0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Métastases au cerveau, Métastases cérébrales

Tous les organes ne sont pas également prédisposés à faire des métastases. Celles-ci se forment de préférence dans les ganglions lymphatiques proches de la tumeur, dans les poumons, dans le foie, plus rarement dans le cerveau et dans les os. Les métastases ne se forment pratiquement jamais dans le muscle cardiaque et dans la musculature du squelette. Il est certain que les cellules cancéreuses pénètrent dans ces organes en empruntant la circulation sanguine, mais elles y trouvent visiblement des conditions de survie plus mauvaises que partout ailleurs.

Terminologie

Tumeur primaire:

Tumeur primaire ou primitive: La tumeur initiale d’où proviennent les cellules cancéreuses. A partir de ces dernières, il se produit une propagation spontanée dans l’organisme, par poussées successives ou continues, de cellules cancéreuses. Il s’agit là de l’une des caractéristiques définissant les tumeurs malignes (carcinomes, cancers, sarcomes).

Métastase:

Elle se forme après dissémination de cellules cancéreuses dans l’organisme. La tumeur originale d’où proviennent les cellules disséminées s’appelle la tumeur primaire.

Traitement palliatif:

Traitement des symptômes qui vise à améliorer la qualité de vie du patient quand la maladie est à un stade avancé et lui laisse une espérance de vie limitée. Un traitement palliatif peut atténuer par exemple les symptômes suivants: douleurs, nausées, vomissement, fièvre, dyspnée, stress psychique

Les causes

Tumeurs formant de préférence des métastases dans le cerveau:

  • Le carcinome bronchique: origine la plus fréquente. La moitié de toutes les métastases du cerveau a pour origine un carcinome bronchique.
  • Le cancer du sein: deuxième origine la plus fréquente.
  • Le mélanome.
  • Le cancer des reins.
  • Plus rarement, le cancer de la thyroïde, le cancer de la prostate, le carcinome du tube digestif ou d’autres tumeurs primitives sont à l’origine des métastases du cerveau.

Les métastases peuvent surgir dans n’importe quelle partie du cerveau, elles sont souvent plusieurs et peuvent s’étendre également aux méninges (méningite carcinomateuse).

Le tableau clinique

Plus de la moitié de toutes les tumeurs du cerveau sont des métastases. Le tableau clinique correspond partiellement à celui des autres tumeurs du cerveau. Les symptômes susmentionnés n’apparaissent pas nécessairement en même temps.

  • Maux de tête, vertiges, malaise, nausées et vomissements sont ce qu’on appelle les signes d’une pression exercée sur le cerveau, car l’extension des métastases augmente la pression à l’intérieur du crâne.
  • Paralysies motrices et sensorielles: En cas de métastases multiples, les dysfonctionnements neurologiques présentent une distribution irrégulière. Au début, ils se font remarquer par des signes de maladresse ou de faiblesse dans les mouvements, parfois par des troubles de la sensation (pertes de sensibilité, des fourmillements). Les paralysies motrices et sensorielles peuvent rendre la marche indécise et même provoquer une incapacité de marcher. Une aggravation aiguë est possible à tout moment.
  • Des changements dans le psychisme, troubles cognitifs, troubles de la vigilance et de la conscience.
  • Les crises de convulsions se manifestent parfois tôt et peuvent précéder les autres symptômes, raison pour laquelle, lors d’une première crise d'épilepsie, il faut toujours rechercher les métastases du cerveau, surtout chez les personnes âgées.
  • Des troubles de la vision et du langage peuvent survenir de manière très subite. Ils indiquent la partie du cerveau qui est atteinte (centre de vision ou du langage).

Les métastases du cerveau sont le signe d’un cancer au stade très avancé qui a continué à se développer malgré les opérations éventuelles, la chimiothérapie ou les rayons. Ce pronostic défavorable n’est pas seulement le fait des métastases; environ la moitié des malades meurent à cause de la tumeur primitive.

Que peut-on faire? – Prévenir

Les examens de prévention réguliers, le traitement précoce et suffisant de la tumeur primitive sont à peu près les seules mesures de prévention possibles. Malheureusement, même ces mesures ne permettent pas toujours d’empêcher la formation des métastases.

Quand faut-il consulter?

Le patient suit la plupart du temps déjà un traitement médical pour une tumeur primitive. Il arrive que les symptômes des métastases du cerveau soient les premiers symptômes de la maladie et que la recherche de la tumeur primitive ne se fasse qu’ensuite. Ce sont surtout les carcinomes bronchiques et les mélanomes qui ont tendance à faire rapidement des métastases.

Le diagnostic

Le diagnostic est établi en règle générale à l’aide de la tomographie computérisée (TC) et de la tomographie à émissions de positrons ou de la tomographie à résonance magnétique (TRM).

Thérapie

Le traitement des métastases du cerveau consiste en premier lieu à améliorer la qualité de vie du patient, dans certains cas de prolonger sa vie. De telles situations exigent ce qu’on appelle une „thérapie palliative“.

  • Opération: Certaines métastases plus volumineuses peuvent être enlevées par intervention chirurgicale.
  • Radiothérapie: Le traitement par radiochirurgie à l’aide du „Gamma-Knife“ permet d’apporter des améliorations en présence de plusieurs métastases du cerveau. A cet effet, on bombarde la tumeur à éliminer à l’aide de faisceaux de rayons bien circonscrits que fournit une source de cobalt (cobaltothérapie). Ce procédé ne peut s’appliquer aux métastases volumineuses (plus de 3 cm de diamètre) ni lorsque la maladie évolue très vite. Une dernière nouveauté technique, le „Cyberknife“  avec son foyer de rayonnement robotisé.
  • Médicaments: Chimiothérapie.
  • Combinaisons de leurs procédés  (opération, radiothérapie, chimiothérapie).

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.