0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Névrodermite, Neurodermite

Terme: Eczéma atopique

Autre désignation pour cette affection maladive, l’eczéma endogène ou dermatite atopique.
Il s’agit là d’une maladie de la peau du genre eczéma accompagnée d’une réaction inflammatoire chronique. La maladie débute habituellement au cours de la 1ère année avec des „croûtes de lait“ se situant de préférence sur le haut du crâne. Plus tard, pendant l’enfance et l’âge scolaire, les eczémas se concentrent sur les côtés des plis d’articulations comme le coude et les genoux, mais aussi les mains, la nuque et le visage. Après la puberté, la névrodermite guérit la plupart du temps. L’organisme garde cependant une certaine tendance à former des eczémas. La maladie se déclare rarement pour la première fois à l’âge adulte.

La névrodermite ou l’eczéma atopique compte parmi les maladies chroniques de la peau les plus fréquentes. Elle fait partie des affections immunologiques qui s’associent souvent (mais pas obligatoirement) aux maladies allergiques. La fréquence des névrodermites a augmenté au cours des dernières années.

Causes et facteurs de risque

Les causes exactes ne sont pas clairement définies, mais il existe un certain nombre de repères

  • Les facteurs génétiques jouent un rôle important. Ils prédisposent à la névrodermite, mais ne sont pas la seule cause.
  • La peau est le siège d’une réaction immunitaire, qui provoque des modifications typiques.
  • Une inflammation chronique, une formation de talc défectueuse et une sécheresse de la peau.

Sous quelle forme la maladie va se déclarer, si elle se déclare, dépend pour l’essentiel d’influences comme:

  • Les influences psychiques: stress, tension, événements douloureux. Les situations de stress sont souvent un déclencheur d’une poussée de la névrodermite.
  • Les effets immédiats sur la peau: produits chimiques de nettoyage et de désinfection, ainsi que les solvants, mais aussi les produits cosmétiques, les irritations physiques et mécaniques.
  • L’environnement: le climat.
  • Les facteurs hormonaux: à cause des affections de la thyroïde ou pendant la grossesse.
  • Les allergies: aux pollens de fleurs, aux poils d’animaux, à la poussière, aux aliments, etc. Elles ne sont pas la cause de la névrodermite, mais elles en aggravent l’évolution. La même chose vaut pour les infections et les inflammations.

Le tableau clinique

L’élément caractéristique de la névrodermite est l’inflammation chronique de la peau et son évolution par crises (poussées).

  • Les principaux symptômes, les démangeaisons, subjectivement les plus pénibles. Ils peuvent fortement troubler le sommeil.
  • La névrodermite trouble certaines fonctions de la peau comme la régulation de la température, la formation de sueur, de talc et de graisse ainsi que la capacité à retenir l’humidité.
  • A un stade plus aigu l’eczéma est humide et la l’endroit du corps est enflé; il se forme des vésicules, des squames et des croûtes. Souvent l’état empire en automne ou au printemps.
  • Au stade chronique les parties de la peau qui en sont affectées sont rouges, rêches et sèches à cause d’une production de talc réduite. Il se forme rapidement des crevasses très petites, mais très douloureuses. L’inflammation chronique, le fait de gratter et les infections rendent le relief à la surface de la peau plus grossier et plus épais avec le temps („peau de rhinocéros“).
  • Les localisations typiques de l’eczéma chez les enfants et les jeunes se situent surtout autour des plis des articulations du coude et du genou, du cou, des paupières et sur les côtés du visage. Chez les adultes l’eczéma peut apparaître sur les mains, au cou, au front et dans la région des paupières, aux oreilles et aux pieds; il peut arriver que tout le corps soit le siège de démangeaisons.

Séquelles, complications

Les parties enflammées, surtout quand elles sont humides peuvent subir une infection bactérienne, virale ou mycosique. Le patient est particulièrement réceptif aux agents pathogènes, provoquant des suppurations, et à l'herpèsvirus. Durant les crises de névrodermite, les malades doivent éviter le contact avec les boutons de fièvre, la varicelle et les éruptions du zona.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Ne pas gratter. Le fait de gratter aggrave les lésions cutanées et provoque des infections. Pour soulager les démangeaisons, il suffit parfois d’utiliser une brosse douce et d’appliquer une solution à base de menthol ou de camphre.
    Porter sur la peau de préférence des textiles à base de lin ou de coton; éviter les habits en tissu synthétique ou en laine. Le mélange de coton et fibres synthétiques est souvent aussi bien supporté.
  • Soins de la peau
    • Utiliser le savon avec parcimonie, car il dégraisse la peau et la sèche; il faut utiliser en principe un savon avec un pH qui correspond à celui de la peau (pH 5,5).
    • Prendre des bains d’huile. Il est facile de fabriquer soi-même le produit pour le bain, il suffit de mélanger une cuiller à soupe d’huile d’olive à deux tasses de lait. Autre élément important, il faut que l’eau ne soit pas chaude, mais seulement tiède, même lorsqu’il s’agit de se laver les mains.
    • Utiliser des pommades grasses sans produits conservateurs et sans parfums, en appliquant des couches pas trop épaisses, mais plusieurs fois par jour.
    • Des enveloppements humides ou l’application d’une pommade à base de soucis, peuvent parfois contribuer à diminuer l’inflammation de la peau.
    • Porter des gants lorsque on fait les nettoyages afin d’éviter tout contact direct de la peau avec les produits chimiques.
  • Mener une vie bien réglée, si possible sans trop de stress. Il existe des méthodes permettant de mieux supporter les démangeaisons chroniques, par ex. le training autogène et tout autre technique de détente.
  • Mesures diététiques: Il n’est en principe pas raisonnable de suivre des régimes sévères pour combattre la névrodermite, comme le fait d’éviter entièrement le sucre et la viande. Si ces mesures entraînent une carence en protéines, en sels minéraux ou en vitamines, l’eczéma va s’aggraver. Le fait de renoncer aux aliments trop épicés et aux boissons alcoolisées peut apporter une amélioration.
  • Quand une allergie est connue: éviter autant que possibles les allergènes. Les allergies par contact les plus fréquentes sont par exemple l’allergie aux bijoux à la mode, aux pommades ou aux crèmes, aux produits cosmétiques, au cuir, etc.
  • Ne pas fumer et éviter les locaux remplis de fumée, car la fumée de cigarette, de cigare et de pipe aggrave la névrodermite.
  • Le changement de climat (mer ou haute-montage) a souvent une influence favorable.
  • Le fait d’allaiter longtemps les enfants à prédisposition héréditaire peut diminuer l’apparition d’allergies ou d’une névrodermite.

Quand faut-il consulter?

Il faut consulter un médecin si on souffre d’eczémas purulents ou si l’affection s’aggrave et qu’on fait en plus de la fièvre. Si la peau s’infecte (sécrétions purulentes ou pustules), il faut souvent recourir aux antibiotiques afin d’éviter la formation des cicatrices.

Les tests d’allergie et les examens du sang permettent de confirmer le diagnostic et d’orienter la thérapie.

Traitement

Vu le grand nombre de facteurs, en particulier en provenance de l’environnement, le traitement sera individualisé.

  • Le traitement local de la peau par des crèmes à base de goudron, d’urée, de zinc ou de cortisone doit faire l’objet d’une prescription médicale. De bons résultats on été obtenus récemment avec des pommades contenant du „Tacrolimus“. Ces pommades permettent d’éviter les effets secondaires parfois importants de la cortisone, par ex. la fragilisation de la peau qui devient trop fine. Mais il existe aussi des limites à l’utilisation du „Tacrolimus“.
  • Systémique: médicaments pour calmer les démangeaisons (souvent des antihistaminiques) ainsi que la cortisone à effet antiallergique sous forme de tablettes.
  • La photo- ou luminothérapie et la climatothérapie sont également envisageables comme traitements, ainsi que l’acuponcture ou l’acupressure.
  • L’inflammation chronique des dents et des cavités nasales etc. ont une influence néfaste sur l’évolution d’une névrodermite. Il faut donc aussi les traiter.

Autres informations, adresses

  • Fondation KOSCH
    Centre de coordination et de soutien pour les groupes d’entraide en Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061/333 86 01
    www.kosch.ch
  • aha! Centre suisse pour l’allergie, la peau et l’asthme
    Gryphenhübeliweg 40
    Case postale 378
    3000 Berne 6
    Tél.: 031/359 90 00
    www.ahaswiss.ch

Programmes de suivi de la CSS Assurance

En collaboration avec la Fondation aha! Centre d’Allergie Suisse, la CSS Assurance vous propose des cours pour enfants et parents ainsi que des camps de vacances pour les enfants atteints d’eczéma atopique.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  01.06.2018

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.