0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Roséole infantile, Exanthème subit

Cette maladie infectieuse virale bénigne touche principalement les petits enfants. Jusqu’à leur premier anniversaire, un tiers des petits enfants subissent une infection.
La fièvre des trois jours tire son nom du fait qu’elle dure la plupart du temps trois jours; le terme technique „d’exanthème subit“ se rapporte à l’éruption cutanée qui survient le troisième ou le quatrième jour. Le virus responsable a été isolé pour la première fois en 1986 et reconnu comme agent pathogène de la fièvre des trois jours.

Les causes

  Les virus du groupe herpès sont à l’origine de la fièvre des trois jours; il s’agit de virus herpès humains de type 6 (VHM6) et de type 7 (VHM7). Cette fièvre se transmet par une infection par gouttelettes, émises lors de toux, d’éternuements, de contacts corporels. Les virus du groupe herpès restent à vie dans l’organisme et peuvent y être réactivés en cas d’affaiblissement d’un système immunitaire. Les enfants sains et les adultes anciennement infectés, éliminent le virus par la salive pendant un temps limité et peuvent ainsi contaminer les petits enfants.

L’infection confère une immunité à vie pour la fièvre des trois jours. D’autres maladies sont différemment associées à ces types de virus herpès comme le syndrome d’épuisement chronique ou la sclérose en plaques.

Le tableau clinique

  • 5 à 15 jours après la contamination, la maladie se déclare subitement par une forte fièvre, pouvant atteindre les 40 degrés et durer 3 jours, exceptionnellement jusqu’à 8 jours. Les fortes températures déclenchent, surtout chez les nourrissons, des crises convulsives fébriles qui n’entraînent en règle générale pas de séquelles.
  • Les signes habituels d’une maladie grave sont absents, la plupart des enfants ne se sentent que très légèrement indisposés.
  • La maladie peut s’accompagner de diarrhées, de vomissements, de paupières enflées. Les signes d’une maladie par refroidissement peuvent apparaître. Une tuméfaction des ganglions du cou est possible.
  • Quand la fièvre se met à baisser, on voit souvent apparaître une éruption cutanée d’un rose pâle, caractérisée par de petites taches sur le ventre, la poitrine et le dos, pouvant se propager sur les bras et les jambes et disparaître au bout de 2 à 3 jours. La tête n’a pratiquement jamais de taches.

Les complications

Il arrive que la maladie soit accompagnée d’une otite de l’oreille moyenne; sont particulièrement en danger, les enfants ayant eu des maladies antérieures comme le cancer, la déficience immunitaire ou des malformations.

Que peut-ton faire? – Prévenir

  • Faire baisser la fièvre avec des enveloppements au vinaigre ou des chaussons au vinaigre
  • Boire beaucoup.
  • Le repos au lit n’est pas nécessaire aussi longtemps que la fièvre n’est pas très élevée, mais il faut que l’enfant se repose beaucoup.
  • Si un enfant a une propension connue à faire des crises convulsives fébriles, il est recommandé de baisser sa température, dès le début de la maladie, à l’aide de médicaments prescrits par le médecin.

Il est préférable de ne pas traiter les enfants à l’aide de salicylates (médicaments à base d’acide acétylsalicylique). Les salicylates administrés à l’occasion d’une fièvre peuvent provoquer chez eux une maladie grave, heureusement très rare, mais qui peut mettre leur vie en danger, le syndrome de Reye.

Quand faut-il consulter?

Une consultation est indiquée dans les cas suivants:

  • En cas de fièvre au cours des deux premiers mois de la vie d’un nourrisson.
  • En cas de fièvre dépassant les 40°.
  • Si la fièvre dure plus de trois jours.
  • En cas de convulsions, de somnolence, de sensibilité exagérée au toucher et de raideur dans la nuque.
  • En cas de mauvaise mine, de signes de déshydratation: muqueuses sèches, diminution de l’élimination de l’urine, pouls et respirations accélérés, vertiges, pli de la peau ne se résorbant que lentement, fontanelles effondrées ou affaissées chez les nourrissons. Pli de la peau: on soulève un peu la peau, de préférence celle du ventre chez les nourrissons, puis on la relâche tout en observant la vitesse à laquelle la peau redevient lisse.

S’agissant d’une maladie infectieuse virale, seule les symptômes peuvent être combattus. En cas de crises convulsives fébriles et si la température est très élevée, le médecin peut prescrire à court terme des suppositoires à effet antiépileptique. Il n’existe pas de vaccination.

Autres informations, adresses

  • Office fédéral de la santé (OFSP/BAG)
    3003 Berne
    Tél. 031 322 21 11
    www.bag.admin.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.