0844 277 277 Lu-Ve 8-18 heures
CSS Assurance
vers le lexique de la santé
medicine 2.0

Virus Zika

Le virus Zika fait partie des flavivirus, famille à laquelle appartiennent également la dengue et l’encéphalite à tique (FSME).

Début 2016, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’il y avait, en Amérique centrale, en Amérique du Sud et aux Caraïbes, une « urgence de santé publique de portée internationale », en raison de l’apparition du virus Zika.

Si une femme enceinte est infectée par le virus Zika, cela peut entraîner une microcéphalie ou d’autres anomalies chez le fœtus et les nouveau-nés. Il est donc fortement déconseillé aux femmes enceintes ou à celles qui envisagent une grossesse de se rendre dans les zones concernées.

En Suisse, il y a l’obligation de déclarer les cas d’infection au virus Zika.

Explication des termes

Microcéphalie :

Il s’agit d’une anomalie de la formation du crâne qui a pour conséquence que le crâne est plus petit que la normale.

Causes et facteurs de risques

La maladie est principalement transmise par des moustiques (aedes Stegomyia, aedes aegypti/albopticus). Mais la contamination peut aussi passer par le lait maternel, par un contact sanguin, et de la mère à l’enfant pendant la grossesse.

Par ailleurs, il y a de plus en plus d’indices tendant à démontrer que la contamination peut avoir lieu lors de rapports sexuels non protégés avec un partenaire infecté.

Ces moustiques sont principalement actifs le matin, en fin d’après-midi et au crépuscule.

Tableau clinique


Dans 70 % des cas, l’infection est asymptomatique. Cela signifie que les personnes touchées ne remarquent pas qu’elles sont infectées.
Plus rarement, il y a, après une période d’incubation de 3 à 14 jours, apparition des symptômes grippaux comme douleurs articulaires, maux de tête, conjonctivite, éruptions cutanées, démangeaisons et fièvre.
Peuvent également survenir des complications neurologiques comme des encéphalites ou des méningites ou encore des paralysies progressives temporaires, comme le syndrome de Guillain-Barré.

Chez les femmes enceintes, l’infection au virus Zika peut provoquer des fausses-couches, des naissances prématurées ou des troubles de la croissance de l’enfant. L’infection peut aussi causer de graves malformations comme la microcéphalie. Les enfants touchés viennent au monde avec un crâne et un cerveau trop petits et sont donc lourdement handicapés. Il peut aussi y avoir des malformations des yeux ainsi que des troubles de l’audition.

Le diagnostic est posé à l’aide d’une analyse sanguine. Le virus peut aussi être détecté dans l’urine et dans le sperme.

Ce que l’on peut faire soi-même - prévention

Comme il semble que l’infection par le virus Zika pendant la grossesse entraîne une microcéphalie chez le fœtus, il est donc fortement déconseillé aux femmes enceintes ou à celles qui envisagent une grossesse de se rendre dans les zones concernées.

Il est en outre recommandé aux femmes qui ont voyagé dans des régions touchées d’attendre au moins trois cycles de menstruation avant d’envisager une grossesse.

Il est recommandé aux hommes qui ont voyagé dans ces régions d’utiliser un préservatif pendant au moins trois mois après leur retour car le virus peut survivre dans le sperme pendant toute cette période.

Si un homme dont la femme est enceinte rentre d’une zone à risque, il faut impérativement qu’il utilise un préservatif jusqu’à la fin de la grossesse.

Si un voyage dans une zone à risque est indispensable, il faut, autant que possible, se protéger des moustiques ; la transmission a principalement lieu le matin, en fin d’après-midi et au crépuscule:

  • Porter des chemises et pantalons longs, clairs et imprégnés
  • Utiliser des moustiquaires
  • S’enduire de répulsif, comme le DEET

Quand faut-il consulter un médecin?

Si, lors d’une grossesse, il y a une suspicion d’infection au virus Zika,  il faut d’urgence consulter un médecin.
Si une infection au virus Zika est constatée chez une femme enceinte, il faut surveiller la grossesse au moyen d’une échographie toutes les 2 à 4 semaines et observer avec attention le développement de l’enfant. Il faut décider de la suite de la procédure en fonction de la situation.

Autres informations et adresses

Auteurs: Dr Ute Hopp, PD Dr Jürg Baltensweiler
Traduction: Gérard Gullung
Illustrations: Monsieur Eduard Imhof, PD Dr Jürg Baltensweiler

mis à jour:  18.10.2016

 
Clause de non-responsabilité/Avertissement

La CSS Assurance ne garantit pas l'exactitude ni l'exhaustivité des données. Faites-vous conseiller par votre médecin ou pharmacien. Les données publiées ne remplacent en aucun cas les conseils spécialisés du médecin ou du pharmacien.