0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Mycoses de la peau et mycoses systémiques

Formes cliniques: Mycose des pieds, Mycose cutanée, Mycose des ongles

La mycose des pieds est une affection bien connue qui apparait de préférence entre l'âge de la puberté et la cinquantaine, plus souvent chez les hommes que chez les femmes. Les foyers squameux se trouvent le plus souvent sur et entre les doigts de pied, plus rarement à la plante des pieds. Élément typique, la tendance aux récidives, car les spores des champignons restent dans les squames de la peau et sont longtemps contagieux. Les mycoses cutanées peuvent aussi se loger sur les doigts et les mains, plus rarement sur le tronc; dans le langage populaire on parle aussi de dartres.

Il existe plus de 200‘000 espèces de champignons dont très peu provoquent chez l'homme des maladies, qu'on appelle des mycoses. Ceci se produit la plupart du temps quand la défense immunitaire est diminuée (faiblesse immunitaire), à l’exception de la mycose cutanée.

Les champignons ont par ailleurs une grande importance au point de vue économique, car ils permettent de produire des médicaments (par ex. la pénicilline) et des aliments (biscuits, produits laitiers, la bière etc.). Les champignons d'élevage, également ceux utilisés pour la fabrication de différentes sortes de fromage, ne sont pas infectieux pour l'être humain.

Terminologie

Hyphe:

filament cellulaire qui constitue le mycélium des champignons.

Mycélium:

réseau de filaments (hyphes) ramifiés.

Spores fongiques:

Formes durables des cellules de champignons, pouvant longtemps survivre. Le mot „spores“ est utilisé comme terme générique pour les cellules des champignons qui servent à la multiplication.

Bourgeonnement:

processus de multiplication des levures (voir plus loin). Une cellule fille nait à partir d'une cellule mère.

Endémie:

Manifestation durable ou répétée d’une maladie dans une région géographique délimitée (région endémique). L’agent pathogène est présent en permanence dans cette région.

Exposition:

L’organisme est exposé aux influences de l’environnement, par exemple aux agents pathogènes, aux substances nocives en tout genre ou aux rayonnements.

Immunosuppression:

Blocage des réactions immunitares avec des médicaments, appelés immunosuppresseurs.

Surinfection ou infection secondaire:

Les deux termes sont souvent utilisés comme synonymes et signifient qu'à une infection déjà existant s'ajoute une autre infection, provoquée par d'autres agents pathogènes. Exemple: Des virus de la grippe affaiblissent tout d'abord la défense immunitaire, une infection supplémentaire avec des bactéries provoque ensuite une pneumonie.

Maladie systémique:

Ce terme s’utilise lorsque des processus maladifs touchent soit un seul soit au contraire plusieurs systèmes organiques différents (peau, tissu conjonctif, système immunitaire ou système d’élaboration du sang, etc.). Dans tous les cas ces processus concernent une grande partie de l’organisme.

Virulence:

Ce terme de l'infectiologie se rapporte à l’impétuosité selon laquelle un agent pathogène peut rendre un hôte (être humain ou animal, etc.) malade. Adjectif: virulent

Facteurs de virulence :

Les facteurs de virulence des champignons sont par ex. leur capacité à se fixer sur des cellules humaines ainsi que la formation de certaines enzymes capables de dissoudre des protéines.

Classification des champignons

  • Dermatophytes, également dénommés champignons filamenteux sont composés de filaments ramifiés (hyphes), qui forment des entrelacs très résistants (mycélium) et des spores qui peuvent même survivre très longtemps sur des objets. Les dermatophytes sont des champignons cutanés au sens étroit du terme, ils sont la cause des mycoses de la peau, des ongles et des cheveux, par contre on ne les rencontre pas dans les organes internes, ni sur les muqueuses. Les maladies provoquées par les dermatophytes sont désignées par le terme technique „Tinea“, par ex. Tinea pedis pour mycose des pieds.
  • Les levures sont unicellulaires et se multiplient par bourgeonnement dans tous les sens.
    • Le champignon qui se rencontre chez l'homme le plus souvent de par le monde est le candida albicans; la maladie qui y correspond est désignée sous les termes de muguet ou de candidose.
    • Le pityriasis versicolor fait partie des mycoses cutanées superficielles les plus fréquentes. Environ 1% de la population de l'Europe centrale en est affectée, dans les régions tropicales et subtropicales ce sont presque 50%.
    • Cryptococcus neoformans se rencontre également partout dans le monde, de préférence dans les excréments d'oiseaux ou dans la poussière qui contient des excréments d'oiseaux.
  • Les moisissures forment des filaments et infectent surtout les organes internes.
  • Il existe un autre groupe, les champignons dimorphes ou biphasiques. Ils peuvent prendre différentes formes selon les conditions de l'entourage, d'où leur désignation de „dimorphe“ ou „biphasiques“. Dans certains pays d'Amérique et d'Asie, un certain nombre de ces champignons y sont endémique, ils sont plus rares en Europe et ne se rencontrent en règle générale que de manière sporadique.

Facteurs de risque

Le contact avec l'agent pathogène ne provoque pas nécessairement une maladie. La plupart des mycoses ont besoin de circonstances favorables, comme la déficience générale ou localisée des fonctions de défense. La virulence (voir la terminologie) de l'agent pathogène joue un rôle déterminant.

  • Chaleur humide: l’humidité due à une forte transpiration aux pieds (chaussures trop étroites ou bottes en caoutchouc); des bas ou des habits qui ne permettent pas l'évaporation de la sueur; séchage insuffisant des pieds, par exemple après les exercices de natation.
  • Les lésions cutanées dues aux petites blessures ou aux fissures; troubles de la circulation
  • Une hygiène insuffisante ou exagérée.
  • Une faiblesse immunitaire ou déficience immunitaire par ex. suite à des maladies chroniques comme le diabète sucré, aux cancers, à une thérapie immunosuppressive et de manière générale lors d’un stade avancé d'une dégénérescence corporelle due à des maladies graves ou des polytraumatismes.
  • Disposition personnelle (réceptivité).
  • Grossesse, hormonothérapie comme cause d'une mycose vaginale (infection du vagin par des champignons, voir plus loin).
  • Thérapie antibiotique pendant une période assez longue.

Les voies de transmission

Les champignons et leurs germes se trouvent ubiquitaires, dans la terre ou sur des plantes putréfiées. D’autres vivent sur la peau et sur les muqueuses sans effets nocifs. Le risque de tomber malade concerne surtout les personnes qui sont affectées par une susceptibilité élevée, p. ex. en cas d’ une déficience immunitaire, de diabète ou de maladies hématologiques, de grossesse, d’un traitement prolongé aux antibiotiques, de chimiothérapie aussi bien que les petits enfants.

Contact direct avec la peau

L'agent pathogène le plus fréquent de la peau s'appelle Trichophyton rubrum qui peut également se manifester chez des personnes n'ayant pas de déficience immunitaire.

  • La transmission de personne à personne s'opère par ex. par les squames de la peau. Les mycoses des ongles se forment pratiquement toujours par la transmission d'une mycose depuis la peau sur les ongles des pieds et des mains.
    Une candidose dans la région génitale est sexuellement transmissible; les nouveau-nés peuvent être contaminés par des champignons du muguet provenant du vagin de la mère. Mais plus souvent les candidoses se produisent par la multiplication des spores qui vivent déjà sur la peau et sur les muqueuses ou suite à une modification de la virulence (voir la terminologie).
  • Transmission par des objets contaminés: contact avec peignes, coussins, sol humide, terre ou plantes putréfiées etc.
  • De l'animal à l'homme: Certains champignons qui rendent les hommes malades infectent aussi les animaux domestiques.

Aspiration de germes

Des levures (candida et cryptococcus néoformans) et les moisissures se trouvent partout dans l'environnement, également dans la poussière et l'air, sont aspirées et peuvent ainsi provoquer des réactions allergiques (les moissures) ou des maladies en cas de déficience immunitaire (p. ex. candida des poumons).

Ingestion avec la nourriture

La consommation de certains aliments – en particulier ceux qui sont riches en sucre, par ex. les fruits – met les personnes en contact avec différentes levures, ce qui en règle générale n'est en aucune façon nuisible pour la santé. Les maladies surviennent seulement en cas de déficience immunitaire locale ou générale.

Diverses formes d'affections

Mycose de la peau et des ongles

Différents champignons peuvent être la cause des mycoses des pieds, de la main ou des ongles (voir plus haut). La peau est rouge, humide et démange, des squames peuvent s'en détacher. L'éruption se propage depuis la zone périphérique de plus en plus vers l'extérieur.

  • Pieds: Entre les doigts de pied, le centre de la dartre peut être ramolli, ce qui constitue un risque pour un érysipèle (voir plus loin). La plante des pieds ne présente la plupart du temps pas de signes d'inflammation, mais des squames et parfois de petites vésicules transparentes que l'on retrouve également sur les doigts de pied. La rougeur de la peau et de fines squames sur la périphérie du pied sont plutôt rares.
  • Mains: L'aspect de la peau correspond plus ou moins à celui de la mycose des pieds. Les vésicules sont plus fréquentes, mais elles sèchent avant le début de la formation de squames. Il n'est pas rare que le même agent pathogène infeste en même temps les pieds et les mains.
  • Ongles: Les mycoses sont dans ce cas particulièrement pénibles et peuvent entraîner avec le temps la destruction du plateau de l'ongle. La maladie évolue depuis l'extrémité de l'ongle jusqu'à la matrice (zone de croissance de l'ongle). Les ongles des doigts de pied et/ou ceux des doigts de la main deviennent plus épais et plus cassants, s'écaillent ou se fendillent, ils se déforment et deviennent jaunâtres, plus rarement brunâtre ou verdâtre, des foyers blanchâtres peuvent apparaître çà et là. La mycose des ongles a beaucoup augmenté durant les dernières décennies, ce qui est dû en particulier à la mode des souliers. Les doigts de pied sont d'ailleurs quatre fois plus concernés que ceux des doigts de la main.
    Les spores incrustées dans les ongles deviennent une source de récidives, raison pour laquelle l'élimination complète de l'agent pathogène est déterminante.
  • Tronc: Chez les adultes sains il est rare que des grandes parties du tronc soient affectées.
  • Région de la barbe des cheveux de la tête sont d'autres lieux où peut se manifester la mycose, celle de la tête se manifeste surtout chez les enfants. Dans ce cas la peau concernée est fortement rougie, parfois même enflée et les cheveux tombent par touffes entières. Les cheveux infectés deviennent cassants.

Complication des champignons cutanés: L'érysipèle représente une infection secondaire bactérienne. Sont particulièrement en danger les personnes souffrant de diabète sucré ou de troubles de la circulation artérielle ou veineuse des jambes.

Candidiasis, muguet

Le champignon candida (le muguet) se manifeste de préférence sur les parties humides et chaudes de la peau (dans l'aine, sur le pénis, dans les commissures des lèvres, sous les seins, dans la région des langes) ainsi que sur les muqueuses de la cavité buccale et du vagin; les deux dernières localisations sont les plus fréquentes. Les symptômes des différentes affections causées par le champignon candida sont:

  • Peau: plaques rougeâtres peu humides avec des squames, d'autres petits foyers ainsi que des vésicules peuvent se trouver à proximité. Le cas échéant, les ongles sont également concernés (mycose des ongles voir plus haut). Il peut aussi se produire des démangeaisons ou des brûlures.
  • Bouche: la muqueuse rougie de la langue, des joues et du palais est couverte d'un enduit blanchâtre, qui peut s'enlever, mais qui se met souvent à saigner légèrement. Brûlures et douleurs en mangeant et en buvant. L'extension sur le palais et l'oesophage est possible lorsque la maladie traîne en longueur ou que l'état général de la santé est fortement détérioré. Si les levures pénètrent plus profondément dans la muqueuse, les enduits ne peuvent plus s'effacer.
  • Région génitale
    • Vagin et lèvres: On suppose que plus de 70% des femmes souffrent une fois dans leur vie d'une candidose dans la région génitale. Elle se manifeste comme une rougeur diffuse de la muqueuse ou sous forme de vésicules jaunâtres entourées d'un bord rougeâtre, ou encore de petits nodules et de pustules purulentes au bord des poils du pubis. Élément typique, les démangeaisons et les brûlures ainsi que la sécrétion blanchâtre, sans odeur spécifique. La pénétration de l'infection dans l'utérus n'est pas à craindre.
    • Gland et prépuce: rougeur inflammatoire avec des enduits blanchâtres, à moins que ces derniers aient été enlevés par frottement; l'ouverture de l'urètre en est souvent affectée, le pénis par contre rarement. Démangeaisons et brûlures, parfois des douleurs lors des rapports sexuels.
  • Candidoses systémiques: Elles suscitent toujours le soupçon sur l'existence d'une autre maladie grave. En cas d'une déficience immunitaire généralisée, l'infection de la peau ou de la muqueuse (surtout du colon) par le muguet peut provoquer une septicémie et évoluer vers une inflammation des poumons ou des méninges, endommager les reins, le foie, le coeur, etc. La mortalité est très élevée dans ces conditions.

Pityriasis versicolor

La levure Malassezia est à l'origine de pityriasis versicolor. Ce qui le caractérise sont des taches d'un brun clair à foncé, parfois des taches rougeâtres au tronc et dans les régions du corps comprenant de nombreuses glandes sébacées. Les tâches ont au début un diamètre de 0,3 à 1 cm et ont plus tard la tendance de s'interpénétrer. Élément typique, des squames fines comme du son. D'ailleurs son nom de pityriasis vient du grec πίτυρα, pityra le son. Parfois, surtout suite à des rayons UV, les taches changent de couleur (d'où l'adjectif „versicolor“), elles deviennent blanchâtres et ne desquament plus. Cela peut prendre plusieurs mois jusqu'à ce que les taches reprennent la couleur normale de la peau. Les démangeaisons n'apparaissent pratiquement qu'avec la transpiration.

Maladie due au cryptococcus néoformans

L'agent pathogène est aspiré avec la poussière et peut parfois provoquer une pneumonie, qui évolue en règle générale sans complications et guérit spontanément. En cas de faiblesse de la défense immunitaire, des affections graves, qu'elles soient chroniques et aiguës, sont possibles, parfois même une extension de l'infection sur le foie, les reins, les os et la peau ainsi qu'une méningite très dangereuse.

Maladie dues aux moisissures

Dans les appartements humides, les moisissures, en particulier les aspergilles, sont la cause de l'asthme bronchique, parfois de la bronchite ou de la pneumonie. Ces mycoses ne se rencontrent seulement chez des personnes qui sont déjà affaiblies par d'autres maladies graves. Dans ce cas les pneumonies ou la septicémie sont possibles. Les infections plutôt rares de la peau par les moisissures peuvent se transformer en abcès, en éruptions et même en tumeurs.

Mycoses systémiques dues aux champignons dimorphes

Les représentants les plus importants sont les histoplasmes. L'histoplasmose est aux États-Unis la mycose endémique des organes internes la plus fréquente, se rencontrent cependant en Europe de manière sporadique. L'aspect de la maladie ressemble beaucoup à la tuberculose. Ces champignons pénètrent dans les poumons et y provoquent une inflammation, qui guérit la plupart du temps spontanément. Il peut arriver que l'infection se répande sur d'autres organes en évoluant ensuite sur une longue durée, accompagnée très souvent de complications. Les agents pathogènes peuvent en plus séjourner dans l'organisme humain, se réactiver plus tard et causer des dommages importants. Les infections dues à d'autres champignons dimorphes connaissent une évolution similaire à celle d'une tuberculose avec le même risque de complication.

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Éviter les chaussures et les vêtements trop étroits (mycose des pieds ou de la peau et des muqueuses. Renoncer aux textiles synthétiques et porter par ex. des habits en coton, surtout s'il existe une disposition à faire des mycoses.
  • Toujours porter des souliers dans les piscines et dans le sauna; se coucher sur un linge de bain. Utiliser les douches de désinfection pour les pieds avant et après la visite. Sécher soigneusement les pieds, également entre les doigts de pied. Après un séjour prolongé dans l'eau, la peau est ramollie et très réceptive aux infections.
  • Laver régulièrement les chaussettes et les bas à l'eau très chaude, le cas échéant les désinfecter, afin de prévenir une récidive de mycose des pieds.
  • Pas d'hygiène excessive de la partie intime (pas de sprays, de savon agressif, de produits désinfectants); cela peut endommager la colonisation physiologique par les germes et favoriser une mycose.
  • Contre le muguet buccal: le cas échéant, améliorer l'hygiène de la bouche et des dents.
  • Pityriasis versicolor: se doucher régulièrement avec des syndets (détergents synthétiques), porter des habits qui laissent passer l'air, renoncer aux fibres synthétiques.
  • Les patients souffrant de faiblesse immunitaire: éviter autant que possible une exposition aux champignons, par ex. éviter le contact avec les animaux domestiques.
  • L'autotraitement à l'aide de „produits antifongiques“, que l'on peut obtenir librement dans le commerce, n'est pas à recommander, l'expérience prouve qu'il n'atteint pas son but, en particulier lorsqu'il s'agit de mycose des pieds et des ongles.

Quand faut-il consulter?

Il faut toujours consulter un médecin quand on soupçonne une infection par des champignons

Diagnostic

Selon la maladie, les examens se porteront sur différents matériaux: squames de la peau, certaines parties des ongles ou des chevaux et si des organes internes sont infectés, on examinera aussi les expectorations, le sang ou le sérum, l'urine, le liquide céphalo-rachidien. Pour établir la preuve, on utilise des examens microscopiques, la culture des champignons et différentes méthodes de test (immunologiques ou relevant de la biologie moléculaire).

Thérapie

  • Il existe des médicaments efficaces (Antimycotiques) pour une application locale (poudre, solutions, produits désinfectants, pommades, suppositoires vaginaux), également sous forme de tablettes. Tous ces médicaments doivent être pris régulièrement et sur une durée suffisamment longue afin d'éviter les récidives. Si la peau est déjà guérie, il faudrait continuer le traitement au moins durant deux semaines afin de tuer les spores cachées – en cas de mycose des ongles, cela dure plus longtemps et il est parfois nécessaire d'enlever l'ongle malade. Pour le traitement local, on utilise à l'occasion un pansement, désigné sous le nom de pansement occlusif, surtout pour traiter une peau gravement et profondément atteinte.
  • En cas de mycose dans la région génitale, il est important que la thérapie s'applique en même temps au partenaire ou à la partenaire.
  • Le muguet du vagin à la fin d'une grossesse doit toujours être traité à cause du danger de graves infections chez le nouveau-né, dues au candida.
  • Une maladie de base (par ex. le diabète sucré) doit être traité en même temps.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.