0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Infection urinaire, Infection des voies urinaires

Il arrive que l'on trouve des germes dans l'urètre et dans la vessie qui ne vont par provoquer de symptômes; dans la partie supérieure, les voies urinaires et l'urine sont normalement exemptes de germes.

Insuffisamment traitées, ces maladies peuvent devenir chroniques. Les infections des voies urinaires sont particulièrement fréquentes chez les femmes et les petits enfants.

L'urine produite par les reins arrive dans le bassinet avant de couler à travers l'uretère dans la vessie où il est stocké un certain temps, avant d'être éliminé à travers l'urètre (illustration).

31-voies

Causes et facteurs de risque

Une infection des voies urinaires (urètre, vessie ou bassinet) est provoquée par des bactéries, plus rarement par des virus (Herpes simplex), des protozoaires (surtout des trichomonas), des champignons, des vers. Les facteurs qui peuvent la favoriser sont:

  • Les obstacles à l’écoulement des urines comme des corps étrangers dans les voies urinaires, des calculs urinaires, des tumeurs, l'hyperplasie de la prostate, le prolapsus de l'utérus ou de la vessie.
  • Les infections des voies urinaires, elles ont tendance à récidiver. Il existe le risque après chaque traitement aux antibiotiques que des bactéries résistantes provoquent une nouvelle infection.
  • Cathéter permanent; une paralysie de la vessie.
  • Usage trop fréquent de sprays intimes, de douches du vagin ou de crèmes spermicides.
  • Relâchement des tissus en cas de grossesse, manque d'œstrogènes après la ménopause.
  • Maladies du métabolisme, en particulier la goutte et le diabète.
  • Rapport sexuel non protégé avec un partenaire infecté.
  • Déficience de la défense immunitaire.
  • Malformations des voies urinaires.
  • Que le fait d'être mouillé et refroidi favorise l'infection des voies urinaires est controversé.

Le tableau clinique

Les infections des voies urinaires sont souvent en relation avec des douleurs dans le bas-ventre au moment de la miction et dans le dos, avec le besoin d'uriner fréquemment et en petites quantités et parfois avec des pertes.

Ces symptômes manquent souvent chez les nourrissons, les petits enfants et les personnes âgées ou bien ils ne sont pas au premier plan. Une évolution compliquée de la maladie est souvent signalée par la détérioration de l'état général, la fièvre, une incontinence urinaire et des maux de ventre.

La plupart du temps une simple inflammation de la vessie connait chez les femmes une évolution sans complications, s'il n'y a pas de facteurs de risque comme le diabète, une grossesse, des corps étrangers dans les voies urinaires ou d'autres causes. Les complications sont plus fréquentes chez les enfants, les hommes et les personnes âgées, mais aussi chez les diabétiques et les personnes souffrant de faiblesse immunitaire, car d'autres organes, en dehors de la vessie, sont impliquées dans la maladie. Il s'agit par exemple des reins, chez les femmes, du vagin et chez les chez les hommes, de la prostate.

L'infection des voies urinaires est cependant un terme générique et ne représente pas une image univoque de la maladie. Selon l'endroit où se déroule l'évènement, il peut se produire des affections différentes avec des symptômes spécifiques que l'on peut relire sous les rubriques suivantes:

• Inflammation de la vessie
• Inflammation du bassinet
• Maladies sexuellement transmissibles

Que peut-on faire? – Prévenir

Si les facteurs qui en sont à l'origine persistent, par ex. si un corps étranger reste en place, une guérison spontanée n'est guère probable.

Des mesures de prévention et de recours à ses propres moyens se trouvent dans les textes qui traitent de l'inflammation de la vessie et des maladies sexuellement transmissibles.

Quand faut-il consulter?

En principe une visite médicale est indiquée, à moins qu'il s'agisse d'une inflammation de la vessie sans complications, que l'on peut traiter soi-même (voir le lien plus haut) et qui s'améliore nettement au bout de deux jours. Le but d'une élucidation consiste à déceler à temps une affection grave et de la traiter.
Un examen est indispensable dans les situations suivantes:

  • Lorsqu'on soupçonne une inflammation du bassinet, par ex. en présence de douleurs dans les flancs ou dans la région des reins, de fièvre et d'un état de malaise généralisé. Dans tous ces cas, il ne s'agit pas seulement de traiter l'infection aiguë, mais aussi de déceler et d'écarter les causes afin d'empêcher un état chronique. Les inflammations chroniques du bassinet entravent de plus en plus la fonction des reins jusqu'à provoquer une insuffisance rénale.
  • Soupçon d'une maladie sexuellement transmissible. Celle-ci provoque chez les hommes, selon l'agent pathogène, des pertes par l'urètre et des brûlures au moment de la miction. Les pertes sont également possibles chez les femmes, souvent accompagnées de démangeaisons; les symptômes sont souvent discrets.
  • Grossesse.
  • Faiblesse immunitaire, diabète.
  • Fréquentes récidives.
  • Chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants.

Le médecin fera analyser l'urine et prescrire le cas échéant des antibiotiques. En cas d'évolution grave, d'autres élucidations seront nécessaires à l'aide d'ultrasons et d'imagerie médicale (radiographie et autres).

Antibiothérapie

L'essentiel consiste à s'en tenir strictement aux directives du dosage; ceci permet d'une part de conférer au médicament sa pleine efficacité, tout en évitant le danger toujours imminent que les agents pathogènes deviennent résistants et insensibles au médicament.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.