0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Contusion et plaie cutanée

La contusion est due à un certain mécanisme accidentel, une violence externe à effet sourd, par exemple un coup, une pression, une chute ou le fait d’être coincé. De tels mécanismes sont à l’origine de multiples blessures quotidiennes à la maison, au travail ou durant les loisirs. Vu leur exposition, ce sont surtout les éléments de l’appareil moteur, les bras et les jambes, qui sont concernés. Après de tels accidents, la peau présente bien des traces de lésions, mais très souvent il n’y a pas de blessure ouverte sur la peau.

De nombreux symptômes se produisent suite aux lésions des organes situés en dessous comme la musculature, les nerfs, les vaisseaux sanguins. Dans la plupart des cas, il s’agit de lésions bénignes, mais un choc violent sur la tête ou le tronc peut provoquer des lésions graves dans le cerveau ou dans d’autres organes internes.

Symptômes et exemples de blessures

Une blessure telle qu’elle peut se produire quotidiennement peut être très douloureuse. La peau porte des marques de contusion et d’éraflures. La partie blessée enfle à cause de l’écoulement du sang et du liquide lymphatique, l’ecchymose située en dessous prend une couleur bleutée.

Selon la localisation de la blessure, on constate encore d’autres symptômes. C’est ainsi qu’une ecchymose du visage peut enfler et obturer un oeil, l’ecchymose sur un bras ou une jambe, en particulier près d’une articulation peut en empêcher ses mouvements, surtout si l’hématome se répand dans l’articulation.

Un léger réchauffement de la plaie tout de suite après l’accident indique que l’organisme accélère la vascularisation et que les processus de réparation ont démarré. Il faut en distinguer les réchauffements et les rougeurs qui surviennent après coup, car ce sont les signes d’une infection ou d’une inflammation plus profonde. Si la vascularisation est troublée à la suite d’une enflure ou d’une plus forte pression du tissu, des complications peuvent se manifester, par exemple une infection ou la nécrose de tissus avec formation de cicatrices étendues.

Les contusions de forte gravité (accidents de travail, de sport ou de la circulation) produisent souvent tout un spectre de blessures entraînant également la lésion de la peau:

  • Bras, jambes: fractures simples ou compliquées; déchirures des ligaments des articulations, thromboses dans les vaisseaux sanguins, hématomes importants, perte de fonctionnement des nerfs, etc.
  • Crâne: traumatismes crâniens, fractures, commotion cérébrale, lésions cervicales.
  • Cavité abdominale: Un coup sur le ventre peut provoquer une déchirure de la rate ou du foie et d’autres organes.
  • Thorax: Fractures des côtes et du sternum; l’écrasement des poumons, du coeur, etc.

Que peut-on faire?

  • Les contusions légères et superficielles guérissent d’habitude sans problème. Il faut ménager la partie du corps blessée et la refroidir le plus vite possible (Cold Pack, glace). Le froid a pour effet de rétrécir les vaisseaux sanguins et le sang coule plus difficilement dans les tissus. Le froid calme aussi la douleur.
  • En surélevant l’extrémité blessée et en comprimant l’endroit blessé, quand c’est possible, on peut empêcher l’augmentation de l’enflure ce qui favorise le processus de guérison.
  • Certains médicaments anti-inflammatoires avec effet décongestionnant peuvent accélérer le processus de guérison.
  • Eviter au cours des premiers jours les applications de chaleur et les massages, plus tard l’utilisation d’arnica ou de bains de fleurs de foin peuvent apporter du soulagement.
  • A la suite d’une nette amélioration, on peut recommencer à bouger de manière plus active.
  • Les blessures à la peau par déchirure risquent de faire des infections; il faut leur appliquer un pansement stérile et les montrer au médecin en cas de doute.
  • Vous trouverez de plus amples informations et remèdes de famille dans le livre „Du bon usage des remèdes de famille“ (ISBN 978-3-033-01335-3), que vous pouvez commander ici (145 pages).

Quand faut-il consulter?

Il faut aller chez le médecin:

  • Lorsque les douleurs augmentent malgré les premières mesures prises, si la rougeur de la plaie augmente et qu’elle est fortement surchauffée.
  • En cas de blessures ayant subi des salissures avec déchirure, contusion ou forte hémorragie.
  • En cas de contusion sur des parties sensibles (visage, articulations).
  • Lors d’un grand hématome, de tensions intenses et de douleurs dans la région de la blessure.
  • S’il est nécessaire de renouveler la vaccination contre le tétanos (contusions avec déchirure), c’est-à-dire si la dernière vaccination contre le tétanos remonte à 5 ans et plus.
  • Si les maux de tête persistent des jours et des semaines après un choc à la tête, en cas de troubles de la conscience, ce qui peut encore arriver des heures et des jours après l’accident.
  • En cas de déficiences fonctionnelles ayant pour signes une pâleur de la peau, absence de pouls, troubles de la sensibilité, paralysies.

Hémorragies répétées.

Si les hémorragies se produisent à plusieurs endroits en même temps ou à intervalles très courts, il peut s’agir d’un trouble de la coagulation sanguine qu’il faut absolument élucider. Les médicaments servant à „fluidifier le sang“ (les médicaments anticoagulants) peuvent également provoquer une tendance exagérée à saigner (coagulopathie).

Prévenir

  • A la maison: Faire attention aux doigts, aux bras, à la tête et aux pieds et éviter toute manoeuvre à risque comme le fait de mal placer une échelle ou d’utiliser des appareils inappropriés ou défectueux. Utiliser toujours des appareils sécurisés contre le glissement et ne pas vouloir en faire de trop en une fois et durant la même journée (par exemple faire les nettoyages de printemps en plusieurs étapes).
  • Dans le milieu professionnel: Pour les activités sujettes à accidents, il faut que les directives de la SUVA soient affichées et respectées.
  • Sport: savoir échelonner son entraînement, utiliser un équipement optimal et régulièrement entretenu et porter autant que possible des habits de protection.
    Faire des exercices d’échauffement pour récupérer et se détendre; ne jamais dépasser le seuil de fatigue. Choisir un terrain approprié; pas de sport si l’on souffre d’une maladie infectieuse aiguë.
  • Lors d’un premier entraînement intensif: Pour les personnes âgées et les malades chroniques, les patients souffrant de maladies cardio-vasculaires et de troubles du métabolisme, il est recommandé de passer un examen médical et de suivre les conseils du médecin.

Autres informations et adresses

SUVA siège principal
Fluhmattstrasse 1
6002 Lucerne
Tél: 0848 830 830 ou 041 419 51 11

Fax:
0848 830 831 ou 041 419 58 28

www.suva.ch/fr
Ici vous trouverez les adresses des agences proches de votre domicile.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.