-on faire soi-même? – Prévenir

Il est important d’utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels pour prévenir une infection. Ceux-ci vous protègent de nombreuses autres maladies sexuellement transmissibles en plus des infections à Chlamydias.
De manière générale, les règles du «safer sex» doivent systématiquement être observées:

  • usage du préservatif
  • pas de sperme ni de sang dans la bouche
  • consulter le médecin en cas de problème

Quand faut-il consulter?

Il est recommandé d'aller voir un médecin pour tout ennui de santé touchant les parties intimes. Un frottis de l’urètre ou du col utérin ou l’examen d’un échantillon d’urine permettent un diagnostic facile des infections, qui peuvent alors être traitées au besoin par un antibiotique dans la mesure du possible. Un examen annuel visant à exclure des maladies sexuellement transmissibles est en outre recommandé aux personnes qui changent souvent (plus de 5x/an) de partenaire sexuel. Lors du premier examen de contrôle effectué entre la 6e et 9e semaine de grossesse, les patientes enceintes subissent un test de routine de dépistage de Chlamydias et reçoivent un traitement antibiotique s’il y a lieu.

Traitement

Le traitement fait appel à des antibiotiques du groupe des macrolides ou des tétracyclines. Il est important que tous les partenaires sexuels concernés soient traités pour éviter des réinfections.

Info Antibiothérapie: il est essentiel d’observer scrupuleusement les doses prescrites; d’une part, pour que le médicament puisse déployer pleinement son effet, et d’autre part, parce qu’il y a toujours un risque que les germes pathogènes deviennent insensibles au médicament (développement de résistances)

Auteurs: Dr méd. H. Ganguillet

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.