0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Infection et maladies infectieuses

Le monde inanimé et le monde des vivants sont peuplés de microorganismes en tout genre avec lesquels nous en sommes contact permanent.

En cas d’infection, ces petits êtres pénètrent dans l’organisme de l’homme et s’y reproduisent. Si les microorganismes réussissent à vaincre la défense immunitaire de l’organisme, il en résulte une maladie infectieuse avec des symptômes différents, plus ou moins virulents selon l’agent pathogène qui la provoque et la réaction individuelle du malade.

Avec une bonne défense immunitaire, en cas d’immunité après des maladies surmontées ou après une vaccination réussie, l’infection n’entraîne pas nécessairement une maladie ou bien celle-ci connaît une évolution à peine perceptible.

Malgré les énormes progrès réalisés en médecine et la poursuite des recherches, il est impossible de maîtriser toutes les maladies infectieuses. De nos jours de nombreuses personnes en meurent toujours. Les exemples sont la tuberculose et d’autres infections bactériennes, en particulier celles provoquées par des agents pathogènes résistants, sans oublier les affections virales (par ex. le SIDA) et plus généralement la septicémie.

Terminologie

Épidémie:

Propagation d'une maladie touchant un grand nombre des personnes d’une maladie dans une région délimitée durant une période limitée (limitée au point de vue géographique et temporel).

Endémie:

Manifestation durable ou répétée d’une maladie dans une région géographique délimitée (région endémique). L’agent pathogène est présent en permanence dans cette région.

Exposition:

L’organisme est exposé aux influences de l’environnement, par exemple aux agents pathogènes, aux substances nocives en tout genre ou aux rayonnements.

Résistance:

Capacité d’un agent pathogène à résister à un médicament, à l’influence de l’environnement ou aux produits chimiques.

Agents qui déclenchent les maladies infectieuses

  • Bactéries: ce sont les plus petits être vivants disposant d’une vie autonome, d’un métabolisme énergétique propre, mais pas de noyau cellulaire délimité.
  • Virus: Ils ne font par définition pas partie des êtres vivants autonomes, car ils n’ont pas de métabolisme propre. Ils ne sont composés que de matériel génétique (acide nucléique), le tout entouré d’une capside (coque de protéines) ou d’une enveloppe et ils prolifèrent en forçant la cellule étrangère (cellule hôte) qu’ils ont infesté à reproduire leur matériel génétique.
  • Chamignons.
  • Parasites, vers.
  • Les protozoaires, par exemple les toxoplasmes. Ce sont des êtres unicellulaires composés d’un noyau et du plasma qui l’entoure (liquide cellulaire).
  • Les prions: Abréviation pour „proteinaceous infectious particles“. Ce sont des agents infectieux à base de protéines („prionprotéine“) connus pour être les agents pathogènes de la maladie de Creutzfeld-Jacob et d’autres maladies neurologiques. Les prions ne possèdent pas d’acide nucléique propre, donc pas d’informations génétiques. Ils ne sont pas reconnus comme étrangers par le système immunitaire, donc pas combattus, ce qui les rend particulièrement sournois. On suppose que les prions se multiplient en transformant de telle manière des protéines apparentées d’une cellule nerveuse qu’il y a production de nouvelles particules infectieuses de protéine.

Tous les microorganismes qui se propagent dans l’organisme ne sont pas des agents pathogènes. Il existe dans les intestins de l’être humain toute une flore de différentes bactéries qui participent au processus de digestion et dont l’absence est à l’origine de la diarrhée. Certaines bactéries peuplent également de manière physiologique d’autres surfaces internes et externes comme la cavité buccale, le vagin et la peau, autant d’endroits qui ne sont nullement stériles.

Le peuplement de notre organisme par les microorganismes d’une part et la défense immunitaire d’autre part sont en équilibre dans un organisme en bonne santé. Cet équilibre est instable et peut échapper au contrôle:

  • Si certains microorganismes qui se trouvent normalement dans certains organes précis, pénètrent dans d’autres organes (où ils n’ont rien à faire), ils peuvent, suivant les circonstances, y provoquer de graves maladies, „l’animal domestique se transforme en fauve“ Exemple: la présence de bactéries de l’intestin dans le sang y provoque une septicémie.
  • Si la défense immunitaire d’une personne est affaiblie, certains germes, d’habitude tout à fait anodins, peuvent devenir dangereux.

Les voies de l’infection

Les microorganismes pénètrent par différentes voies dans notre organisme:

  • Avec l’air que l’on respire: Le fait de respirer des gouttelettes microscopiques qui contiennent des agents pathogènes peut provoquer, en passant par les muqueuses du nez, du pharynx, des bronches bronchique et des poumons, une infection par gouttelettes ou inhalation et des affections comme la grippe, la scarlatine et la légionellose (légionellose).
  • En passant par la bouche, l’estomac et l’intestin: Les agents pathogènes pénètrent dans l’organisme avec les aliments, les boissons contaminées ou suite au contact de la bouche avec des objets ou des doigts sales (infection par contact). Exemples: les virus de l'hépatite A, du choléra et les bactéries du typhus.
  • En pénétrant dans la peau ou les muqueuses: par ex. les infections des plaies, les maladies sexuellement transmissibles, les hépatites B et C. Font également partie de ce groupe les maladies transmises par les piqûres d’insecte comme la malaria et les affections causées par des appareils (médicaux) contaminés (aiguilles de seringue et autres choses similaires).

Les tableaux cliniques

Les manifestations des maladies infectieuses sont aussi variées que le spectre des microorganismes. De nombreux agents infectieux produisent des symptômes typique et facile à reconnaître ce qui permet de prendre contre ces agents des mesures appropriées.
On fait la distinction entre le degré de gravité ou l’étendue de la maladie et son évolution:

Degré de gravité

  • Infection sourde: pas de symptômes malgré l’infection.
  • Infection avortée: L’infection a une évolution bénigne et relativement courte; on constate souvent que les symptômes typiques des agents pathogènes font défaut.
  • Infection manifeste: On est en présence de symptômes très nets.

Evolution 

  • Latent: caché, sans symptômes visibles. 
  • Chronique: sournois et de longue durée.
  • Récidivant: se répétant plusieurs fois.
  • Aiguë: apparaissant subitement. 
  • Foudroyant: très rapide et dramatique.

Un des signes les plus fréquents de la maladie infectieuse est la fièvre, qui indique que la défense immunitaire de l’organisme a engagé le combat contre les organismes ayant infesté le corps en s’y multipliant. Mais la fièvre à elle seule ne permet pas d’établir un diagnostic. Eruption cutanée, ganglions lymphatiques gonflés, rougeurs, pus, toux, diarrhées, vomissements et bien autre chose encore peuvent être le signe d’une infection.

Que peut-on faire?

En cas de maladie, non seulement se ménager soi-même, mais faire attention aux autres, c’est-à-dire éviter de mettre son entourage en danger.
Certaines maladies infectieuses guérissent sans médicament. Les remèdes de famille permettent d’atténuer de nombreux symptômes et d’accélérer les processus. On peut ainsi utiliser les enveloppements à base de vinaigre pour baisser la fièvre, des enveloppements à base de fromage blanc en cas de maux de gorge, du jus d’oignon pour calmer la toux et bien d’autres choses encore.

Quand faut-il consulter?

Les éléments déterminants sont la gravité du malaise et le risque de contamination. En cas de doute, ce dernier élément est un motif suffisant pour consulter le médecin quel que soit notre propre état. Cela est particulièrement recommandé en cas de maladies très contagieuses, de certaines maladies infantiles et de nombreuses maladies tropicales.

Des mesures spéciales, par exemple la mise en quarantaine ou l’isolation, peuvent devenir nécessaires en cas d’épidémies ou de maladies infectieuses dangereuses. Un certain nombre de maladies infectieuses doivent être signalées par le médecin aux autorités fédérales de la santé.

Diagnostic

En dehors de l’examen clinique, les examens microscopiques et chimiques ou physiques du sang, de l’urine, des selles ou d’échantillons de tissus renseignent sur la présence, le genre et l’évolution de la maladie. Il est parfois nécessaire de faire des radiographies ou des tomographies

Thérapie

Les médicaments pour le traitement des infections dues aux bactéries, aux champignons et aux protozoaires sont des antibiotiques ou des antimycosiques. Ces médicaments ne sont cependant pas efficaces pour combattre les virus.


Antibiothérapie: Il est essentiel de se conformer strictement aux dosages prescrits. Ceci pour obtenir d’une part l’efficacité maximale du médicament et éviter d’autre part la menace toujours possible que certains germes résistent et deviennent insensibles aux antibiotiques (résistance).

En cas de maladies chroniques, tumeurs malignes, déficience immunitaire congénitale ou acquise, le système immunitaire est affaibli, les infections sont davantage imprévisibles et plus difficiles à combattre. Dans ce cas, on envisage autant que possible des mesures spéciales de prévention qu’il faut discuter avec le médecin.

Prévenir

E général, un organisme sain est en principe capable de se défendre contre de nombreux agents pathogènes. L’expérience prouve qu’un organisme bien entraîné est plus résistant.

  • Eviter les risques de contamination: Le fait de connaître la transmission des germes permet d’éviter certaines infections. Il existe plusieurs possibilités:
    • Elle consiste à renoncer aux aliments contaminés ou non cuits (salmonelles, virus de l'hépatite A par exemple en Afrique) et des aliments non nettoyés (vers).
    • Moustiquaire pour se protéger contre les piqûres des moustiques (malaria).
    • Le préservatif pour se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles.
    • Hygiène des mains (vers, virus de la grippe, différentes bactéries). Il faut même être prudent dans les régions inondées d’Europe et y veiller à une parfaite hygiène, car des germes peuvent pénétrer dans l’eau potable suite à l’inondation des stations d’épuration.
  • Vaccination et immunisation: Il existe une possibilité de la vaccination contre de nombreuses maladies. Pour créer une protection individuelle par vaccination, il faut en règle générale plusieurs semaines; il faut se le rappeler lorsqu’on désire se faire vacciner en vue d’un prochain risque à encourir (voyage, en particulier dans les pays tropicaux). Le médecin vous renseignera sur la durée d’une protection par vaccination. Il faut aussi contrôler régulièrement, même sous nos latitudes, les maladies infantiles et pour les adultes la protection contre le tétanos. Pour ce dernier, il est nécessaire de procéder à un rappel tous les 5 à 10 ans. 
  • Une prise de médicament prophylactique: on connaît la prise de médicament prophylactique contre la malaria, pendant et après un séjour dans une région à risque.

Il faut au moins six semaines avant le départ en voyage se faire conseiller pour établir un programme de vaccination et envisager à temps une éventuelle prophylaxie médicamenteuse.

Autres informations et adresses

Calendrier actuel de vaccination

  • Office fédéral de la santé publique (OFSP)
    3003 Berne
    Tél. 031 322 21 11
    www.bag.admin.ch

Informations sur les maladies tropicales et les vaccinations

  • Schweizerisches Tropeninstitut (Institut tropical suisse)
    Socinstrasse 57
    4051 Bâle
    061/ 284 82 55
    0900 57 51 31 (Renseignements personnels sur les vaccinations par téléphone, Fr. 2,13 la minute.)

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.