0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Migraine

Terme: Hémicrânie

La migraine est un mal de tête caractérisé par des accès répétitifs, souvent unilatéraux. Ces accès d’intensité variable peuvent durer des heures et des jours en se répétant à intervalles irréguliers. Il peut arriver que l’on constate une certaine régularité dans leur apparition, par exemple en liaison avec certains aliments, certaines situations de stress ou suite aux règles. Les symptômes qui les accompagnent sont nombreux, ce sont surtout des malaises ou des vomissements et une sensibilité accrue à la lumière.
La maladie peut survenir à tout âge, débute la plupart du temps entre la 10e et la 30e année et affectent davantage les femmes que les hommes. On pense qu’environ 15% de la population suisse souffre de migraine.

Causes et facteurs de risque

La plupart du temps, les causes ne sont pas clairement élucidées et leur origine organique n’est pas toujours prouvée. On incrimine des processus pathologiques dans les vaisseaux sanguins de la dure-mère, avec une constriction initiale suivie d’une dilatation ainsi qu’une inflammation de la paroi artérielle. On rend également responsables de la migraine les troubles émanant des cellules nerveuses ou des substances de transmission de l’influx nerveux. Une prédisposition génétique n’est pas à exclure, car on connaît de „familles à migraine“.
Parfois les facteurs typiques pouvant déclencher une migraine sont connus:

  • Les situations de stress, la tristesse ou la joie. La plupart du temps la migraine ne s’installe pas au moment où les ennuis sont les plus forts, mais dans la période d’attente d’une situation de stress ou après, lors de la phase de repos.
  • Les influences météorologiques.
  • Certains aliments comme le café, les sucreries, certains fromages, le salami, d’autres denrées alimentaires, mais aussi les exhausteurs de goût comme le glutamate.
  • Les boissons alcoolisées, la nicotine.
  • Une lumière trop vive ou scintillante, le bruit.
  • Un manque de sommeil ou un sommeil trop profond.
  • Les changements hormonaux, les règles.
  • Les médicaments, même certaines préparations à base de plantes.

Le tableau clinique

Les manifestations ne sont pas uniformes. On fait la distinction entre les migraines avec ou sans aura (symptômes précurseurs). Leur apparition et leur intensité dépendent de l’individu et des circonstances. Selon le cas, on distingue d’abord des symptômes variés. Mais on peut nommer un certain nombre de signes caractéristiques:

  • Phase précoce: La migraine peut être précédée d’une courte phase de changement d’humeur, d’irritabilité, de souci, de fringale, de fatigue ou de malaise.
  • Des symptômes précurseurs, ce qu’on appelle une aura de moins de 30 minutes sont rares, mais parfois très importants. Ils peuvent annoncer la crise et disparaître ou aussi continuer dès que le mal de tête s’est installé.
    Les manifestations de l’aura sont:
    • Des symptômes visuels: scintillements, éclairs, vision troublée, images déformées, rétrécissement du champ visuel.
    • Des troubles du langage, plus rarement des perceptions auditives trompeuses (tintements, sifflements).
    • Des manifestations passagères de paralysie ou de fourmillement
    • Il arrive que l’aura disparaisse sans être suivie de maux de tête.¨
  • L’accès typique de la migraine se signale par un mal de tête unilatéral, très violent, accompagné de pulsations ou de battements. Ce n’est pas toujours le même côté qui est concerné, il peut arriver que le mal passe d’un côté à l’autre, parfois au cours de la même crise. Les accès durent habituellement entre 4 et 72 heures et récidivent plusieurs fois par mois ou par année. Une activité physique aggrave les douleurs et les rend souvent insupportables.
  • Les symptômes qui accompagnent le mal de tête sont des malaises pouvant aller jusqu’aux vomissements, une hypersensibilité à la lumière, au bruit et aux odeurs, une rougeur de la peau unilatéral ou une pâleur du crâne.
  • L’activité momentanée est interrompue, une incapacité de travailler peut persister.
  • Après les crises, les personnes concernées sont souvent épuisées. Les douleurs s’atténuent durant le sommeil.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Pour permettre de découvrir et donc d’éviter à l’avenir les facteurs qui déclenchent la migraine, il est recommandé de noter soigneusement et d’observer les circonstances de son apparition („calendrier des douleurs“), le mode de vie ainsi que les habitudes prises pour manger et dormir.
  • Prendre les analgésiques en respectant les prescriptions du médecin.
  • En cas d’accès de migraine, le mieux est de se coucher, dans une ambiance calme et à l’abri de la lumière. Le fait de prendre un analgésique à temps permet souvent de diminuer les accès.
    Attention: Les analgésiques peuvent renforcer les maux de tête et même les provoquer, surtout lorsqu’on les prend régulièrement.
  • Méthodes de gestion du stress et de la douleur, relaxation musculaire progressive, Biofeed-back. Ennuis, frustration et colère renforcent la migraine, par contre le fait de se concentrer sur un travail agréable et gratifiant, sur une activité de loisir ou la pratique d’exercices de détente diminue les douleurs. Ont des effets positifs: un mode de vie équilibré avec suffisamment de sommeil, des exercices physiques réguliers ou un sport d’endurance.
  • Certaines personnes concernées ont trouvé de l’aide grâce à des méthodes alternatives comme l’acuponcture, l’hydrothérapie (bains alternés) et l’ostéopathie.

Remèdes de famille

  • Boire un mélange de parts égales de Schweppes Tonic et de Cola ou de café noir avec un jus de citron que l’on boit aussi chaud que possible. Veiller à un apport suffisant en liquide.
  • Bain froid des bras, appliquer des compresses froides sur les yeux.
  • Massages, applications de boue minérale (fango).

On utilise souvent en automédication des extraits de plantes comme ceux du „Ginseng“ ou du „Ginkgo“. Il faut se rappeler que certains extraits de plantes peuvent avoir des interactions avec les „médicaments usuels“ et provoquer des „troubles“.
Le fait qu’un produit soit „un extrait de plante“ ne signifie pas „qu’il ne peut pas faire de mal“.
Certaines préparations à base de plantes peuvent provoquer des accès de migraine. Il est donc tout à fait indiqué de parler au médecin lorsqu’on prend ces médicaments.

Quand faut-il consulter?

  • A la première apparition d’un mal de tête ressemblant à de la migraine.
  • Quand les douleurs persistent, augmentent, se répètent régulièrement ou se manifestent toujours au même endroit.
  • Lorsque les douleurs débutent de manière subite, comme une „explosion“
  • En cas de maux de tête accompagnés de fièvre, de frissons, de troubles de la conscience et de raideur de la nuque.
  • Si les maux de tête surviennent à nouveau ou s’intensifient après des blessures à la tête.
  • En cas de crises de convulsion, de paralysies, de vertiges, de troubles de la mémoire, de la vue et de l’audition.
  • Les maux de tête des enfants sont à prendre au sérieux. Les petits enfants peuvent aussi avoir des migraines.

Diagnostic

Il est important de distinguer la migraine des maux de tête d’origine organique comme les maladies infectieuses (en particulier la méningite, la grippe), les tumeurs du cerveau, les hémorragies ou les malformations de vaisseaux sanguins. On utilise à cet effet la tomographie computérisée (TC), la tomographie à résonance magnétique (TRM) ou la tomographie à émission de positons (TEP ou PET).

Il faut également se rappeler qu’un manque de sucre ou une hypoglycémie (diminution anormale du taux de glucose dans le sang) par ex. due au diabète sucré peut provoquer des douleurs  migraineuses.

Thérapie

Un „calendrier des douleurs“, dans lequel on note non seulement le moment et les circonstances des accès, mais aussi le genre de douleur (unilatéral, changeant, sous forme de lancées ou de pulsations), permet au médecin d’adapter au mieux la thérapie au patient. Il peut ainsi tenir compte des antécédents individuels.
Si les analgésiques ne suffisent pas, le médecin peut prescrire un traitement médicamenteux de plus longue durée pour combattre les accès de migraine. Ceci est particulièrement indiqué si les douleurs sont la cause de nombreuses incapacités de travailler ou s’accompagnent de signes de défaillance neurologiques sur une plus grande durée.

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.