0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Constipation

La constipation est une diminution excessive des défécations ou une entrave du transit intestinal. On considère qu’il y a constipation à moins de trois allées à selles par semaine, souvent accompagnées de difficultés de défécation, mais cette notion n’est pas rigoureusement définie.

Introduction

La constipation est un retard anormal dans l'évacuation des selles ou une entrave à leur élimination. Le rythme „normal“ pour aller à selles varie entre trois fois par jour à trois fois par semaine; ce rythme est commandé par le système nerveux autonome (végétatif). La constipation est réelle en cas de moins de deux émissions de selles par semaine, souvent accompagnées de difficultés à déféquer. Le terme n'a pas été clairement défini.

On fait une distinction entre la constipation aiguë (passagère) et la constipation chronique.

Les causes

Progression ralentie des selles sans maladie organique des intestins
Les intestins peuvent réagir par une constipation ou des diarrhées à certaines impulsions nerveuses,  influences spirituelles ou simplement  à certains aliments. Il n'est donc pas possible d'énumérer toutes les causes pouvant provoquer une constipation.

  • La paresse intestinale est l'une des causes les plus fréquentes de la constipation chronique et touche surtout les femmes, les petits enfants et les personnes âgées. Elle est souvent due à une prédisposition, mais la plupart du temps, les raisons ne sont pas très claires. La constipation en cours de grossesse fait également partie de ce contexte. 
  • Certains médicaments ont pour effet de retarder le passage des selles. La morphine et les autres produits opiacés, les préparations à base de fer, les somnifères et les calmants, les médicaments pour le traitement de la maladie de Parkinson, les diurétiques et l'abus de laxatifs sont connus pour avoir de tels effets secondaires.
  • La constipation passagère et de courte durée en cas de stress, de fébrilité et autre malaise (typique au premier jour du service militaire ou après le déménagement dans une autre région) est une réaction psychosomatique qui disparaît comme elle est venue.
  • La mauvaise alimentation et le manque d'exercice physiques, en particulier une alimentation pauvre en fibres, un apport en liquide insuffisant, une alimentation inhabituelle lors des voyages.

Maladie intestinale

  • Le ralentissement se produit en cas de diverticulose, d'inflammation chronique, de rétrécissement organique du côlon (obstacle au passage) à cause d'une tumeur ou de polypes de grandes tailles. Pour les personnes d'un âge plus ou moins avancé, l'apparition d'une nouvelle constipation sans cause apparente éveille le soupçon d'un cancer du côlon. Dans le cas extrême, la constipation peut évoluer vers une occlusion intestinale ou iléus.
  • Les affections anales douloureuses comme les fissures de la muqueuse (fissure anale) ou les hémorroïdes sont souvent à l'origine d'une constipation car les personnes concernées ont une certaine appréhension  avant d'aller à selles.
  • Changement de position du rectum avec déplacement du passage: prolapsus du rectum.

Maladies inflammatoires et maladies neurologiques

  • Constipation aiguë: elle peut survenir lors de nombreuses maladies fébriles et d'alitement prolongé.
    Quelle qu'en soit la cause (inflammation de la vésicule biliaire, appendicite, ovarite, diverticulite, perforations du tube digestif), les coliques néphrétiques et  les coliques vésiculaires ainsi que l'inflammation du péritoine provoquent un blocage  réflexe  du côlon.
  • Constipation chronique: Elle est souvent la séquelle d'affections concernant la vésicule biliaire et l'estomac, de troubles thyroïdiens et autres troubles hormonaux, d'une insuffisance cardiaque, d'une cirrhose du foie, du diabète, d’'une sclérodermie, mais aussi d'affections neurologiques comme la sclérose en plaques, la paraplégie, la maladie de Parkinson, l'apoplexie.

Symptômes

Le mot „constipation“ est clair. Les personnes concernées souffrent d'une émission des selles irrégulière, rare et souvent douloureuse. Maux de ventre, ballonnements, sensation de trop plein en sont les éléments associés désagréables. Des coliques, des nausées et des vomissements peuvent accompagner une constipation aiguë subite.

En cas d'évolution chronique, la personne concernée a souvent la sensation d'une évacuation insuffisante. Un fort épaississement des matières fécales provoque parfois dans le rectum une coprostase avec formation de „ coprolithes“, qu'il est impossible d'évacuer par soi-même, car ils constituent de véritables corps étrangers qui finissent par provoquer les symptômes d'une occlusion intestinale.

Si, en particulier au cours de la deuxième moitié de la vie, la constipation se reproduit au bout de quelques jours ou quelques semaines, sa gravité est plus importante que celle d'un patient qui souffre de constipation depuis de longues années. Dans ce cas la constipation peut être le signe d'un cancer du côlon. Ce soupçon devient probabilité si les selles contiennent du sang ou quand elles deviennent filiformes.

 

Que peut-on faire?

  • Traitement externe: massage du ventre ou enveloppement chaud du ventre, compresse froide au vinaigre de pomme.
  • Remèdes de famille à prendre: Manger le matin à jeun 2 à 3 pruneaux séchés sans noyau qu'on aura laissé macérer dans l'eau pendant la nuit, boire également l'eau dans laquelle ils ont trempé. Egalement: compote de figues, de pommes ou de prunes, jus de choucroute, mélangé à une cuiller à soupe de vinaigre de pomme; 1 à 2 cuillers de  graines de lin ou de son avec beaucoup d'eau (au moins ½ litre).
  • Les suppositoires à base de glycérine permettent de ramollir les selles trop dures dans le rectum en facilitant leur évacuation.
  • L'usage des laxatifs pendant plus de trois jours ou de manière répétée ne doit se faire que sur avis du médecin.
    Le son du blé sans suffisamment d'eau peut former dans le gros intestin une masse compacte et aggraver la constipation en devenant parfois la cause d'une occlusion intestinale.

Quand faut-il consulter?

La consultation médicale est indiquée si la constipation s'accompagne d'autres affections comme celles énumérés ci-dessous:

  • Constipation aiguë avec de violents maux de ventre, malaise ou vomissements (cause possible: l'occlusion intestinale).
  • Changements des habitudes pour aller à selles au cours de la deuxième moitié de la vie, si la constipation alterne avec des diarrhées, en cas d'augmentation du volume du ventre et en même temps perte de poids (cause possible: une tumeur du côlon).
  • Modification de la couleur ou de la consistance des selles (cause possible: hépatite, inflammation du pancréas).
  • Selles glaireuses ou sanguinolentes, sang sur le papier WC, selles filiformes (causes possibles: hémorroïdes, tumeur).
  • Matières fécales épaisses et dures dans le rectum (coprostase, coprolithes), que l'on ne peut enlever soi-même ainsi que d'autres obstacles à l'évacuation des selles.

Le médecin cherchera tout d'abord à déterminer si la constipation n'est pas d'origine organique. Il s'agit surtout de vérifier s'il ne s'agit pas d'un cancer du côlon, d'une maladie neurologique ou d'un déplacement d'organe comme le prolapsus du rectum. Il procède à cet effet au toucher rectal, plus souvent à l'examen radiologique ou à la coloscopie.

Prévenir

  • Les exercices physiques favorisent les mouvements péristaltiques et aident à éliminer le stress.
  • Veiller à une alimentation riche en fibres et pauvre en graisse: légumes, salades, fruits, pain complet.
  • Boire suffisamment.
  • Eviter les aliments qui constipent comme le pain blanc, le chocolat et le cacao.
  • Aller régulièrement à selles („éduquer les intestins“), ne jamais réprimer l'envie d'aller à selles.

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  11.04.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.