0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Cirrhose du foie

La cirrhose du foie est une maladie chronique qui affecte l’organe tout entier. Elle se caractérise par la destruction des cellules hépatiques avec formation de nodules, de bosselures et une prolifération conjonctive. Au début le foie augmente de volume, mais plus tard il s’atrophie nettement („cirrhose atrophique“). Il s’ensuit une altération progressive des fonctions du foie et une congestion sanguine, d’abord dans le foie, plus tard dans d’autres organes. Les hommes en sont davantage affectés que les femmes. Le risque de cancer du foie est accru.

Terminologie

Atrophie:

Diminution de poids et de volume d’un organe ou d’un ensemble de tissus suite à la diminution de la taille ou du nombre des cellules. La plupart du temps il s’agit d’une atrophie par inactivité, la cause étant son manque d’utilisation. Exemple: un bras paralysé perd en masse musculaire. Adjectif: atrophique.

Déficiences multi-organiques:

Importantes diminutions ou déficiences fonctionnelles de plusieurs organes vitaux qui peuvent avoir une issue fatale.

Maladie auto-immune:

Elle se manifeste quand le système immunitaire endommage des tissus de son propre organisme. Il se forme ce qu’on appelle des auto-anticorps.

Résistance:

Capacité d’un agent pathogène à résister à un médicament, à l’influence de l’environnement ou aux produits chimiques.

Varices:

Celles de jambes sont les plus connues. Mais elles peuvent aussi se forment sur d’autres parties du corps, par exemple à l’anus (hémorroïdes) ou dans l’œsophage.

Causes et facteurs de risque

Des cellules hépatiques isolées ou des pans entiers du foie meurent suite à différentes influences nocives et sont remplacées par du tissu conjonctif non fonctionnel et tout un réseau de cicatrices fibreuses. Ces dernières et des nodules peuvent empêcher l’irrigation sanguine de l’organe et l’écoulement de la bille.

Les cellules hépatiques sont endommagées par:

  • L’abus d’alcool est responsable à peu près de la moitié des cas.
  • L’hépatite B et C:dans env. 45% des cas, la cirrhose du foie est causée par des inflammations d’origine virale. L’évolution progressive vers la cirrhose commence avec la chronicité de l’inflammation.
  • • 5% des cirrhoses du foie sont dues à des causes plus rares: troubles du métabolisme (aussi congénitaux), dommages dus aux produits chimiques (solvants), les maladies auto-immunes, la déficience cardiaque avec stase sanguine chronique dans le foie, rétention de la bile en cas d’inflammation chronique des voies biliaires (cholangite), de cholélithiase (lithiase biliaire), de cancer du pancréas ou de cancer de la voie biliaire, différents médicaments, en particulier lors d’un dosage trop élevé ou de prise prolongée, ainsi que certains médicaments antalgiques ou remèdes contre le Parkinson et certains antibiotiques.

Le tableau clinique

Au premier stade de la cirrhose du foie, la maladie est pendant de nombreuses années asymptomatique. Les premiers troubles apparaissent seulement quand le stade de la cirrhose est déjà très avancé.

  • Affaiblissement généralisé, malaise, baisse de performance et légère augmentation de la température.
  • Impression de satiété, pression dans l’abdomen supérieur et malaise entraînent une perte d’appétit et un amaigrissement.
  • Modifications de la peau: dilatation des vaisseaux de la peau (vaisseaux arachnéens) à l’aile du nez et au dos de la main, forte rougeur de l’intérieur de la main et des plantes des pieds.
  • Carences hormonales:
    Chez les hommes, on constate une atrophie des testicules et des signes de féminisation: perte de la pilosité de la poitrine, du ventre et des aisselles, limite horizontale de la pilosité pubienne; augmentation du volume des seins. Des signes d'impuissance et la perte de la libido font partie de ce même contexte.
    Chez la femme, on constate des troubles de la menstruation; la plupart du temps, il n’y a plus de règles.
  • Contracture de Dupuytren, fréquentes en cas de cirrhose due à l’alcool.

Complications

  • Ictère, la peau et le blanc des yeux devient jaune ainsi que le sérum du sang.
  • Dilatation des veines, analogues à celle des varices, dans l’œsophage (varices œsophagiennes) et dans l’estomac. Elles sont le fait d’un foie cirrhotique qui empêche le sang de circuler normalement et peuvent saigner au point de mettre la vie du patient en danger.
  • Troubles de la coagulation du sang avec diathèse hémorragique, tendance aux saignements dans l’estomac et de nez.
  • Thrombose dans la veine porte, veines très apparentes autour du nombril (vaisseau arachnéen); apparition d’hémorroïdes externes.
  • Ascite (accumulation de liquide dans la cavité péritonéale): le ventre augmente en volume à cause de l’ascite et sa peau est voûtée et tendue.
  • Les cirrhotiques sont particulièrement sensibles aux infections à cause de leur déficience immunitaire, par ex. pneumonies, infections des voies urinaires.
  • Symptômes neurologiques: apathie, somnolence, tremblements (tremor), troubles de la coordination des mouvements (ataxie), confusion mentale, troubles du langage, etc.
  • Des nodules de tissu et des processus de transformation persistants génèrent un risque accru de cancer du foie.
  • Au stade terminal, quand le fonctionnement du foie connaît une défaillance totale, on constate de plus en plus de la somnolence pouvant aller jusqu’au „coma hépatique“, l’air respiré a une odeur de foie frais. Diminution de l’élimination de l’urine. La mort survient suite à une déficience multi-organique.

Pronostic

Le pronostic dépend de la cause sous-jacente de la cirrhose du foie. Dans une cirrhose du foie due à l’alcool et diagnostiquée à un stade précoce, une abstinence rigoureuse d’alcool peut conduire à une amélioration. Dans les autres cas, en particulier si des complications ont retardé le diagnostic de cirrhose, le pronostic est plutôt sombre. Le patient meurt de défaillance hépatique, d’hémorragies sur varices ou de carcinome hépatocellulaire.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Dès la constatation d’une maladie du foie chronique, il faudrait, quelle qu’en soit la cause, immédiatement arrêter de consommer de l’alcool. Le foie est un organe très performant qui est capable de se régénérer dès que les facteurs de destruction sont éliminés, pour autant que le stade de la cirrhose du foie ne soit pas encore atteint. Il est important de veiller à une alimentation riche en calorie et en vitamines. Les „préparations pour protéger le foie“ sont la plupart du temps des combinaisons de vitamines.
  • Les préparations à base de vitamines ne doivent pas se prendre de manière prolongée et régulière à moins que le médecin ne l’ait prescrit, car un surplus en certaines vitamines (hypervitaminose) peut être dommageable.
  • „Prévenir signifie savoir mesure garder“. Il est possible de prévenir la cirrhose alcoolique par un usage raisonnable de l’alcool ou en y renonçant complètement. Le seuil de danger chez l’homme, à ne pas dépasser, est de 30 grammes d’alcool, soit la quantité contenue dans 0,75 litre de bière, 0,37 litre de vin ou 0,15 litre de vodka ou de whisky. Chez la femme, la consommation à risque d’alcool commence dès qu’elle dépasse 20 grammes par jour. Notons que cette tolérance peut être très différente d’une personne à l’autre et qu’elle dépend aussi de facteurs génétiques.
  • Il existe un vaccin contre l'hépatite B. Pour les personnes à haut risque (par ex. personnel soignant des hôpitaux) il est fortement recommandé de se faire vacciner. De nos jours, on recommande en Suisse de vacciner aussi les jeunes.
  • Les préservatifs permettent de se protéger contre les formes sexuellement transmissibles de l'hépatite, en particulier contre l’hépatite B, C et aussi l’hépatite D.
  • Avant de certaines interventions chirurgicales, il y existe la possibilité d’envisager une transfusion sanguine avec le propre sang du patient. Cela permet d’éviter la transmission de virus hépatiques étrangers. Cela demande une préparation précoce très soignée pour permettre à l’organisme de se remettre suffisamment de la perte de sang. Le sang est mis en conserve et transfusé au patient pendant et après l’intervention chirurgicale.

Quand faut-il consulter?

Tout soupçon d’inflammation chronique du foie ou de cirrhose doit être soumis à l’évaluation de l’étendue et de la cause afin que le médecin puisse recommander le traitement approprié.

Diagnostic

L’interrogatoire (anamnèse) et l’examen physique sont complétés par des examens du sang et des méthodes radiologiques (ultrason, tomographie computérisée), finalement par une ponction du foie avec prélèvement de tissu. En cas de soupçon de varices œsophagiennes ou dans l’estomac, on procède en plus à une endoscopie de l’œsophage et de l’estomac.

Thérapie

Les thérapies possibles cherchent avant tout à traiter les symptômes et se dirigent vers deux directions:

  • Conserver le tissu hépatique fonctionnel encore existant et empêcher l’évolution de la maladie (prophylaxie secondaire). En font partie une alimentation riche en vitamines dans une composition appropriée concernant les hydrates de carbone, les graisses et les protéines ainsi que l’arrêt ou le remplacement de médicaments qui pourraient endommager le foie. Il est indispensable de renoncer à l’alcool. Un obstacle à l’écoulement de la bile par des calculs biliaires peut être enlevé par voie chirurgicale.
  • Autre point fort, le traitement des complications comme les saignements, les infections, les ascites, insuffisance rénale, troubles du métabolisme des sels minéraux, des protéines et des lipides.
  • Les médicaments antiviraux en cas d’hépatite C et B chronique devraient empêcher la formation d’une cirrhose du foie. Au vu des nombreux et souvent graves effets secondaires et de la possibilité que se développe une résistance à ces médicaments, il est nécessaire de procéder à une planification rigoureuse. D’autre part, il existe le risque de cancer du foie suite à une hépatite chronique (en particulier d’une hépatite C).
  • Le cas échéant, dans des cas très précis, il est possible d’envisager une transplantation du foie.
  • Les patients ayant un diagnostic de cirrhose du foie doivent se soumettre régulièrement (tous les 6 mois) à des examens de contrôle par échographie et analyses sanguines afin d’identifier un éventuel carcinome hépatocellulaire primaire dès les premiers stades.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr. méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.