0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Psoriasis

 Le psoriasis fait partie des maladies de la peau les plus fréquentes. En Europe ce sont entre 1 et 3% de la population qui en souffrent, moins dans les pays du sud que dans les pays nordiques. La maladie se caractérise par deux éléments typiques: les écailles et les squames qui apparaissent sur la peau et qui ressemblent aux affections dues à la mycose. Des troubles du métabolisme et des réactions inflammatoires sur la peau font en sorte que la kératinisation des couches supérieures de la peau se fait de façon précipitée, en formant de très nombreuses écailles. Alors que la peau d'une personne saine se renouvelle tous les 25 à 30 jours, en cas de psoriasis ce processus se déroule quatre fois plus vite.

La maladie peut se manifester à chaque âge de la vie, mais dans plus de la moitié des cas, elle débute avant la quarantaine (psoriasis de type I, «à début précoce») avec un pic de fréquence au cours de la deuxième décennie de la vie. Le psoriasis de type II («à début tardif») est plus rare, avec une première apparition après la quarantaine. On a constaté une fréquence familiale en particulier chez le type I.

Le psoriasis
n'est pas contagieux. Malgré cela la maladie a été jadis comparé à la lèpre et même de nos jours il arrive que des personnes souffrant de psoriasis soient stigmatisées à cause de l'aspect cosmétique des changements de la peau.

Terminologie

Maladie auto-immune:

Elle se manifeste quand le système immunitaire endommage des tissus de son propre organisme. Il se forme ce qu’on appelle des auto-anticorps.

Maladie systémique:

Ce terme s’utilise lorsque des processus maladifs touchent soit un seul soit au contraire plusieurs systèmes organiques différents (peau, tissu conjonctif, système immunitaire ou système d’élaboration du sang, etc.). Dans tous les cas ces processus concernent une grande partie de l’organisme.

Plaques:

En liaison avec le psoriasis, il s'agit de taches cutanées, d'une brillance argentée, sur un fond rougie et enflammé.

Causes et facteurs de risque

On suppose que le psoriasis est une maladie auto-immune, d'origine génétique, plus exactement une maladie auto-immune systémique, car, en dehors de la peau, ce sont encore d'autres tissus et d'autres organes qui sont concernés. La composante génétique est connue de longue date, les détails des processus héréditaires ne sont pas encore élucidés. Une grande influence relève de la descendance ethnique. L'évolution est caractérisée par des processus immunologiques, individuellement très différents.

L'éruption ou l'aggravation d'un psoriasis est liée à de multiples facteurs déclencheurs dont les plus importants sont:

  • Les maladies infectieuses en particulier par les streptocoques (une certaine catégorie de bactéries), par ex. après une angine, une scarlatine, une otite ou dans le cadre du SIDA
  • Médicaments: Des bêtabloquants (médicaments contre les maladies cardiovasculaires), des préparations à base de lithium (pour le traitement des maladies psychiques) ainsi que les remèdes contre le paludisme ou malaria (chloroquine). Ont également un effet défavorable les inhibiteurs ACE (autre groupe de médicaments pour le coeur), certains remèdes antirhumatismaux et certains antibiotiques (tétracycline) ainsi que les médicaments contre les champignons ou les virus.
  • Lésions localisées de la peau dues à des effets physiques: par ex. une irritation mécanique, comme les frottements, la pression, mais aussi des brûlures, le fait de s'échauder, les coups de soleil, les coupures, les morsures; les plaies dues au grattage et aux opérations, le tatouage, les vaccinations, l'acuponcture. Il arrive même parfois qu'un psoriasis s'aggrave suite à une photothérapie.
  • Influences psychiques: le stress sous toutes ses formes.
  • Autres affections, par ex. des troubles du métabolisme, l'eczéma et quelques autres maladies de la peau; à cela il faut ajouter des variations hormonales.
  • Les conditions de l'environnement ont probablement aussi une influence, mais cette dernière semble moindre que pour les autres maladies auto-immunes.

Le tableau clinique

L'évolution et les endroits où se manifeste la maladie sont très variés selon les individus et un pronostic est de ce fait souvent difficile à faire. On sait cependant que le psoriasis de type I connaît une évolution plus grave, car il concerne des parties du corps plus grandes et connaît davantage de récidives que le type tardif (type II). Il s'agit en plus d'une maladie chronique avec une évolution par crise et par accès, les changements de la peau sont parfois plus violents et alternent avec des phases d'amélioration ou même d'absence de troubles.
Il existe des échelles pour indiquer le degré de gravité; elles tiennent compte de la surface des changements psoriasiques de la peau, mais aussi de la gravité de l'inflammation et de la desquamation. Si plus de 10% de la surface du corps sont concernés, la maladie est considérée comme étant grave.

Éruption cutanée: Elle se distingue selon la manifestation plus ou moins nettement. Les éléments constants sont des régions de la peau circonscrites, rouges, rêches et d'un reflet superficiel argenté avec des écailles jaunâtres qui adhèrent fortement aux façes d’extension des coudes et des genoux, aux avant-bras, aux mains (en particulier l'articulation des doigts) et aux pieds, en plus dans le cuir chevelu et dans la région ombilicale et du coccyx.
En cas d'infestation de grande étendue, les régions concernées peuvent présenter des formes de guirlande ou de cercles.

  • Caractéristiques: En les grattant avec une spatule en bois, les écailles jaunâtres deviennent blanches („phénomène de la cire de cierge“). Quand elles sont entièrement enlevées, une fine peau apparaît („phénomène de la dernière petite peau“). Sa persistance et le fait que l'on puisse la détacher confirment le diagnostic du psoriasis. Sous la petite peau détachée, on distingue des points de saignement („phénomène de la rosée sanglante“).
  • Démangeaison: Environ un tiers des personnes concernées en souffre, mais elle est rarement si virulente qu'elle oblige les personnes de se gratter.
  • Modification des ongles: l’onychopathie psoriasique. La croissance des ongles est accélérée. Environ la moitié des personnes ressentent une modification des ongles. Ce sont pour la plupart des ongles piquetés (aspect de dé à coudre) et/ou une coloration brune-jaunâtre. Il peut s'y ajouter des taches d'huile ou des sillons brunâtres et l'effritement de l'ongle. Le lit d'ongle à l'avant est souvent enflé. Chez lez enfants, l'affection de l'ongle est plus rare, mais il est particulièrement typique chez les adultes, chez lesquels on constate en même temps une arthrite psoriasique (voir plus loin).
  • Douleurs articulaires: 5 à 20% des personnes souffrant de psoriasis ont en même temps des douleurs articulaires chroniques et des enflures (arthrite psoriasique), qui se manifestent aussi bien aux doigts qu'aux articulations plus grandes (genou, hanche) et même à la colonne vertébrale. Il s'agit d'une inflammation chronique, qui évolue, comme le psoriasis, en crises successives avec des pauses spontanées qui durent plus longtemps.
  • La souffrance psychique peut être très élevée: un sentiment d'exclusion, de la honte, de la déception à cause d'une récidive ou à cause d'une thérapie défectueuse, des dépressions, parfois même des idées de suicide.

Après un traitement adéquat, il ne reste souvent pas de traces cutanées ou seulement quelques unes, de manière très limitée. Quand même, d'après les connaissances actuelles, il n'existe pas encore de guérison totale de cette maladie. Il est vrai que le psoriasis disparaît chez certaines personnes après une seule apparition.

Complications

  • Des parties modifiées par la maladie peuvent s'infecter par des bactéries ou des champignons, surtout par des levures. Cela se produit de préférence dans les régions intertrigineuses (voir plus loin) et en cas de faiblesse immunitaire et d'érythrodermie psoriasique. On voit apparaitre dans ce cas des endroits humides, de la surchauffe et des douleurs.
  • L'affection grave de la paume des mains et de la plante des pieds peut être suivie de handicaps sérieux.

Maladies associées

En comparaison avec le reste de la population, il est très fréquent que l'on constate avec le psoriasis des affections du système cardio-vasculaire ou leurs facteurs de risque, en particulier de l'hypertonie et une insuffisance cardiaque, du surpoids et du diabète. Les examens ont montré que le risque de subir un infarctus est deux à trois fois plus élevé en cas de psoriasis grave. Également la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire et chronique des intestins est souvent associée au psoriasis.

Différentes formes

En ce qui concerne les différentes formes de manifestation, une classification uniforme ne s'est pas encore imposée jusqu'à présent, mais voici une classification possible.

Psoriasis vulgaris

Le psoriasis „habituel“ est la forme la plus fréquente et les symptômes correspondent à ce qui a été décrit plus haut. Mais on peut encore distinguer d'autres formes parmi d'autres:

  • Psoriasis en gouttes: des plaques de la grosseur d'une lentille, rouges, légèrement squameuse ou des gouttes (en latin: guttae, d'où le nom), répartis sur tout le corps. Cette forme se rencontre très fréquemment en liaison avec des facteurs déclencheurs en particulier avec des infections aux streptocoques et des prises de certains médicaments.
  • Psoriasis de certaines localisations: P. des mains (P. palmaire) ou de la plante des pieds (P. plantaire), psoriasis unguéale (voir plus loin) ou sur le cuir chevelu et dans les plis du corps (P. intertrigineux). Chez ce dernier, les grands plis du corps (axillaires, inguinaux, inter-fessiers, etc.) sont d'un rouge vif, mais ne sont pas squameux.
  • Psoriasis érythrodermique: Il s'agit de la forme la plus grave accompagnée de nombreux troubles. La quasi-totalité du système tégumentaire est rouge et enflammée, avec différentes formes squameuses. Lorsque des surfaces importantes de la peau, affectées par la maladie subissent une infection bactérienne, le patient souffre de frissons et de fièvre; si les bactéries pénètrent dans le sang, il se produit une septicémie avec danger de mort.

Psoriasis pustuleux

Pustules remplies d'un liquide stérile, non infectieux.

Arthrite psoriasique

Affection des articulations (voir plus haut).

Que peut-on faire? – Prévenir

  • Soins de la peau: Un traitement prudent pour détacher les écailles (voir sous thérapie) et des soins de la peau favorisent le processus de guérison. On peut obtenir des sets complets, développés spécialement pour les patients psoriasiques. Les soins avec des pommades lipophiles demandent du temps, mais ils sont extrêmement importants.
  • Ongles (onychopathie psoriasique): couper soigneusement les ongles, les entretenir régulièrement, appliquer de la crème sur les ongles et la peau qui les entourent.
  • Lumière du soleil et eau salée font la plupart du temps du bien à la peau, il est donc recommandé de faire des séjours à la mer.
  • Les exercices de relaxation (prophylaxie du stress) et l'entraînement à être plus sûr de soi peuvent favoriser l'évolution de manière positive.
  • S'observer: déceler les facteurs déclencheurs et les éviter. En cas de prédisposition à la maladie (fréquence familiale), il faut faire très attention aux effets des médicaments (voir sous cause).
  • Éviter les irritations: A côté des effets physiques mentionnés (voir sous causes) les douches et les bains trop fréquents irritent la peau, de même qu'un séjour prolongé dans des locaux surchauffés.

Quand faut-il consulter?

Une consultation chez le médecin est indiquée lors de la première apparition de signes psoriasiques, mais également en cas d'une importante aggravation ou de complications

Diagnostic

Il est réalisé en tenant compte des phénomènes décrits plus haut, si nécessaire, le diagnostic sera corroboré par des examens au microscope d’un échantillon de peau.

Thérapie

Les processus adaptés seront réalisés individuellement en tenant compte de l'état de santé actuel.

  • Une forme légère (qui concerne la majorité des malades) peut être traitée avec des remèdes à usage externe, soutenue le cas échéant par la photothérapie (voir plus loin). Il s'agit tout d'abord de détacher les squames avec des produits qui contiennent de l'urée, des acides salicyliques, de l'acide lactique ou du soufre. Cela permet également d'améliorer la pénétration des substances de soin que l'on frictionne (des préparations à la vitamine D ou ses dérivés, rétinoide, Tacrolimus etc.). Des pommades à la cortisone sont également utilisées, mais seulement sur une courte durée.
    Les préparations contenant de l'acide salicylique ne doivent pas être utilisée sur de grandes surfaces de la peau chez les enfants de moins de 12 ans, à cause des effets secondaires graves, toujours possibles.
  • La photothérapie est utilisée en particulier en cas de psoriasis de gravité moyenne à forte, la plupart du temps de la lumière UVB, de nos jours souvent à l'aide de la technique du laser.
  • L'expérience a montrée qu'une combinaison de bains dans de l'eau à forte contenance de sel avec la photothérapie (thérapie Sole-Photo) a une influence favorable.
  • Dans les formes les plus graves ou lorsque la thérapie locale (pommades et photothérapie) n'obtient pas de résultats satisfaisants, mais aussi en cas d'arthrite psoriasique, on prescrit en plus des médicaments à prise buccale.
  • L'érythrodermie psoriasique requiert la plupart du temps un traitement à l'hôpital.
  • Un accompagnement médical et le contrôle de la thérapie par le spécialiste ou le médecin de famille est indispensable, car certains des médicaments mentionnés peuvent avoir en partie d'importants effets secondaires.

Autres informations, adresses

  • Fondation KOSCH
    Coordination et promotion des groupes d'entraide en Suisse
    Laufenstrasse 12
    4053 Bâle
    061/333 86 01
    www.kosch.ch

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.