0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Démence

Le principaux symptômes de la démence sont les troubles de la mémoire plus ou moins prononcés. Selon la forme et le stade de la maladie, il existe d'autres signes comme les troubles du langage, de l'orientation, des mouvements et des comportements, la conscience par contre persiste. Les éléments caractéristiques sont les troubles dans l'exécution des activités journalières et une détérioration progressive inexorable de l'état général pendant des années; finalement la maladie demande de plus en plus de soins, surtout en cas d'invalidité complète.

Démence est un terme générique pour une multitude de maladies qui débutent de préférence au cours de la deuxième moitié de la vie. En moyenne la fréquence se situe en Europe centrale aux environs de 10% de la population, mais le nombre de malades de plus de 65 ans double tous les 5 ans. En Suisse ce sont tous les ans plus de 20'000 personnes qui tombent malades. La cause est dans 70 à 80% des cas une maladie d'Alzheimer ou de Parkinson ou des troubles de la vascularisation du cerveau.

Il n'est pas toujours facile de délimiter par rapport à la démence la perte physiologique (normale) due à l'âge de la capacité de garder en mémoire des faits récents, de la compréhension et de la mobilité intellectuelle à un âge avancé.

Causes, facteurs de risque et formes

  • Maladie d'Alzheimer: La maladie d'Azheimer est la forme la plus fréquente; elle débute la plupart du temps après la 60e année, très rarement déjà après la 30e année.
  • Troubles de la l'irrigation du cerveau, démence vasculaire: artériosclérose entraîne un manque chronique d'irrigation du cerveau qui a besoin d'oxygène; les cellules nerveuses meurent de plus en plus en grand nombre. De même un accident vasculaire cérébral entraîne une perte de tissus nerveux. Suite aux accidents vasculaires cérébraux répétés, il se produit une perte de substance (atrophie du cerveau) et finalement une démence
  • Parkinson et autres affections neurodégénératives: Selon la durée de la maladie de Parkinson et de l'âge du patient, la démence se déclare dès 20 à 40% des cas. D'autres exemples sont la démence à corps de Lewy (DLB) et la maladie de Creutzfeldt-Jakob.
  • Tumeur cérébrale, traumatisme crânien, inflammation cérébrale, vasculite cérébrale.
  • Les formes de démence secondaires sont provoquées par des dommages qui ont leur origine entière ou partielle en dehors du cerveau et qui peuvent se manifester chez des personnes encore jeunes. Exemples: Intoxications (par ex. plomb, mercure, médicaments), abus répétés d'alcool et de drogues, certains troubles du métabolisme, le manque de vitamines, les troubles de l'équilibre des substances minérales, différentes maladies immunologiques et infectieuses.
    Font également partie des démences secondaires les stades avancés de psychose (par ex. la schizophrénie), l'épilepsie etc.
  • Facteurs génétiques: ils sont connus pour certaines formes de démence, pour d'autres, il existe des soupçons.

Le tableau clinique

Symptômes typiques

Ce qui est commun à toutes les formes de démence, ce sont les atteintes portées aux activités cognitives comme la pensée, la parole, le calcul, la capacité de la mémoire, l'attention, la concentration, l'orientation, également le maniement d'outils ou d'appareils, la capacité à solutionner des problèmes, à se souvenir, à comprendre et à juger. Toutes les personnes ne sont pas atteintes de la même manière. L'élément caractéristique est la diminution progressive des capacités intellectuelles dans l'évolution de la maladie, alors que les symptômes psychiques restent stables ou vont se résorber.

Les entraves aux facultés cognitives représentent alors pour la parenté un défi particulier, si les personnes concernées savent par exemple encore conduire une voiture, mais ne peuvent plus gérer le potentiel de danger que cela représente. Selon la forme de démence, les symptômes se manifestent plus tôt ou plus tard dans l'évolution de la maladie.

  • Penser, se souvenir: Les troubles dans ce domaine sont obligatoires, s'ils manquent il est impossible de poser le diagnostic de la démence. Pour la maladie d'Alzheimer, ils représentent un symptôme précoce. Très tôt la capacité de la mémoire à court terme est réduite, alors que la mémoire d’événements ou d’objets du passé ainsi que la capacité à vaquer aux activités habituelles continuent à bien fonctionner pendant une période assez longue.
  • Langage: Les atteintes se manifestent de manière très diversifiée, depuis la difficulté à trouver un mot jusqu'au mutisme ou l'incapacité totale à former des phrases. Au début il manque souvent seulement le terme exact lorsque le patient veut raconter et il utilise en lieu et place des mots qui ne veulent rien dire („eh, ce truc là“). Il arrive que le patient répète continuellement les mêmes phrases ou les mêmes mots, parfois leur signification n'est même plus connue.
  • Le maniement d'appareils: Les activités sont troublées (apraxie) ainsi que la compréhension de l'usage des objets usuels. Par exemple les patients n'ont plus l'habitude de l'usage des couverts ou du maniement des outils et des appareils. De telles entraves se manifestent seulement plus tard au cours de la maladie.
  • Mouvements: Les éléments les plus visibles sont les tremblements (tremor), raideur (rigidité), akinésie (impossibilité de se mouvoir) etc., mais aussi la modification de la démarche et une démarche mal assurée avec danger de chute.
  • Orientation: Elle ne réussit plus en premier lieu dans un environnement étranger, ensuite même dans un environnement connu. Le dément erre partout et ne trouve plus le chemin pour rentrer chez lui, ni la cuisine ni le WC. Il perd aussi de plus en plus l'orientation dans le temps.
  • Reconnaître: Le patient ne reconnaît plus (agnosie) les personnes, en particulier la parenté, son propre appartement ou sa propre chambre.
  • Comportement, psychisme: Les symptômes psychiques sont des sautes d'humeur, de la dépression, de l'angoisse et de la panique ainsi que des troubles de la personnalité. Des hallucinations sont plus rares, par contre des illusions sont plus fréquents, par ex. lorsque le patient à perdu ou égaré un objet, il en rend responsables les parents ou le personnel soignant. Les troubles du comportement se manifestent presque toujours à un stade avancé (environ 90%). Ce sont souvent, mais pas seulement, des traits de caractère qui s'amplifient ou se modifient: irritabilité, sautes d'humeur, bavardages, pleurnicheries et cris, la manie de collecter ou d'accumuler des objets de manière compulsive. Il n'est pas rare que l'agressivité est due à ce qu'on exige trop du patient ou pas assez. Autre élément typique, l'agitation, surtout vers le soir, les appels, les égarements ou „le fait de se balader“, avec tous les dangers inhérents ainsi que la modification du rythme de l'endormissement et du réveil. L'agitation vers le soir est tellement typique qu'on a inventé pour la désigner le terme de
    „Sun-Downing“. Sont également possibles un manque d'initiative, de l'apathie et le fait de se retirer de la vie sociale.
  • Des symptômes corporels: Des problèmes lors de la déglutition, des douleurs pour différentes causes, des troubles de la sensibilité (perte de sensibilité aux irritations), diminution de la sensation de faim et de la soif, incontinence urinaire, etc.

Évolution

Elle s'étire la plupart du temps sur plusieurs années. La durée diffère d'un individu à l'autre et dépend de l'âge lorsque débutent les maladies secondaires. A l'exception de la maladie de Creutzfeldt-Jakob la mort ne survient pas très vite, seulement au bout de 3 à 15 ans ou plus.

  • Au début les symptômes sont souvent discrets et difficiles à distinguer chez les personnes âgées par rapport à un vieillissement physiologique dû à l'âge. Au sein de la forme de démence, il existe une régularité qui permet de poser en grande partie le diagnostic exact sans recourir à des méthodes d'investigation complexes.
  • L'élément typique dans l'évolution de la maladie d'Alzheimer est la diminution continue des facultés cognitives, alors que pour la démence vasculaire cela se fait par étapes.
  • Dans la phase finale, les frontières en les différentes formes s'effacent, les patients vivent dans un égarement continu et leurs réactions psychiques sont de plus en plus difficiles à interpréter. A cause de la perte de leur autonomie, les soins sont à dispenser jour et nuit.

Que peut-on faire? – Prévenir

Au début de la maladie

Des exercices pour entraîner la mémoire: lire et apprendre par coeur des notes sur ce qu'on vient de lire; des exercices de réflexion, résoudre des mots croisés, jouer avec des chiffres (Sudoku) ou jouer aux échecs. De même les contacts avec d'autres personnes, aller au théâtre ou au cinéma, discuter sur une émission télé, un article de journal ou un livre peuvent stimuler l'esprit. Lorsque la mémoire diminue, nombre de patients s'en rendent compte par eux-mêmes: noter les choses importantes et respecter un certain ordre, par exemple toujours remettre les clefs et le portemonnaie au même endroit.

Le soin des malades qui souffrent de démence

Le soin des malades atteints de démence est très exigent et pénible. Les proches parents ou le personnel soignant devrait très tôt recourir à l'aide des services spécialisées. Voici quelques points concernant les soins:

  • Maintenir le plus longtemps possible les habitudes et le déroulement journalier du malade, ne pas lui imposer des changements brusques.
  • Éviter de demander trop ou pas assez à un malade, éviter aussi des contrôles excessifs, stimuler et utiliser les facultés restées intactes.
  • Parler en utilisant des phrases courtes et simples, utiliser les gestes et les attouchements lors de la conversation; faire devant le malade les activités qu'il devra exécuter et le cas échéant le soutenir et l'assister, une fois l'activité réussie, ne pas oublier de le féliciter. Garder autant que possible son calme lors des discussions et en cas d'explosion de sentiments de la part du malade.
  • Troubles du comportement: Si les éléments qui les déclenchent sont détectés cela permet de prévenir les réactions indues. Des états d'anxiété peuvent se manifester par exemple si le malade ne reconnaît plus les objets ou les situations, situation encore renforcé par exemple par un mauvais éclairage, par des troubles de l'audition ou de la vision. C'est ainsi que le malade peut prendre un habit suspendu pour une personne inconnue et menaçante.
  • Aménagement de l'environnement: Éliminer les sources de dangers (danger de buter contre quelque chose, autres risques d'accidents, également par des médicaments et des substances toxiques), veiller à un éclairage suffisant, de préférence un éclairage commandé par les mouvements, installer des poignées pour se tenir, éviter les bruits, etc. Là où cela peut se justifier, installer des aides optiques (pictogrammes).
  • Hygiène du sommeil: les mêmes recommandations valables pour d'autres personnes conviennent parfaitement, voir sous troubles du sommeil.
  • Problèmes de déglutition: manger autant que possible dans une position du corps bien verticale et non pas au lit.
  • Planifier l'avenir au point de vue soins, problèmes financiers, juridiques, suivi médical.

Prévenir

Il est possible de prévenir partiellement une démence due à l'artériosclérose en réduisant les „risques vasculaires“, en arrêtant de fumer, en renonçant aux excès d'alcool, en veillant à s'alimenter de manière saine et en se donnant régulièrement du mouvement.
Sont également importants les contrôles réguliers de la tension, de la glycémie ainsi qu'une thérapie des maladies de base comme le diabète, hypertension, l'épilepsie etc.

Quand faut-il consulter?

En cas de manifestation de troubles de la mémoire ou d'autres modifications des facultés cognitives, en particulier lorsque ces signes rendent plus difficile la vie quotidienne, il est recommandé de consulter un médecin. Comme les personnes concernées ne le font pas d'elles-mêmes, l'entourage joue dans ce cas un rôle déterminant.

Diagnostic

Il s'appuie sur l'interrogation du malade et des proches. Suivent les tests des facultés cognitives et des fonctions de tous les jours. Les analyses des laboratoires servent à détecter les formes de démences susceptibles d'être traitées ou les maladies secondaires. A l'aide de la tomographie médicale, comme la résonance magnétique (TRM) et la tomographie computérisée (TC), il est possible de détecter les modifications des structures dans le cerveau qui permettent de déterminer la cause, éventuellement de revoir le diagnostic et d'engager la thérapie la mieux appropriée.

Thérapie

Quelques rares forme de démence peuvent faire l'objet d'un traitement médicamenteux ou opératif, même parfois se guérir. Dans la plupart des cas la thérapie va se concentrer à améliorer autant que faire se peut les activités cognitives, à réduire les troubles du comportement et à retarder le plus possible une détérioration. Cela suppose que l'on prenne très tôt les mesures nécessaires. En dehors des médicaments, il existe aussi différentes méthodes, par exemple:

  • La thérapie du milieu: se promener, danser, faire de la musique, jeu avec les poupées, etc.
  • Les travaux sur les souvenirs et la biographie (par ex. à l'aide d'albums de photos), entraînement de la mémoire.
  • L'ergothérapie, physiothérapie et logopédie.
  • La thérapie selon un processus créatif.
  • La psychothérapie.

Autres informations et adresses

  • Alz
    8, Rue des Pêcheurs
    1400 Yverdon-les-Bains
    Tel. 024 426 20 00
    www.alz.ch
  • Kosch
    Coordination et promotion des groupes d'entraide en Suisse
    Bâle
    www.kosch.ch
  • www.demenz-ratgeber.de
    Vous y trouverez de nombreux conseils pour le personnel soignant

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.