0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Rachitisme, Ostéomalacie, Carence en vitamine D

Digression: Ostéomalacie juvénile, Maladie anglaise

Le rachitisme est une affection des os chez l’enfant. Dû à un apport insuffisant en vitamine D, il touche non seulement le squelette, mais aussi le développement des dents.
Chez les adultes, une sérieuse carence en vitamine D peut entraîner l’ostéomalacie, soit une décalcification des os déjà formés. Comme dans les cas d’ostéoporose, l’os se déminéralise et devient mou.

Le rachitisme est une affection des os chez l’enfant due à une carence en vitamine D. Celle-ci est principalement synthétisée à travers la peau avec la lumière du soleil (rayons UV). Seule une petite quantité provient de l’alimentation. La vitamine D régule le taux de calcium et de phosphate dans le sang et permet de fixer ces minéraux sur les os (minéralisation osseuse). C’est donc elle qui permet de durcir et de stabiliser la substance des os, d’abord molle chez le nourrisson.

En cas de carence en vitamine D, les os restent mous, ce qui donne lieu à des déformations osseuses irréversibles. Le rachitisme n’affecte pas que les os, mais perturbe aussi le développement et la minéralisation des dents.

Aujourd’hui, grâce à la prophylaxie globale par la vitamine D dans la première année de vie, les cas de rachitisme sont rares. De même, les causes du rachitisme telles que le manque de lumière ou la malnutrition sont peu fréquentes à l’heure actuelle. Toutefois, la présence d’une autre maladie à l’origine de carences nutritionnelles (maladies chroniques de l’intestin p. ex.) peut aussi provoquer le rachitisme. Dans les pays en voie de développement, où l’on ne procède à aucune prophylaxie adéquate par la vitamine D, le rachitisme est encore assez courant.

Chez l’adulte, une carence en vitamine D ramollit aussi les os. On parle alors d’ostéomalacie. Tout comme pour l’ostéoporose (déminéralisation osseuse), les os, déjà formés, se déminéralisent et deviennent mous. Les personnes concernées souffrent de douleurs osseuses diffuses qui sont souvent prises à tort pour des rhumatismes.

Terminologie

Crises convulsives:

Une crise convulsive est une contraction forte et involontaire de groupes de muscles de l’organisme résultant d’une décharge spontanée de neurones cérébraux. Elle peut être due à une lésion du tissu cérébral (attaque cérébrale, blessures à la tête, empoisonnements, inflammations).

Causes et facteurs de risque

Le rachitisme chez l’enfant est généralement dû à une carence en vitamine D.
La vitamine D est nécessaire pour fixer les éléments minéraux tels que le calcium et le phosphate dans les os et durcir et stabiliser (soit minéraliser) les os du bébé, qui sont encore mous.

En cas de carence en vitamine D, les os restent mous et peuvent se déformer ; on parle alors de rachitisme.

La vitamine D est principalement synthétisée à travers la peau avec la lumière du soleil. Seule une petite partie provient de l’alimentation.

Le lait maternel contient très peu de vitamine D. La quantité donnée au bébé lors de l’allaitement est insuffisante, et un excès de lumière du soleil est mauvais pour le bébé.

C’est pourquoi la prophylaxie par la vitamine D a été introduite jusqu’à la troisième année ; ainsi, le rachitisme est très rare aujourd’hui dans les pays industrialisés, et on l’observe par exemple dans des cas de maladies chroniques de l’intestin.

Le rachitisme reste toutefois très fréquent dans les pays en voie de développement.

Dans des cas graves, une carence en vitamine D chez l’adulte peut entraîner l’ostéomalacie, l’équivalent du rachitisme des enfants.
Il s’agit d’une déminéralisation osseuse, un ramollissement des os déjà formés. Les personnes concernées se plaignent souvent de douleurs osseuses, qui sont souvent prises à tort pour des rhumatismes.

Les carences en vitamine D sont fréquentes sous nos latitudes : en effet, nous passons beaucoup de temps à l’intérieur, et le soleil brille trop rarement et trop faiblement de l’automne au printemps.

En été, on se protège avec de la crème solaire, qui est très importante mais qui empêche la synthèse de la vitamine D.

Facteurs de risque de carence en vitamine D :

  • Nous n’exposons que 5 % environ de notre peau au soleil.
  • En hiver, en Europe, de novembre à mai, notre peau ne produit pratiquement pas de vitamine D.
  • Les sources de vitamine D dans l’alimentation sont rares.
  • La crème solaire empêche la peau de produire de la vitamine D.
  • Le surpoids accroît les besoins en vitamine D.
  • L’âge: la peau d’une personne âgée produit environ quatre fois moins de vitamine D que celle d’une personne jeune.

Le tableau clinique

Symptômes du rachitisme chez l’enfant

Parmi les symptômes typiques du rachitisme chez le nourrisson, on trouve :

  • Des os mous, « malléables » à l’arrière de la tête
  • Retard de fermeture des fontanelles
  • Chapelet rachitique : gonflement visible des jonctions entre les côtes et le sternum, qui ressemble à un collier de perles.
  • La carence en calcium provoque l’augmentation de l’excitabilité des muscles, ce qui peut être source de courbatures.
    Selon la gravité et la durée du rachitisme, on observe aussi :
  • des malformations irréversibles (genu varum ou jambes arquées, « crâne carré », scoliose)
  • une perturbation de la formation des dents : retard de la dentition, altération de l’émail et prédisposition plus élevée aux caries.

Symptômes de l’ostéomalacie chez l’adulte

Chez l’adulte, la croissance osseuse est terminée. Cependant, une déminéralisation des os se produit tout au long de la vie.Normalement, la déminéralisation et la minéralisation des os s’équilibrent. S’il y a toutefois une carence en vitamine D, la substance osseuse qui se forme est trop molle du fait du défaut de minéralisation.

Les troubles suivants sont typiques de l’ostéomalacie:

  • Au début : douleurs osseuses diffuses selon les efforts effectués à tous les endroits du squelette (tout particulièrement au niveau de la colonne vertébrale, du bassin et des cuisses).
  • Plus tard : s’ajoutent hypotonie musculaire, grande fatigabilité et déformations des os
  • Fractures de fatigue : la fragilité accrue des os mous peut entraîner des fractures osseuses spontanées sans cause accidentelle directe. En règle générale, ce sont plutôt les petits os qui sont touchés, comme le tarse ou les os de la colonne vertébrale (fracture de vertèbre).

Une carence en vitamine D peut aussi entraîner des maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque), du diabète et des infections.

Que peut-on faire? – Prévenir

Recommandations générales pour un apport suffisant en vitamine D (d’après l’Office fédéral de la santé publique, OFSP, 2012) :

  • Il est en principe recommandé de passer régulièrement du temps en plein air et d’y effectuer des activités physiques. Attention : tenir compte des recommandations à propos de la protection solaire.
  • En cas de prise de suppléments en vitamine D, veiller à une application et à un dosage corrects (la notice et les spécialistes sont là pour vous fournir les informations nécessaires).
  • Éviter de prendre trop de vitamine D ; la vitamine D consommée ne doit pas provenir en même temps de plusieurs sources (compléments alimentaires, suppléments).
  • Veiller à une alimentation saine, variée et équilibrée, qui corresponde à la pyramide alimentaire suisse.
  • Par ailleurs, en été (de juin à septembre), les personnes en bonne santé entre 3 et 60 ans qui sont régulièrement dehors n’ont pas besoin de prendre de suppléments en vitamine D. Durant cette période, la peau est normalement assez exposée pour produire suffisamment de vitamine D. En hiver par contre, la production propre de vitamine D ne suffit souvent pas à couvrir les besoins. L’apport en vitamine D doit donc être assuré, aussi bien par le biais de l’alimentation que par des compléments alimentaires ou suppléments en vitamine D. Les poissons gras tels que le saumon, le hareng ou les maquereaux, le foie, le beurre, le lait entier, le fromage, les œufs ainsi que les aliments enrichis en vitamine D, comme le lait et les produits laitiers, sont des sources de vitamine D.
  • Quelle que soit la saison, les personnes à risque ont besoin d’un complément en vitamine D sous forme de gouttes ou de comprimés. Les sujets qui ne s’exposent pas assez au soleil (qui travaillent la nuit p. ex.) ainsi que les personnes âgées sont tout particulièrement concernés.

Thérapie

Les recommandations actuelles relatives à la vitamine D varient selon les catégories de la population (OFSP, état en mars 2012) :

  • Nourrissons jusqu’à un an : apport en vitamine D recommandé (de préférence sous forme de gouttes) : 400 UI par jour (= 10 µg/jour) ; UI = unités internationales)
  • Enfants entre 2 et 3 ans, personnes entre 3 et 60 ans
  • Femmes enceintes ou qui allaitent : 600 UI par jour (= 15 µg/jour)
  • Personnes de plus de 60 ans : 800 UI par jour (= 20 µg/jour)

Quand faut-il consulter?

Si vous observez chez votre enfant ou chez vous-même des symptômes de rachitisme, d’ostéomalacie ou de carence en vitamine D, veuillez vous adresser à votre médecin.

Autres informations et adresses

Auteurs: Dr. med. H. Ganguillet

mis à jour:  04.04.2017

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.