0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
Lu-Ve 8-18 heures  
 
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Troubles du sommeil

Tout le monde a déjà passé une nuit sans pouvoir dormir. Les vrais problèmes surgissent avec les troubles persistants et chroniques du sommeil de la nuit. Les troubles du sommeil sont d’origine diverse: affections corporelles, douleurs, ennuis psychiques, problèmes qui vous poursuivent durant la nuit, dérangements venant de l’extérieur en perturbant le rythme du sommeil comme les horaires de travail irréguliers, le bruit ou un excès de lumière.
En dehors de la durée du sommeil, c’est souvent la qualité du sommeil qui est perturbée. Il s’ensuit une fatigue chronique, une faiblesse de concentration, une diminution de la performance et d’autres troubles. A cela s’ajoute le danger de la dépendance vis-à-vis des somnifères.

Les causes et les différentes formes

Les troubles du sommeil peuvent se manifester comme une impossibilité à pouvoir vite s’endormir le soir (troubles de l’endormissement) ou par des réveils nocturnes fréquents (troubles de la continuité du sommeil), souvent lié à la difficulté de pouvoir s’endormir à nouveau. On pense que parfois des facteurs héréditaires en sont également responsables.

Les troubles de l’endormissement

Ils ont souvent pour cause des facteurs extérieurs ou une activité psychique persistante comme par exemple:

  • Le bruit, une lumière trop vive, une température trop élevée.
  • Des situations de stress, le fait de ruminer, de continuer à se creuser la tête, ne pas pouvoir se „déconnecter“.
  • Le syndrome des jambes sans repos (des impatiences nocturnes).
  • La peur de passer de nouveau une nuit sans sommeil.
  • Les personnes alitées ou corporellement inactives ne sont pas suffisamment fatiguées le soir pour pouvoir s’endormir, c’est un cas fréquent chez les patients hospitalisés.

Les troubles de la continuité du sommeil

  • Douleurs, affections fébriles, maladies cardio-vasculaires ou autres maladies organiques.
  • Une envie d’uriner pendant la nuit.
  • Des accès de migraine pouvant aller jusqu’à réveiller la personne.
  • Des effets secondaires de médicaments ou autres produits ou aliments. Une forte consommation d’alcool avant d’aller au lit.
  • L’apnée du sommeil.
  • Le changement de fuseau horaire („Jet lag“) ou le travail en trois-huit.
  • Les cauchemars, le somnambulisme, les maladies psychiques. Les personnes souffrant de dépressions se réveillent souvent très tôt le matin et ne peuvent plus se rendormir, ils tombent dans leur phase matinale la plus déprimée.
  • Un âge très avancé.

La narcolepsie, une forme spéciale d’épilepsie, est également classée parmi les troubles du sommeil. Les personnes concernées s’endorment tout à coup pendant quelques minutes ou quelques heures, même pendant la journée. Les courtes pauses ou temps d’attente, par exemple devant un feu rouge ou dans la salle d’attente du médecin favorisent l’apparition de telles attaques de sommeil.

 

Que peut-on faire? – Prévenir

Comme pour les repas, le sommeil a besoin de se conformer à un certain rythme. Il est plus judicieux d’aller au lit et de se lever à peu près à la même heure que de le faire à des heures irrégulières ou d’attendre que l’on s’endorme devant la télévision. Il est vrai que certaines personnes exagèrent leur besoin de sommeil. Vers le milieu de la vie, 6 à 7 heures suffisent aux personnes en bonne santé, avec l’âge la durée de sommeil nocturne diminue parfois. Une sieste ou simplement le fait de somnoler en fin d’après-midi chasse la fatigue du soir et peut empêcher l’endormissement.

On peut prendre de nombreuses mesures pour combattre les troubles du sommeil et se procurer un sommeil réparateur.

Il faut éviter ce qui suit:

  • Des repas lourds, des boissons stimulantes (café, cola) pris à une heure tardive.
  • L’alcool n’empêche pas de s’endormir, mais provoque des troubles du sommeil typiques aux réveils fréquents durant la nuit. La bière remplit l’estomac et donne envie d’aller aux toilettes, il vaut donc mieux y renoncer.
  • Les émotions du soir dont font partie les discussions un peu vives et désagréables et les films trop excitants.
  • Des bains trop chauds, juste avant d’aller dormir, à cause de leur effet stimulant.
  • La prise régulière de somnifères. Ils ne permettent pas d’éliminer à la longue les vrais problèmes.

Quelques éléments qui permettent de mieux s’endormir

  • Une petite promenade du soir, de la gymnastique et du sport.
  • Des exercices de détente comme le training autogène ou la relaxation progressive des muscles (tendre et détendre les muscles).
  • Consigner les événements gênants dans un journal afin d’essayer de les „déposer“, car le fait de continuer à remuer les problèmes chasse le sommeil.
  • Plonger les bras dans de l’eau fraîche ou prendre un bain frais (de l’eau jusqu’au ventre), se contenter d’essuyer son corps très sommairement et se recoucher. Le froid va stimuler la vascularisation, on ressent de la chaleur ce qui calme et donne envie de dormir. Certaines personnes réagissent mieux en plongeant les bras dans un bain à la température du corps. Il faut essayer les deux variantes.
  • Pour s’endormir, il faut garder la tête froide et les pieds bien au chaud. Bouillotte et chaussons augmentent la circulation sanguine et produisent une agréable chaleur.
  • Une chambre à coucher bien aérée, fraîche et calme ainsi qu’un matelas pas trop mou.
  • Boire du lait chaud avec crème d’amande, ajouter un peu de miel et épicer avec une pointe de safran. Alternative: du lait chaud avec du sucre ou du miel avant d’aller au lit.
  • Les tisanes de fleurs d’oranger, de mélisse, de camomille, de lavande ou de fleurs de houblon ou le mélange de ces différentes herbes ont un effet calmant.
  • Quelques gouttes de valériane ou une cuiller à l’eau de mélisse diluée dans un peu d’eau tiède.
  • Un coussin garni d’herbe: le remplir de racines de valériane, de houblon, de camomille, de mélisse, de serpolet, de sauge.
  • Un verre de vin rouge pris le soir peut faire du bien. Par contre trop d’alcool provoque des troubles du sommeil et une envie d’aller aux toilettes pendant la nuit.

Et si le sommeil ne veut absolument pas venir

Se lever, lire un peu, ne pas allumer la télévision. Une nuit avec peu de sommeil ne laisse que peu de fatigue durant la journée. Cela vaut mieux que de prendre un somnifère au cours de la deuxième moitié de la nuit et subir le lendemain un „Hangover“ (une gueule de bois).

Il faudrait éviter de prendre des somnifères sur une longue durée, car ils diminuent l’attention et la présence d’esprit nécessaire pour conduire une voiture tout en provoquant une véritable dépendance. L’accumulation de substances chimiques peut en plus provoquer de la fatigue durant la journée.

Certaines substances (Benzodiazépine), contenues dans de nombreuses tablettes cachent un important potentiel de dépendance avec des apparitions de manque lorsqu’on arrête le médicament. En cas de prise quotidienne, on court en plus le danger d’une accumulation de substances chimiques dans l’organisme.

 

Quand faut-il consulter?

Il faut consulter le médecin lorsqu’on se sent continuellement fatigué et abattu durant la journée, il se peut que l’origine en soit une maladie organique (par exemple une affection de la glande thyroïde), l’apnée du sommeil ou une dépression. Les causes de troubles chroniques peuvent faire l’objet de recherches menées par un laboratoire du sommeil.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.