0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Saignement de nez, Épistaxis

La source du saignement spontané est de préférence le plexus veineuse de chaque côté à l’avant de la cloison nasale, d’autant plus vulnérable qu’il est très exposé. Les fractures dans la partie centrale du visage entraînent également des déchirures de muqueuses, ce qui provoque des saignements du nez et dans la cavité du pharynx.

Causes et facteurs de risque

Les facteurs locaux

  • Un saignement spontané peut provenir d’un amas de petits vaisseaux sanguins situés en surface qui explosent pour une raison anodine et souvent inconnue. Un air trop sec (chauffage en hiver) augmente la vulnérabilité des vaisseaux capillaires. Les saignements de nez sont fréquents chez les enfants et les jeunes gens, mais sont rarement d’une gravité préoccupante.
  • Les dommages directs de la muqueuse nasale se produisent lorsqu’on se mouche de manière trop violente, que l’on se gratte l’intérieur du nez ou suite à un choc violent venant de l’extérieur. Une utilisation trop fréquente ou trop prolongée de spray nasal rend la muqueuse du nez plus vulnérable.
  • Fractures: Un saignement de nez d’origine traumatique peut avoir pour origine des fractures dans la région du nez et des sinus. Dans ce cas, la source du saignement ne situe pas dans le nez, mais ce dernier constitue la seule issue possible pour évacuer le sang. Les paupières peuvent s’injecter de sang („oeil au beurre noir“) au bout de quelques heures.

Maladies

Certaines maldies endommagent ou bien les vaisseaux capillaires de la muqueuse nasale ou bien abaissent la capacité de coagulation du sang ce qui entraîne des saignements dans les plus petites lacunes des vaisseaux. Parmi ces maladies il faut citer le rhume, le refroidissement et la grippe, également l'hypertonie (hypertension), le diabète sucré, mais aussi l’allergie (rhume des foins), la leucémie ou la diathèse hémorragique. Cette dernière est à soupçonner si le saignement du nez est accompagné d’hématomes spontanés sur la peau.

Médicaments, produits chimiques, hormones

De nombreux médicaments diminuent la capacité de coagulation du sang. Ce qui entraîne l’effet secondaire indésirable de la propension au saignement en favorisant les saignements spontanés, comme les saignements de nez. On utilise ces médicaments comme anticoagulants, si l’effet secondaire potentiel des saignements semble acceptable, vu la situation générale. On utilise l’anticoagulation comme prophylaxie pour les thromboses artérielles ou veineuses ou les embolies, par exemple en cas de troubles d’irrigation sanguine due à l'artériosclérose, après un infarctus, une opération des vaisseaux sanguins (opération by-pass) ou en cas d’alitement prolongé.
Les produits chimiques qui irritent la muqueuse (par ex. le chlore) ainsi que les changements du taux hormonal (par ex. lors d’une grossesse) favorisent également les saignements du nez.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Il faut s’asseoir, pencher la tête légèrement vers l’avant (et non pas vers l’arrière) afin que le sang ne coule pas dans le pharynx. Serrer le nez pendant au moins 5 minutes, appliquer une lavette froide sur la nuque.
  • Former un petit rouleau avec un mouchoir en papier ou de la gaze, l’humidifier ou encore mieux, l’enduire d’une crème (crème pour les mains) et en boucher la narine. Il ne faut pas laisser ces tamponnades plus de 12 heures dans la narine, sinon on risque une infection.
  • Il ne faudrait pas avaler le sang qui parvient dans le pharynx, mais le recracher; une fois dans l’estomac, il peut y provoquer des malaises et des vomissements.
  • Une fois le saignement calmé, ne pas expulser les croûtes de sang en se mouchant, ni les gratter. Pour les ramollir, utiliser une crème nasale ou de l’eau légèrement salée pour permettre aux croûtes de se détacher d’elles-mêmes.
  • Utiliser des crèmes ou des pommades en cas de rhume et de rhume des foins.
  • Eviter de se moucher trop violemment.
  • En hiver, utiliser un humidificateur de l’air.
  • Procéder régulièrement à des contrôles de la tension, si les saignements spontanés du nez sont fréquents chez un adulte.

Quand faut-il consulter?

Si le saignement ne s’arrête pas au bout d’une demi-heure, s’il se répète souvent ou s’il se produit après un accident avec un traumatisme crânien, il faut que le médecin en cherche les causes, qu’elles soient locales ou générales.

Thérapie

  • Le médecin peut comprimer le vaisseau qui saigne avec une tamponnade spéciale. Il est rarement nécessaire de procéder à une cautérisation, encore moins de pratiquer une suture autour de la plaie.
  • Il faut le cas échéant élucider et traiter les maladies qui en sont à l’origine.
  • Si le saignement est dû à une prise de médicaments, le médecin peut parfois changer d’agent thérapeutique ou adapter la dose.
  • Les fractures des os de la face nécessitent un examen d’un médecin spécialiste en chirurgie maxillo-faciale.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.