0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Rhumatismes dégénératifs

Formes: Arthrose, Spondylarthrose

L’arthrose relève d’une usure chronique et irréversible d’une articulation. Elle se manifeste dès que les processus dégénératifs prennent le pas sur les possibilités de réparation de l’organisme. Elle affecte de ce fait surtout les personnes ayant atteint la deuxième moitié de leur âge. En Suisse une enquête a montré que la radiographie révèle des signes d’arthrose chez pratiquement chaque septuagénaire.

Les mouvements et les charges usent et liment les surfaces des articulations jusqu’à la disparition totale du cartilage provoquant un frottement sec, „os sur os“. Le cartilage perd tout d’abord son élasticité avec la destruction de ses cellules. Peu à peu le revêtement du cartilage des articulations devient plus mince, il se déchire et l’espace de l’articulation se rétrécit de plus en plus. En réaction, les os se durcissent, sur les tendons apparaissent des excroissances osseuses et des déformations, parfois des espaces creux (kystes). Si le rachis est affecté, il s’agit d’une spondylarthrose ou d’une spondylose.

Très souvent des processus inflammatoires accompagnent le rhumatisme dégénératif en réactivant l’arthrose par des accès douloureux et en accélérant la destruction de l’articulation.

Terminologie

Arthrite:

Inflammation d’une articulation, parfois provoquée par une réaction auto-immune ou en liaison avec une infection virale ou bactérienne. Le passage vers l’arthrose peut se faire de manière ininterrompue.

Arthrose:

Processus douloureux et destructeur qui consiste dans l’usure d’une articulation, qui fait suite à un accident, une arthrite ou une déformation congénitale.

Collagénose:

Affection généralisée du système tissulaire conjonctif principalement provoqué par des processus auto-immuns ou immunologiques.

 

Cortisone:

cette hormone est naturellement produite par le cortex des glandes surrénales Utilisée comme médicament sous différentes variantes chimiques, elle possède de puissantes propriétés anti-inflammatoires et analgésiques. Les inconvénients d’une utilisation prolongée et/ou à haute dose sont: diminution des défenses anti-infectieuses, ostéoporose, modifications cutanées, prise de poids, visage lunaire, hausse du glucose sanguin et de la tension artérielle.

Dégénératif:

Qui est provoqué par des processus d’usure.

Extrémités:

Les bras et les jambes.

Médicaments antirhumatismaux:

Médicaments servant à soulager les douleurs et à inhiber l’inflammation, particulièrement utilisés en cas d’affections rhumatismales. ARNS signifie antirhumatismaux non stéroïdes, c’est-à-dire sans cortisone.

Maladie auto-immune:

Elle se manifeste quand le système immunitaire endommage des tissus de son propre organisme. Il se forme ce qu’on appelle des auto-anticorps.

Tissu conjonctif:

Il représente „le soutien“ du corps, car il est présent dans tous les organes. Le tissu conjonctif comprend des cellules et une substance de base constituée de protéines, de composés à base d’hydrates de carbone et de différents types de fibres – selon le type de tissu conjonctif.

Polyarthrite:

Maladie affectant de nombreuses articulations. Le préfixe grec πολύ-, poly- signifie „beaucoup“ ou „multiple“.

Rhumatisme:

Provenant du grec ρεύμα (rheuma) qui signifie flux, écoulement.

Rhumatismes des parties molles:

Processus inflammatoires et/ou signes d’usure pouvant pratiquement se manifester sur toutes les structures conjonctives, sur la peau, le cartilage, les nerfs, les vaisseaux sanguins, les valvules cardiaques, les cicatrices, les tendons et les muscles.

Spondylarthrose:

Modifications dégénératives des vertèbres surtout de leurs articulations.

Spondylite:

Inflammation d’une vertèbre du rachis, du mot grec σπόνδυλος (Spondylos) la vertèbre. Le suffixe „-ite“ signifie généralement inflammation.

Syndrome:

Ensemble de symptômes typiques pour une certaine maladie.

Vasculite (angéite):

Processus inflammatoires dans les parois des petits et/ou grands vaisseaux sanguins. Elle s’accompagne souvent de douleurs musculaires, de maux de tête et d’autres troubles. Dérivé du latin vasculum, le vaisseau sanguin. Le suffixe „-ite“ signifie généralement inflammation.

Causes et facteurs de risque

L’arthrose ne tombe pas du ciel. L’usure excessive de certaines parties d’une articulation, en particulier du cartilage ainsi que la formation d’excroissances osseuses ne se produit que peu à peu et ne se fait remarquer qu’au bout d’un temps assez long. Les causes et les facteurs qui les favorisent sont:

  • Surmenage des surfaces cartilagineuses des années durant:
    • Gros travaux, surpoids.
    • Facteurs héréditaires, troubles congénitaux du développement et formation défectueuse des grandes articulations, par ex. la dysplasie des hanches, les jambes en X ou en O, mauvaise position des pieds.
    • Déformation des articulations et de la colonne vertébrale suite à des troubles de la croissance et aux paralysies.
    • Accidents provoquant des dommages irréversibles sur les articulations (instabilité par ex. après une rupture du ménisque ou la rupture des ligaments croisés; non-coïncidence des surfaces articulaires) ou fracture avec guérison alors que la position est défectueuse (pli axial, torsion).
  • Articulations malades chez les enfants et les jeunes.
  • Les inflammations des articulations qui se manifestent par des crises (arthrite) attaquent les surfaces cartilagineuses et les déstabilisent. L’arthrite, une fois achevée son oeuvre de destruction se termine en arthrose.
  • Un âge avancé: Plus de 90% de tous les septuagénaires subissent quelques modifications arthrotiques, même si la moitié seulement en souffre.
  • Maladies du métabolisme et autres troubles, par exemple l’hémophilie et l’hématochromatose (maladie du sang et du stockage du fer).

Symptômes

Les symptômes et l’évolution de la maladie diffèrent selon l’articulation. Les arthroses dues à des contraintes exagérées se manifestent avant tout dans les grandes articulations (hanche, genou, épaule) et la colonne vertébrale. Suite à un accident ou une maladie rhumatismale, il peut se former une arthrose dans chaque articulation concernée. Il n’est pas toujours facile de tracer une frontière nette entre l’arthrite et l’arthrose, en particulier lorsqu’il s’agit d’arthrite chronique.

  • La douleur: Le principal symptôme est la douleur. Les douleurs initiales qui s’amenuisent peu à peu lors de la reprise des mouvements sont un élément typique du stade précoce. Elles évoluent par la suite en douleurs persistantes. Le froid et un temps humide les renforcent. On peut percevoir des bruits de frottement dans les articulations.
  • Enflure, rougeur de la peau, surchauffe et épanchement articulaire (accumulation de liquide à l’intérieur de l’articulation) et intensification des douleurs sont des signes typiques d’accès inflammatoires aigus. Il s’agit alors d’une arthrose activée.
  • Gêne des mouvements: Peu à peu s’installe une raideur matinale des articulations ou une raideur après une position assise prolongée, plus tard une raideur persistante et durable.
  • Perte de stabilité et atrophie musculaire suite au ménagement de la partie du corps qui fait mal.
  • Déformation suite à des processus destructeurs sur les articulations, mauvaise position ou maintien défectueux, bourrelets, excroissances osseuses, déformation du rachis.

Que peut-on faire?

  • Bouger: Faire prudemment des exercices et des mouvements jusqu’à la limite du tolérable, tout en évitant surtout les à-coups, les chocs et le surmenage. Il faut préférer les mouvements arrondis et souples, par ex. nager, faire du vélo ou du jogging. On peut ainsi retarder ou même empêcher l’apparition d’une atrophie musculaire, le raidissement et la perte de stabilité. Il faudrait que cette gymnastique de malade se fasse non seulement en présence du thérapeute, mais surtout chez soi et tous les jours. Les mouvements permettent de produire du liquide synovial („lubrification des articulations“), qui sert avec le cartilage d’amortisseur tout en nourrissant les cellules du cartilage. Ils améliorent en même temps l’irrigation sanguine des structures environnantes.
  • Mesures pratiques simples, à la portée de tout le monde, par ex. des enveloppements chauds ou froids ou un bain „antirhumatismal“. En cas de détérioration et surchauffe, il vaut mieux appliquer du froid, lorsque l’état se prolonge, plutôt du chaud, mais il faut individuellement faire des essais pour trouver la meilleure application. Il faut que ces mesures soient ressenties comme faisant du bien, dans le cas contraire, elles ne conviennent pas.
  • Des aides comme les semelles orthopédiques, les cannes, les béquilles et les bandages permettent de soulager les douleurs pour la marche et sont en mesure de retarder l’évolution de la maladie.
  • Jusqu’à présent, il n’a pas été prouvé que des régimes alimentaires et certains aliments aient pour effet de régénérer le cartilage. Il en est de même pour certaines „préparations servant à reconstituer le cartilage“ (par exemple la gélatine).
  • Certains acides gras d’origine animale ont la réputation de stimuler l’activation d’une arthrose, il faudrait donc vérifier si le fait de renoncer à la viande peut avoir un effet positif.
  • On attribue un effet bénéfique à la vitamine E. Il se peut qu’elle permette de réduire la dose des analgésiques.
  • Les méthodes de guérison alternatives: Homéopathie, acupuncture, TCM (médecine traditionnelle chinoise) et autres.

Quand faut-il appeler le médecin?

Une arthrose activée peut représenter un cas d’urgence à cause de l’intensité des douleurs. C’est finalement le ressenti subjectif qui va déterminer le moment de la consultation médicale.

On utilise pour le diagnostic, en dehors des examens cliniques, des procédés d’imagerie médicale: radiographie, tomographie computérisée (TC), tomographie par résonance magnétique (TRM), ultrasons, scintigraphie ou arthroscopie.

Le traitement repose sur les trois piliers de la thérapie physique, les médicaments et le cas échéant l’intervention chirurgicale

Médicaments

  • Médicaments anti-inflammatoires: cortisone et ce qu’on appelle les anti-inflammatoires ou antirhumatismaux non stéroïdes (ARNS) sont principalement indiqués en cas d’arthrose activée; ils doivent combattre les symptômes.
  • Médicaments pour protéger le cartilage: Leur effet ne se fait ressentir qu’au bout d’une administration régulière de quelques mois.
  • Pour combattre les accès inflammatoires aigus, on peut envisager l’injection de préparations à base de cortisone, dans les stades chroniques, de l’acide hyaluronique (une sorte de succédané de lubrifiant pour les articulations).

La thérapie physique

  • Applications de chaud et de froid: Enveloppements, pansements à base de pommades ou sous forme de différentes électrothérapies.
  • Massages.
  • Thérapie balnéaire: L’effet bénéfique d’un bain thermal a été confirmé depuis des siècles. Même le „changement de tapisserie“ pour une atmosphère différente du quotidien permet d’obtenir une amélioration.
  • Appareils orthopédiques: les chaussures orthopédiques permettent de compenser la différence de longueur des jambes et réduire ainsi la surcharge de certaines parties des articulations.

Opération

A l’aide d’une endoscopie des articulations ou arthroscopie, il est possible de lisser les inégalités du cartilage. Pour les grandes articulations, l’utilisation des prothèses articulaires revêt une importance particulière dans le traitement des personnes âgées. De nos jours, on procède également à des transplantations de cartilage et d’os. Celles-ci conviennent surtout quand les dommages de cartilage sont encore réduits ou minimes.

Prévenir

  • Pour prévenir une usure prématurée des articulations, il faut en premier lieu veiller à faire des mouvements appropriés et réguliers et garder un poids normal. Pour les maladies comme la goutte et l’hémophilie, une thérapie pratiquée à temps permet de diminuer les dommages des articulations.
  • De bons muscles stabilisent les articulations
  • Veiller à une bonne position au moment de soulever et de porter des charges (voir illustration dans le texte du mal de dos), des souliers bien adaptés (pas de talons hauts) et la thérapie, en cas de mauvais positionnement des jambes ou des hanches, permettent de prévenir une usure excessive.
  • Il faut examiner les nouveau-nés pour déceler une éventuelle mauvaise position des articulations (dysplasie des hanches). Cela se fait à l’aide d’une sonographie à ultrasons. Un traitement appliqué à temps permet d’éviter, pour le moins d’atténuer les suites possibles, par ex. une arthrose des hanches (coxarthrose).
  • Les fractures ayant entraîné la dégénérescence des surfaces articulaires seront reconstruites autant que possible lors d’une intervention chirurgicale. La reconstitution, aussi précise que possible, d’une articulation est non seulement importante au point de vue fonctionnel, elle sert en plus à la prophylaxie d’une arthrose causée par un accident.

Autres informations, adresses

  • Ligue suisse contre le rhumatisme
    Josefstrasse 92
    8005 Zürich
    044 487 40 00
    www.rheumaliga.ch
  • Fondation KOSCH
    Coordination et promotion des groupes d’entraide en Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061/333 86 01
    Centrale de renseignement: 0848 810 814
    www.kosch.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.