0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Épicondylite, Tennis elbow

L’épicondylite désigne un état douloureux siégeant sur le côté extérieur du coude. Un groupe de muscles qui permet de tendre l’articulation de la main et les doigts prend son origine à cet endroit. Comme le dit bien le nom tennis elbow, cet état désagréable peut effectivement venir du tennis. Mais l’origine vient au moins aussi fréquemment d’autres sollicitations physiques, comme jouer d’un instrument de musique, du repassage ou de la dactylographie et du travail devant un ordinateur.

Bien plus rarement l’épicondylite se manifeste sur le côté intérieur du coude, on parle alors du coude du golfeur. Les muscles ou les tendons qui y sont mis à contribution sont ceux qui permettent à l’articulation de la main et aux doigts de se plier.

Causes et facteurs de risque

Des efforts mécaniques répétés du bras provoquent ces affections que l’on peut classer parmi les rhumatismes des parties molles. Une mise à contribution régulière, uniforme et saccadée du bras entraîne des distensions et des micro-traumatismes. Il se produit une inflammation locale au coude et tout le long des muscles de l’avant-bras. On ne s’explique pas pourquoi certaines personnes en sont affectées et d’autres pas.

Symptômes

  • Le principal symptôme est la douleur provoquée par les mouvements. Elle se manifeste quand on bouge le coude, surtout en tournant l’avant bras, en faisant le poing, en voulant saisir ou soulever un objet ou en donnant la main. Parfois la douleur se situe également dans la musculature qui permet de tendre l’avant-bras
  • Douleur à la pression: Le fait de toucher la partie sensible augmente la douleur.
  • Douleur permanente, douleur au repos, même la nuit.
  • Rougeur, surchauffe et gonflement de la peau: ces symptômes se manifestent souvent suite à des essais de traitement inadaptés comme le fait de frotter ou de masser la partie douloureuse.
  • Parfois des troubles de la sensation ou des fourmillements dans l’avant-bras.

Que peut-on faire?

  • La mesure la plus importante consiste à éviter le surmenage; elle est aussi la seule qui permet de combattre directement la cause.
  • Pour atténuer très vite la douleur, il suffit de maintenir le bras au repos, le cas échéant, de le mettre en écharpe.
  • Application prudente d’une pommade anti-inflammatoire (par ex. le Voltaren-Gel®) ou de sprays et d’enveloppements rafraîchissants.
  • Certaines mesures doivent être évitées, surtout si elles provoquent une irritation à l’endroit douloureux, par ex. des massages, des tapotages et autres triturations; elles sont plutôt néfastes.

Quand faut-il consulter?

Si l’état désagréable ne disparaît pas après l’élimination des facteurs qui le déclenchent, il existe plusieurs possibilités de traitement conservateur dont l’efficacité et l’application sont controversées et différemment appliquées par les spécialistes.

  • L’injection à l’endroit douloureux du coude d’un médicament anti-inflammatoire. L’effet est immédiat, mais ne dure que peu de temps.
  • Mise au repos de l’articulation à l’aide d’une attelle légère en plastique.
  • Bandage élastique en dessous du coude (bandage, bracelet ou coudière anti-épicondylite).
  • Thérapie physique: gymnastique curative et différentes formes d’électrothérapie, d’ultrasons, de thérapie par ondes de choc (SWT).
  • Les méthodes de la médecine alternative: acuponcture, ostéopathie, etc.

Mesures chirurgicales: Elles interviennent en dernière analyse et ont pour but de réduire la tension musculaire ou la sensibilité à la douleur; elles se pratiquent en mode ambulatoire. Leur succès est incertain. Les récidives sont malheureusement fréquentes.

Il est en principe nécessaire, quel que soit le traitement, de recommencer prudemment avec un programme d’exercices physiques bien contrôlé.

Prévenir

  • Une place de travail ergonomique.
  • Veiller à s'asseoir correctement; respecter les temps de pause.
  • Éviter les courants d’air.
  • Sport: Veiller à un déroulement harmonieux, s’il le faut, adapter la technique. Si la situation devient plus grave, il vaut mieux choisir un autre sport.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.