0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Cancer osseux

Formes cliniques: Ostéosarcome, Chondrosarcome

Une tumeur osseuse peut apparaître dans toutes les parties du squelette. On fait la distinction entre tumeurs bénignes et tumeurs malignes, ces dernières sont divisées en tumeurs primaires (ou primitives) et secondaires. Les tumeurs malignes primitives se forment à partir du tissu osseux ou dans le cartilage, les tumeurs secondaires par contre ne prennent pas leur origine dans le tissu osseux, elles sont des métastases d’affections cancéreuses d’autres organes.

Les tumeurs malignes primitives représentent moins de 1% de toutes les maladies cancéreuses. Elles sont donc globalement rares et se manifestent de préférence chez les enfants et les jeunes adultes. Les tumeurs osseuses bénignes sont plus fréquentes, mais de loin pas toujours sans danger. Dans les lignes qui suivent il est surtout question du cancer des os.

Les causes

Les causes des tumeurs osseuses primaires ou primitives ne sont pas claires, qu’elles soient bénignes ou malignes. Des facteurs génétiques, une exposition exagérée aux rayons et le traitement par chimiothérapie ainsi que les conditions de l’environnement peuvent augmenter le risque de maladie.

Les métastases osseuses sont des tumeurs ayant leur origine dans une autre maladie cancéreuse. Les cellules tumorales pénètrent dans le squelette avec le flux sanguin ce qui explique que les métastases surgissent souvent en grand nombre et à plusieurs endroits. Les métastases osseuses sont fréquentes quand le cancer primitif est un cancer du sein, de la prostate ou un cancer broncho-pulmonaire, un cancer de la thyroïde et un cancer des reins. Elles se manifestent surtout au cours de la deuxième moitié de la vie.

Classement et caractéristiques

Les cancers osseux primitifs

Elles partent des cellules du tissu osseux ou de la moelle des os. Il faut ajouter à ce groupe les tumeurs qui sont bénignes au commencement et qui peuvent se transformer plus tard en cancer. Cela peut se produire au bout de quelques années ou décennies et la formation de métastases devient alors possible.
La croissance des tumeurs s’opère sous trois aspects:

  • Nouvelle formation de substance osseuse: La multiplication excessive de cellules produit une masse tumorale non structurée, pouvant former des os de moindre qualité, irrégulièrement calcifiés (ostéoïdes).
  • Dissolution de l’os: La tumeur remplace la structure osseuse normale en provoquant ce qu’on appelle une ostéolyse.
  • Métastases: Les tumeurs osseuses primitives sont en mesure de disséminer par les voies de la circulation sanguine et lymphatique des métastases dans d’autres organes, la plupart du temps dans les poumons.

(1) L’ostéosarcome est le plus fréquent. Comme les plaques de croissance des os longs et pour cela la division cellulaire la plus intensive se situent à proximité des articulations, les tumeurs se forment de préférence à proximité des articulations du squelette en croissance. Dans la moitié des cas, on observe la formation d’un ostéosarcome dans la région du genou, sur l’os de la cuisse ou de la jambe, qui frappe de préférence les enfants et les jeunes gens, avec un pic de fréquence durant la deuxième décennie de la vie.
La formation de métastases s’effectue déjà à un stade précoce de telle sorte que lors du diagnostic, dans de nombreux cas, on constate la présence de métastases.

(2) La tumeur osseuse maligne qui vient au deuxième rang est celle que l’on appelle le sarcome d’Ewing, qui prend son origine dans la moelle osseuse et que l’on observe de préférence sur la diaphyse des os longs, mais qui peut également apparaitre dans un autre os. Ce sont de préférence les jeunes de 10 à 15 ans qui en sont affectés.

(3) En ce qui concerne ce qu’on appelle le chondrosarcome, sa masse tumorale est principalement constituée de tissu cartilagineux. Cette forme de cancer survient de préférence vers les 30 ans et après la 50e année de vie; il a une préférence pour l’os du bassin, l’os de la cuisse ainsi que pour la région de l’épaule.

Tumeurs osseuses secondaires

Les métastases sont des tumeurs osseuses nettement plus fréquentes que les cancers primitifs. Comme ces cellules tumorales ne prennent pas leur origine dans le tissu osseux, il ne s’agit pas, d’après la définition de l’OMS, de cancer osseux au sens étroit du terme.
Certaines formes de cancer ne font que tard des métastases dans les os, d’autres plus tôt, avant que le foyer de la tumeur primitive ne se fasse remarquer. Déjà de petits carcinomes des bronches, de la prostate ou des carcinomes mammaires peuvent faire des métastases.

Le tableau clinique

Les symptômes dépendent de la localisation et de la taille de la tumeur. La plupart du temps, les tumeurs osseuses ne se font remarquer que tard. Les signes de la maladie sont très souvent méconnus à leur début et on les attribue à des douleurs dues à la croissance, au „rhumatisme“ ou à de petites lésions. Selon le cas, on peut remarquer:

  • Une sensation de tension et des douleurs dans la région de la tumeur: La douleur se remarque de manière typique et le plus nettement la nuit, au repos. La douleur dans le genou d’un enfant doit toujours être prise au sérieux, surtout s’il n’y a pas eu d’accident. Il est vrai qu’il existe des „douleurs de la croissance“ bénignes, mais en particulier au cours de la deuxième décennie, il faut également envisager la possibilité d’une tumeur osseuse ou d’une maladie rhumatismale (arthrite juvénile).
  • Augmentation de volume par tuméfaction locale ou déformation des os ou des articulations.
  • Troubles fonctionnels des articulations avoisinantes: Mobilité réduite et douleur quand la tumeur se situe à proximité d’une articulation.
  • Inflammation: Il arrive qu’au-dessus de la tumeur, il se produise une réaction inflammatoire accompagnée d’une rougeur et d’un échauffement.
  • Fracture: Un os affaibli par la tumeur peut se fracturer suite à un léger choc ou sans qu’il y ait un traumatisme ou un effet extérieur. Il se produit ce qu’on appelle des fractures pathologiques ou des fractures spontanées.
    En présence de nombreuses métastases qui détruisent la moelle, il peut se produire une anémie.
    La destruction tumorale de vertèbres est la plupart du temps une séquelle de métastases. Elle augmente les risques pour des fractures de vertèbres et des lésions de la moelle épinière.
  • La détérioration de l’état général et la perte de poids sont des symptômes qui ne se manifestent que plus tard.

Que peut-on faire? – Prévenir

En ce qui concerne les tumeurs osseuses primitives, il n’est pas possible de donner des recommandations.
La prévention des métastases consiste à réduire les facteurs de risque connus de certaines maladies cancéreuses. Il y a des exemples dans les textes traitant les cancers du sein, de la prostate et des poumons. Les examens préventifs réguliers de dépistage du cancer font partie de la prophylaxie, dans la mesure où de tels examens sont proposés.

Les groupes d’entraide proposent d’assister les patients et leurs proches.

Quand faut-il consulter?

En cas de douleurs dans les os, se manifestant également la nuit ou si d’autres symptômes suspects se manifestent, il faut consulter un médecin. Les patients présentant des métastases osseuses sont souvent déjà en traitement à cause de leur maladie initiale. La planification d’une thérapie appropriée exige que soient connus le genre, la localisation et l’extension de la tumeur.

Diagnostic

Pour élucider et déterminer le stade de l’extension de la tumeur (staging) on utilise les radiographies, les ultrasons, la tomographie computérisée (TC) ou la tomographie par résonance magnétique (TRM). Les examens au microscope d’une biopsie (examen d’un échantillon de tissu) d’os ou de moelle osseuse ainsi que des analyses de sang permettent de confirmer le diagnostic.
La scintigraphie est une méthode utilisée en médecine nucléaire. Elle permet d’obtenir un aperçu global du squelette et d’autres organes et s’utilise de préférence pour déceler des métastases latentes et multiples. Il est devenu rare que l’on procède à une angiographie.
La recherche de l’endroit d’où proviennent les métastases peut demander d’examens complexes si la tumeur primitive n’est pas encore connue.

Thérapie

Pour le traitement, on dispose des interventions chirurgicales, de la radiothérapie et de la chimiothérapie. Le plus souvent il est nécessaire de recourir à différents procédés et la thérapie s’effectue dans des centres disposant d’une équipe interdisciplinaire spécialisée.
Comme pour chaque maladie cancéreuse, le succès du traitement dépend du genre de la tumeur, de sa taille et surtout du dépistage précoce. Ces dernières années, les chances de guérison ont été améliorées.

  • L’intervention chirurgicale de la partie osseuse affectée par une tumeur est le procédé principal. Si l’intervention entraîne la perte d’une partie importante du squelette ou d’une articulation, il est souvent nécessaire de recourir à des grandes reconstructions pour rétablir la fonction perdue. Les procédés envisagés sont: la transplantation osseuse, le raccourcissement d’un os, les prothèses des articulations. Dans certains cas extrêmes mais rares, l’amputation ne peut pas être évitée.
  • La chimiothérapie avant et après l’intervention chirurgicale complète le spectre des traitements pour les tumeurs sensibles.Autres médicaments, ceux qu’on appelle les bisphosphonates, ont pour effet de stabiliser les os.
  • Les rayons ne sont guère utilisés pour un ostéosarcome, car souvent les cellules tumorales n’y réagissent pas. On les utilise davantage pour combattre les tumeurs de la moelle osseuse et, pour les métastases du squelette, la radiothérapie sert parfois à éliminer les douleurs.

Les tumeurs bénignes font la plupart du temps l’objet d’une intervention chirurgicale. Lorsque les tumeurs croissent lentement et ne représentent pas un danger de fracture, il est possible de temporiser avec l’intervention chirurgicale tout en opérant des contrôles réguliers.

Autres informations et adresses

  • Ligue suisse contre le cancer
    Case postale 8219
    3001 Berne
    Tél. 031 389 91 00
    www.swisscancer.ch
  • Fondation KOSCH
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    Tél. 061 333 86 01
    www.kosch.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.