0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Syndrome du tunnel carpien, STC

Le syndrome du tunnel carpien est provoqué par la compression du nerf médian dans le canal carpien à la face antérieure du poignet. Le nerf „médian“ passe à cet endroit dans ce canal de la main (le tunnel carpien). Comme il contient des fibres sensibles et motrices, toute entrave à son fonctionnement provoque des troubles aussi bien de la sensibilité que de la motricité. La composante sensible est davantage perçue, pour le moins au début.

Ce syndrome affecte surtout les femmes entre 40 et 60 ans. On connaît l’apparition du syndrome du tunnel carpien chez les femmes en cours de grossesse. La main la plus souvent utilisée en est plus fréquemment affectée. Chez la plupart des personnes concernées, on constate cependant tôt ou tard des symptômes à l’autre main.

Causes et facteurs de risque

Pression sur le nerf

Un dommage dû à la pression est possible à cause de l’anatomie du poignet. Le nerf passe en dessous d’un plateau tendineux épais (ill. a) qui couvre le canal carpien à la face antérieure du poignet. Si la pression augmente à cet endroit, elle peut y brider le nerf et le comprimer en entravant la vascularisation. Les causes de la compression du nerf dans le tunnel carpien sont les suivantes:

  • Augmentation de volume de structures qui passent par-là: dont font également partie les gaines des tendons qui s’épaississent lorsqu’elles sont surmenées. Les ganglions et les tumeurs bénignes (lipomes) sont des causes mécaniques plus rares.
  • Déformations osseuses: Le rétrécissement du tunnel carpien se produit parfois après une fracture du poignet, après des luxations ou en cas d’arthrose de ce même poignet.
  • Il est souvent impossible d’en déceler la cause.

Facteurs de risque

Le syndrome du tunnel carpien accompagne souvent d’autres maladies, alors que la relation entre les deux affections reste souvent inexpliquée. Il s’agit en particulier de:

  • Troubles de la vascularisation, diabète sucré, maladies rhumatismales, changements hormonaux (ménopause, hyper- ou hypothyroïdie) et troubles du métabolisme comme la goutte.
  • Les professions qui demandent l’utilisation d’appareils vibratoires, par exemple le travail avec un marteau-piqueur ou d’autres appareils à fortes vibrations, l’utilisation d’un clavier d’ordinateur et autres activités semblables. La SUVA est très réticente pour reconnaître la STC comme une maladie professionnelle.
40-syntc
41-syntc

Le tableau clinique

La maladie a souvent un historique qui s’étend sur plusieurs mois. Au début, on constate les symptômes surtout la nuit ou très tôt le matin. On distingue trois groupes de symptômes.

  • Des douleurs.
  • Des troubles de la sensibilité, localisations, voir ill. b.
  • Une atrophie de la musculature de la saillie du pouce ou éminence thénar.

Douleurs dans la main

Elles sont le signe de la pression sur le nerf et concernent surtout l’index et le médius, plus rarement le pouce. Le symptôme typique est l’irradiation des douleurs dans l’avant- bras et jusque dans l’épaule.

Troubles de la sensibilité

Les troubles de la sensibilité peuvent se manifester tôt en présentant dans la paume de la main les signes cliniques de l’affection correspondant aux doigts desservis par le nerf médian (Ill. b). Signes typiques, des fourmillements et une sensation d’engourdissement dans les doigts (ils sont comme endormis), de préférence vers le matin. Durant la journée les troubles peuvent être provoqués par le simple fait de tenir le volant, de téléphoner, d’écrire ou de travailler à l’ordinateur. Il est possible de faire disparaître les symptômes en secouant la main ou en la lavant à l’eau froide.

Une sensation d’engourdissement dans les doigts qui persiste toute la journée est le signe que la lésion du nerf est déjà très avancée. L’élément le plus dérangeant est la maladresse au moment de toucher des objets ou lors de l’exécution de certaines activités plus fines (travaux manuels, écriture).

Atrophie du thénar

Un signe extérieur bien visible du syndrome du canal carpien est l’atrophie de la musculature de l’éminence thénar avec faiblesse du pouce. L’atrophie est un symptôme tardif que le patient ne perçoit souvent pas lui-même.

Que peut-on faire? – Prévenir

Les troubles légers disparaissent souvent spontanément en peu de temps. En particulier un STC qui se produit durant la grossesse a beaucoup de chances de disparaître spontanément après la naissance de l’enfant.
Aussi longtemps que les douleurs persistent:

  • Pour soulager: On peut le mettre au repos en le plaçant durant la nuit sur un rail capitonné ou dans une manchette de poignet. L’amélioration ne se produit que dans la moitié des cas, mais cela peut apporter un certain confort jusqu’à l’intervention chirurgicale.
  • Durant la journée, il faut éviter toute surcharge mécanique du poignet.
  • Du froid (poche de glace) appliqué sur le poignet peut le soulager, mais il faut que l’application dure suffisamment longtemps afin de permettre au froid de pénétrer dans les couches profondes des tissus.
  • La chaleur est déconseillée, car elle ne ferait que renforcer des inflammations.

On ne connaît pas de mesures préventives si ce n’est pour certaines maladies causales comme le diabète sucré et la goutte.

Quand faut-il consulter le médecin?

Si les douleurs persistent durant des mois et/ou si les troubles augmentent, en cas d’atrophie visible de l’éminence thénar par rapport à l’autre main non concernée. Si les doigts deviennent insensibles, le traitement devient urgent.

Le médecin peut assurer son diagnostic en mesurant la capacité conductrice du nerf (électroneurographie) et le fonctionnement des muscles (électromyographie). La radiographie peut mettre en évidence d’éventuelles déformations osseuses. Un tomogramme computérisée (TC) ou un tomogramme par résonance magnétique (TRM) sont rarement nécessaires.

Traitement conservateur

Au début, lorsque les symptômes sont encore minimes et récents, le traitement est avant tout conservateur par une mise au repos dans une éclisse ou attelle de l’avant bras, le cas échéant avec des injections de cortisone.

Opération

Pour que l’opération puisse réussir, il faut que le nerf, une fois libéré, soit encore récupérable. L’opération devient urgente dans les situations suivantes:

  • En cas de déformation osseuse après un accident.
  • Lorsque les essais de thérapie conservatrice ont échoué.
  • Dans les cas déjà très avancés.

L’opération consiste à séparer la bande du poignet. Le tunnel carpien est ainsi ouvert ce qui permet de libérer le nerf (Ill. c).
Le cas échéant, on profite de l’intervention pour éloigner des saillies osseuses et des tissus épaissis par l’inflammation. La plupart du temps la douleur cesse immédiatement dès que la pression s’arrête, alors que la récupération de la sensation et le rétablissement de toute la force de la main peut demander plus de temps.

Si l’on attend trop longtemps avant d’intervenir, le nerf peut être endommagé de manière irréversible. La douleur et des sensations comme un fourmillement peuvent s’améliorer, mais les sensations perdues ne reviennent que partiellement ou dans le pire des cas plus du tout.

42-syntc

Dans certaines cliniques, on utilise une technique opératoire mini-invasive en réduisant au maximum le côté invasif de l’intervention. Pour séparer la bande, on pratique deux petites incisions (boutonnières) ce qui permet d’y introduire un système optique et des instruments. Les avantages de cette technique? Les plaies dues à l’intervention chirurgicale guérissent plus rapidement, mais cette technique n’est pas le standard qui peut s’utiliser dans tous les cas, car le risque de lésions concomitantes est plus élevé que lors d’une opération „ouverte“.

Autres informations et adresses

  • Ligue suisse contre le rhumatisme
    Renggerstrasse 71
    8048 Zurich
    01/487 40 00
    www.rheumaliga.ch
  • Fondation KOSCH
    Coordination et promotion des groupes d’entraide en Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061/333 86 01
    www.kosch.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.