0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Coup de chaleur et hyperthermie grave

Le coup de chaleur survient quand, suite à une température trop élevée, certaines fonctions de l’organisme subissent une défaillance. Selon la gravité, le coup de chaleur peut mettre la vie en danger. Entre L’hyperthermie grave et le coup de chaleur existe une différence de degrés qui repose sur des symptômes d'intensité différente.

Régulation de la température du corps

  • La température corporelle centrale se situe entre 36,4 et 37,5°, chez les enfants, elle peut être plus élevée de 0,5° que chez les adultes. Cette chaleur est nécessaire pour maintenir les fonctions du corps de l'être humain. En comparaison, la température qu'on peut mesurer à la surface de la peau est à peu près 0,5° en dessous.
  • Le corps dispose de différentes possibilités pour maintenir constante la température optimale. S'il a trop chaud, la température élevée de la peau augmente le dégagement de chaleur par rayonnement thermique – tandis que des habits trop chauds ou trop imperméables empêchent le rafraîchissement.
  • De plus, la peau est humidifiée par la sudation et l'évaporation de l'eau provoque une perte de chaleur en surface, d’un point de vue physique se manifeste ainsi du froid par évaporation. 
  • Lorsque les mécanismes de régulation de la température du corps ne suffisent pas pour évacuer un trop-plein d'énergie thermique, la fièvre s’installe. A partir d'une température corporelle centrale de 41°, on risque un arrêt des fonctions organiques et à partir de 42° la mort. 
  • A l'inverse il y a aussi des mécanismes de régulation contre une trop forte perte de chaleur. Si la température menace de tomber sous les valeurs minimales, des tremblements musculaires se manifestent et l’augmentation du métabolisme produit de la chaleur.

Le coup de chaleur n'est pas la même chose que le coup de soleil. Alors que pour celui-ci- d'après sa définition même, le rayonnement de la lumière sur les méninges est nécessaire, le coup de chaleur repose sur une accumulation de chaleur à l'intérieur du corps –indépendamment de l'action de la lumière. La coïncidence de symptômes qui sont provoqués par l'accumulation de chaleur et la lumière est possible. De plus, un coup de soleil peut endommager la peau.

Causes et facteurs de risque

La surchauffe du corps est provoquée par un excès de production de chaleur interne avec ou sans un apport de chaleur venant de l’extérieur. Les causes sont: 

  • Une forte fièvre incontrôlable qui ne peut plus être régulée par le diencéphale (cerveau intermédiaire) vers un seuil acceptable de température maximum. Nourrissons ou personnes âgées disposent de mécanismes de régulation de la température du corps moins efficaces de telle sorte qu'une surchauffe de l'organisme se produit chez eux plus vite que chez des jeunes ou de jeunes adultes. 
  • Une augmentation extrême du métabolisme, à la suite d'une activité physique intensive, favorisée par un excès de poids, des troubles cardio-circulatoires, et autres maladies chroniques.
  • Déshydratation de l’organisme rendant la transpiration impossible.

Causes supplémentaires

  • Temps très chaud, particulièrement en liaison avec une forte humidité de l'atmosphère. De chauds rayons du soleil favorisent l'élévation de température, mais ne sont pas absolument nécessaires.
  • Manque du provisionnement d’eau.
  • Influence de médicaments ou de drogues. Des stimulants comme l'éphédrine (adrénaline), amphétamines ou la cocaïne contribuent à une élévation de la température. Les personnes qui ont consommé de l'alcool sont aussi sujettes à risque.
  • Sauna trop chaud.
  • Habits chauds inappropriée, ne laissant pas passer l'air.

Le tableau clinique

Les signes précurseurs de l'accumulation de chaleur: épuisement, allure incertaine, assèchement de la bouche, sensation subjective d'une très grande chaleur. Mais l'inverse est possible: frisson comparable à l’état lors d'une soudaine poussée de fièvre.

Un comportement adéquat peut dans de nombreux cas empêcher encore une aggravation de la situation. Si on ignore les signaux d'alarme du corps, si des mesures de refroidissement sont impossibles ou insuffisantes, alors la température monte et on passe à d'autres symptômes de l'accumulation de chaleur et on en arrive au coup de chaleur.

Les passages de l'accumulation de chaleur au coup de chaleur sont courants et différents selon les individus. Dans les lignes suivantes, le déroulement est représenté en référence à différents systèmes d'organes. 

  • Le système nerveux central réagit relativement vite à l'accumulation de chaleur. Des symptômes variés apparaissent du côté du cerveau: des maux de tête, des vertiges, la somnolence, plus tard un syndrome délirieux avec des propos incohérents, un trouble de la conscience, des divagations, des hallucinations et finalement une perte de conscience.
  • La peau est rouge et brûlante au toucher. Si – à la suite d'un manque d'eau, de liquide – la production de sueur se tarit, la peau s'assèche. Pour la même raison, le rein n’élimine plus d'urine.
  • Une respiration forcée (hyperventilation) évacue de la chaleur, mais augmente la perte d'eau dans l’organisme.
  • Entre l'activité cardiaque et la température du corps existe une sorte d'effet en retour: la chaleur – de la même manière que la fièvre – accélère la vitesse du pouls. Le pouls est rapide, souvent irrégulier et faible. En même temps, l’activité cardiaque plus rapide entraîne une intensification du métabolisme qui a pour effet une production thermique plus importante.
  • La pâleur du visage peut annoncer une défaillance de la circulation sanguine. 
  • Des crampes musculaires se produisent à la suite de pertes de liquides et de sels minéraux (crampes de chaleur).
  • Le stade terminal du coup de chaleur se caractérise par un coma et une défaillance de la circulation sanguine, suivi d'une pâleur soudaine et d'une baisse de la tension artérielle.

Ce qu'on peut faire?

Le coup de chaleur est une situation d'urgence. L'essentiel des premiers secours doit être un refroidissement rapide de tout le corps.

  • Refroidissement: Dans la mesure du possible, coucher l'adulte dans une baignoire avec de l'eau courante froide. Souvent cela ne sera sans doute pas réalisable, de telle sorte que la deuxième mesure peut être d'envelopper le corps dans des linges humides. Changer régulièrement les linges afin qu'ils restent froids. Ventiler de l'air peut provoquer une baisse supplémentaire de température; si l’on dispose d’un ventilateur, c’est le moment de l’utiliser. Pour des enfants, il faut prendre plus de précautions quand on fait tomber la température.
  • Position: rehausser le haut du corps, l’exposer à l'air libre. Mettre les personnes évanouies dans une position latérale stable.
  • Apport de liquides: Si la personne a gardé tous ses esprits, on lui donne à boire beaucoup de liquide un peu salé, par ex. du bouillon froid ou des boissons isotoniques.
  • Hospitalisation: Dans tous les cas de troubles de la conscience, il faut organiser un transfert à l'hôpital, éventuellement par transport aérien (REGA).

Quand faut-il appeler le médecin

Il faut faire appel au médecin en urgence dans chaque cas ou chaque éventualité de coup de chaleur. L’hospitalisation est souvent nécessaire, parfois même le traitement aux soins intensifs qui consiste à administrer au patient, sous contrôle de monitoring, des infusions de liquides et de médicaments pour compenser les pertes.

Prévention

  • Prévenir la perte de liquide causée par une forte sudation par la prise de boissons: mais ne consommer aucun alcool en cas de fortes températures ou d'activité sportive.
  • Habillement: le choisir en fonction de la température environnante. En cas d'exposition au soleil penser aussi à protéger la tête. Etre habillé chaudement et porter des charges peut provoquer des coups de chaleur.
  • Lors d'activité physique intense par temps chaud: faire de fréquentes pauses rafraîchissantes.
  • Adapter l'activité sportive à l'état d'entraînement. Il peut être dangereux d'encourager des sportifs à des performances extrêmes et de continuer à les supporter quand ils sont amoindris physiquement. Des personnes en surcharge pondérale et sans entraînement sont plus sensibles aux accumulations de chaleur. Une telle situation doit être prise en considération.
  • Celui qui ressent de telles montées de chaleur ou se sent mal devrait tout de suite faire une pause ou de préférence renoncer provisoirement à l'activité sportive. 
  • En cas de forte chaleur éviter les rassemblements de personnes.
  • Rechercher l'ombre. Ne pas prendre de bains de soleil prolongés, ils favorisent non seulement le déclenchement d'un coup de chaleur, mais aussi la naissance de cancers de la peau.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.