0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Thrombose, phlébite et thrombophlébite

On entend par thrombus un caillot sanguin qui se forme sur la paroi interne d’un vaisseau sanguin, plus rarement du coeur. Le procédé débute avec la formation d’agrégats de plaquettes sur lesquels se déposent des protéides coagulants. La couche de sang coagulé ainsi formée, le thrombus, rétrécit la lumière du vaisseau ou l’obstrue complètement. Ce processus s’appelle thrombose.
Les thromboses se forment de préférence dans les veines des jambes et du bassin. En cas de calcification des artères (artériosclérose) et de troubles du rythme cardiaque, il peut se former de la même manière des thrombus dans le coeur et dans les artères.

Un thrombus récent se distingue par trois caractéristiques:

  • Il grandit, en effet d’autres couches de particules sanguines continuent à s’y installer dans le sens de la circulation sanguine.
  • Il n’a pas de consistance solide, mais a tendance à „s’effriter“. Lorsqu’un thrombus se détache en partie ou entièrement de l’endroit où il s’est formé, il se met à migrer avec la circulation sanguine, il devient un embole. Ce dernier finit par rester coincé dans un vaisseau sanguin plus étroit – très souvent dans un embranchement de vaisseaux sanguins – où il interrompt le flux sanguin qui approvisionne un organe ou un tissu. Cet accident s’appelle embolie, une des complications redoutée et grave commune à toutes les thromboses.
  • Il est la cause d’une irritation inflammatoire dans une veine.

Terminologie

Embolus ou embole:

Un thrombus qui s’est détaché et qui est véhiculé par la circulation sanguine. Dans un sens plus large, tout corps étranger qui se trouve dans le flux sanguin est un embole, voir sous embolie.

Embolie:

Oblitération brusque d’un vaisseau par un caillot sanguin.

Embolie veineuse:

L’embolie pulmonaire en est l’exemple. Le thrombus se forme dans une veine de la jambe ou du bassin.

Embolie artérielle:

Le thrombus se forme dans le coeur; une fois détaché, il est emporté vers une artère du cerveau, vers une artère d’organes internes, du bras et de la jambe.

Thrombus:

Un caillot sanguin qui se forme sur la paroi interne d’un vaisseau sanguin ou du coeur. Le thrombus peut immédiatement interrompre la circulation sanguine, mais peut aussi se détacher de l’endroit où il s’est formé et migrer avec le flux sanguin.

Thrombophlébite:

inflammation d’une veine suite à une thrombose.

Causes et facteurs de risque

Normalement le sang ne se coagule pas dans les vaisseaux sanguins et dans le coeur. Parmi les conditions qui favorisent la thrombose, on peut citer les troubles de la circulation sanguine, une altération de la paroi interne des veines, des artères ou du coeur ou une formation accrue de facteurs coagulants.

  • Ralentissement local ou arrêt de la circulation sanguine
    • Lorsqu’il se produit dans les veines, c’est souvent dû à une surcharge pondérale et à un manque de mouvements et d’exercices physiques, par exemple quand quelqu’un est alité, en cas de maladie grave, après des opérations. D’autres facteurs sont (souvent) les varices, la paralysie des extrémités, le fait de porter un plâtre, d’être longtemps assis, de souffrir d’une faiblesse cardiaque (insuffisance cardiaque), d’anévrismes.
      Le fait d’être longtemps assis sans bouger lors de vol sur de longues distances peut provoquer des thromboses dans les veines des jambes et du bassin et une embolie pulmonaire – même une fois le vol achevé. Cet événement est tellement typique qu’on a forgé pour le désigner l’expression de „syndrome de la classe économique“. En présence de facteurs de risque, il faut envisager avec le médecin une prophylaxie à base d’anticoagulants.
    • Dans le coeur, le sang peut se bloquer dans les oreillettes et y créer des thromboses, lorsque les oreillettes ne se contractent plus correctement, par exemple en cas de fibrillation auriculaire.
  • Altération des parois des vaisseaux sanguins et de la tunique interne du coeur ou endocarde: L’altération directe de la paroi interne favorisant l’apparition d’une thrombose peut se former.
    • Dans les veines suite aux injections, aux canules permanentes et des cathéters veineux ou par d’autres lésions dues à des pressions et des contusions.
    • Dans les artères par l’artériosclérose et des blessures. Le fait de fumer favorise la calcification des artères (même du coeur) et du même coup la formation de thromboses artérielles et d’infarctus. Les diabétiques courent également un plus grand risque de faire des thromboses.
    • Dans le coeur, par un infarctus.
  • Tendance accrue de coagulation: Certaines maladies du sang, les brûlures, le manque de liquides et la grossesse augmentent la tendance du sang à coaguler. Sont donc doublement en danger, les femmes qui fument tout en prenant des inhibiteurs de l’ovulation (pilules contraceptives).
    Sans cause préalable, les thromboses à répétition dans les veines des jambes et du bassin peuvent être le signe d’un carcinome, non encore décelé, surtout dans la région du transit intestinal (en particulier dans le pancréas) ou des poumons.
  • Il existe des prédispositions familiales à faire des thromboses.

Le tableau clinique et complications

La thrombose superficielle des veines de la jambe, thrombophlébite

La thrombose agit comme une irritation qui aboutit à une inflammation des veines (thrombophlébite). Elle se manifeste par des douleurs localisées, un échauffement et des rougeurs, un sentiment de pesanteur et d’enflure pâteuse (oedème). On peut parfois tâter la veine thrombosée sous la peau où elle forme un cordon dur et douloureux. Très souvent l’enflure s’étend au mollet et au pied. Le risque d’embolie pulmonaire persiste. Ce dernier est particulièrement important lorsqu’une thrombose superficielle se propage dans le système veineux profond.

Thrombose profonde des veines de la jambe

Les symptômes sont de fortes enflures dans le mollet et le pied, une sensation de tension et d’éclatement, des douleurs intenses qui se renforcent dès que l’on bouge, une accélération du pouls, de la fièvre et un mauvais état général. La jambe devient bleue. Le risque d’embolie est très important.
Séquelles: Parfois, à la suite d’une thrombose des veines profondes de la jambe, il se produit une insuffisance veineuse chronique (IVC) que l’on appelait jadis le syndrome post-thrombotique. Il s’agit d’un trouble permanent du reflux sanguin vers le coeur suite à l’altération définitive des valvules. Le métabolisme des tissus environnants est altéré. Il en résulte des enflures permanentes, des varices, une inflammation chronique de la peau avec coloration brunâtre et formation d’ulcères.

Thromboses dans les veines du bassin

Elles sont particulièrement sournoises, car elles ne présentent guère de symptômes avant de provoquer tout à coup une embolie pulmonaire. L’élément alarmant est l’enflure de la jambe sur toute sa longueur, jusqu’à l’aine. Les thromboses des veines du bassin surviennent de préférence chez les personnes alitées après une opération, dans un stade avancé de maladies cancéreuses ou encore après un accouchement.

Obstruction thrombotique des artères

L’obstruction thrombotique d’une artère provoque un apport insuffisant en oxygène dans la région concernée, ce qui peut induire une altération des fonctions ou la mort cellulaire. L’obstruction totale d’une grande artère dans le bras ou la jambe s’accompagne de douleurs vives très brusques, d’une absence de pouls, de pâleur et d’un refroidissement (comme pour une embolie). La partie de l’organisme concernée risque de se nécroser. La thrombose dans une artère coronaire provoque l’infarctus alors que l’obstruction d’une artère cérébrale provoque l’apoplexie.

Que peut-on faire soi-même? – Prévenir

  • Les exercices physiques stimulent la circulation du sang dans les jambes et permettent de prévenir les thromboses. Il est recommandé aux personnes dont la profession exige qu’elles restent longtemps debout (personnel de vente) tout en présentant des facteurs de risque (surpoids, varices) de porter des bas de contention, même en été. Quand on est longtemps assis (au bureau, lors d’un voyage en avion ou en voiture), il faut régulièrement faire quelques pas ou de la gymnastique et de temps en temps relever les jambes. Certaines applications Kneipp sont également d’excellentes mesures de prévention.
  • Ne pas fumer, surtout lorsqu’on prend des hormones féminines (inhibiteurs de l’ovulation).
  • Traitement à base d’anticoagulants: Les personnes dont on connaît les facteurs de risques devraient envisager en guise de prophylaxie une médication à base d’anticoagulants. Cela doit cependant se faire sous contrôle médical.
  • Opération: Elle est recommandée en cas de varices très prononcées. Une varice enlevée ne peut plus faire de thrombose.
  • Remèdes de famille comme les enveloppements rafraîchissants à base de serré ou d’alcool peuvent s’utiliser à côté des mesures prescrites par le médecin.

Quand faut-il appeler le médecin?

En présence de symptômes qui laissent soupçonner une thrombose, il est très important de traiter au plus vite, afin d’éviter que le thrombus ne continue à s’étendre et prévenir une embolie avec des séquelles localisées. Pour déceler une thrombose dans une jambe ou un bras, on utilise, en dehors de l’examen clinique et des antécédents, une méthode aux ultrasons (duplex-sonographie).

La thérapie dépend de l’endroit, de la réaction inflammatoire, des l’étendue et de l’âge de la thrombose.

  • Anticoagulants: En cas de thromboses des veines profondes de la jambe et du bassin, il faut intervenir tout de suite en administrant des médicaments anticoagulants. Il est souvent nécessaire d’hospitaliser la personne et de la faire se reposer au lit.
  • Traitement localisé: En cas de thromboses superficielles dans une jambe ou un bras, il suffit souvent d’un traitement localisé et d’exercices physiques (marche) pour activer la circulation sanguine.
  • La dissolution médicamenteuse des caillots thrombotiques: On réserve la thrombolyse aux cas plus récents, ce qui est valable aussi bien pour une obstruction de veine ou d’artère, car elle est soumise à toute une série de conditions restrictives. Quand il s’agit d’un infarctus du myocarde, la rapidité de la thrombolyse peut sauver la vie du patient: il est souhaitable que l’intervalle de temps jusqu’au début du traitement ne dépasse pas une heure.
  • Dilatation par cathéter: Les obstructions thrombotiques d’artères peuvent parfois se traiter par dilatation des vaisseaux grâce à un cathéter.

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler, Dr méd. H. Ganguillet
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.