0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Maladie de Menière

La maladie tire son nom du médecin français Prosper Menière (1799-1862). Il a été le premier à en décrire les trois symptômes caractéristiques: les crises de vertige, les acouphènes (ou bourdonnements d’oreille, tinnitus) et la baisse de l’audition. Il s’agit d’une déficience aiguë du fonctionnement de l’oreille interne qui touche en même temps l’organe de l’équilibre (labyrinthe).

L’évolution de la maladie est imprévisible. Il arrive qu’elle disparaisse en quelques années de manière spontanée, mais la plupart du temps, l’acuité auditive reste définitivement altérée.

58b-oreille

Anatomie et fonction de l’oreille

Au point de vue anatomique, on fait la distinction entre trois régions: l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne (illustration). Le tympan sépare l’oreille externe de l’oreille interne. Trois osselets (marteau, enclume et étrier) transmettent les ondes sonores à l’aide du tympan jusqu’à la cochlée ou le limaçon. Les trois canaux semi-circulaires (parties de l’organe de l’équilibre) enregistrent en particulier les mouvements de rotation de la tête. Les stimulations, que ce soit des sons ou des mouvements, sont transmises par le système lymphatique (endolymphe et périlymphe) de l’oreille interne aux cellules sensorielles. C’est là que s’opère la transformation des impulsions nerveuses qui seront transmises au cerveau. Les différents systèmes lymphatiques sont séparés par des membranes, mais ces dernières sont perméables à certaines substances.
L’illustration montre également la proximité anatomique des canaux semi-circulaires et de la cochlée ou limaçon.

Terminologie

Système nerveux végétatif:

Le système nerveux végétatif régule les processus des métabolismes, par ex. la digestion, ainsi que d’autres fonctions de l’organisme par ex. la transpiration, la fréquence cardiaque, le fait de rougir. Adjectif: végétatif.

Cellules ciliées:

Elles se trouvent dans la cochlée de l’oreille interne et transforment les vibrations de l’air (sons) en impulsions nerveuses. Ces dernières sont transmises au cerveau où elles sont transformées en sensations de bruits.

Causes et facteurs de risque

La cause immédiate des vertiges est une augmentation de la pression dans le labyrinthe ou organe de l’équilibre de l’oreille interne due à l’augmentation subite du liquide lymphatique. Cette augmentation de lymphe est le résultat d’un mauvais rapport entre formation et élimination de cette lymphe. Le mécanisme déclencheur de cette augmentation subite de pression n’est pas encore connu de manière détaillée.

Comme il existe un trop plein de lymphe même durant les intervalles exempts de crises, différents facteurs semblent favoriser l’apparition d’une crise de la maladie de Menière.

  • Les troubles du métabolisme.
  • Les foyers inflammatoires, en particulier à la racine des dents ou dans le sinus maxillaire.
  • Des réactions exagérées du système immunitaire.
  • Des facteurs psychiques en tout genre.
  • Les troubles fonctionnels du système nerveux végétatif, suite à des situations de stress.

On suppose que la cause de la perte d’audition pendant les attaques est due à une détérioration des cellules ciliées suite à l’infiltration de potassium dans la lymphe. Si l’intoxication par le potassium est de courte durée, les cellules ciliées se rétablissent, mais cela devient impossible si cette intoxication est souvent répétée ou même durable.

Le tableau clinique

La crise de la maladie de Menière se produit de manière subite et peut durer quelques minutes à quelques heures. Le patient ressent parfois au préalable une pression dans l’oreille. Les symptômes caractéristiques de la maladie de Menière sont les suivants:

  • Crises de vertige: Ce dernier peut être d’un degré de gravité tel que la personne concernée ne peut plus se tenir debout ou marcher, sa démarche ressemble à celle d’une personne saoule, incapable de marcher droit, la déviation de la marche s’oriente vers le côté malade. Il s’y ajoute des mouvements oscillatoires des yeux (nystagmus), les yeux sont incapables de fixer un objet, ce qui augmente les vertiges.
  • Acouphènes: acouphènes ou tinnitus unilatéral, la plupart du temps un bourdonnement sourd. Il s’y ajoute une sensation de pression dans l’oreille concernée ou derrière cette oreille.
  • Perte d’audition: en cas d’attaques répétées ou durables, il s’installe peu à peu une baisse progressive de l’audition, la surdité totale est beaucoup plus rare.
  • Symptômes végétatifs: nausée et vomissements, palpitations, sueurs et parfois des maux de tête accompagnent cet état de vertige.
  • Les séquelles psychiques: un sentiment d’insécurité, des états d’angoisse et des dépressions.

La répétition des crises, à intervalles irréguliers, de jour ou de nuit, déstabilisent souvent les personnes concernées à tel point qu’elles n’osent plus sortir dans la rue. Même si les troubles de l’équilibre disparaissent entre-temps. La possibilité que la maladie guérisse spontanément au bout de quelques années est réelle.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Acquérir des stratégies pour maîtriser une irritabilité ainsi que des méthodes permettant de réduire les gênes provoquées par la diminution de l’audition durant la journée; appareil auditif.
  • Faire régulièrement des exercices d’équilibre en se conformant aux avis du médecin ou du thérapeute permet de rendre le patient indépendant et davantage autonome.
  • En cas de crise aiguë: coucher la personne à plat ou dans son lit. Supprimer toutes les sources de bruit comme la radio, les lecteurs de disques ou la télévision.
  • Avoir toujours sur soi des médicaments pour combattre malaises et vertiges (sur prescription médicale) et les prendre dès l’arrivée de la crise.
  • Une nouvelle orientation professionnelle devient inévitable pour les chauffeurs, les pilotes, les ouvriers du bâtiment et autres professions pouvant mettre sa propre vie et celle des autres en danger.
  • Les avis divergent sur l’efficacité des mesures diététiques, comme le fait de ne pas fumer, de renoncer à l’alcool, de réduire le sel de cuisine.

Quand faut-il consulter?

Des vertiges fréquents et persistants demandent une consultation chez le médecin. Le mieux est de s’adresser à son médecin traitant qui fera appel à un spécialiste ORL, un neurologue ou un spécialiste des maladies internes.

Les vertiges sont des symptômes qu’il faut prendre au sérieux. La liste des maladies pouvant provoquer des vertiges est très longue. Les vertiges se manifestent non seulement lors des troubles de l’organe de l’équilibre dans l’oreille interne, ils sont aussi associés aux affections cardio-vasculaires et aux maladies du cerveau et de la moelle épinière.

Diagnostic

Le diagnostic requiert de nombreux examens neurologiques ainsi que des examens de l’audition (audiométrie) et de l’organe de l’équilibre. Les procédés d’imagerie médicale sont la tomographie computérisée (TC) et la tomographie par résonance magnétique (TRM). Il s’agit de distinguer la maladie de Menière d’autres affections de la cavité crânienne.

Thérapie

  • Le traitement des crises aiguës de la maladie de Menière repose sur l’administration de médicaments contre les nausées et les vomissements, de calmants et de remèdes servant à stimuler la circulation sanguine. Ces derniers seront en plus utilisés après les crises en thérapie prolongée.
  • Un traitement médicamenteux peut être essayé en cas de vertiges prolongés et d’une audition nettement diminuée, ce traitement permettant d’exclure des parties de l’oreille interne. Le but est de réduire les accès de vertige, les acouphènes (tinnitus) et la pression dans l’oreille interne, mais ce processus exige des contrôles très fréquents.
  • Si la durée de la maladie se prolonge, que la thérapie médicamenteuse reste inefficace et que l’état du malade devient de plus en plus insupportable, des interventions chirurgicales peuvent être envisagées afin de diminuer la pression dans l’oreille interne. Le but principal poursuivi dans ce cas est l’élimination des accès de vertige.
  • Les thérapies psychologiques ou psychothérapeutiques peuvent contribuer à diminuer l’angoisse et la perte de confiance en soi.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.