0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Métastases osseuses, Métastases du squelette

Tous les organes ne sont pas également sujets à métastaser. Les métastases se forment souvent dans les ganglions lymphatiques proches de la tumeur, dans les os, le foie les poumons, plus rarement dans le cerveau. Les cellules cancéreuses pénètrent dans les os par l’intermédiaire de la circulation sanguine, il s’agit de métastases hématogènes.

Terminologie

Tumeur primaire:

Tumeur primaire ou primitive: La tumeur initiale d’où proviennent les cellules cancéreuses. A partir de ces dernières, il se produit une propagation spontanée dans l’organisme, par poussées successives ou continues, de cellules cancéreuses. Il s’agit là de l’une des caractéristiques définissant les tumeurs malignes (carcinomes, cancers, sarcomes).

Métastase:

Elle se forme après dissémination de cellules cancéreuses dans l’organisme. La tumeur originale d’où proviennent les cellules disséminées s’appelle la tumeur primaire.

Traitement palliatif:

Traitement des symptômes qui vise à améliorer la qualité de vie du patient quand la maladie est à un stade avancé et lui laisse une espérance de vie limitée. Un traitement palliatif peut atténuer par exemple les symptômes suivants: douleurs, nausées, vomissement, fièvre, dyspnée, stress psychique

Les causes

La métastase des os se développe à partir de cellules cancéreuses d’une tumeur primitive située à l’extérieur et qui migrent dans les os où elles se multiplient. Les tumeurs qui métastasent dans le squelette sont surtout:

Les symptômes

Les métastases des os sont le signe d’une affection cancéreuse au stade avancé qui aura souvent déjà provoqué une diminution de la performance, une perte d’appétit, des malaises, de la faiblesse, parfois de la fièvre, des douleurs et des difficultés respiratoires selon la localisation du tumeur primaire. Les métastases des os passent longtemps inaperçues; mais elles peuvent aussi dominer les douleurs du malade, par exemple en cas de fractures invalidantes (fractures des os).

Les signes suspects de métastases des os sont:

  • Des douleurs dans le squelette: dans le bras, les jambes, la colonne vertébrale, le haut du crâne. Cette douleur est sourde et insidieuse et davantage perceptible dans le calme de la nuit que durant la journée.
  • Des fractures pathologiques: Si la métastase détruit des structures importantes d’un os, il se produit des fractures suite à certains efforts normaux de la vie quotidienne et même sous l’effet de la plus petite impulsion („fracture spontanée“).
    • Dans la colonne vertébrale, il se produit un effondrement de vertèbres qui se traduit, en dehors de la douleur, par l’apparition subite d’une bosse, par un tassement de la taille et éventuellement par des paralysies. La plupart du temps, plusieurs vertèbres en sont affectées. Toutefois, les mêmes phénomènes peuvent se constater dans l'ostéoporose, qui n’a rien à voir avec un cancer.
    • Les extrémités: Pour des raisons tout à fait anodines, subissent des fractures avec déformation, douleur, perte de mobilité (le malade est par exemple incapable de soulever son bras, incapable de marcher).
  • Des paralysies: Elles se produisent après un effondrement massif des vertèbres, quand les racines nerveuses ou la moelle épinière sont comprimés.

Que peut-on faire? – Prévenir

Les examens de prévention réguliers, le traitement précoce et suffisant des tumeurs primaires sont à peu près les seules mesures de prévention possibles contre les métastases des os. Malheureusement, même ces mesures ne permettent pas toujours d’empêcher la formation des métastases.

Quand faut-il consulter?

La plupart du temps le patient est déjà en traitement pour une tumeur.

Diagnostic

Pour déceler les métastases, on utilise la radiographie et la tomographie computérisée (TC). Un procédé nucléaire spécial, la scintigraphie complète du squelette est utilisée pour rechercher les métastases des os. Celle-ci permet de déceler précocement les métastases du squelette bien avant que n’apparaissent les premiers signes radiographiques. La scintigraphie consiste à injecter une substance radioactive (radioélément) aussi dit „marqueur ou traceur“. La mesure de cette activité à l’aide d’une gammacaméra permet de visualiser et de déceler les métastases. La dose de rayonnement par scintigraphie est très faible et disparaît complètement au bout de quelques jours au plus tard; il n’est donc pas nécessaire de prendre des précautions particulières pour le patient examiné.

Thérapie

Comme le cancer est déjà à un stade avancé, le traitement des métastases des os consiste avant tout à aider le malade en lui améliorant autant que faire se peut la qualité de vie. Il s’agit la plupart du temps d’une thérapie palliative.

  • La radiothérapie par envoi de rayons sur certaines métastases isolées permet d’atténuer la douleur locale. Le procédé actuel qui permet de détruire avec précision des métastases isolées, en particulier dans la colonne vertébrale est le rayonnement hautement énergétique de photons avec ce qu’on appelle le „cyberknife“.
  • Les fractures pathologiques des os longs ne guérissent pas spontanément, même si l’os n’est pas déplacé; on peut les stabiliser par intervention chirurgicale si l’état général du patient le permet. On élimine ainsi la douleur tout en rétablissant une certaine fonctionnalité.
  • Si un grand nombre d’os est concerné, on peut recourir à la chimiothérapie, éventuellement aux hormones ou autres médicament. Le choix de la thérapie dépend de la tumeur primaire et du type de tissu des métastases.
  • La dégénérescence accrue des os libère de plus en plus de calcium dans le sang ce qui peut avoir de graves séquelles et affecter des organes comme les reins, le coeur et le cerveau. Il faut donc baisser la teneur en calcium du sang par voie médicamenteuse.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.