0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Syndrome croupal

Formes: Faux croup, Vrai croup, Épiglottite

Il s’agit de différentes maladies qui affectent le pharynx, le larynx et/ou la trachée. Il arrive que les bronches en soient affectées. L’élément caractéristique est le gonflement et l’inflammation de la muqueuse qui entraîne un rétrécissement des voies respiratoires et une difficulté à respirer, souvant accompagnés de toux, et, dans les cas les plus graves, de gêne respiratoire ou dyspnée.

Terminologie

Cyanose:

Coloration bleutée de la peau (en particulier des lèvres, des doigts, des oreilles) et des muqueuses, suite à un manque d’oxygène dans le sang.

Épiglottite:

Gonflement inflammatoire dans la région du pharynx, en particulier de l’épiglotte, mais aussi au-dessus de cette dernière.

Vrai croup:

Désigne la redoutable toux avec risque de suffocation qui accompagne la diphtérie. La diphtérie fait l’objet d’un texte séparé et ne sera pas davantage commentée dans les lignes qui suivent.

Faux croup:

Le genre de toux ressemble à celui d’un vrai croup.

Syndrome:

Ensemble de symptômes typiques pour une certaine maladie.

Toxine:

Substance toxique produite par des micro-organismes, plantes ou animaux.

Causes, facteurs de risque et formes

La gêne respiratoire du syndrome du croup est due aux inflammations virales ou bactériennes qui provoquent le rétrécissement (obstruction) des voies respiratoires supérieures par le gonflement de la muqueuse enflammée. Des membranes riches en albumine ou des sécrétions peuvent en plus obstruer les voies respiratoires.

  • Faux croup
    Il est la plupart du temps précédé d’une infection virale des voies respiratoires qui entraîne l’inflammation de la muqueuse du larynx et de la trachée, parfois aussi des bronches. Les facteurs de risque sont probablement la fumée et les gaz d’échappement; on suppose également une prédisposition personnelle. Le faux croup survient de préférence entre 6 mois et 3 ans, plus fréquemment chez les garçons que chez les fillettes. L’automne et l’hiver sont les saisons les plus favorables. Chez la plupart des enfants, les crises se répètent. Chez les enfants plus âgés, la maladie est plus rare, car les voies respiratoires sont plus larges.
  • L’épiglottite, inflammation bactérienne aiguë du larynx
    L’agent pathogène de cette affection grave est très souvent le Bacterium Haemophilus influenzae de type B (HIB), plus rarement d’autres bactéries. La toxine des agents pathogènes provoque des modifications typiques sur la muqueuse des voies respiratoires supérieures et des gonflements inflammatoires dans la cavité du pharynx et à l’entrée du larynx, en particulier à l’épiglotte. Le pic de fréquence se situe entre la 2e et la 3e année, mais la maladie peut aussi se manifester chez des enfants plus âgés.

Les tableaux cliniques

Les caractéristiques communes au syndrome du croup sont la gêne respiratoire qui selon la maladie ou le degré de gravité peut provoquer une grave dyspnée. Les autres symptômes sont l’enrouement, la toux et la fièvre.

  • Le faux croup
    Il est souvent précédé pendant quelques jours de symptômes de refroidissement. L’élément caractéristique de cette maladie est une toux convulsive qui ressemble à des aboiements. Elle se manifeste surtout la nuit, souvent seulement au bout de 2 à 3 heures après avoir été mis au lit. Autres signes typiques, la voix de l’enfant est enrouée jusqu’à perdre la voix, il produit des sifflements au moment d’inspirer de l’air et la trachée est encombrée de sécrétions. La température du corps n’est pas du tout ou très faiblement élevée. Dans la plupart du cas, il ne s’agit que d’une affection relativement légère, car si l’affection s’aggrave, il se produit un fort gêne respiratoire, parfois une coloration bleue des lèvres (cyanose).
    Il existe un signe typique qui peut alerter les parents d’une crise imminente de croup: vers le soir, la toux se modifie. Après avoir été jusque là plutôt superficielle, elle semble à présent venir des profondeurs, elle est sourde et ressemble à des aboiements, comme si les voies respiratoires profondes étaient également impliquées dans l’affection.
  • L’épiglottite
    Les principaux signes sont la fièvre (la plupart du temps dépassant les 39°), des maux de gorge et surtout la dyspnée ou difficulté respiratoire qui prend souvent une ampleur extrême; le risque d’étouffement est très élevé. La respiration est accélérée et difficile, des sifflements se font entendre au moment d’inspirer de l’air. Autres éléments typiques: une déglutition difficile et des enflures au cou. La cyanose est le signe d’une affection grave car elle indique un manque en oxygène. Les complications possibles sont les symptômes de choc, la perte de la connaissance et finalement l’arrêt arrêt cardio-circulatoire.

Que peut-on faire?

Au début, aussi longtemps qu’il n’y a pas de symptômes alarmants, on peut en cas de faux croup utiliser certains remèdes de famille et prendre les mesures habituelles. Si au bout d’une heure au plus tard aucune amélioration ne se fait sentir, si l’évolution s’aggrave avec une importante dyspnée, et toujours en cas de cyanose, il faut appeler le médecin.

  • Tout d’abord: calmer l’enfant et rester soi-même très calme.
  • De l’air humide frais ou tiède. Les humidificateurs électriques conviennent parfaitement (encore mieux les vaporisateurs) ou bien la vapeur d’eau de la douche. On reste avec l’enfant un bon moment dans la vapeur ainsi produite tout en le calmant; ou bien, on emmène l’enfant dehors à l’air frais. On ne peut pas déceler à l’avance quelle méthode sera la meilleure.
  • Dès que l’enfant sera calmé et que cela semble nécessaire: faire inhaler les médicaments prescrits par le médecin.
  • Faire boire à l’enfant de l’eau minérale fraîche, par petites gorgées.
  • Si l’enfant est d’accord, lui appliquer des enveloppements froids autour du cou.
  • La position assise, même au lit, facilite la respiration.
  • Le cas échéant, faire prendre des médicaments pour baisser la fièvre, calmer la toux et fluidifier les sécrétions.
Wickel_Hals

L’épiglottite exige toujours un traitement médical d’urgence. Une position assise confortable facilite la respiration chez l’enfant jusqu’à l’arrivée du SAMU.

Quand faut-il consulter?

Les symptômes alarmants qui exigent en cas d’urgence la présence du médecin sont:

  • Une forte fièvre (plus de 38 degrés).
  • Rétraction musculaire entre les côtes pendant la respiration; c’est le signe d’un manque d’air important.
  • Coloration bleue des lèvres (cyanose) et peur d’étouffer.
  • Une élocution étouffée et des râles au moment d’expirer.
  • Une surabondance de salive.
  • Un pouls nettement accéléré.
  • Des troubles de la conscience.
  • Une déglutition douloureuse qui irradie vers les oreilles.

Thérapie

Faux croup: Si nécessaire, le pédiatre prescrit préparation à base de cortisone sous forme de suppositoires ou de spray à inhaler Le but poursuivi est d’éliminer le gonflement de la muqueuse. En cas d’affection grave, l’hospitalisation devient nécessaire.
Epiglottite: Une surveillance intensive à l’hôpital et l’administration d’antibiotiques seront nécessaires, le cas échéant, la ventilation artificielle.

Prévenir

Les vaccinations protègent contre la diphtérie ou l’épiglottite due à l’Haemophilus influenzae de type B (voir plus haut). Ces vaccinations sont hautement recommandées.
On ne connaît pas de mesures spécifiques de prévention à propos du faux croup.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.