0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Descente de l’utérus, prolapsus génital

Descente signifie que le vagin et/ou l’utérus descendent plus bas dans la cavité du bassin et qu’au moment de pousser ou de tousser, les organes deviennent visibles et palpables à la sortie du vagin (descente). Dans un cas extrême ils sortent du vagin, il s’agit alors d’un prolapsus.

Introduction

L’appareil génital féminin interne, comprenant l’utérus, les trompes de Fallope et les ovaires, est fixé dans la cavité abdominale à l’aide de ligaments et de la musculature du plancher pelvien. Cette fixation n’est pas rigide, mais laisse un certain espace de liberté qui permet des changements de position et de structure.

Pendant la grossesse, les structures du tissu conjonctif s’assouplissent et se distendent, l’utérus qui grandit, remonte en sortant du bassin. Au moment de la naissance, la tête de l’enfant élargit au maximum le petit bassin et la sortie de l’utérus pour se frayer le passage. Il arrive souvent que ces organes ne sont plus aussi raides qu'avant l'accouchement et on assiste à des changements de position, dus à la gravitation, à une descente d’organe.

Descente signifie que certaines parties des organes génitaux de la femme descendent plus bas dans la cavité du bassin (voir illustration). Si au moment de pousser ou de tousser, les organes deviennent visibles et palpables à la sortie du vagin ou quittent, dans les cas extrêmes, entièrement le bassin, on parle de prolapsus (illustration).

88-ptose
89-prola

La descente de l’utérus „entraîne“ parfois certaines parties de la vessie et du rectum de telle sorte qu’avec le vagin la paroi postérieure de la vessie ou la paroi antérieure du rectum forment avec le vagin une saillie vers l’extérieur (illustration). Il se produit alors une cystocèle (paroi de la vessie qui glisse vers le bas) ou une rectocèle (paroi du rectum qui fait saillie).

Les causes

  • Les grossesses, surtout si ces dernières se succèdent rapidement et que les processus de régression restent insuffisants.
  • Les efforts corporels importants, surtout dans les semaines qui suivent un accouchement (suites de couches).
  • Une faiblesse constitutionnelle des tissus conjonctifs, une perte d’élasticité des structures de fixation, dues à l’âge.
  • Changement de forme de l’utérus (rétroflexion).
  • Augmentation de la pression dans la cavité abdominale en cas de constipation chronique, de toux (bronchite chronique), de surcharge pondérale.

Symptômes

Très souvent une descente légère passe inaperçue. Une descente plus marquée et le prolapsus provoquent des troubles:

  • Sensation de pression et de plénitude dans le vagin.
  • Problèmes de vessie: Une pression sur la vessie provoque une envie répétée d’uriner. Associée à une descente de la vessie (cystocèle), elle peut provoquer des pertes d’urine involontaires (incontinence urinaire), en particulier au moment de tousser, d’éternuer ou de rire. Les cystocèles plus importantes ne permettent plus de vider complètement la vessie, celle-ci garde un résidu d’urine, véritable terrain favorable à la formation d’une infection (cystite à répétition).
  • Des douleurs dans le bas ventre et le dos dus aux étirements exercés sur les ligaments et les adhérences éventuelles.
  • Troubles digestifs et hémorroïdes: La pression sur le colon provoque une envie fréquente d’aller à selle tout en favorisant la formation d’hémorroïdes. Si la paroi postérieure du vagin fait saillie en même temps que le rectum (rectocèle), l’évacuation des selles deviendra plus difficile et la constipation s’installe.
  • Un écoulement glaireux, purulent ou sanguinolent provoqué par l’inflammation et l’infection.
  • Il peut se produire un écoulement et des ulcères dus à la pression sur le col de l’utérus et la paroi vaginale qui vont s’affaisser en faisant saillie à l’extérieur.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Des exercices physiques pour favoriser les processus de régression des organes après un accouchement. En général: une gymnastique ciblée sur le plancher pelvien peut retarder la progression des processus de relâchement.
  • Eviter la surcharge pondérale.
  • Soulever correctement les charges (voir l’illustration à propos du mal de dos). Un comportement défavorable augmente la pression dans la cavité abdominale tout en surchargeant le plancher pelvien.
  • Les oestrogènes servent à prévenir la perte d’élasticité qui survient avec l’âge, tout en améliorant l’irrigation sanguine des structures de fixation dans la région du pelvis. Vu la possibilité d’effets secondaires, leur prise ou leur application doit se faire sous contrôle médical.

Quand faut-il consulter?

Les descentes qui ne provoquent pas de troubles n’exigent en règle générale pas de thérapie. Un prolapsus par contre est toujours associé à certains risques de complications. L’examen et le traitement médical deviennent alors indispensables.

L’élimination d’une descente ou d’un prolapsus requièrent une intervention chirurgicale qui se pratique la plupart du temps depuis le vagin (sans ouverture du ventre). Chez les femmes plus âgées, le résultat est plus sûr si l’opération du prolapsus s’accompagne de l’hystérectomie. En cours d’opération, on tente également d’éliminer une éventuelle incontinence. Le résultat n’est cependant pas toujours complet et les patientes redeviennent souvent incontinentes un peu plus tard.

Si une femme ne peut pas être opérée ou si elle refuse l’intervention, on peut envisager un palliatif provisoire en plaçant un pessaire, sorte d’anneau en caoutchouc que l’on introduit dans le vagin pour redresser l’utérus tout en supportant la musculature du plancher pelvien et empêcher la descente ainsi que la saillie ou prolapsus de l’utérus. Le pessaire doit être souvent nettoyé. Il doit être changé immédiatement, dès que l’on remarque un écoulement dont l’odeur est douteuse. Un ulcère du vagin ou de l’utérus peut en être la cause. Au point de vue qualité de vie, l’opération est à préférer au traitement du pessaire même chez les femmes plus âgées.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.