0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Diphtérie

La diphtérie est une maladie infectieuse bactérienne qui évolue surtout dans la région du nez, du larynx et du pharynx. Des toxines produites par les bactéries de la diphtérie peuvent avoir de très graves effets lointains sur le coeur, la circulation sanguine, le système nerveux et d’autres organes.

Les épidémies étaient fréquentes dans le temps. L’amélioration de l’hygiène a permis tout d’abord de diminuer fortement le nombre de cas et plus tard la vaccination a presque réussi à l’éradiquer. Elle est souvent importée de manière sporadique d’Europe orientale, mais ce sont également les voyages lointains et le manque de vaccination qui favorisent l’augmentation de la maladie. En 1994/95, une importante épidémie a fait de nombreux morts en Russie. Dans certaines régions du tiers monde, la diphtérie est encore toujours endémique.

Terminologie

Endémie:

Manifestation durable ou répétée d’une maladie dans une région géographique délimitée (région endémique). L’agent pathogène est présent en permanence dans cette région.

Épidémie:

Propagation d'une maladie touchant un grand nombre des personnes d’une maladie dans une région délimitée durant une période limitée (limitée au point de vue géographique et temporel).

Exposition:

L’organisme est exposé aux influences de l’environnement, par exemple aux agents pathogènes, aux substances nocives en tout genre ou aux rayonnements.

Contamination:

Contagion par des agents pathogènes. Adjectif: contaminé.

Infection par contact:

Transmission des agents pathogènes par contact avec des sécrétions en provenance de plaies, par contact avec les glaires ou les matières fécales d’un malade (par ex. des doigts contaminés portés à la bouche), par contact direct avec des patients ou suite à l’attouchement d’objets contaminés.

Infection par gouttelettes:

Transmission des agents pathogènes par les „voies respiratoires“, paroles, toux ou éternuements.

Toxine:

Substance toxique produite par des micro-organismes, plantes ou animaux.

Toxoïde:

Toxines ayant subi un traitement chimique ou physique pour leur enlever leur toxicité afin de pouvoir les utiliser pour la vaccination.

Antitoxine:

Substance capable de neutraliser une toxine (contre-poison, sérum).

Les causes

La transmission de la bactérie de la diphtérie (Corynebacterium diphtheriae) se fait d’une personne à l’autre par les gouttelettes expulsées lors d’un éternuement ou une toux, plus rarement par une infection de contact. Même les personnes qui n’en tombent pas malade peuvent transmettre les bactéries. La toxine bactérienne inhibe la synthèse de l’albumine dans les cellules humaines ce qui peut provoquer des nécroses localisées et les symptômes connus.

Le tableau clinique

Selon la poste d’entrée et la localisation des bactéries ou des toxines, on constate au bout de deux à cinq jours après l’infection différents symptômes.

  • Diphtérie du pharynx: Cette diphtérie est fréquente chez les enfants et les petits enfants. Elle se caractérise par une muqueuse pharyngée fortement enflammée et très rouge et des membranes grisâtres, très adhérentes un peu partout, aussi sur les amygdales. Celles-ci se mettent à saigner dès que l’on essaie de les enlever. Elles se distinguent en règle générale des enduits blanchâtres faits de petites pustules remplis de pus mais non réunis en cas d’angine tonsillaire. L’air expiré par les malades a une odeur curieuse, un peu sucrée; l’élocution du malade est comme étranglée. Le malade ressent un malaise généralisé avec une forte fièvre. Les ganglions maxillaires sont nettement tuméfiés.
  • Diphtérie nasale: Elle se manifeste surtout chez les nourrissons et les petits enfants en même temps qu’une diphtérie pharyngée. L’élément qui la caractérise est un rhume très liquide et sanguinolent, l’état général cependant n’est que peu affaibli.
  • Diphtérie du larynx, „vrai croup“: Elle peut mettre la vie en danger, car les membranes et la tuméfaction de la muqueuse peuvent obstruer les voies respiratoires. Les premiers signes en sont un certain enrouement ou dysphonie et une toux rauque comme des aboiements, il s’ajoute plus tard  une gêne respiratoire et des crises d’étouffement avec danger d’asphyxie („vrai croup“).
  • Diphtérie progressive, diphtérie bronchiale: Elle se manifeste quand la maladie s’étend aux vois respiratoires et aux bronches. Elle peut entraîner une grave pneumonie.
  • Diphtérie des plaies ou de la peau: Cette forme que l’on constate surtout chez les adultes se caractérise par des ulcères présentant les enduits typiques décrits plus haut (pour la diphtérie du pharynx).
  • Diphtérie toxique: Elle débute la plupart du temps avec une diphtérie du pharynx et se répand à d’autres organes ou systèmes d’organes.
    • Coeur et circulation sanguine: inflammation du muscle cardiaque ou myocardite, troubles du rythme cardiaque, chute de tension pouvant aller jusqu’au choc, arrêt cardiaque. Les issues fatales sont encore possibles pendant la convalescence.
    • Nerfs: Inflammation et paralysie des nerfs cervicaux (sont concernés les nerfs des yeux, du voile du palais, la musculature de la déglutition) ou des nerfs périphériques (musculature de la respiration, les bras et les jambes).
    • Dommages sur les reins et le foie.
    • Coagulation du sang: propension généralisée aux saignements.
  • Localisations plus rares de la diphtérie: ne se manifeste pratiquement qu’en cas de déficience immunitaire: pseudo-membranes fibrineuses sur les yeux et dans le vagin.

La mortalité due à la diphtérie se situe aujourd’hui aux environs de 5 à 10%; elle peut être plus importante si le traitement médical est retardé ou insuffisant. L’immunité n’est pas toujours garantie après la maladie, et si elle existe, elle ne dure pas toute la vie.

Que peut-on faire? – Prévenir

La vaccination préventive représente la meilleure protection contre la diphtérie.

  • Le système immunitaire humain est stimulé pour former des anticorps capables de combattre la toxine bactérienne en la rendant inoffensive en cas d’infection.
  • Trois injections sont nécessaires à cet effet au cours de la première année (en même temps que la vaccination contre le tétanos et la coqueluche). Le rappel est nécessaire tous les 10 ans, de préférence en même temps que celui du tétanos.
  • La vaccination protège seulement de la toxine, mais pas de l’infection par les pathogènes. Les personnes vaccinées peuvent continuer à répandre les agents pathogènes sans faire elles-même une diphtérie. Les cas de diphtérie ne vont pas diminuer ce qui rend la vaccination encore plus nécessaire.

Quand faut-il consulter?

Une consultation chez un médecin est indiquée dès que l’on constate les symptômes susmentionnés. Cela est particulièrement valable après un voyage en Europe de l’Est (surtout en Russie) ou dans un pays en dehors de l’Europe où la diphtérie est endémique.

Thérapie

Le médecin peut si nécessaire injecter un sérum immunisant contre la toxine de la bactérie si cette dernière n’a pas encore envahi les cellules, car une fois pénétrée dans les cellules la toxine ne peut plus être rendue inoffensive par l’antitoxine. La thérapie consiste en fait dans l’administration immédiate du sérum capable de combattre le poison des bactéries en l’accompagnant d’un complément d’antibiotiques pour endiguer la multiplication des agents pathogènes. Les malades doivent être isolés et les cas de diphtérie doivent être signalés à l’OFSP.

Certaines interventions comme l’intubation ou l’ouverture de la trachée et la respiration artificielle peuvent s’avérer nécessaires si le malade court le risque d’étouffer. Une insuffisance cardiaque aiguë, des troubles du rythme cardiaque ou la déficience rénale exigent également une thérapie intensive.

Autres informations, adresses

  • Office fédéral de la santé (OFSP/BAG)
    3003 Berne
    Tél. 031 322 21 11
    www.bag.admin.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.