0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Cancer de la peau

Formes: Carcinome basocellulaire, Carcinome spinocellulaire, Mélanome malin

La désignation cancer de la peau résume différentes tumeurs malignes de la peau. La plus dangereuse et la plus connue est mélanome malin ou le naevocarcinome. Il part des cellules formant le pigment mélanique (mélanocytes) de la peau pour se disséminer très vite en métastases à des endroits éloignés du corps.

Pourtant le cancer de la peau le plus fréquent n’est pas le mélanome, mais le cancer basocellulaire (carcinome ou épithélioma basocellulaire) nettement moins menaçant et qui n’a guère tendance à former des métastases. Son nom lui vient du tissu d’origine, la couche basale (la plus profonde) de la peau.

Le cancer spinocellulaire (carcinome ou épithéliome spinocellulaire) est également plus fréquent que le mélanome. Son pronostic est meilleur que celui du mélanome, mais l’épithéliome peut former des métastases.

Les carcinomes basocellulaire et spinocellulaire sont des formes de cancer cutané de couleur claire parce que non mélanocytaires. Il convient cependant d’insister sur le fait qu'il existe également des mélanomes de couleur claire.

Le nombre de tumeurs malignes augmente partout dans le monde. Les personnes les plus concernées par le cancer de la peau sont de préférence des personnes à la peau blanche, celles qui sont exposées fréquemment au rayonnement solaire, celles qui prennent des bains de soleil, les sportifs, les jardiniers et les marins.

Causes et facteurs de risque

Les causes ne sont pas encore définies de manière détaillée, mais il existe des facteurs de risque qui suite à de nombreux examens ont été clairement mis en évidence.

  • Les rayons ultraviolets (même ceux d’un solarium), en particulier les coups de soleil à répétition durant l’enfance et la jeunesse. La peau „n’oublie“ jamais les coups de soleil, même après des années. Le cancer de la peau se manifeste à de nombreux endroits exposés au soleil, le visage, le cou, les bras et les jambes. Mais il peut en principe se former à n’importe quel endroit du corps, même là où le soleil ou d’autres sources de rayons UV ne pénètrent que rarement, voire pas du tout.
  • Selon un certain nombre d’études, le fait de fréquenter une fois par semaine un solarium double le risque de développer les phases préliminaires d’un cancer de la peau.
  • Disposition héréditaire: Il existe des indices de prédisposition héréditaire au cancer basocellulaire et au mélanome. Les personnes les plus menacées sont les personnes à la peau blanche qui ont de la peine à bronzer et celles qui présentent de nombreuses taches pigmentaires (grains de beauté ou naevus).
  • Une déficience immunitaire favorise l’apparition d’un cancer de la peau, mais aussi celle d’autres tumeurs malignes.
  • L’augmentation du nombre de cancers de la peau est d’ailleurs la conséquence d’une plus grande espérance de vie chez les humains.

Les tableaux cliniques

Mélanome

Le mélanome fait partie des cancers les plus fréquents en Suisse. Environ 2000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, ce qui, comparé à la population dans son ensemble, représente un pic européen. Contrairement au carcinome basocellulaire et spinocellulaire, le mélanome n’apparaît pas seulement chez les personnes âgées, mais aussi chez les jeunes adultes et même, bien que plus rarement, chez les enfants.
Les caractéristiques d’un mélanome sont les suivantes:

  • Localisation: Apparition, croissance ou modification rapide d’une tache sombre ou claire de la peau quelque part sur le corps, même au doigt, au doigt de pied, sous les ongles, sur les muqueuses.
  • Délimitation floue, forme irrégulière et asymétrique, surface bosselée.
  • Modification de la coloration: augmentation ou diminution de la pigmentation; en particulier un coloris inégal, tacheté allant du rouge, en passant par le brun et le gris jusqu’au noir.
  • Douleurs, démangeaisons, brûlures, sensation „agaçante“ à l’endroit en question. Les taches sont parfois le siège de saignements, d’humidité ou d’inflammation.
  • Grosseur: plus d’un ½ centimètre; plus la tache hépatique est grande, plus le risque de mélanome augmente. L’épaisseur de la tumeur et la profondeur de pénétration dans la peau sont d’une grande importance pour les chances de guérison.
  • Il arrive que les grains de beauté, restés inchangés et discrets pendant des années, se muent en mélanomes, mais ces derniers se développent plus souvent sur une peau jusqu’alors normale.
  • Apparition: de préférence à l’âge adulte.

Règle ABCD – aide à l’observation des modifications cutanées.

  • Asymétrie de forme, donc pas très rond, mais aux contours irréguliers.
  • Bords: effilochés, avec un effet de «bougé», des prolongements et des languettes.
  • Couleurs: celles à l’intérieur d’un mélanome sont changeantes, avec des parties claires, des parties sombres et des tons différents (noir, brun, rougeâtre, gris).
  • Dynamique: la tache pigmentaire change de taille, de couleur, de forme ou d’épaisseur.

Cancer basocellulaire

Ses caractéristiques typiques sont:

  • Localisation: à 80% sur le visage, au-dessus de la ligne reliant la bouche aux lobes des oreilles, donc des endroits de la peau souvent exposés au soleil, parfois sur une tête chevelue, plus rarement à la main, à l’avant-bras ou sur le torse.
  • Forme, couleur: nodule de couleur peau, gris-blanc, brillant ou rougi, pouvant se colorer en brun ou en brun-jaune. Il n’est pas rare qu’il s’ouvre vers l’extérieur comme un ulcère, parfois saignant, avec des croûtes et creux au milieu.
  • Diamètre: un demi-centimètre à plusieurs centimètres.
  • Apparition: la plupart du temps après 45 ans.

Le carcinome spinocellulaire

Les éléments caractéristiques de ce cancer de la peau sont les suivants:

  • Localisation: surtout au visage, en particulier aux endroits fortement exposés au soleil („terrasses ensoleillées“) comme le front, le nez, la lèvre inférieure. Mais aussi certaines zones de passage entre la peau et les muqueuses, surtout près des orifices comme la bouche (bord des lèvres), les yeux, plus rarement à d’autres orifices comme le vagin, l’anus ou sur le bord de plaies chroniques ouvertes („carcinome cicatricielle“) et sur le dos de la main. L’épitheliome spinocellulaire a une croissance particulièrement agressive sur la muqueuse buccale et la langue, mais là ce sont d’autres facteurs que la lumière qui provoquent le cancer, en particulier la fumée de cigarette.
  • Kératinisation, en forme de verrues: Le cancer spinocellulaire fait penser au début à une callosité ou à un durillon ou à un eczéma à pellicules; il se forme ensuite un nodule comme une verrue qui peut évoluer en ulcère. Il est souvent de couleur rougeâtre et croît lentement.
  • Signal d’alarme: les plaies ou les cicatrices qui ne guérissent pas, formation d’un nodule à l’intérieur d’une plaie. Toute plaie ou tout nodule qui n’est pas guéri(e) au bout de 4 semaines est suspect(e).
  • Apparition: la plupart du temps après 55 ans; la fréquence augmente avec l’âge.

Séquelles

  • Déjà un petit mélanome peut très tôt semer des cellules du tumeur dans les ganglions lymphatiques et les organes internes où vont se produire des tumeurs secondaires (métastases).
  • Les carcinomes basocellulaires continuent à croître sur place en profondeur et en largeur; ils envahissent le cartilage et les os, ont un réel effet destructeur, mais ne forment guère de métastases. Il n’est pas rare que plusieurs épithéliomes basocellulaires apparaissent en même temps à plusieurs endroits du corps.
  • Les épithéliomes spinocellulaires se répandent de manière plus agressive que l’épithéliome basocellulaire en surface et en profondeur. Leur croissance détruit les tissus environnants. Les carcinomes spinocellulaires à la surface du corps tardent davantage à former des métastases que ceux des muqueuses. Le risque de métastases est globalement plus faible dans le cas d'un mélanome.

Que peut-on faire? – Prévenir

Savoir s’observer régulièrement sans oublier les pieds. Présenter à quelqu’un d’autre les endroits que l’on ne peut pas contrôler soi-même comme le dos ou le cuir chevelu. Un quart des personnes à la peau blanche ont très souvent une appréciation différente de celle du dermatologue quant à la sensibilité à la lumière de leur type de peau – elles sont plus sensibles et par conséquent plus en danger qu’elles ne le pensent.

Éviter absolument les coups de soleil. Le fait de se protéger d’un rayonnement solaire trop intense est en même temps une protection contre le cancer de la peau.

  • Rester à l’ombre, surtout sous le soleil de midi entre 11 et 15 heures.
  • Porter des vêtements couvrants et un chapeau à larges bords. Des vêtements au tissé très serré et aux couleurs sombres ou soutenues, ainsi qu’en fibres synthétiques, confèrent la meilleure protection.
  • Porter des lunettes de soleil à protection 100% UV
  • A la plage et à la montagne, utiliser des crèmes solaires avec un indice de protection suffisamment élevé (minimum 30), se protéger en outre avec des vêtements adéquats (recommandé)

Précautions supplémentaires chez les enfants:

  • Ne jamais exposer directement au soleil les petits enfants de mois d’une année
  • Utiliser des crèmes solaires résistantes à l’eau qui ont un indice de protection de 30 et offrent une protection UVA et UVB
  • Jusqu’à l’âge de 2 ans, utiliser une crème contenant un taux élevé de micropigments qui reflètent le soleil.
  • Ne pas utiliser de produits contenant des substances allergènes, p. ex. des parfums.
  • Utiliser des vêtements spéciaux à protection UV qui protègent même quand ils sont mouillés (tenues de bain, par exemple).

Les crèmes solaires protègent du coup de soleil et indirectement du cancer de la peau, mais pas avec certitude.

  • La crème doit être appliquée au moins une demi-heure avant le bain de soleil, sinon l’indice de protection n’atteint pas assez vite son effet optimal.
  • Appliquer la crème généreusement. L’expérience montre que la plupart des gens n’utilisent que la moitié de la quantité nécessaire de produit de protection solaire.
  • Réappliquer généreusement le produit après 2-3 heures. C’est aussi valable pour les produits résistants à l’eau, vu que l'agent de protection solaire se perd par le frottement, la transpiration, etc. Le produit de protection contre le soleil ne doit pas inciter à s’exposer plus longtemps aux rayons UV.

Quand faut-il consulter?

Une reconnaissance et un traitement précoces sont les éléments déterminants. Dans ces conditions, même un grand pourcentage de mélanomes peut être guéri. Il faut l’avis du médecin quant on constate que certains endroits de la peau se modifient, sont tout à coup le siège de démangeaisons, sont humides ou forment des taches dont l’aspect change, ou en cas de plaies qui guérissent mal. De manière générale, tout nodule et toute plaie non guéri(e) au bout de 4 semaines doit être examinée. Le diagnostic exige beaucoup d’expérience, il ne faut donc pas essayer de poser soi-même le diagnostic ou de l’exclure.

Thérapie

La méthode chirurgicale entre en ligne de compte pour une élimination locale des tumeurs de la peau. Elle consiste à découper la tumeur au scalpel. Pour les épithéliomes basocellulqires, on utilise aussi la cryothérapie (thérapie par le froid), la thérapie photodynamique et la radiothérapie. Les médicaments (chimiothérapie) sont utilisés pour combattre les métastases éloignées.

Une importance particulière revient au suivi des traitements, car les récidives sont possibles. Pour une grande part des personnes concernées, une nouvelle tumeur maligne de la peau se forme plus tard à un autre endroit.

Autres informations et adresses:

  • Ligue suisse contre le cancer
    Effingerstrasse 40
    Case postale 8219
    3001 Berne
    Tél.: 031 389 91 00
    www.liguecancer.ch
  • Info-Entraide Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    Tél.: 061 333 86 01
    Service central de renseignements: 0848 810 814
    www.infoentraidesuisse.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.