0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Endométriose

L’endométriose est une affection gynécologique qui touche la femme en période d’activité génitale. Des cellules de la muqueuse utérine s’installent quelque part ailleurs dans l’organisme. Au nouvel emplacement, il se forme des nodules ou des kystes („foyers d’endométriose“), qui réagissent aux hormones sexuelles en participant au cycle menstruel par la formation de tissu, de l’enflure et des saignements. Mais contrairement au sang de la menstruation, le sang d’un foyer d’endométriose ne peut très souvent pas s’écouler et provoque à l’intérieur de l’organisme des hémorragies, des inflammations et des douleurs.
Il s’agit d’une maladie chronique. On estime que 7 à 12% de toutes les femmes en âge de procréer en souffrent.

Selon l’endroit où il se trouve (illustration), on distingue entre une endométriose génitale (dans les trompes, les ovaires, le vagin) et une endométriose extra-génitale, sur le péritoine, dans le côlon, dans la vessie, au nombril ou dans des cicatrices d’opération. Les organes se situant en dehors de la cavité abdominale comme la peau et les poumons en sont rarement atteints

21-endme

Causes et facteurs de risque

Des hypothèses existent, mais la cause d’une prolifération et d’une accumulation de cellules utérines dans d’autres organes n’a pas encore été clairement élucidée; ce sont sans doute plusieurs facteurs qui conjuguent leurs effets.

  • Ce qui est évident c’est la pénétration de cellules dans la cavité abdominale. Comme chez certaines femmes le sang des règles ne s’écoule pas seulement vers l’extérieur, mais reflue en arrière à travers les trompes, il existe une voie anatomique permettant à des particules de muqueuse de pénétrer dans la cavité abdominale pour y former des foyers d’endométriose.
  • Possibilité de se répandre en empruntant les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Ce qui explique la présence de foyer d’endométriose dans la vessie, le côlon et d’autres organes plus éloignés.
  • Une cause évidente, mais rare, est l’intervention gynécologique au cours de laquelle de la muqueuse utérine pénètre dans une cicatrice et y forme un foyer d’endométriose. 
  • Un autre postulat incrimine le mauvais fonctionnement du système immunitaire qui empêcherait la destruction des cellules se trouvant au mauvais emplacement.
  • On constate aussi une fréquence familiale.

Le tableau clinique

De nombreux foyers d’endométriose ne présentent pas de symptômes. Lorsque les troubles se présentent, ils sont typiquement en liaison avec le cycle menstruel, mais pas dans tous les cas: Ils commencent un à trois jours avant les règles et s’estompent à partir du paroxysme des saignements.
Les troubles dépendent de la localisation du foyer d’endométriose.

  • Les douleurs abdominales sont les plus fréquentes.
  • La douleur peut irradier dans le dos et les jambes.
  • Lorsque la musculature de l’utérus en est affectée, le symptôme principal sera un saignement particulièrement important et des règles douloureuses. 
  • Il est possible que l’état douloureux perdure en pouvant même se renforcer pendant les rapports sexuels.

Symptômes concomitantes fréquentes sont la fatigue et l’épuisement, l’anémie et des accès de vertiges. La présence simultanée d’allergies ou de maladies auto-immunes n’est pas rare.
Avec le retour d’âge, la stimulation hormonale s’estompe et les symptômes disparaissent pratiquement toujours.

Endométriose extra-génitale

Lorsque l’endométriose se situe dans la vessie, l’urine contient du sang lors du cycle menstruel et la vessie reste parfois irritable. Si le côlon en est affecté, des saignements peuvent se produire dans l’anus et des douleurs survenir au moment des selles. La description de cas d’endométriose dans les poumons pouvant entraîner l’expectoration de sang en relation avec le cycle menstruel, est très rare.

Séquelles

  • Le déversement de sang dans la cavité abdominale peut y provoquer des inflammations et des adhérences. 
  • L’endométriose peut enfin former des tumeurs bénignes dans la cavité abdominale et être à l’origine de kystes ovariens.
  • Stérilité: environ 40% des femmes concernées sont stériles et ne peuvent donc pas mener une grossesse à terme.
  • Troubles de fonctionnement de certains organes, par exemple de l’élimination de l’urine quand des tissus d’endométriose rétrécissent l’uretère.

Que peut-on faire? – Prévenir

On ne connaît malheureusement pas de mesures préventives.
On peut tout au plus recourir aux remèdes de familles et à différentes méthodes de guérison alternatives en complément à la médecine officielle: acuponcture, phytothérapie et homéopathie.

Remèdes de famille

  • De la chaleur avec une couverture chauffante, une bouillotte, des compresses à base de camomille sur la région endolorie.
  • Des enveloppements de pommes de terre: cuire les pommes de terre avec la pelure, les écraser, les empaqueter dans un linge et les appliquer sur la partie endolorie; envelopper avec un linge de toilette.

Quand faut-il appeler le médecin?

En cas de douleurs intenses au moment des règles, de saignements du côlon ou de la vessie en liaison avec le cycle menstruel, il faut consulter un médecin. Parfois c’est un désir d’enfant non assouvi qui peut faire découvrir une endométriose.

Le procédé standard du diagnostic repose sur la laparoscopie. Elle permet l’inspection de ce qui se passe dans la cavité abdominale. Pour lever les soupçons, il est parfois nécessaire de procéder à l’examen de la vessie et du côlon à l’aide d’une endoscopie; ce faisant, on prélèvera aussi des échantillons de tissu. Pour découvrir les tumeurs de l’abdomen, on utilise aussi des appareils optiques comme l’examen aux ultrasons (sonographie).

Thérapie

Quand les foyers d’endométriose sont petits, on essaie la plupart du temps d’y remédier avec une thérapie de préparations hormonales à faible dose ainsi que des remèdes qui inhibent la formation d’oestrogènes. Le désavantage de ces médicaments est le quota plutôt élevé de récidives et les effets secondaires, en particulier l’absence d’ovulation et la stérilité qui s’ensuit. On combine très souvent l’utilisation des médicaments avec l’opération. La thérapie la plus efficace est encore l’intervention chirurgicale qui consiste à enlever le foyer d’endométriose. Elle peut se faire de manière très peu invasive en utilisant le laser lors d’une laparoscopie ou inspection de la cavité abdominale. La collaboration entre les gynécologues, les urologues et les chirurgiens des intestins est nécessaire lorsque la vessie et des sections du côlon sont largement atteintes. Même si les conditions sont optimales, il n’est pas toujours possible d’obtenir une libération complète de tous les troubles.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.