0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Tuberculose

De par le monde, la tuberculose est encore l’une des maladies infectieuses bactériennes les plus fréquentes. L’agent pathogène de la maladie est le bacille de Koch ou le mycobacterium tuberculosis, découvert en  1882 par Robert Koch à Berlin. Dans 90% des cas, les agents pathogènes pénètrent dans l’organisme en passant par les voies respiratoires. Une autre voie d’infection passait jadis par le lait de vaches infectées par la tuberculose (tuberculose bovine).
La tuberculose a fortement régressé dans les pays industrialisés au cours du 20e siècle, mais suite au SIDA et à l’immigration, la tuberculose connaît une recrudescence au cours des dernières décennies et le nombre de cas a nettement augmenté.
L’OMS estime, qu’à travers le monde, ce sont chaque année environ 8 millions de personnes qui en sont affectées et 2 millions en meurent. Depuis 2001, on signale à l’Office fédéral de la santé entre 610 et 640 cas par an.

Pendant la première moitié du dernier siècle, de nombreux malades ont cherché leur guérison dans les sanatoriums des Alpes suisses. La vie des malades atteints de tuberculose  pendant la période qui précède la première guerre mondiale a été magistralement décrite par Thomas Mann dans son fameux roman „Der Zauberberg“ (la montagne magique). La grande période des sanatoriums a pris fin avec la 2e guerre mondiale, à cause d’une meilleure hygiène et l’arrivée des antibiotiques.

Les causes

Différentes souches de bactéries de la tuberculose s’attaquent aux hommes et aux animaux. Les personnes s’infectent en respirant les fines gouttelettes et les particules remplies de bactéries projetées dans l’air lors d’un éternuement, d’une quinte de toux ou d’une conversation par un malade de la tuberculose („infection par gouttelettes“). Les personnes chez lesquelles la maladie n’a pas été diagnostiquée et qui n’ont de ce fait pas été traitées représentent le plus grand danger. Cela vaut tout particulièrement pour les personnes ayant immigré illégalement en apportant la tuberculose depuis leur pays d’origine, mais qui veulent rester incognito et ne cherchent pas à profiter de notre système de santé.
Les bactéries pénètrent dans les poumons en passant par les voies respiratoires.
Les professionnels de la santé, médecins, personnel soignant, travailleurs sociaux, enseignants ainsi que les personnes qui vivent dans des conditions de grande promiscuité courent le plus grand risque de contamination. La déclaration de la maladie suite à la contamination dépend d’une part du nombre et de la virulence (agressivité“) des bactéries respirées et d’autre part de la mise en danger individuelle. En ce sens sont particulièrement exposées à cette maladie les personnes suivantes:

  • Celles qui souffrent d’une immunodéficience et dont le système immunitaire est affaibli (les malades du SIDA) ou réprimé par des médicaments (comme après une transplantation d’organe).
  • Celles qui souffrent de maladies qui diminuent la résistance, comme le diabète de type II, les maladies des reins ou les cancers, la silicose.
  • Les petits enfants.
  • Celles dont les rapports sociaux sont difficiles: les alcooliques, les personnes à l’abandon et sous-alimentées.

Le tableau clinique

Les premiers signes de la maladie se manifestent 4 à 12 semaines après la contamination.
Dans la plupart des cas, le poumon représente la porte d’entrée de la tuberculose (primo-infection tuberculeuse), d’autres organes comme le côlon, les ganglions lymphatiques et la peau sont très rarement le lieu de la primo-infection.

Suite à l’infection, il se forme un foyer de tuberculose, la plupart du temps dans le tissu pulmonaire, qui en présence d’une bonne situation immunitaire sera encapsulé pour cicatriser ou se calcifier. Les bactéries de la tuberculose peuvent survivre longtemps dans les cicatrices et faire resurgir la maladie quelques années plus tard (tuberculose postprimaire).
Si le tissu infecté entre en contact avec les voies respiratoires, on parle de tuberculose ouverte. Les bactéries se transmettent alors par les voies respiratoires et les crachats deviennent contagieux.
En cas de mauvaise situation immunitaire, les bactéries peuvent se répandre dès le début dans tout l’organisme et former des dépôts tuberculeux dans d’autres organes.

  • Le stade initial de la tuberculose ou primo-infection ne cause que très peu de symptômes non spécifiques: de l’abattement, des sueurs nocturnes, une perte de poids, une toux sèche et un peu de température (pendant des semaines et même des mois). La possibilité d’une tuberculose n’est très souvent pas même envisagée. A partir de cette phase, le premier foyer tuberculeux guérit spontanément chez presque 90% des personnes infectées, car le foyer est encapsulé et forme une cicatrice. La tuberculose peut cependant se propager davantage selon la capacité de résistance des personnes concernées (environ 10% des personnes infectées). En cas d’aggravation, le patient souffre d’une pneumonie et d’une pleurésie s’accompagnant de douleurs dans la poitrine, de toux, de crachats parfois sanglants et d’une forte fièvre.
  • Si une tuberculose primaire encapsulée est réactivée, surtout en cas d’immunodéficience ou suite à une nouvelle infection, les agents pathogènes peuvent se disséminer en partant des poumons dans tout l’organisme en y formant des foyers de tuberculose dans d’autres organes (ce qu’on appelle la forme postprimaire), ceci des années après la formation et la guérison du foyer primaire. On compte parmi les atteintes tuberculeuses polyviscérales, la tuberculose rénale, la tuberculose génito-urinaire et la tuberculose osseuse (en particulier des vertèbres dorsales), la tuberculose articulaire, la tuberculose de la plèvre du péritoine et la tuberculose méningée. Très souvent ces affections provoquent une réactivation de foyers anciens situés dans les poumons; les tissus y subissent de profondes lésions sous forme de rétraction tissulaire, de cavernes remplies de pus, le tissu pulmonaire se transforme en tissu conjonctif qui ne permet plus l’échange de l’air dans les poumons.

Que peut-on faire ?– Prévenir

  • De nos jours, on ne recommande plus la vaccination généralisée avec des bactéries affaiblies de tuberculose bovine (BCG), car l’effet protecteur n’est pas bon, mais aussi parce que, suite à la vaccination, le test à la tuberculine pour déceler une nouvelle infection ne peut plus se faire.
  • La vaccination se fait encore de manière exceptionnelle pour les personnes dont la réaction au test cutané à la tuberculine est négative et qui sont particulièrement exposées à la contamination (personnel soignant des stations tbc).
  • Il faut éviter une grossesse quand la tuberculose est active. Le foetus court le risque d’une malformation suite à l’antibiothérapie. Au cours de la 2e moitié de la grossesse, la maladie pourrait progresser et aussi contaminer l’enfant.
  • Une vie saine et une alimentation équilibrée permettent généralement d’augmenter la résistance aux maladies infectieuses, donc aussi la résistance à la tuberculose.

Quand faut-il consulter?

Une consultation médicale est nécessaire en cas de crachats sanglants. Dans ce cas, il faut agir vite; de même quand les symptômes dits de base persistent durant plusieurs semaines. Un test cutané à la tuberculine permet de déterminer si une infection s’est produite, mais ne permet pas toujours de dire si l’infection vient d’avoir lieu ou si elle remonte plus loin dans le temps. La preuve directe de l’agent pathogène présent dans les expectorations est difficile à établir.
Les radiographies, la tomographie computérisée (TC) et la tomographie à résonance magnétique (TRM) permettent de mettre en évidence par l’image les modifications suspectes. Il faut parfois procéder à un deuxième examen médical après plusieurs semaines, afin d’exclure tout soupçon ou au contraire le confirmer.
La maladie doit être signalée et, si une personne souffre de tuberculose, la loi exige que soient examinées et traitées toutes les personnes qui ont été en contact avec cette personne.

Thérapie

La thérapie est surtout médicamenteuse.

Thérapie médicamenteuse

  • De nos jours, la tuberculose se traite aux antibiotiques, également comme mesure préventive en cas de soupçon d’une nouvelle contamination. L’antibiothérapie dure plusieurs mois (jusqu’à 6 mois pour la prophylaxie, 9 mois ou plus pour le traitement de la maladie comme telle). Sans traitement, 50% des patients vont mourir.
  • A cause du danger de la résistance aux antibiotiques, il est extrêmement important de suivre strictement les prescriptions, même si les signes de la maladie disparaissent très vite. Le développement de la résistance aux antibiotiques par les bactéries de la tuberculose représente de nos jours l’un des problèmes les plus importants.

Traitement chirurgical

La chirurgie permet d’enlever des foyers localisés s’ils ne guérissent pas,  malgré une thérapie médicamenteuse  suffisante, car ils représentent un risque de rechute.

Autres informations, adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.